Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 16:16
reçu par mail du résistons Rezo
Urgent !!! ça craint !  la police d’Argenteuil au lieu d’arrêter les skinheads qui ont agressé Rabia la jeune musulmane avec foulard âgée de 17 ans  , qui ont agressé à leur tour la soeur Sofia qui porte le Niqab et ont failli déclencher une émeute avec leurs provocations et leurs violences  , CRI  va organiser un rassemblement Vendredi 21 Juin à 15 heures devant la Mairie d’Argenteuil 
Lisez ce récit c’est édifiant et je vous envoie aussi  le témoignage d’un jeune qui était présent lors de cette bouffée  de violence policière
Je suis sorti de chez moi( Rue X)pour aller faire des courses sur la rue pietonne,arrivée au niveau d'un magasin portant le nom de "belle et zen" dans mon dos j'ai entendu quelqu'un crier "Madame,madame"ne sachant pas qu'on m'appelait je ne me suis pas  retournée alor un policiers en uniforme continua de crier et est venu me couper la route et s'ecriat " madame arretz vous controle mettez vous sur le coté" jai repondu "oui monsieur" et en me retournant je vis 2 autres collégues en uniforme.en le suivant dans un petit renfoncement de batiment juste a côté,en meme temps il disait "en meme temps on ne  peut pas savoir si c'est un homme ou une femme",je lui dit qu'il entendait le son de ma voix toujour tres calmement mais le Mr. me cria dessus  de me taire et m'arracha mon sac violemment je lui dit "vous voulez mes papiers monsieur,vous n'avez pas a m'arracher mon sac je peux vous les donner il me cria dessus et me demanda de retirer mon niqab ,ce que je fis tout de suite en lui redemandant s'il voulait voir mes papiers mais il me recria dessus au même moment vu qu'il ne faisait que crier un attroupement s'etait formé et des passants criai "qu'il navait pas le droit c'est injuste elle a rien fait ..."un ami d'enfance qui avait été là des le debut esseya tres poliment de leur parler en le demandant pourquoi il agisait ainsi mais des policiers lui criérent dessus, d'autres jeunes le rejoignirent et ils ont vu les policiers m'encercler a plusieur (4 je crois)moi je pleurait pasqu'ils m'ont fait très peur et qu'ils continuait à crier et le policiers du début me poussa dans le renfoncement,ils appela des renforts et je lui redemandias pourquoi je n'ai rien fait Mr. vous avez mon sac et mes papiers et de là tout c'est envenimer les gens ont crié de me lâcher de ne pas le laisser me toucher qu'ilsn' avaient  pas le droit,ils ont gazer la foule et la dame m'emmena par le bras jusqu'a un fourgon qui etait à l'angle de la rue face au tabac sur le chemin juqu'au camion elle me dit: "de ne pas repondre à son collegue et d'attendre d'etre entendu une fois au poste" je lui repondit: "d’accord",j'entendis des coup de feu et des cris cela me fit très très peur on aurai dit une guerre ils revenaient  prendre des armes dans le camion et repartaient en me criant dessus que c'etait ma faute "t'est contente de toi,fallait y reflechir avant,mecréante,c'est ta faute tous ça" par ce qu'il me voyait que je pleurait j'etait vraiment choquée de l'ampleur de ce qui se deroulait je voyais des gens par terre qu'ils ont frappé à plusieurs ça courait de partout.ensuite ils sont revenu-e-s en criant de démarrer mais une voiture de leurs collegues leurs barrait la route,un policier ouvrit la porte coulissante jetais assise face à la route et un monsieur agée qui je connais depuis que je suis petite, est venu prêt du camion en leur disant qu'ils devait me relacher je navait rien fait,ils lui criérent dessus et fermèrent la porte...ensuite les gens continuérent  de protester dehors et un homme ouvrit la porte du conducteur et j'ai entedu qu'il avait dit" pourquoi vous faite ça elle a rien fait laisser ma soeur...",les policiers criaient  et les gens aussi.des policiers etaitent dehors ils y avait au moin 6/7 voitures de police en plus du camion.ensuite quand ils refermèrent les portes plusieurs me criaient dessus dont celui du début qui n'a fait que m'insulter "mecréante,sale pute,de toute façon je ne comprends  pas pourqoi  t'es voilée tu n'es pas  môche "et les autres rigolèrent,moi je ne parlais pas et regardais par la fenêtre près de moi.ce fut comme ça jusqu'au comissariat avec les sirènes et une conduite tres mouvementée n'ayant pas de ceinture de securité je devais me cramponner de mes deux mains au siege...
Arrivée aux commissariat,des collegues en civil se mirent par la fenêtre des étages et ils  les ont applaudi avec des grands rire et parlaient  mais je n'y est pas pretée attention et suis rentrée directement voir le jeune homme(mounir) qu'il ont interpellée et qui étais arrivé avant moi au commissariat.il saignait de la tête et avait l'air tres sonné je me mis à pleurer directement car je voyais du sang derriere lui sur le mur et sur sa tête...j'ai eu vraiment très peur pour lui,il etais menotté.ils m'ont crier de ne pas lui parler et le policier qui m'avait arreté cria"on la fouille,on ne la pas encore fouillée,elle est peut etre armée" une femme m'emmena dans une cellule (de garde a vue) et le policier resta a la porte j'écarta les bras et elle commença à me palper tout le corps,lui continuait à me crier dessus mais je l'ignorais un moment elle leva mon jilbab très haut et vu qu'il etait là  je voulu tenir mon jilbab mais il me  retira mon bras violemment et me cria tu ne bouge pas et des insultes mais avec le choc je vous assures je me souviens pas exactement de ses paroles mais il me dit tu vois il fallait  coopérer et je fus surprise vu que des le debut j'avais coopérer je lui fit savoir et il me cria très très fort de me taire il me fit peur il avait lair d'être hystérique "TAIS TOI J'TAI DIT" alors que c'est lui qui me posait la question de là un collégue a dit que je mentais et je ne voulus plus parler car c'était leur paroles contre la mienne...a plusieurs reprise quand on m'emmenait au camion,et une fois dans la cellule avec la policiere je demandais les noms des agents qui m'avaient contrôler et particulierement du 1er mais soit on me disait on n' a pas le droit ou carrément nan je te le donne pas..ensuite une policiere se mit en travers de la porte avec moi a l'interieur et c'est elle qui me dit nan je te donne pas et je lui dit que sa n'allait pas se passer comme sa,ils outrepassait leurs droits et que je porterai plainte elle ne repondit pas (et ne me regardait même pas depuis le debut)ensuite on me demanda mes papiers je leur dit que c'était eux qui avaient  mon sac et que mes papiers etaient à l'interieur au même moment j'entendis mounir qui demandait de voir un medecin et qu'on lui dessere les menottes car il avait très mal mais un policier lui repondit sechement "nan tu reste comme ça"et il repeta "nan" a plusieurs reprises....
moi entre temps la policiere m'enferma dans la cellule et je lui demandait pourquoi je pourrais être reçu par leur responsable et elle me dit qu'ont allait me recevoir pour mon audition,j'attendis..au bout d'une heure je pense je m'impatientait, car vivant seule avec ma soeur je venais de l'avoir au tel avant d'aller faire les courses on c'etait dit je prépare a manger pour quand elle rentre on mange et je me suis dit qu'elle s'inquietait surement de ne pas me trouver à  la maison et de ne pas reussir à me joindre,je demanda au policiers qui passait et repassait devant ma cellule de prevenir au moin ma soeur et que je devais rentrer chez moi on me répétait on va vous recevoir attendez...j'attendit..mais passer encore un momen je navais pas d'horloge mais le temps me paraissais long je redemandait à être entendu et leur réitera mes droits que ce n'etait pas normal je n'avais rien fait et que je porterais plainte..j'etais vraiment inquiete de se qui m'arrivais je n'ai jamais été arreté auparavant dans ma vie...un monsieur plus gentil que les autre et en uniforme blanc vient me demander mon identité je lui dit qu'il avait mes papiers et il me dit "c'est l'autre service qui les a on va faire comme ça en attendant" alor je lui donna mon identité ma date de naissance ville adresse et numero de tel...il me dit qu'il m'auditionnerais bientot et je le remercia.on me renferma et j'attends encore,au bout d'un moment des policiers se mirent a crier "on retourne a la basilique ça à "re péter"" et plein de policiers se mirent a courir vers la sortie,cela me remit un coup car j'avait peur de se qui se passait dehor...entre temps j'ai oublié qu'ils ont emmené mounir et je crois bien avoir entendu "on le transfère a cormeilles"...j'attendit encore et je redemandais quand pourrais-je rentrer chez moi je n'avais rien fait les choses ne devaient pas se passer comme ça je connaissais mes droits et un homme en civil vint me dire que j'allait etre entendu très rapidement je le remerciais et jattends jusqu'à la venu de l'homme en uniforme blanc qui avait pris mon identité sur un papier il m'auditionna tres calmement en me rappelant que j'etais  passible d'une amande je lui repondit que je savais et il me dit "ça va vous connaissez" et je lui repondis que oui je connaissais mes droits et que ses collégues avaient  outrepasser les leur et je lui demandais si je pouvais avoir le nom de l'agent qui avait pris mon sac car j'avais  entraperçu mon sac qui etait tout dechirée..il me repondit avec un sourire qu 'il ne pouvait pas et j'ai dit c'est pas grave ça ne m'empechera pas de porter plainte et il me dit c'est votre droit mais un conseil ne porter pas pleinte à Argenteuil ou Bezons je dit que non j'appelerais mon avocat et je porterais surement plainte directement sur Paris.Il me posa beaucoup de questions pourquoi je portais  le voile depuis quand combien de fois j'avais  lu le coran si j'etais au courant de ce qui s'etait passeé en Afghanistan une femme et un homme on été lapidé je lui repondais à toute ses questions calmement et posément et qui'il ne fallait pas faire d'amalgame et que chacun est libre de ses choix et que je ne cosait aucun tord à autrui,il me dit mais vous savez c'est interdit et je lui dit que oui mais j'ai esseyé de vivre sans mais je me sentais mieux avec et que je trouvais cette loi liberticide,on est en France et le principe de liberté egalité fraternité était violé par cette loi qui nous contraint a nous devêtir alors que des femmes ont tous les droits pratiquement  nue et on ne leur fait rien mais dés qu'on choisie de se vétir ça pose problème...pourquoi??il ne parla pas...
