Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 10:54
La cour d’assises du Rhône a condamné hier Rachid Messous à 13 ans de réclusion criminelle pour sa participation à l’évasion manquée de la prison de Villefranche le 4 juillet 2005. Les trois autres membres du commando armé, Lakhdar Medjou, Frédéric Monteiro et Moëz Hamdaoui, qui avaient pris part à l’opération héliportée, ont écopé respectivement de 10, 8 et 5 ans de prison. Au dernier jour du procès, la défense s’est appliquée à tordre le cou de l’accusation. «Non, ces quatre-là n’appartenaient pas à un commando guerrier. L’hélicoptère était en surcharge, ils ne savaient pas où était la prison et qu’elle disposait de filins. L’opération était vouée à l’échec», ont modéré Mes Perrin et Minodier. Décrits comme des «soldats», des «petites mains» auxquelles on a confié un «projet irréalisable», ils ont été recrutés par un mystérieux commanditaire pour faire s’évader «sans doute Pascal Payet», a reconnu la défense. Pas du côté des plus forts, ils ont respecté la loi carcérale à la lettre, apprise par cœur lors de leur séjour à la prison de Salon-de-Provence. Avaient-ils les épaules pour mener à bien ce projet ? Ils avaient en tout cas la puissance de feu, «mais évidemment pour intimider, pas pour tirer. Mon client n’est pas un tueur», a insisté Me Vouland pour Medjou. «Ils sont ancrés dans la délinquance, pas dans la grande criminalité.» Pièce après pièce, Me Ripert a démonté l’armature criminelle du dossier. «Messous n’est coupable de rien. Il n’a pas visé le policier, celui-ci était caché par les herbes hautes. Cette infraction est bidon», a-t-il lancé, obtenant l’acquittement. Et de conclure sur le motif du projet, né «d’une solidarité et d’une amitié». «Il a risqué sa vie et sa liberté pour un ami qui souffrait en prison.»

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog