Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 11:15

lu et copié sur le site stop extraditions, ce texte vient en complément de l'émission de radio du 27 mai rediffusée le jeudi 30 mai à 9h jusquà 9h45

L'HISTOIRE DE SONJA ET CHRISTIAN

Plus de 30 ans après les faits

Le procès de Sonja Suder et Christian Gauger, extradés de France en septembre 2011, s’est ouvert à Francfort le 21 septembre 2012 . 

 Le 21 septembre 2011, un couple d’anciens militants extraparlementaires des années 70, Sonja Suder et Christian Gauger, ont été extradés vers l’Allemagne après 33 ans passés en France. Pourtant, en 2001, ils avaient été déclarés non extradables, et c’est dans leur appartement qu’ils ont été arrachés à leur vie et emmenés à Francfort.
Que leur reproche-t-on ?
Soupçonnés d’avoir appartenu au RZ (cellules révolutionnaires), Sonja et Christian sont accusés de participation à des actions qui n’ont fait que des dégâts matériels limités :
Deux attaques contre le nucléaire : la première contre la compagnie allemande MAN qui collaborait à la construction de la bombe atomique pour le régime raciste d’Afrique du Sud d’apartheid ; la seconde contre la compagnie KSB, qui, à cette époque était le plus gros fabricant de pompes utilisées dans les centrales nucléaires.
Et une attaque incendiaire contre le château d’Heidelberg. Cette action dénonçait la rénovation et la restructuration urbaines qui mettaient en œuvre la destruction de quartiers entiers de la ville, chassant ainsi les plus pauvres de leurs logements pour satisfaire aux exigences du tourisme et du profit.
Ces accusations s’appuient sur les témoignages extorqués à Hermann F., alors que celui-ci était très gravement blessé. En 1978, alors qu’il préparait une bombe incendiaire destinée au consulat de la dictature argentine, celle-ci a explosé sur ses genoux. Profondément brûlé, Il perdra la vue et les jambes. Emmené à l’hôpital, en proie à des souffrances terribles, il est placé en isolement total. Il restera ainsi 18 semaines, sous l’emprise de sédatifs, privé d’avocat, avec pour seuls contacts les renseignements généraux, les procureurs et le juge. Procédés qui équivalent à la torture. Dès sa sortie de l’isolement, F. Hermann  désavouera ces déclarations arrachées par la police.
Leur refuge en France
A l’automne 1978, alors que l’Etat allemand, pour démanteler les mouvements radicaux, pourchasse de nombreux activistes présumés,  Sonja et Christian quittent  ensemble l’Allemagne pour la France. C’est plus tard seulement qu’ils auront connaissance des accusations portées contre eux.
En 1999, Hans Joachim Klein, qui avait rompu publiquement avec son passé militant et s’était lui aussi réfugié en France, est extradé. Jugé à Francfort pour avoir participé à l’action d’un commando germano-palestinien contre la conférence de l’OPEP en 1975 à Vienne, il  accuse Sonja et un autre militant, Rudolf Schindler, d’avoir participé à la logistique de cette action. Cette dénonciation fait partie d’un système de « délation-coopération » ouvrant sur des possibilités d’allègement de peine. C’est là la pièce maîtresse d’une « justice d’urgence »  que tous les Etats confrontés à la vague de contestation et de révoltes des années 70., introduiront sous des formes comparables dans le cours « ordinaire » de la justice.
La parole de Klein ayant été considérée non probante en raison des déficiences de sa mémoire, les juges relaxent Schindler.
Hans Joachim Klein, qui risquait la perpétuité, sera condamné à 9 ans de prison, en fera 4, puis sera définitivement gracié.
Aussi comme la contumace n’existe pas en Allemagne, l’accusation contre Sonja n’est pas examinée sur le fond, mais elle est à l’origine d’un nouveau mandat d’arrêt international lancé contre elle et d’une nouvelle demande d’extradition.
En 2000, Sonja et Christian sont donc arrêtés en France, mais la justice française se prononcera contre leur extradition, les faits dont ils étaient accusés étant prescrits en droit français. Le couple pourra rester « légalement » en France.
Extradés de France
En 2007, la justice allemande renouvelle sa demande d’extradition. Aucune accusation nouvelle ne le justifie, mais seulement de nouveaux accords franco-allemands qui, s’inscrivant dans le cadre de « l’espace Schengen », accordent la priorité à la législation du pays demandeur. En Allemagne les faits ne sont pas prescrits et ces accords, bafouant tout principe du Droit, ont valeur rétroactive. C’est ainsi que Sonja et Christian, assurés dix ans plus tôt, par la même Cour,  de pouvoir vivre en France, deviennent « extradables » 
En juillet 2009  François Fillon, Premier Ministre du gouvernement de Nicolas Sarkozy, suit l’avis de la Cour quant à la légalité de la demande de l’Allemagne, et signe le décret d’extradition. Peu après le rejet du recours au Conseil d’Etat, ils sont saisis chez eux au petit matin du 21 Septembre 2011 et extradés vers l’Allemagne
La procédure allemande
Christian, qui souffre d’une affection cardiaque grave, est transporté de l’autre côté de la frontière en ambulance et placé dans un hôpital carcéral, puis libéré pour raisons médicales.
Sonja, elle, est conduite à la prison de Francfort-Preungesheim. Un an après, elle est toujours emprisonnée, très au-delà du temps de détention provisoire « normal » qui, en Allemagne, est de 6 mois. Les juges ont refusé par trois fois de lui accorder la liberté conditionnelle, arguant du risque qu’elle ne s’enfuie ... Cette affirmation est totalement aberrante : s’ils avaient voulu fuir la justice, ils pouvaient bien plus facilement se cacher en France, de plus ils ne se sont pas quittés depuis 35 ans, Sonja a désormais 80 ans et Christian est totalement dépendant d’une surveillance médicale et chirurgicale permanente. La seule raison possible de cet acharnement est que Sonja paie ainsi leur refus à tous deux de parler, d’alimenter un système de « collaboration à la recherche de la vérité» fondamentalement pervers, dont ils sont eux-mêmes encore victimes 37 ans après les faits.
Le procès s’ouvrira le 21 Septembre, et à partir de début Octobre, à raison de deux séances de trois heures par semaine, à cause de l’état physique de Christian.
Cela risque donc de durer des mois et il est essentiel que le procès soit suivi par des observateurs vigilants.
Nous vous appelons à soutenir Sonja et Christian en participant aux actions de solidarité que nous organisons.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet