Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 00:24
note ce soivendredi 9 mars à l'université Stendal, il y a eu un débat sur le thème de la décroissance  '( présence du journal de la décroissance )et de nombreux points de discussion sont restés dans l'ombre, poster vos comentaires en fin de page

Ni Dieu Ni Darwin

jeudi

Depuis plusieurs années, les chaînes de télévision (La 5, FR3, Animaux, Planète, Disney TV, Arte, ...), un nombre important de périodiques récréatifs pour enfants, et plusieurs radios nationales (France inter, France info, France culture) diffusent des émissions dites "scientifiques" sur les êtres vivants, leur lutte pour la survie, leur combat pour la reproduction, et leur investissement dans la transmission de leurs gènes.

Mélange trivial d’anthropomorphisme, de fausses évidences, de spectaculaire violent et d’idéologie libérale (au sens de "la loi du plus fort"), ce discours, s’appuie sur une discipline fort en vogue, l’écologie comportementale, et se fonde sur le néodarwinisme qui se présente pour ses partisans comme la seule vérité universelle sur l’évolution du vivant et sur ses formes actuelles. Drapé de la "bénédiction" de quelques scientifiques patentés ayant compris tout l’intérêt qu’ils pouvaient tirer à titre personnel et professionnel de cette reconnaissance médiatique, ces articles et ces émissions propagent à tout va un discours typiquement capitaliste réduisant l’histoire du vivant à une compétition féroce et sans fin entre des gènes avides de domination planétaire. Des termes comme "maximiser son succès reproducteur", "coût et bénéfice d’une stratégie", "investissement parental", "budget-temps", "capitalist breeder", "optimal foraging" fleurissent à longueur de discours tant dans les revues scientifiques de l’écologie comportementale (voir "Ecologie comportementale" de E. Danchin, L. A Giraldeau et F. Cézilly, aux Editions Dunod) que dans les émissions et les articles de vulgarisation sur le vivant.

La vie et ses mécanismes réduits à un flux d’énergie et à une compétition entre gènes cyniques et calculateurs, voilà le monde tel qu’il fonctionne depuis l’apparition de la vie sur notre planète si l’on écoute les chantres du "monde génique" !

On voudrait expliquer à des enfants (de tout âge) que le capitalisme est "naturel" puisqu’il fonctionne de la même façon que la nature, que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

La remise au goût du jour des thèses créationnistes et autre mysticisme, grâce notamment au lobby protestant étasunien, offre aux tenants d’une vision "capitaliste" du vivant une nouvelle virginité.

Alors que les impasses actuelles de la génétique apparaissent au grand jour [1] et que d’OGM en thérapie génique, on assiste à une course folle d’apprentis sorciers courant après leurs promesses frauduleuses de bonheur et d’immortalité par la science, l’opposition “Dieu” contre “Darwin” va générer une réduction totale du débat sur le vivant à une dualité fausse et stérile. Demain encore plus qu’aujourd’hui, qui critiquera le néodarwinisme et ses prétentions d’explication synthétique de l’évolution se verra taxé de créationnisme aigu. Qui proposera de nouvelles hypothèses pour expliquer des mécanismes biologiques déterminant les formes actuelles du vivant et ses modes d’organisation devra sous peine d’anathème choisir l’un ou l’autre camp !

Et pourtant, bien d’autres alternatives intéressantes (fascinantes ?) existent depuis les théories de l’autopoièse (lire "L’arbre de la connaissance" de H. Maturana et F. Varela chez Addison-Wesley) et de l’auto-organisation des formes (lire "Forme et croissance" de D’Arcy Thompson aux éditions de Seuil et "How the leopard changed its spots" de B. Goodwin chez Charles Scribners’s sons) jusqu’à celles de l’enaction (lire "Invitation aux sciences cognitives" de F. Varela aux éditions du Seuil) et de l’exaptation (lire "Exaptation - a missing term in the science of form" de S.J. Gould et E. Vrba dans Paleobiology Vol. 8).

Mais avoir à choisir entre un "designer intelligent" (“Dieu”) et des "gènes égoïstes" (Néodarwinisme), entre deux vérités absolues et définitives, ne laisse plus de place à la raison première de l’activité scientifique : s’interroger de façon ouverte et non sectaire sur le monde pour mieux le comprendre. Peut être sommes-nous aujourd’hui à la veille d’une nouvelle bataille de clocher, à moins qu’il ne s’agisse d’une guerre de religion.

Dès lors, que nous soyons les sujets dociles d’un "dieu despote" ou les "simples véhicules fugaces et futiles de gènes guerriers et calculateurs", il nous faudrait accepter d’être les anonymes sujets d’un monde qui nous excède et nous (pré)détermine ! D’aucuns pourront toujours se risquer à mettre en doute la prétention de la synthèse néodarwinienne de tout expliquer. Ils seront alors rejetés au rang d’ignares et de dévots. D’autres pourront tenter de proposer des mécanismes explicatifs de l’évolution faisant l’économie d’un déterminisme génétique fort, ils seront montrés du doigt pour parjure scientifique.

On aurait tendance à proposer la relecture de vieux ouvrages tel que "La structure des révolutions scientifiques" de T. Kuhn (Editions Champs, Flammarion) ou "Autocritique de la science" de A. Jaubert et J. M. Levy-Leblond (Editions Seuil). On aurait envie de demander aux néodarwiniens quels sont leurs liens, via les OGM et la thérapie génique, avec l’industrie pharmaceutique et l’agro-alimentaire. On aurait presque l’audace de leur demander pourquoi la mise en doute de la théorie de "la sélection du plus apte" est interdite.

On aura surtout la sagesse de ne pas tomber dans le piège qui consiste sous couvert de "vérité scientifique" à substituer la censure au débat, comme certains le pratiquent déjà.

Et puis avant tout, entre deux totalitarismes de la pensée, on ne choisit pas. La vie, sa richesse, sa diversité et la soif de savoir de l’homme finissent toujours par échapper aux dogmes.

Salutations libertaires, Georges Henein Grup


[1] Si les séquen
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet