Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 17:10

Un texte de Benjamin qui explique pourquoi (cf le titre) il n'aura pas donné son ADN.


En septembre 2001, à l’occasion des premiers essais OGM, nous avons fauché un champ dans le cadre d’un collectif informel (regroupant la CNT, la confédération paysanne...).


Quatre ans après, formé en collectif appelé les « onze d’Avelin », nous étions poursuivis pour dégradation de bien privé aggravé en réunion soit 5 ans ferme et 75000 € d’amendes sur le papier. La société Advanta, propriétaire de l’essai, réclamait elle 250 000 € de dommages et intérêts. En octobre 2005, les condamnations tombent : entre un et deux mois sursis et 5000 € d’amende collective. Les sanctions sont bien en dessous de ce qu’espérait le procureur. Advanta ne souhaitant pas se faire de mauvaise pub ne fait pas appel.

Enfin après deux années d’instruction nous pensions être tranquille...

Sauf que M Sarkosy grâce à la loi Perben se lance dans un grand délire de fichage de tous ceux qu’il considèrent « déviants », c’est à dire contre sa politique.

Beaucoup de jeunes arrêtés au cours du mouvement du CPE se sont soumis à ce prélèvement ADN. La peur de l’uniforme, à chaque fois le même discours : « tu est obligé sinon c’est 15 000 € d’amende et un an de prison ! ». Beaucoup se sont laissés abuser.

Mes camarades de procès d’hier se sont laissés ficher génétiquement, pour ma part, il n’en sera pas de même !

Accepter aujourd’hui le fichage génétique de tous les militants politiques et syndicaux (et même de la petite délinquance) nous ferait revenir à des heures sombres de l’histoire. Ce gouvernement qui perd pied, qui arrive seul à embraser un pays que l’on croyait éteint n’a pas trouvé mieux pour se refaire une santé que sortir les thèses eugénistes d’autre temps : le fichage des enfants de 3 ans et le fichage ADN étant proposés comme les mesures phares pour revenir à une société pacifiée et heureuse.

Se soumettre au fichage ADN reviendrait aujourd’hui à fermer les yeux sur un passé qui étudiait la forme du crane, du cerveau... pour y trouvait aujourd’hui les gênes de la déviance.

Nous, syndicalistes, politiques, autonomes refusons de nous plier à cette règle.

Cette fausse mesure de prévention n’est qu’un moyen d’accroître la pression contre tous ceux qui refusent les politiques autoritaires qui renforcent chaque jour la misère et la concurrence entre les individus. Ce fichage constitue une double peine puisque son refus revient à prendre une nouvelle condamnation et comme un sursis + un sursis = prison, Nicolas S peut dormir tranquille.

Je refuse d’être mis au répertoire génétique pour avoir arraché quelques betteraves qui avaient été plantées contre l’avis de la population.

Je refuse, nous refusons car nous sommes quelques uns dans ce cas et seront bientôt de plus en plus nombreux à nous soumettre à des pressions politiques dignes du fascisme, à accepter que notre société soit fondée sur la peur, la répression et l’élimination à termes des contestataires.

Une société qui enferme ses syndicalistes est une société au bord du gouffre, Le fascisme ne passera pas par nous, REFUSONS TOUTES ET TOUS LE FLICAGE GENETIQUE !

Partager cet article

commentaires

christine la bergére 30/07/2006

Je l'ai déja dit à Benjamin de vive voix, mais je le répéte sur ce blog pour lancer le débat (ou une polémique à 2 balles) :
Je suis d'accord avec le refus de prélévement, je le soutiens, j'apprécie ce texte... sauf la derniére phrase.
A mon sens "une société qui enferme ses syndicalistes est une société au bord du gouffre" ça veut dire qu'une société solide et idéale n'enfermerait que des "vrais" délinquants, pas de braves militants.
Je refuse cette idée que la prison, la représsion et le fichage sont indispensables à la vie d'une collectivité. Je refuse de faire la différence entre des fichés et d'autres ou des taulards entre eux, sous pretexte que certains savent lire et sont politisés et d'autres sont économiquement poussés à la petite délinquance, que certains ont un réseau solide d'amitié et de solidarité sociale et d'autres sont tellement seuls qu'ils n'ont jamais appris les bases de la civilité.
J'ai proposé "une société qui fiche et enferme des humains (ou ses membres pour les anti-spécistes) est une société de mort".
Bon, j'arréte là ce débat à une voix.
Une derniére info (vérifiée celle-là) : allez donc visiter le site 1984, entiérement consacré à la biométrie et à la nanotechnologie. C'est sur ce site que Benjamin lance un appel à tous les "refuseurs d'ADN" pour qu'on comprenne ce qui nous rassemble, qu'on compare la réaction policio-judiciaire, qu'on multiplie l'information en direction des futurs fichés et qu'on organise la solidarité.
Salut et au 25 aout, j'espére

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog