Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 20:46
Le Conseil Général du Doubs censure un ouvrage "engagé" : « Demain, je reviendrai » de Karine Epenoy

RESF 25 s’élève contre la censure du livre du lauréat du concours littéraire « Litteratura Jeunesse » organisé par le Conseil Général du Doubs par ...le Conseil Général du Doubs. Intitulé « Demain, je reviendrai » et écrit par Karine Epenoy, l’ouvrage traite du parcours et de la souffrance d’un immigrant clandestin. Il a été choisi par le jury. Sa publication est refusée au motif ahurissant dans un pays démocratique qu’il serait « trop engagé » et qu’il pourrait déplaire à la Préfecture et nuire aux négociations en cours avec elle ! RESF considère que cette affaire en dit long sur le climat politique détestable qui règne actuellement en France s’agissant d’immigration et demande des explications au Président du Conseil Général du Doubs.

Message de Karine Epenoy :

J’ai participé cette année au concours littéraire ’Litteratura Jeunesse’ organisé par le conseil général du Doubs. Comme vous le savez déjà peut-être, ce concours est national et aussi ouvert aux frontières pour les pays limitrophes francophones. Le lauréat se voit publié par le conseil général et participe au salon du livre ’Les mots doubs’ en septembre.

Le jury composé de professionnels du livre et de membres du conseil général m’a désignée lauréate en cette année 2008 à ce concours.

Or, le président du conseil général a refusé que mon manuscrit soit publié malgré le vote. C’est la 1ère fois que le lauréat n’est pas publié depuis 5 ans que le concours existe ! Mon ouvrage s’intitule ’demain je reviendrai’ et raconte le parcours et la souffrance d’un immigrant clandestin, reconduit à la frontière en fin d’ouvrage. Il raconte une réalité sociale de souffrance qui existe notamment tout près de chez nous puisqu’il en est très question en ce moment à Besançon et Montbéliard. Il a été écrit pour raconter ce fait d’actualité à des enfants de 12 ans, mon objectif étant que l’actualité, aussi terrible qu’elle soit, soit accessible dès le plus jeune âge.

Les raisons de cette non publication : ’votre ouvrage est trop engagé’, ’votre ouvrage pourrait nuire aux négociations entamées actuellement entre les élus locaux et la préfecture pour ne pas renvoyer certaines familles habitant actuellement à Besançon et Montbéliard qui sont menacées d’expulsion’. ’Le conseil général est une institution qui ne peut en aucun cas prendre parti, elle se doit de rester neutre et la publication d’un tel ouvrage pourrait provoquer une grande polémique qui irait à l’encontre de ces familles’.

Les membres du jury ne comprennent pas... J’essaie de comprendre les motivations de cette non publication mais l’ampleur de leurs propos m’échappe : de quoi les élus ont-ils peur exactement ? D’une répression de qui ? D’une réaction négative de qui ? En quoi un ouvrage destiné aux enfants peut-il aller à l’encontre de négociations ?

Outre le fait que je sois déçue par la non publication de mon ouvrage alors que je suis la lauréate, je suis surtout effrayée par une telle réaction : en effet ne peut-on plus à l’heure actuelle publier un ouvrage (qui ne fait que relater une vérité sans prendre en aucun cas position) destiné à des enfants sans avoir peur de représailles ?

L’histoire que j’ai écrite a eu vote unanime des membres du jury professionnels du livre, je pense qu’il mérite donc certainement d’être publié. Suite à cette histoire, ma volonté de le publier est d’autant plus forte. Je voudrais qu’il soit publié pour imposer le respect et la liberté de l’expression lorsqu’il s’agit de la défense des droits de l’Homme et de l’enfant. Je souhaite que mon livre soit publié et que toutes les recettes de la vente soient destinées à une ONG qui défend ces droits. J’attends une réponse mi septembre des éditions Syros en collaboration avec Amnesty International.

Merci de l’attention que vous aurez portée à cette histoire, je pense qu’il est important que beaucoup de gens soient au courant... A diffuser auprès de qui vous voudrez !



Source/auteur : RESF

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog