Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 07:14


Indymedia -grenoble et indymedia - Toulouse veulent faire croire que:"Maître Rippert est un avocat du barreau de Grenoble. Il a l’habitude de défendre des personnes poursuivies pour des faits liés à leurs engagements politiques". Maître Rippert est un  très bon avocat  d'assise  et en plus un avocat qui a  défendu  il ya très logntemps AD. Le blog du Laboratoire donne deux exemples de procés  ( qui a vu la magistrale présence  de Maître Rippert.

EVASION 2003 (PAYET / VALERO / PERLETTO / ALBOREO)
Pour avoir braqué un hélico en 2003, quatre ex-évadés sont jugés en assises à Aix.

«C'est un sentiment humain, l'évasion»

Machinalement, le président lui demande sa profession. Franck Perletto, 44 ans, condamné à quatorze ans pour trafic de stups, lève les yeux au ciel. «Ça fait neuf ans que je suis à l'isolement dans une cellule de 9 m2. Et en prison, il y a deux solutions, explique-t-il aux jurés des Bouches-du-Rhône, ou on se suicide, ou c'est l'évasion.» Alors le 14 avril 2003, quand il a vu arriver un hélico au-dessus de la cour de promenade, à la maison d'arrêt de Luynes, il n'a pas hésité. Même si ce n'était pas pour lui, il en a profité. «L'évasion, c'est un signe de désespoir et d'impuissance, dit-il. Les QI [quartiers d'isolement], j'appelle ça des grottes. Comme si on était dans une cuisine 23 heures sur 24. Et on sort dans la salle à manger une heure par jour pour la promenade. Comme des chiens. On est des animaux. Je suis un petit chien.»

Angle mort. Ce 14 avril 2003, c'est Pascal Payet, lui-même évadé de Luynes en hélico dix-neuf mois plus tôt, le 12 octobre 2001, qui a organisé l'évasion, pour récupérer deux potes détenus, Eric Alboreo et Michel Valero. Payet, 43 ans, avait été condamné à trente ans de réclusion pour le meurtre d'un convoyeur de fonds. «C'est un sentiment humain, l'évasion, résume-t-il. Pour des gens en prison sur des longues peines, c'est le fantasme premier.» Le président abonde : «D'ailleurs, ce n'est pas un crime ou un délit.» Sauf s'il y a des violences ou séquestration, ce qu'on leur reproche. Payet se dit «metteur en scène» de l'histoire. Ses deux potes avaient pris vingt ans en 2002, Alboreo pour meurtre, et Valero pour tentative de vol à main armé. «C'est mes amis. C'est pas l'amitié quand ça va bien. C'est l'amitié quand ça va mal.»

En cavale, Payet a organisé le détournement d'un hélico, avec prise d'otage du pilote. Il savait qu'au-dessus de la promenade du QI, à Luynes, il y a un angle mort : les surveillants ne voient rien des miradors. Valero, 49 ans, est passé à travers un trou du grillage puis, de l'hélico, on lui a balancé une échelle. Dans l'autre cour, Perletto qui était «en train de jouer au Scrabble», a pris le train en marche, avec Alboreo, 43 ans. En arrivant dans l'hélico, Valero a tapé sur l'épaule du pilote : «Tranquille, tranquille.» Le pilote a répondu : «Je suis canadien.» Et sacrément bon. Valero : «J'ai pu noter sa maîtrise exceptionnelle.» Perletto : «On le félicite.» Il a assuré la sécurité en surcharge : «On aurait pu tourner à l'envers et là, le massacre, y avait plus personne», a témoigné hier le pilote.

Sortie. Le quatuor a été arrêté, le 9 mai 2003. Depuis, il fait le «Tour de France» des prisons : jamais plus de deux ou trois mois au même endroit. Le plus souvent à l'isolement. Alboreo le déplore : «J'ai été condamné à vingt ans. Mais pas à vingt ans de QI ! Sur huit ans de détention, j'ai six ans d'isolement, 26 transferts.» C'est triste à dire, mais la cour d'assises, ça leur fait une sortie... Dans le box, ils discutent, se marrent, contents de se retrouver. Le président, bonhomme, doit les reprendre : «Ecoutez messieurs, quand même, ça vous concerne !»



source : Libération 2007

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet