Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 08:02
Deuxième symposium international sur l’isolement carcéral à

Ces 14 et 15 octobre, le théâtre Muammer Karaca à Istanbul, accueille le 2e symposium international sur l’isolement organisé par l’association des familles de détenus politiques (TAYAD) et par la Plateforme internationale de lutte contre l’isolement (PILI). Des délégués venus de France, d’Italie, de Grèce, de Jordanie, du Liban et d’Irak ont pris la parole durant les différentes sessions de ce symposium. La courte intervention de l’avocat Behiç Asçi, en grève de la faim depuis 191 jours, a été la surprise du jour.

Avant d’accéder à la salle de conférence, les quelque 400 visiteurs ont pu parcourir une galerie photo sur la résistance carcérale des détenus politiques et examiner une maquette de cellule ainsi que des croquis des prisons de type F. Cependant, le public aura attendu plusieurs heures avant que le théâtre n’ouvre ses portes et ce, en raison des tracasseries imposées par la mairie d’Istanbul aux organisateurs de cet événement. Finalement, après un message d’excuses pour le retard involontaire, de bienvenue et de remerciements adressé aux invités qui ont partagé « six années de douleurs » mais aussi « six années d’espoir et de joie » avec les familles, Mehmet Güvel, le président de TAYAD, a pu remettre, au nom des familles, les salutations chaleureuses « de nos enfants embastillés dans les prisons de type F ». Monsieur Güvel a ensuite dressé un bilan de la lutte contre la réclusion solitaire en prison de type F et un inventaire des exactions systématiques dont sont victimes les détenus. Il termina par un appel à « la cessation de la pratique de l’isolement » et à « l’arrêt des décès de nos enfants ! (sic) ». Son intervention fut suivie par la projection d’un film montrant la dernière des grévistes de la faim décédés, Fatma Koyupinar et sur l’avocat Behiç Asçi qui, actuellement, observe le jeûne pour faire valoir le droit à la vie de ses clients.

Résistance carcérale en Turquie : un axe de la résistance globale à l’oppression Selon le déroulement du programme du jour, une première session a porté sur les diverses formes d’isolement politique imposés aux peuples et nations en résistance, les motivations politiques des autorités turques à vouloir imposer l’isolement carcéral et les moyens de lutte qui permettraient d’y mettre fin. Maître Sahar Mahdi, avocate irakienne, Monsieur Sezgin Çelik, représentant de la Fédération turque des droits fondamentaux, Monsieur Mohammed Safa, secrétaire général du centre de réhabilitation pour les victimes des tortures du camp d’Al Khiam, le docteur Hisham Bustani, porte-parole de l’Alliance de la résistance populaire arabe et Monsieur Sandro Targetti, député communiste de la Province de Florence ont, tour à tour, décrit la situation carcérale de leur pays dans le contexte de la « guerre contre le terrorisme », avec une attention particulière aux traitements infligés aux détenus irakiens et palestiniens, au Mur d’apartheid en Palestine et au blocus imposés au gouvernement palestinien ainsi qu’aux récents bombardements et massacres perpétrés par l’armée israélienne au Liban et en Palestine. Les divers orateurs ont en outre souligné l’importance de la résistance carcérale en Turquie dans le cadre de la rébellion généralisée à l’oppression impériale. Cette première session s’est clôturée par une prestation poétique de Mehmet Özer dédiée aux prisonniers résistants.

L’avocat Behiç Asçi : « Nous sommes prêts à arrêter notre jeûne si l’on nous propose des formes d’action plus efficaces ». L’avocat Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plus de 190 jours, a, contre toute attente, fait une apparition furtive sur le podium. Durant sa brève intervention, il a expliqué les motivations qui l’ont poussé à se lancer dans une telle action, tout en soulignant que « la polémique ne doit pas tourner autour de la justesse de poursuivre ou non le mouvement des grèves de la faim jusqu’au finish, mais autour de la poursuite d’une politique pénitentiaire aussi inacceptable que l’isolement. » « Il est nécessaire, a-t-il dit, de concentrer toute notre énergie sur la levée de l’isolement. » Et de conclure que : « Si l’on nous propose une forme d’action plus efficace que la grève de la faim, nous serions prêts à renoncer à celle-ci. Notre but, a-t-il ajouté, est de mettre un terme à certaines conditions de détention et pour cela, nous sommes ouverts à toutes les suggestions ».

Médecins contre l’isolement carcéral Dans l’après-midi, les débats ont porté sur la dimension médicale de l’isolement carcéral et plus précisément, sur les conséquences psychophysiques de la réclusion solitaire, la lutte des médecins contre cette forme de torture et l’attitude des médecins face à l’alimentation forcée des grévistes de la faim. Cette deuxième session a été présidée par la professeur Sebnem Korur Fincanci, médecin légiste de l’Université d’Istanbul. A cette session sont intervenus le docteur Metin Bakkalci, vice-président de l’ordre turc des médecins, le Docteur Antonis Karavas, représentant de l’Ordre grec des médecins, le docteur français Bernard Granjon, président d’honneur de « Médecins du Monde », le psychologue français Bertrand Guery également membre de « Médecins du monde » ainsi que Monsieur Mohammed Safa, secrétaire général du centre libanais pour la réhabilitation des victimes du camp d’Al Khiam. Certains ex-détenus, victimes de la privation sensorielle et de la médicalisation forcée, ont également pris la parole. Les allocutions des délégués ont été entrecoupées de lectures de messages de solidarité, dont celui des familles de TAYAD qui organisent un sit-in dans la parc Abdi Ipekçi à Ankara depuis 1124 jours, du politologue et journaliste Haluk Gerger, du sociologue Ismail Besikçi ainsi que de nombreux partis et syndicats de gauche. Demain, deuxième et dernier jour du symposium, les exposés et les débats porteront sur les dimensions sociales et juridiques de l’isolement carcéral.

Le 14 octobre 2006 Sources : Halkinsesi-tv et Atilim Traduction : Bahar Kimyongür

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet