Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 18:21

lu sur rebellyon.infos

Deux militants pour les droits des kurdes ont été arrêtés lundi 10 mai et placés en centre de rétention. Un retour dans leur pays serait extrêmement dangereux pour eux. Leurs familles et leurs amis seront présents demain dimanche à 15h devant le centre de rétention. Ils attendent votre soutien.

Depuis quelques mois les associations kurdes d’Europe et de France subissent une forte répression. Arrestations et perquisitions début mars à Marseille, en Belgique et dans de nombreuses villes !

Cette répression s’abat aujourd’hui sur les kurdes de Lyon.

Récit d’une intervention musclée de la brigade antiterroriste

Azad, le responsable actuel du Centre Culturel Mésopotamie de Lyon (association culturelle kurde) a vu sa porte défoncée par la brigade antiterroriste lundi 10 mai à 6h du matin. Les policiers sont entrés violemment, l’ont menacé avec une arme sur la tête, couché sur le ventre, et menotté.

Cinq autres personnes se trouvaient à ce moment là chez lui. Toutes ont été menacées par les policiers armés, et couchées sur le sol de la même façon. L’un d’entre eux, rendu nerveux par la peur, a même reçu un coup de crosse sur la tête. Tous les papiers des personnes présentes ont été examinés, une personne de nationalité française a été immédiatement relâchée.

Les policiers étaient accompagnés d’interprète et la perquisition a duré plus d’une heure et demi avec fouille de la voiture et saisie des ordinateurs, GPS et téléphones portables.

La police n’a rien trouvé. Elle a pourtant déclaré que le PKK était une organisation terroriste et qu’en tant que kurde, Azad en faisait forcément partie et que les livres et brochures qu’il possédait étaient interditEs.

Au même moment, les policiers perquisitionnent un voisin, kurde lui aussi.

Azad et les quatre autres personnes présentes chez lui sont emmenées au commissariat. Deux personnes, sans titre de séjour, sont emmenées au centre de rétention. Quant à Azad, il restera 48h en garde à vue et subira de multiples pressions et interrogatoires. On lui dira que des armes ont été trouvées chez lui, qu’il recrute des jeunes kurdes pour la guerilla, on poussera ses amis à le dénoncer, et menacera de perquisitionner l’association culturelle Mésopotamie.

Azad ne cessera de dire que toutes ces accusations sont fausses et qu’il est responsable d’une association culturelle ouverte à tous et que l’on n’a pas besoin de perquisition pour y entrer.

Avant de le relâcher, il lui a été proposé de rester en contact et de travailler avec les services de police, ce qu’il a évidemment refusé.

Les deux militants kurdes placés en centre de rétention courent un grand danger s’ils sont expulsés vers la Turquie. Ils ont déjà entamé une grève de la faim pour s’opposer à leur expulsion.

C’est pourquoi nous attendons le soutien de touTEs devant le centre de rétention dimanche  à 15h !

Le prénom d’Azad a été modifié

Partager cet article

commentaires