Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 11:09

On publie cette   information  ci dessous car des  libertaires sont amenés à militer  sur des sujets précis  à Valence et Romans avec les militants du NPA.

Le parti d’Olivier Besancenot 
a perdu un tiers de ses adhérents depuis 2009. 
Il aborde 
son deuxième congrès, qui s’ouvre aujourd’hui, 
dans une délicate ambiance.

L’enthousiasme avait alors enveloppé Leïla Chaibi, Yann Cochin et tant d’autres nouveaux adhérents du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA). « C’était l’euphorie totale, la grosse patate », se remémore la jeune militante. « Il y avait un vrai engouement », souligne le syndicaliste. Et puis, progressivement, à mesure que se dessinait l’orientation inavouée de la direction, la déception s’installait. Au point d’entraîner le départ d’au moins un tiers, voire la moitié des effectifs. Au moment où s’ouvre son deuxième congrès, ce week-end, à Montreuil (Seine-Saint-Denis), la formation d’Olivier Besancenot revendique 6 000 membres, dont 4 500 à jour de cotisation, sur 9 300 lors de sa création en février 2009.

Isolement critiqué

Les causes de la désaffection sont certes multiples, mais elles trouvent souvent leur origine dans la position « isolationniste » défendue bec et ongles lors des élections par la direction de cette organisation, qui a su, à sa naissance, séduire des jeunes, parfois novices de la politique. Elle a également pu conquérir des syndicalistes, comme « dans le secteur de l’énergie, où je travaille », assure Yann Cochin. « C’est du gâchis. Il y avait vraiment l’espoir d’un rajeunissement de la politique et d’un ancrage populaire », déplore-t-il.

C’est essentiellement ce corps militant, particulièrement attaché à l’union de « la gauche radicale », qui a, par vagues successives, déserté les rangs du NPA. Certains, tels Yann Cochin ou Leïla Chaibi, prendront leurs « responsabilités » à l’issue du congrès. D’autres, comme l’altermondialiste Raoul-Marc Jennar, sont partis sur la pointe des pieds. Ces départs ont forcément affaibli le courant « unitaire ». De 31, 5 % au moment de la consultation interne sur les régionales, sa position en faveur d’une alliance avec le Front de gauche passe à 27, 2 % à l’issue des assemblées locales préparant le congrès.

Direction minoritaire

La direction du NPA, si elle réalise un score supérieur (40, 8 % au lieu de 36, 5 %), demeure néanmoins minoritaire au sein du parti. « Nous n’avons pas encore trouvé le point d’équilibre entre la radicalité et l’unité », explique Pierre-François Grond. Proche d’Olivier Besancenot, il affirme que la position « relativement majoritaire » de la direction est de « défendre la nécessité d’un rassemblement politique, mais il y a une vraie difficulté à trouver des partenaires ». Un argument que rejette le courant unitaire : « La fondation du Parti de gauche puis celle du Front de gauche ont interpellé le NPA, or il n’a pas su comprendre le processus et l’apprécier à sa juste valeur, comme le début d’un rassemblement auquel on pouvait participer, qu’on pouvait renforcer », regrette Danielle Obono. Elle note que « le parti reste divisé ».

Nullement inquiet, Pierre-François Grond sait qu’« il y aura une majorité » au sein du parti pour une candidature NPA au scrutin présidentiel, si le « test » de la « candidature de rassemblement » échoue d’ici juin. « Il n’y a qu’à faire les comptes », lance-t-il, le regard tourné vers le courant dit « identitaire », qui plaide ouvertement pour que le parti fasse cavalier seul à chaque élection. Avec cette tendance, dont la position a recueilli 28, 2 %, la direction n’a affectivement aucun problème à présenter Olivier Besancenot en 2012, pour la troisième fois.

Mina Kaci

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet