Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 11:52


Les étrangers en prison
Mamadou le sans papier père de 4 enfants , se trouve en garde à vue depuis 48 heures, comme de nombreux sans papier ( 20 de détenus actuellement) ils commettent des délits  pour pouvoir survivre face à l'arbitraire de leur situation. Libérez les tous!!  le syndicat Cnt-ait _valence @no-log.org soutien Mamadou dans sa dure lutte , Mamadou libérez Mamadou
Alors que le projet de loi relatif à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile est en cours de discussion au parlement, la place des étrangers en prison n'est que peu évoquée dans les différents débats.

Pourtant,
en 2005, sur l'ensemble de la population incarcérée, la proportion d'étrangers s'élevait à 21,5 % (source : note de présentation d'un appel à projet de l'administration pénitentiaire, sur la prise en charge des personnes incarcérées de nationalité étrangère, mai 2006).

Ce chiffre a connu des variations mais la proportion d'étrangers s'est toujours située ces dernières années entre 1/5 et 1/4. Cette proportion est considérable et amène donc naturellement à s'interroger sur les particularités de la détention des étrangers.

Cette surreprésentation trouve des explications très diverses :
d'abord le fait que l'activité policière peut à certains moments être plus orientée vers une catégorie de personnes que vers une autre, ensuite le fait que les étrangers font plus souvent l'objet de mise en détention provisoire faute de garanties de représentation jugées suffisantes, enfin le fait qu'il existe une législation spécifique aux étrangers.

Autrement dit,
le pourcentage élevé des étrangers en prison est loin d'être synonyme du fait que ces personnes commettraient plus de délits.

En outre, il n'est pas inutile de le rappeler, les étrangers continuent d'être frappés par la double peine :
il y a eu, en 2005, 505 extraditions ou expulsions (d'après les chiffres-clés de la Justice 2006), sans compter les personnes qui quittent la France car elles y sont incitées, soit lorsqu'elles sont en fin de peine, soit dans le cadre d'une libération conditionnelle.

Lire la suite : klik !

Partager cet article

commentaires