ensuite on me dit que ma soeur attendait il partit la voir et revint etonnée de la voir non voilée et habillée à "l'occidental" il me dit mais votre soeurn' est pas du tout comme vous je lui dit qu'elle avait les mêmes convictions mais que chacun avance a son rythme elle m'a dit plus tard qu'il lui a posé to plein de questions sur moi mais aussi sur elle.il me fit signer ma déposition et je demandais mes affaires on alla chercher mon sac je lui montrais qu'il etait déchirer de partout et que c'etait ses collegues qui avaient  fait ça je regardait a l'intérieur et constata que mon téléphone etait cassé ainsi que mon porte clef et un livre qui etait tout neuf abimée de partout..il ne repondait pas je dis ok je le mentionnerais dans ma plainte il me dit oui faites ça.il me ramena auprès de ma soeur et de deux amies qui m'attendaient à l'entrée et il me dis d'attendre qu'on me ramène mon passeport que je n'avais  pas recupéré,mais il revins me chercher 5 min après et me dit de venir chercher mon passeport alor je le suivit et on me fit me rassoir au bureau ou il avait pris ma déposition j'attendis 2 min et un policier en uniforme avec une tres grosse douille je pense (car sa sentait la poudre enfin l'arme je compris que c'etait ça il  la posa face à moi toucha l'ordi 5sec retourna la douille et la reprit et parti...5min après le policier me ramena mon passeport et me racompagna en me disant que je serai surement convoqué que je risquais l'amande et même un stage (il ment j'avais parlé lors de l'audition de ce que je risquais) il était environ 21H et quelques.
 
(je vous envoie ce qui s'est passé ce matin de suite jJai été assez longue et confuse je m'en escuse sincèrement mais je suis encore sous le choc de tout ça....)
m'etant coucher très tard ce matin à 4h30,moi ma soeur et une amie nous dormions lorsque vers 11h30 ont entendit taper très violemment à la porte. On se leva en sursaut et ont entendit Au nom de la loi fb ouvrez FBI je regardait dans le judas et vu la police...1er choc..ma soeur alla ouvrir pendant que moi je suis alleé me voilée je revins et ils rentrèrent en posant des questions c'est chez qui? y-a qui dans l'appartement?ou est mr.X ?sachant que je suis la locataire et que mon père ne vis même plus içi il est au Maroc donc on leur dit qu'il etait au Maroc et nous demanda nos papiers je suis allé chercher les miens et en je les trouvais très froid et agressif dans leurs propos je leur dis que j'avais été arretée hier soir et qu'ils devaient  très certainement savoir qui j'etais et pourquoi ils seraent là sinon,ils se contentèrent de me demander pourquoi j'avais été arretée je leur dis voile integrale,je posais plein de questions je demandait pourquoi ils voulaient ma piece d'identité et un des 3 celui qui était dehors me reponadit qu'il voulai être sûr que c'etais moi je lui dis mais vous venez jusqu'à chez moi il me dit ça peut être quelqu'un d'autre je ne repondais plus.  un des 2 policiers qui était dans mon entrée passa sa tête et scruta mon salon je dis  à  ma soeur de rentrer dans le salon et je fermais  la porte pour qu'il ne regarde pas chez moi je me suis mise a leurs redemander pourquoi ils etaient chez moi ils n'avaient pas le droit d' entrer , il mentit en disant que c'etait ma soeur qui les avait autorisé chose qu'elle a démanti et je repondait mais c'est chez moi et moi je ne vous ai pas autorisé ils m'ont demander séchement a bon c'est vous la propriétaire je dit non locataire et il me dit vous avez un bail jai dit oui quelque par et il me demanda  d'appeler ma soeur et lui demandirent ses papiers elle chercha pendant 10min elle est   arrivée a les trouver  et il prirent simplement ce qu'elle leur dit sur un bout de papier et ils mon dit de me presenter au commisariat a 14h au service CAR apparament c'est ceux qui m'ont interpellé hier j'ai demandé pourquoi ils m'ont dit vous verrez et voilà je penses d' avoir oublieé plein de details et j' espere que ça ne portera pas préjudice à mon  dossier toute fois si je me souviens  de quoi que se sois je vous enverrais un mail desolée d'être brouillon...et je vous remercie profondément de votre aide et soutien.Qu'Allah SWT vous en récompense.


Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet