Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 03:51

 

reçu par mail et on vous donnera l'adresse du blog
CAPITALISME ET ENERGIE
Parvenu à un niveau d' anéantissement inégalé dans l' histoire des organisations humaines , il n' y a rien de surprenant à constater que le capital utilise , pour faire fonctionner tous ses systèmes ( industriels , administratifs , inter-étatique etc... ) , davantage d' énergie mortifère dérivée de son image : le nucléaire . Même si au niveau mondial , les énergies fossiles ( charbon , pétrole ) restent dominantes dans la majorité des pays émergents , en revanche , dans les vieux pays industriels , il est devenu le symbole prométhéen accompagnant la 3 ème révolution industrielle de l' électronique et du numérique . Du point de vue du capital , la transformation industrielle de l' uranium et du plutonium reste une énergie comme les autres possédant seulement un potentiel calorique beaucoup plus important ; cette conception idéologique n' est , ni plus ni moins , dans la cohérence doctrinale des fondateurs de la philosophie libérale ( Smith , Stuart Mill , Ricardo ) pour qui une accumulation sans cesse croissante des valeurs produites implique un libre développement des initiatives axiologiquement neutre c' est à dire délivrées de tout postulat éthique de valeur ou de qualité . Ainsi , les populations occidentales déjà prises en otages lors des destructions de la 2 ème guerre mondiale , furent donc sommées de reconstruire les économies industrielles sans pouvoir objecter librement un quelconque jugement de valeur sur le prix à payer pour accéder au paradis de la consommation de masse , le spectaculaire marchand se chargeant , de surcroît , d' étouffer toute critique par l' apologie exclusive des désirs émancipés . Est-il vraiment nécessaire de rappeler que l' énergie nucléaire , du point de vue cette fois ci de l' humanité , ne peut être considérée comme une énergie classique ? A ce que je sache , on n' a pas encore produit de bombes pouvant détruire plusieurs fois la planète , en utilisant le pétrole , le charbon ou le gaz comme composant principal ce qui ne dédouane pas pour autant ces dernières de leur potentiel destructeur . Si les méthodes de production industrielles ( division croissante du travail entre manuels et intellectuels ; parcellisation des tâches ; chronométrage des gestes ; économie d' échelle ) et les technologies scientifiques civiles ont pu servir de modèle dans l' organisation des armées étatiques de masse à la fin du XIX ème siècle , il en est tout autrement depuis le milieu du XX ème siècle : la plupart des applications industrielles pour la consommation de masses des 30 Glorieuses ( réseau satellitaire , informatique , téléphone portable , techniques médicales ) sont les dignes héritières des découvertes issues du complexe militaro-industriel durant la dernière guerre mondiale sans parler bien évidemment de la généralisation du nucléaire civil dès les années 60 . A l' aube du XXI ème siècle où la conscience écologique prend relativement plus d 'ampleur parmi les populations , il est grand temps de reconnaître l' inanité de certains discours et manifestations soi-disant radicaux : 1-- Certains courants , tels " La Décroissance " ou " Sortir du nucléaire ", revendiquent ainsi une disparition progressive voire immédiate de l' utilisation civile et militaire de l' énergie nucléaire mais sans remettre en question l' organisation générale qui la sous-tend ; ces mouvements plutôt réformistes sont passé maîtres dans l' art du discours double face comme le scotch du même nom , un spécifié pour leurs clans libertaires ou gauchistes trublions et un autre plus institutionnel réservé aux élus de tout poil avec lesquels ils entretiennent des accointances plus ou moins officielles . Autant il ne peut être que légitime de produire moins d' énergie en modifiant en profondeur nos modes de vie de production , de transport , de consommation , autant il est absurde de compter sur les populations indignées afin qu' elles fassent pression sur leur Etat pour imposer des modes énergétiques décentralisés et relocalisés à bas d' énergies renouvelables . L' idée peut certes paraître séduisante mais elle n' en reste pas moins paradoxale :il faut en effet avoir conserver une bonne dose de myopie intellectuelle pour accorder toute sa confiance en l' organisation étatique , principale garante du rapport social industriel et capitaliste et de l' utilisation concomitante du type d'énergies . Tous les éléments de ce système cohérent se tiennent et il est donc illusoire de souhaiter un capitalisme décroissant ou dénucléarisé . 2-- Il serait injuste de ne pas mentionner un courant minoritaire mais non négligeable au sein du pôle techno-scientifique dominant ; ses analyses portent un regard sans concession sur la profondeur de la crise présente ; inspirés de la philosophie noosphérique , certains scientifiques influents comme Jeremy Rifkin , expérimentent déjà tout un tas de manipulations destinées à vulgariser de nouvelles pratiques adaptées aux conditions de survie du capitalisme mondialisé ( OGM ; nanotechnologies ; méthanisation et hydrogénisation etc ...) . Anticipant déjà l' épuisement des matières premières et des sources d' énergie terrestres , ils commencent à envisager la conquête et l' exploitation d' autres planètes du système solaire ( Institut Schiller ; Marc Halevy ; Johann Soulas ). Même si ces possibilités sont actuellement inenvisageables économiquement compte tenus des investissements très importants que ces explorations nécessiteraient , il n' est plus absurde de supposer qu' elles peuvent représenter une issue transgressif pour le capital . 3-- D' autres courants politiques remettent bien en cause le mode d' organisation du capitalisme actuelle mais sans vraiment pousser leur réflexion sur le fonctionnement réel d' une organisation sociale post-capitaliste . S' attachant pour la plupart d' entre eux , aux présupposés théoriques des " forces productives " déliées des rapports sociaux de production , conception chère aux II ème et III ème Internationales ( Kautsky , Lénine , Trotsky ) , ils n' en critiquent pas fondamentalement la nature , l' essentiel étant qu' elles ne soient plus entravées par les catégories du capital ( concurrence , rentabilité , profit , salariat ) . Sans augurer de ce futur post-capitaliste , la réflexion en ce domaine ne peut qu' inciter à la prudence : l' émancipation politique par la majorité des exploités ne garantit pas une émancipation sociale totale en particulier si la base industrielle est simplement reconvertie pour mieux correspondre aux nouveaux besoins sociaux , sans être refondue dans sa substance même ; les travailleurs n' auraient alors gagné aucune autonomie et liberté dans l' application des organisations du travail et dans le rythme de production , et resteraient dominés par leurs produits même socialisés ; la production hétéronome industrielle implique par son essence même une division complexe du travail et une gestion hiérarchique qui , à terme , ne peut qu' entrer en contradiction avec l' émancipation démocratique de la majorité des exploités. Pour finir , il est important de reconnaître que la vérité révolutionnaire ne se situe dans aucun de ces courants de pensée mais qu' elle sera certainement déterminée par les futures luttes émancipatrices dans une synthèse intelligente : à savoir un mode de vie respectueux de tous les éco-systèmes , nécessairement décroissant et relocalisé c' est à dire produisant moins de produits énergivores ( donc plus durables ) ; honnêtement , je ne pense pas que nous pourrons nous passer intégralement d' une production industrielle mais dans ces conditions , ce seront aux assemblées générales des communautés humaines à décider dans quels secteurs il s' agit de la limiter , dans quelle proportion et avec quelles assemblages d'énergies elles comptent fonctionner ; une importante désindustrialisation post capitaliste ne pourrait qu' être accompagnée de mesures radicales pour détruire tout rapport de domination issu des catégories du capital ( l' Etat , l' argent , le salariat ; son mode industriel dominant associé à ses énergies destructrices ; son fétichisme marchand déshumanisant ) . S' il y a bien un prix à payer , c' est uniquement celui des ultimes combats révolutionnaires pouvant seuls inverser le cours morbide du capitalisme mondialisé en détruisant la totalité de ce rapport de domination .

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog