Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 13:27

Dédié aux nombreux pêcheurs qui vivaient grâce à l'apport financier amené par leur activité . texte donné par le blog de Jean Pierre Morichaud lien ici

La vallée du Rhône avec ses deux rétrécissements au nord et au sud de la plaine alluviale Pierrelatte (voir la rubrique géographie) est un passage obligé pour le trafic routier, ferroviaire et , bien sûr, fluvial entre le Nord de l'Europe, la Provence et l'Italie. C'est même aussi  le parcours des lignes hautes tension qui ont leur part de pollution visuelle et électrostatique.

rhoneL'histoire du Rhône de 1820 à nos jours est décrite admirablement par Pierre Claude Tracol, dans un ouvrage déjà cité. Le transport par péniches des matières premières et chimiques souvent toxiques entre le delta du Rhône et les complexes de Feyzin et Rhodia s'étaient intensifiés ces dernières années depuis la régulation des crues par les barrages hydroélectriques et le canal de Donzére. Parallèlement le trafic des poids-lourds s'est densifié sur l'autoroute et la A.86 . Cinq cents véhicules/ heure, dont les deux tiers immatriculés en Europe du Nord, à destination de l'Italie et de la Catalogne. Au nom de la rentabilisation des investissements, il est aussi question d'augmenter le nombre et la longueur du train sur la voie de chemin de fer, rive droite. Au grand dam des habitants des villages traversés qui craignent la pollution sonore et les risques d'explosion des matières inflammables transportées. Ce tableau, plutôt noire, pour les pourfendeurs du principe de précaution, ne prend pas en compte les transports de matières nucléaires de La Hague en Cotentin, à Marcoule (Gard) et Cadarache( Bouches du Rhône) qui circulent par la route, car la SNCF n'en assure pas la sécurité.

Je vous propose de résumer là ce que Pierre Claude Tracol a appelé la crise du PCB, un déchet chimique rejeté depuis des années dans les eaux du Rhône, grâce à la négligence de l'administration, et dont on s'inquiète depuis l'année 2000. La presse s'est emparée du problème , parce que des médecins inquiets de la santé des riverains du delta du Rhône, ont pris l'initiative d'analyser leur  sang, action jusqu'alors négligée par les responsables locaux de Santé. Ce produit pétrolier appelé également pyralène, est utilisé dans l'industrie électrique comme isolant liquide dans les transformateurs et les condensateurs industriels, et les radiateurs électriques à l'huile. Interdit à la vente depuis 1987, aucune filière  de contrôle de sa destruction n’a depuis été exigée. Les grands fleuves dont le Rhône et la Seine ont donc servi d’égout vers la mer, depuis. Comme pour d'autres déchets liquides, on a constaté  qu’au lieu de se diluer dans l'eau des fleuves, cette huile insoluble s'est fixée sur les plantes aquatiques , elle est mangée par les poissons de vase puis elle remonte la chaîne alimentaire jusqu'à l'homme.

« Pendant ce temps, de nombreuses victimes souffrent et meurent. En silence. Affreuse ignominie. » S'indigne fort justement, l'avocat Pierre Claude Tracol.

Partager cet article

commentaires