Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 07:45
). chevalier-troubadour.1242116508.jpg
Renouant le fil d'un combat très important dans les milieux Libertaires Lyonnais avant la guerre de 1940 -45 de nombreuses  causeries ont eu lieu sur cette question" au pays de l'atome " , "l'évolution de la vie" .Pour aller vite , disons  qu'on appelle scientisme , l'attitude philosophique  qui "prétend résoudre les problèmes philosophique par la science"
citation du livre de claire Auzias  Mémoires libertaires Lyon 1919-1939
C'est aussi  d'une façon très actuelle
qu’il  faudrait à mes yeux contre le scientisme et plus généralement contre cette fuite en avant qui caractérise autant le mouvement du marché que la recherche scientifique et technique, il cible au nom de la raison l’intégrisme naturaliste et sa fonction faussement contestataire (le cursus politique des écologistes est maintenant bien connu, depuis la critique sociale des années 60 à la social-démocratie d’aujourd’hui, à peine associée à la gestion des affaires). Il s’attache méthodiquement à mettre en évidence le double langage pratiqué par cette idéologie qui joue tant sur le registre scientifique (en se réclamant de la science écologique, en faisant parler des experts usant de l’argument d’autorité etc.) que sur le registre de la peur par un discours catastrophiste et non offensif. En cela les écologistes contribuent à réactiver la peste émotionnelle qui n’aide en rien à sortir de la confusion mentale entretenue de diverses manières.Comment les thèmes de l’écologie sacrifient à la mode passéiste qu’elle a contribué à nourrir et en même temps ont facilité une reconversion du capitalisme post fordiste.

Le scientisme peut être compris à trois niveaux :

  • la tendance philosophique à n'accepter pour vrai, que ce qui est établi selon une méthode scientifique ;
  • l'opinion selon laquelle l'univers est connaissable ;
  • péjorativement, l'excès de confiance dans la science que l'on associe ainsi a un dogme ; c'est ce qui constitue la principale limite de cette conception.
texte issus:

On doit aux progrès de la science et du capitalisme la catégorie moderne de victime. Après la production industrielle des victimes de la deuxième guerre mondiale, la mondialisation à son tour engendre les siennes. Le signifiant monétaire fait l’argent roi, tout comme les lettres des mathématiques font la science souveraine. Leur pouvoir universel a fait pâlir l’autorité singulière du maître qui régnait jusque-là. Pas un seul magistère n’a pu résister. C’est vrai des chefs de la famille comme de l’État. Rien ici à déplorer, plutôt le devoir d’élucider.
La médecine, devenue scientifique, produit les mêmes effets : progrès fulgurants et victimes en nombre. Il y a peu, le médecin tenait son prestige incontesté de la pratique de son art clinique, alors que le rôle des machines à capter le savoir de l’organisme était secondaire. Le rapport de force s’est inversé. Mais la machine fait mieux mourir qu’aucun médecin parce qu’elle produit toujours plus de victimes contaminées, infectées, irradiées, etc.
Certains médecins, nostalgiques, déplorent leur perte d’autorité. Parmi eux, des psychiatres à la recherche des fondements scientifiques introuvables de la psychiatrie. Sa renommée, la jeune discipline la devait à ses cliniciens, qui écoutaient leurs patients. L’invention de la psychanalyse a changé la donne, parce que le symptôme psy répond à qui lui parle. Lorsqu’il répond au maître, il devient plus opaque ; en revanche, il cède à la lumière de la psychanalyse. L’expérience le démontre, se faire responsable du symptôme psy relève d’une décision éthique.
Rejetant la clinique, mais avides d’autorité, des psychologues, et quelques psychiatres, ont misé sur le scientisme des TCC pour se parer indûment du label « science». Craignant la liberté, et la responsabilité qu’elle implique, ils rêvent de découvrir des lois qui les asservissent comme des machines. Faute de les trouver, ils adressent des prières aux législateurs, comme si les lois de la République pouvaient commander celles de la science. Ce destin-là, ils le veulent pour tous : collègues psys insoumis à leur diktat, patients et citoyens. Réunis dans de savants cénacles et dans quelques universités, ces Diafoirus ont décidé que parler est un acte médical à légaliser sans délais.
Le scientisme n’est pas seulement une fausse science, il renforce les impasses de la civilisation contemporaine, car il rejette la singularité. Rejeté, le sens revient dans les extrémismes religieux et les dérives sectaires. Le retour de la jouissance opaque alimente les colloques sur la magie. Les manuels DSM de la psychiatrie font chaque jour plus de victimes. À force de purges et de saignées, la profession est sinistrée, les patients incompris, et le public inutilement en danger. La violence des agressions perpétrées par des patients déjà suivis par ces psychiatres éperdus de preuves crues scientifiques défraye partout la chronique. La singularité rejetée fait retour comme tristesse, chacun peut le percevoir. Elle va de plus en plus souvent jusqu’à la dépression, et le nombre de suicide augmente sans cesse. Rien n’y fait : les dites conférences de consensus déplorent les victimes, mais s’obstinent à chercher une loi inexistante. On refuse la cause singulière du vivant qu’est sa jouissance. Seuls les morts comptent. Alors, la croyance au microbe dans le cerveau du trépassé reprend du service, pendant que sévit la théorie génétique des dépressions et autres psychoses. Être homme ou femme repose sans doute sur des données génétiques, mais chacun doit pourtant les subjectiver. Et cette subjectivation est tout, sauf génétique.
La nouvelle profession de psychothérapeute inventée par le projet d’arrêté émane d’une volonté acharnée à réglementer la parole échangée entre deux personnes, afin d’imposer silence, par le moyen du pouvoir d’État, à ceux qui souffrent. Tant que le scientisme psycho-psychiatrique continuera ses méfaits, le nombre des victimes augmentera. Le moment est venu de reconnaître que le devoir à l’égard des victimes, c’est aussi la prévention. Elle passe par l’analyse du malaise dans la civilisation. Si les professions psy refusaient de livrer combat, elles connaîtraient la défaite et le déshonneur, et bien au-delà du strict exercice professionnel. Servir les victimes demande de s’apercevoir avec Baltasar Gracian qu’il faut renverser un monde de préjugés «où la vertu est persécutée, le vice applaudi, la vérité muette, et le mensonge trilingue». La question est éthique.

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet