Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 09:51

Le 21 février:

Ce matin a eu lieu à Izpura  la conférence de presse du Collectif contre le Mandat d'Arrêt Européen et des huit jeunes de SEGI, qui ont fui les rafles du Pays Basque sud il y a quatre mois et qui, vivant sous la menace d'un Mandat d'Arrêt Européen (MAE) et d'une arrestation, ont choisi d'apparaître publiquement en passant la semaine à la salle Faustin Bentaberri d'Izpura, où ils invitent tout le monde et spécialement les acteurs politiques et sociaux à venir les rencontrer.


Télécharger le dossier de presse du Collectif comprenant la présentation de chacun de ces jeunes et les témoignages de tortures subies par ceux qui n'ont pas eu la chance de pouvoir fuir.


Représentants : Amaia ELIXIRI (SEGI) et Francis CHARPENTIER (plateforme syndicale SOLIDAIRES)

Bonjour à tous et merci d'être présents

L'acceptation du mandat d'arrêt européen à l'encontre d'Aurore Martin nous place dans une situation nouvelle. Une porte s'est dangereusement ouverte, dangereuse pour les militant-e-s basques mais également pour n'importe quel militant-e politique ou syndicaliste.

L'Etat français a franchi le pas en acceptant la remise d'une militante de nationalité française permettant ainsi que tous les militant-e-s du Pays Basque nord apparaissant dans des dossiers traités à Madrid soient inquiété-e-s, et, à plus long terme, la société en général.

De nombreuses voix se sont faites entendre pour dénoncer cette situation, les mobilisations se sont multipliées et un Collectif s'est monté, composé pour l'heure d'Abertzalen Batasuna, Anai artea, Askatasuna, Batasuna, CDDHPB, LAB, NPA, Segi et Solidaires.

Le Collectif a pour but de mettre en évidence les atteintes aux droits civils et politiques (droit à l'organisation, à l'expression, de réunion, et d'opinion) que créent le mandat d'arrêt européen.

Le Collectif a pris l'engagement de mettre en évidence les pratiques de cette juridiction et de mener campagne pour l'abrogation du mandat d'arrêt européen.

En ce sens, nous organisons à partir d'aujourd'hui une action d'une semaine, ici même à Ispoure.

Nous avons parmi nous huit jeunes de l'organisation de jeunesse Segi : Bergoi Madernaz, Aitziber Plazaola, Beñat Lizeaga, Aiala Zaldibar, Xalbador Ramirez, Endika Perez, Irati Tobar et Jazint Ramirez.

Il y a de cela quatre mois, ils et elles ont dû fuir de la scène politique publique.

Sur ces huit jeunes, l'une est sous le coup d'un mandat d'arrêt européen et les sept autres risquent fortement d'être dans la même situation sous l'ordre du tribunal special qu'est l'Audiencia Nacional de Madrid.

C'est cette dernière qui a mis en marche la stratégie d'illégalisation qui permet d'instrumentaliser la torture, quasi systématiquement pratiquée lors des arrestations. Le mandat d'arrêt européen cache cette réalité. Le Collectif a pris l'engagement de mettre en évidence les pratiques de cette juridiction

Par cette action, le Collectif dénonce la situation de ces jeunes.

Les illégalisations de Segi et d'autres organisations comme Askatasuna, Batasuna... laissent carte blanche à l'Etat espagnol pour condamner une activité politique. Ce ne sont pas des actions qu'ils jugent mais des idées. Il suffit d'être membre d'une de ces organisations pour être torturé-e et incarcéré-e.

C'est leur activité politique qui est visée. Leurs droits civils et politiques sont bafoués. Ils risquent une peine de 12 ans de prison pour appartenance à une organisation politique.

Ces jeunes, comme Aurore Martin, sont des militants de la gauche abertzale et c'est pour cela qu'ils et elles sont attaqués.

Ils veulent empêcher leur militance politique, attaquer leurs idées. Il est clair que le débat qui entoure le mandat d'arrêt européen n'est pas celui de la nationalité mais celui des atteintes aux droits civils et politiques, le vrai problème est là.

 

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog