Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 06:17

article du quotidien  journal du pays basque.

p005_ph01.jpg

colManifestation ce soir à Dt jean de Luz.

A la veille de la manifestation, à Saint-Jean-de-Luz à 17 heures, appelée pour dénoncer la disparition de Jon Anza, Gabi Mouesca, ex-militant d'IK et Xabier Ezkerra, réfugié résidant au Labourd, reviennent sur l'enquête et exigent une réponse à la question «Nun da Jon ?».

p006_ph01_16692.jpg

18/09/2009

ENTRETIEN/ Gabi Mouesca et Xabier Ezkerra / Militants abertzale

Cinq mois déjà que Jon Anza a disparu... ou qu'on l'a fait disparaître ?

XABIER : Dans ce pays, comme dans d'autres, certes, il y a des cas de disparitions. Mais nous avons notre propre histoire et un excellent instrument pour ne pas l'oublier : la mémoire collective. Dans ce pays, 70 ans plus tard on est en train d'ouvrir des fosses pour essayer de retrouver le grand-père, la tante ou le frère disparu, pour connaître enfin la vérité. Il y a eu aussi des événements plus récents comme le cas de deux camarades disparus dont les ossements ont été retrouvés des années plus tard. Tout cela est très dur, mais en ce qui concerne Jon, nous sommes beaucoup à penser qu'on ne le reverra plus parce qu'on l'a fait sciemment disparaître.

La question «non da ?» (où est-il) a déjà été posée dans ce pays pour Naparra, Pertur ou pour Popo Larre entre autres...

GABI : En effet. Par exemple pour Popo cela fait des années qu'on demande où est-il, et c'est cette même question qu'on pose aujourd'hui pour Jon. En ce moment, on ne demande même pas qu'on fasse justice ou qu'on cherche les responsables. Amis et famille nous voulons tout simplement savoir où est son corps. Sa mère, qui a 80 ans, voudrait prier son corps avant de mourir. Malheureusement, l'histoire se répète et les réponses de l'Etat français, sont toujours les mêmes, c'est-à-dire, aucune réponse.

Le collectif des réfugiés a fait part de «certitudes effroyables». Il y a eu le aussi le cas de Juan Mari Mujika, sans oublier le GAL. Comment vivez-vous cela ?

XABIER : Nous sommes sûrs que les deux Etats sont en train de travailler ensemble et ce constat est, évidemment, effrayant. Néanmoins nous pensons qu'un Etat qui prend pour cible les réfugiés ou les ex-détenus n'est pas au meilleur de sa forme. Le fait d'utiliser la vengeance parce qu'il ne peut pas atteindre son but, l'assimilation des Basques, prouve sa faiblesse. Ceci étant dit, c'est bien connu que les Etats français et espagnol sont très forts en matière de vengeance. Ce qui est effrayant c'est qu'ils sont prêts à réutiliser des vielles recettes dont on connaît tous les effets terribles. Nous vivons tout cela avec grande douleur, une douleur qui surpasse la peur.

Qu'est-ce qu'on peut attendre de l'enquête de la Police française ?

GABI : Dans l'affaire de Popo nous avons constaté que la Police ne menait pas une enquête sérieuse. Je crois que ça va être de même pour Anza. L'Etat français dispose d'une Police scientifique très préparée et qui éclaircit beaucoup d'affaires assez vite. Il est, donc, assez bizarre qu'elle n'ait jamais rien trouvé dans le cas de Popo. De plus, ils ont lancé des propos mensongers pour salir le militant. Pour Jon Anza, c'est la même chose.

Bien qu'il s'agisse d'une affaire grave, beaucoup d'acteurs politiques et sociaux restent muets. Cette attitude n'est-elle pas blessante pour vous ?

XABIER : J'irais plus loin ; elle est dégoûtante. Ces acteurs devraient jouer un rôle de garant. S'ils ne remplissent pas cette fonction de garant des droits, les Etats peuvent prendre sans limite des voies répressives. Il est assez difficile de croire que ces acteurs politiques et sociaux ne soient pas conscients que leur attitude permet aux Etats de faire n'importe quoi. S'ils réagissaient vraiment, ces Etats auraient beaucoup plus de difficultés ou ne pourraient pas aller jusqu'au bout dans leurs plans répressifs. Il faudrait, quand même, qu'ils sachent que nous ne sommes pas prêts à accepter leur attitude fuyante, voire, complice. Et s'il le faut, nous irons leur demander, un par un, des responsabilités.

Quelle analyse faites-vous de la réapparition de la guerre sale dans le contexte du conflit politique du Pays Basque ?

XABIER : À mon avis c'est la preuve que les Etats n'ont pas réussi leur politique d'assimilation. Dans le cas d'Euskal Herri, ils l'ont ratée et ils rétorquent avec la répression et la vengeance. C'est une attitude qui devrait nous interpeller. Qu'est-ce qu'ils cherchent ? Qu'on cède au désespoir ? Se sentent-ils dans une position confortable dans cette spirale répression-réaction ? Veulent-ils nous embourber dans un long cycle de résistance ? Pour ma part, j'en suis convaincu et je crois que nous devrions savoir montrer que nous ne sommes pas prêts à nous laisser faire. En fait, je pense que dans cette voie aussi, ils ont commencé à perdre.

GABI : Je partage cette conclusion. Cette fois-ci encore, ils vont droit à l'échec. Ces sombres procédés cherchent à effrayer les gens d'ici et, en particulier, les jeunes. L'histoire nous montre qu'il y a toujours eu des faits noirs, mais que malgré tout, on est toujours allés de l'avant ; qu'il y a toujours des Popo et des Jon Anza pour poursuivre le chemin. Nous sommes là, libres, pour dire qu'il y aura toujours en Pays Basque des hommes et des femmes, de tout âge, pour continuer parce qu'il existe ici un peuple qui a la volonté d'être libre.

Mais il n'en est pas moins vrai que les faits de cette sorte soient très douloureux. Quand nous exigeons de savoir la vérité et disons que ça suffit, c'est parce que nous avons déjà connu cette situation. Je me rappelle encore les années du GAL, quand la peur se sentait dans les rues et pas seulement entre les abertzale. Nous ne voulons pas que cela recommence. C'est pour cette raison que nous demandons publiquement la vérité et que nous affirmons que les Etats ont des responsabilités dans ce type d'actions.

Tous les deux, vous avez connu la prison et la répression. Ces trente dernières années, vous avez perdu des amis. Mais le conflit demeure. Voyez-vous des possibilités d'arriver à une autre situation pour surmonter toutes ces souffrances ?

GABI : Bien sûr. Nous sommes plein d'espoir. Depuis toujours et partout où il y a eu des conflits comme au Pays Basque, à un moment donné, les adversaires se sont assis autour d'une table et ont ouvert la voie de la justice et de la paix. Nous sommes convaincus que ce moment arrivera aussi en Euskal Herri. Il est vrai qu'on a beaucoup souffert et peut-être que l'on souffrira encore mais nous sommes prêts à tout faire, à travailler tous les jours pour que ce jour arrive au plutôt.

XABIER : Je ne crois pas me tromper si je dis qu'il y a aujourd'hui plus d'indépendantistes qu'hier dans notre pays. Mais cela ne s'est pas fait tout seul. Ce sont les centaines d'années de prison, la longue liste des amis tombés en chemin, des années de lutte qui nous ont mené jusque-là qui ont fait que ce pays voie la possibilité d'être maître de son avenir plus ouverte qu'hier.

Cette même souffrance devrait nous faire voir qu'il est peut-être temps de commencer à ramasser les fruits, que l'on est peut-être aux portes d'un nouveau cycle. Si nous sommes capables de fixer une stratégie efficace, de convaincre les citoyens basques, nous pourrons, avec l'aide des agents de la communauté internationale, ouvrir une nouvelle situation qui permettra d'atteindre un cadre démocratique pour notre peuple. À nous d'y parvenir.

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog