Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 08:40

Lundi 30 Mars  19h30,  j'ai assisté à une réunion irréelle:

voici un compte rendu:

Le collectif 26/07  "des délinquants solidaires du 8 avril" s'est
constitué ce
lundi 30 mars, lors de la réunion à 18h à la maison des sociétés . A
ce jour il se
compose de : l'ASTI Crest, l'ASTI Valence, le Collectif de soutien
26/07 aux Sans PapierEs, Emmaüs Etoile, Emmaüs St Paul, La Fédération
de l'Entraide Protestante, La LDH de Montélimar. Il est ouvert.



Prochaine réunion d'organisation de la manifestation : LUNDI 6 AVRIL
à
19h, maison des sociétés de Valence



Les premières décisions :

1/ Un tract local format A5, inspiré du tract national d'appel est en
cours de réalisation. Il comportera :
*les logos des associations nationales, les associations du comité
local organisateur, les premiers soutiens
*les objectifs chiffrés (28000 et 5500)
*le titre de l'appel : "SI LA SOLIDARITÉ DEVIENT UN DÉLIT, NOUS
DEMANDONS À ÊTRE POURSUIVIS POUR CE DÉLIT !"
*Quelques phrases tirées du tract national
*dates, lieux et heures

DÉS QU'IL EST FINALISÉ NOUS VOUS L'ENVOYONS

2/ la manifestation :

*Un rassemblement dés 17h30 place Porte Neuve qui se dirigera
vers
le Palais de Justice où la manifestation commencera à 17h45

*Une banderole : "si la solidarité est un délit, nous demandons à
âtre poursuivi"
fabriquée par l'ASTI Valence

*des étiquettes individuelles, format A5 : "AIDANT : JE SUIS PRÊT-E À
ÊTRE POURSUIVI-E"

(La coordination des rassemblements "des délinquants solidaires"du 8
avril ne souhaite pas qu'il y ait des logos des
associations, syndicats....)

*Un premier cordon de manifestantEs reliéEs avec une corde, un
deuxième bras en l'air croisés et poings fermés ( les menottes)

*Une prise de parole du collectif ensuite parole aux citoyenNes

3/Nous allons recevoir de la coordination nationale : les communiqués
de presse, le projet de loi, la maquette de la banderole collective et
des affichettes A5. Nous vous communiquerons tout ça par mail.

4/il faut absolument s'inscrire individuellement comme délinquants
solidaires sur le site d'EMMAÜS FRANCE :www.emmaus-france.org


Si vous voulez donner votre impréssion sur ce texte.
Lundi 6 Avril émission
de radio sur radio Mega à 18h15 Vous pouvez aussi envoyer au Laboratoire
8 place St jean.


texte issus de la revue  à corps perdu

Les luttes autour de la question de l’immigration, qu’il s’agisse de

celles de sans-papiers pour leur régularisation, de celles autour

du logement dans les quartiers pauvres, contre les rafles dans les

rues et les transports ou contre les centres de rétention ont vu ces dix

dernières années la participation de nombreux compagnons dans

différents pays. Elles conduisent souvent à une répétition d’impasses

ou à une impuissance en terme d’interventions possibles.

S’il n’existe pas de recette, il nous semble pourtant indispensable de

briser certains mécanismes militants qui nous ont trop souvent amenés

à lutter sur des bases activistes sans perspectives ou bien au contraire

à bouger à la remorque de groupes autoritaires, avec ou sans papiers.

Ces quelques réflexions se veulent simplement un bilan d’expériences

de luttes et quelques pistes pour développer une projectualité

subversive qui nous soit propre, autour des migrations et contre leur gestion.

AU-DELÀ DES ILLUSIONS SUR « LIMMIGRÉ »

Une façon classique de tenter de comprendre le contexte d’un conflit social afin d’y intervenir est de scruter à la loupe ses protagonistes et de les soumettre à des analyses sociologiques

plus ou moins militantes. Outre qu’elles reviennent d’avantageà creuser ce mystérieux «qui sont-ils ?» qu’à nous interroger surce que nous voulons, ces analyses sont souvent biaisées par quelquesdogmes qui troublent toute réflexion critique.Si les habituels racketteurs gauchistes recherchent désespérémentn’importe quel sujet politique à même de les porter à la

tête d’une contestation, beaucoup d’autres s’engagent sincèrementaux côtés des sans-papiers. Mais parce qu’ils considèrentleur situation particulière comme extérieure, ils sont souvent

plus portés par une indignation que par le désir de lutter avecceux qui partagent une condition qui, si elle n’est pas totalementsimilaire, reste commune : l’exploitation, le contrôle policier

dans la rue ou les transports, les conditions de logementdans les mêmes quartiers en voie de restructuration ou en périphérie,ou encore des illégalismes propres aux techniques de

survie. Les uns comme les autres finissent alors bien souventpar reproduire toutes les séparations fonctionnelles à la domination.En recréant une figure générique de l’immigré-victimeen-

lutte qui aurait ses qualités particulières, ils introduisent en effet une mystification sociologique qui non seulement finit parempêcher toute lutte commune, mais renforce encore l’emprise

de l’Etat sur chacun d’entre nous.Bien souvent, les activistes libertaires ou radicaux, pourtant mus

par quelque intuition de ce qui pourrait devenir un parcourscommun, ne sont pas les derniers à avaler à leur tour cette piluleau nom de leur envie de collectif ou de l’autonomie des luttes,

comme si cette dernière était menée par un bloc homogène etnon plus par des individus, complices potentiels, au moins faceà une oppression particulière. Des méthodes de lutte (l’auto organisation,le refus des médiations institutionnelles, l’action directe) deviennent alors soudain beaucoup plus relatives lorsqu’ils’agit de sans-papiers. Reprenant quelques classiques de la diatribe militante, il y a toujours un bon samaritain pour expliquer que fracasser la vitrine d’une compagnie aérienne d’expulseurs dans une manif de sanspapiers

les mettrait «en danger», eux qui pourtant bravent quotidiennement la flicaille ; que le combat contre les fascistes (comme des membres des Loups

Gris turcs), les nationalistes (comme certains réfugiés qui arrivaient lors du déchirement de l’ex-Yougoslavie) ou les curetons (de celui qui «accueille» les sanspapiers dans «son» église avant de les en expulser, aux associations chrétiennes chargées des basses oeuvres de l’Etat comme la Cimade, Caritas International ou la Croix Rouge) s’arrêterait à la porte des collectifs

de sans-papiers ; qu’on peut cracher à la gueule d’un ambassadeur français ou belge mais pas à celle d’un ambassadeur malien lorsqu’il vient médier une lutte

qui menace de se radicaliser (idem pour tous les politiciens de gauche, généralement non grata, mais tolérés cette fois au nom de la fausse unité demandée par quelque leader de collectif de sans-papiers). Si chacun sait qu’une lutte part toujours de l’existant et que les différences initiales y sont souvent importantes

(prenons simplement le rapport aux syndicats dans la plupart des luttes liées à l’exploitation), la question pour nous est justement celle de leur dépassement

dans une dynamique subversive, et ce n’est certainement pas en acceptant les divers carcans autoritaires qu’on pourra le faire, la fin étant déjà

contenue dans les moyens qu’on se donne. D’autant que ce relativisme ne conduit pas à une confrontation à l’intérieur de la lutte, mais à une sorte de colonialisme

à rebours, à réifier une fois encore les immigrés dans une altérité supposée («ils» seraient comme ça). La misère servant cette fois non pas de repoussoir mais

d’excuse à tous les renoncements. L’une des figures les plus marquantes de ce réductionnisme idéologique est ainsi celle de l’ «immigré innocent», l’éternelle victime passive, exploitée, raflée, enfermée puis déportée. En réaction à une propagande raciste quotidienne qui vise à faire endosser aux immigrés le rôle d’un ennemi social coupable de tous les maux (du chômage à l’insécurité en passant par le terrorisme), beaucoup finissent de fait par leur nier toute capacité criminelle. On les voudrait tous dociles, en train de mendier leur intégration en

vue d’une place un peu moins abjecte dans la communauté du capital. Ainsi, les milliers de réfugiés sont transformés en victimes bienveillantes, et donc

intégrables : victimes de guerre, de catastrophes «naturelles» et de la misère, de trafiquants d’êtres humains et de marchands de sommeil. C’est pourtant

oublier que ces parcours transforment aussi les individus, créant des solidarités, des résistances et des luttes qui permettent à certains de rompre la

Quand il arrive ainsi que ces « innocents » se défendent bec et ongles contre le destin qui leur est imposé ici (révoltes dans les centres fermés,

affrontements lors de rafles, grèves sauvages...), c’est alors la stupéfaction et le silence gêné qui règne dans le camp de la gauche et de son antiracisme

démocratique. Quand cette révolte s’exprime de manière collective, il y

en aura peut-être encore pour « comprendre ces gestes de désespoir »,

mais quand un prisonnier boutera tout seul le feu à sa cellule, on parlera

alors d’un « fou » et ça ne fera surtout pas

partie de la « lutte ». On veut bien des grévistes de la faim dans une église,

pas des incendiaires ou des évadés de centres fermés, on comprend des

défenestrés ou des noyés, pas des raflés qui résistent à la police, on aide volontiers des parents d’enfants scolarisés, pas des voleurs célibataires. Car la révolte et les individus qui se rebellent n’entrent plus dansce cadre sociologique de l’immigré-victime construit par la bonne conscience militante avec l’appui des

parasites d’Etat universitaires. Cette mystification empêche une compréhension

plus précise de la migration et des flux migratoires. Il est clair que ces migrations sont d’abord une conséquence de la terreur économique ordinaire qu’exerce

le capital et de la terreur politique des régimes en place et leur bourgeoisie locale, au plus grand bénéfice des pays riches. Cependant, il serait faux de prétendre que des prolétaires pauvres se déplaceraientvers les pays les plus riches, comme le serinent à leur tour les choeurs tiers-mondistes pour construire leur sujet de l’immigré-victime. Les migrants qui parviennent à franchir clandestinement les portes de l’Europe ne sont en effet pas forcément les plus pauvres (contraints,

eux, à des migrations internes vers les villes ou vers des pays voisins au gré des fluctuations du marché et de ses désastres), rien que par le coût (pécuniaire et

humain) d’un tel voyage ou la sélection culturelle et sociale au sein d’une famille de ceux/celles qui peuvent entreprendre la démarche. Ainsi, si on cherche à comprendre tout ce qui constitue et traverse chaque individu plutôt que de figer

la différence et l’altérité afin de justifier une position extérieure de «soutien», on peut découvrir toute une complexité et des rapports de classe, constatant que

les collectifs de sans-papiers sont aussi composés de surdiplômés universitaires, de politiciens ratés, d’exploiteurs locaux qui ont récolté l’argent sur le dos des

37

autres... et migrent vers cette partie du monde pourprendre la place dont ils peuvent bénéficier dans le capitalisme démocratique. Beaucoup de groupes desans-papiers sont ainsi dominés par ceux qui détenaient déjà du pouvoir (social, politique, symbolique) ou y aspiraient. Cette différence de classe est rarement prise en compte par les compagnons qui s’engagent dans une lutte avec des sans-papiers, la langue constituant une barrière aussi infranchissable qu’elle est invisible, propulsant automatiquement les immigrés issus des classes les plus aisées dans leurs pays d’origine dans le rôle de porte-parole/interprète. Aiguiser ces contradictions de classe, à l’intérieur des

regroupements de sans-papiers comme partout, est non seulement une contribution que peuvent apporter des compagnons, mais aussi l’une des conditions indispensable pour développer une solidarité réelle.

Pour comprendre ces

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog