Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 07:23

L’incendie et la mise en place de la dictature

Le 27 février 1933, vers 21 h 15, un étudiant passant devant le Reichstag entend le bruit d'une vitre brisée. Il alerte le gardien du Parlement qui aperçoit une silhouette courant à l'intérieur du bâtiment en y boutant le feu. Les pompiers et la police arrivent rapidement sur les lieux où ils constatent de nombreux départs de feu. « Dans la salle Bismarck, située au nord de l'édifice, un homme jaillit soudain, torse nu, ruisselant de sueur, l'air égaré, avec un regard halluciné » (1).
Cet homme, Marinus van der Lubbe, se laisse arrêter sans résistance et passe immédiatement aux aveux, affirmant que l'incendie est un geste de protestation politique et qu'il a agi seul.

Les nazis exploitent immédiatement l'évènement et présentent l’attentat comme étant le déclenchement d’une révolution communiste. Dès le 28 février, ils obtiennent de Hindenburg un décret présidentiel, le « Décret d’urgence pour la protection du Peuple et de l’État » qui suspend les libertés individuelles et lance la chasse aux communistes. Dans la foulée, le gouvernement fait arrêter plus de 4 000 militants du KPD, le parti communiste allemand, ainsi que plusieurs dirigeants sociaux-démocrates, syndicalistes et opposants de gauche, au total plusieurs dizaines de milliers de personnes.
Ces opposants sont internés dans les premiers camps de concentration. Ce décret qui élimine les libertés individuelles en Allemagne restera en vigueur jusqu'en 1945. Notons que ces arrestations prirent place très rapidement, elles avaient été soigneusement préparées de longue date.

 

Cependant, ni le Parti Communiste ni le Parti Social-démocrate ne sont interdits et ont donc des élus suite aux élections du 5 mars, 81 communistes et 120 sociaux-démocrates. Le NSDAP, avec 43,9 % des suffrages, n'a pas la majorité.
De plus, Hitler a besoin d'une majorité des deux tiers pour obtenir le vote de l'Acte générateurLoi visant à la suppression de la détresse dans le Peuple et dans le Reich », ou « Loi sur les pleins pouvoirs ». Ses cinq seuls articles confèrent au gouvernement du Reich des prérogatives illimitées ou presque, lui permettant même d’édicter des lois susceptibles d’entamer le noyau dur de la Constitution).

Le vote de cette loi est acquis par Hitler quand il persuade le Parti du centre, le Zentrum (ancêtre du Parti Démocrate-chrétien allemand) de voter en sa faveur lors de sa présentation le 23 mars. Bien que les sociaux-démocrates votent contre, la majorité des 2/3 est cependant atteinte du fait que certains députés sociaux-démocrates sont empêchés de siéger par les SA et que les députés communistes, représentant 17 % des membres du Reichstag, sont arrêtés avant le vote pour leur « rôle suspect dans l'incendie du Reichstag ».
La loi entre en vigueur le 27 mars et, bien que l'Acte générateur n’est censé être effectif que pendant quatre ans, il sera officiellement prolongé à deux reprises et restera en vigueur jusqu’en 1945.

L’habile exploitation politique de l’incendie du Reichstag facilite tellement la mise en place de la dictature nazie que certains historiens qualifient cet incendie « d’acte fondateur » du IIIème Reich

Les enquêtes et procès

Deux procès ont lieu, voyons d’abord celui qui se tient en Allemagne.

Dès l'annonce de l'incendie et avant tout début d'enquête, la radio allemande affirme que les communistes ont mis le feu au Reichstag. Cette thèse, générée sur l’instant devant le bâtiment en flammes par Göring et Hitler, sert de base au procès qui s'ouvre à Leipzig le 21 septembre 1933.

Sur le banc des accusés figurent, outre Marinus van der Lubbe, l'ancien chef de groupe parlementaire du DKP (parti communiste allemand), Ernst Torgler, et trois communistes bulgares, dont Gueorgui Dimitrov, futur secrétaire général du Komintern et futur Premier ministre du gouvernement communiste bulgare. Pugnace, luttant pied à pied, tenant tête par sa rhétorique à Goebbels et à Göring à qui il fait perdre son calme, Dimitrov, qui a appris l'Allemand durant les mois de prisons précédant la condamnation, fait voler en éclat la thèse officielle et transforme le procès en tribune antinazie ce qui lui vaut une renommée mondiale, y compris en Allemagne. Finalement, seul Marinus van der Lubbe est condamné et décapité le 10 janvier 1934, les quatre autres accusés étant acquittés. Ce verdict, qui ôte toute base à la thèse officielle des nazis, ne les empêche pas de maintenir leur interprétation.

En face, l’exilé communiste allemand Willi Münzenberg, dans son Livre brun, attribue la responsabilité de l'incendie aux nazis, ceux-ci ayant voulu par là se créer un prétexte pour déclencher une vague de répression. La parution du Livre brun est suivie, en septembre 1933, d’un procès organisé à Londres par un comité antifasciste international, qui s'affirme selon les mots du procureur comme « un simulacre de procès [qui] ne saurait avoir de validité juridique et n'avait d'autre but que de servir la vérité que les circonstances empêchaient d'éclater en Allemagne ».

« Il en ressort [du contre procès de Londres] que l’attentat, dirigé par Göring sur l’ordre de Hitler, a été exécuté par un commando de SA, utilisant pour ne pas se faire repérer un passage souterrain qui relie la Chambre à la résidence de son président. Cette mouvance n’est pas tendre non plus pour van der Lubbe, qui n’était pas communiste mais l’avait été, en Hollande, jusqu’en 1930, avant de rompre en reprochant au parti sa mollesse : c’est le thème du « trotskyste agent de la Gestapo », bientôt omniprésent dans les procès de Moscou, qui s’esquisse ici, redoublé d’accusations sexuelles aussi peu étayées que médiocrement révolutionnaires : le Hollandais a été l’amant du chef SA Ernst Röhm, et l’homosexualité, ce n’est pas beau du tout. » (2)

Les controverses historiographiques

Un acte isolé

En 1960, dans le Spiegel, puis en 1962, dans son livre Der Reichsbrand. Legende und Wirklichkeit, Fritz Tobias, qui est un historien amateur, affirme que la thèse du complot nazi est aussi infondée que celle du complot communiste. Il qualifie de fallacieux les documents du Livre brun qui servait de base au dossier antinazi.

Cette thèse fut soutenue par l’historien fonctionnaliste Hans Mommsen dans un article dans le Der Spiegel puis un livre.

Selon Ian Kershaw, les conclusions de Tobias sont désormais largement acceptées. Selon lui, la surprise et l'hystérie qui s'emparent des plus hauts dirigeants nazis la nuit de l'incendie, à commencer par Hitler lui-même, est un signe du caractère inattendu de l'évènement et du fait que l'incendie est bien le fait du seul Marinus van der Lubbe.

« Les premiers membres de la police à interroger van der Lubbe, aussitôt appréhendé et clamant haut et fort sa « protestation », n'avaient aucun doute : il avait agi seul, personne d'autre n'était impliqué dans l'incendie. Mais Göring, dont la première réaction en apprenant l'incendie semble avoir été pour s'inquiéter des précieuses tapisseries du bâtiment, se laissa facilement convaincre par les autorités sur place que l'incendie était le fruit d'un complot communiste. Hitler, qui arriva vers 22 h 30, soit une heure environ après Göring, se laissa rapidement persuader de tirer la même conclusion. Göring lui expliqua que l'incendie était sans conteste l'œuvre des communistes. L'un des incendiaires avait déjà été arrêté, tandis que plusieurs députés communistes se trouvaient dans le bâtiment quelques minutes à peine avant l'embrasement. »

L'analyse de Kershaw est vivement contestée par Lionel Richard : « les analyses de Tobias, déjà fortement mises en cause par un groupe d'historiens quand elles ont été publiées, ne jouissent plus d'aucun crédit. Il a été démontré que son information documentaire n'était pas fiable. En l'occurrence, Kershaw aurait pu, au moins, prendre sérieusement en considération les travaux d'Alexander Bahar. »

La publication récente des carnets de route de van der Lubbe, (Éditions Verticales, 2003) censés également montrer que la thèse de Tobias est la bonne, n’apporte en fait qu’un éclairage un peu nouveau sur la personnalité de Marinus mais comporte des trous béants dans sa tentative de démonstration, notamment l’absence totale d’analyse de ce que faisaient les nazis avant l’incendie comme après. C’est d’ailleurs là une constante chez les partisans de Tobias : le fait que Hitler et ses collaborateurs soient au cœur d’une campagne électorale d’une importance extrême pour eux et, par conséquent, étaient prêts à tout pour réussir, n’est jamais pris en compte.

Une manipulation nazie

Alan Bullock, Hitler ou les mécanismes de la tyrannie, Marabout Université, 1962 : « Goering avait trouvé là un bien beau prétexte pour attaquer les communistes ; c'est pourquoi beaucoup pensent (et avec eux l'auteur de cet ouvrage) que l'incendie du Reichstag fut en fait organisé et perpétré par les nazis eux-mêmes. » (Tome 1, p. 254). Pour Pierre Milza, Marinus van der Lubbe aurait été manipulé par les nazis : « Utilisant le délire pyromane d'un jeune chômeur d'origine hollandaise, Marinus van der Lubbe, qui se dit communiste, les hommes de Göring l'ont laissé allumer un petit incendie dans le Palais du Reichstag, tandis qu'eux-mêmes inondaient les sous-sols d'essence ». François Delpla penche lui aussi pour une manipulation de Marinus van der Lubbe par les nazis, par le biais d'un agent infiltré dans les milieux de l'ultragauche, lui faisant croire que l'incendie allait créer un soulèvement populaire contre Hitler. Il reproche aux tenants de la thèse de l'incendiaire isolé de croire que l'absence de preuves de complicités prouve l'absence de complicités.

Jacques Delarue (1962) estime que l'incendie a été perpétré par un commando de membres de la SA, dirigé par Karl Ernst et Edmund Heines, à l'initiative d'Hermann Göring.

William Shirer, Le Troisième Reich des origines à la chute, Stock, 1963 : « On ne saura probablement jamais toute la vérité à propos de l'incendie du Reichstag. Presque tous ceux qui la connaissaient sont aujourd'hui morts, la plupart d'entre eux assassinés par Hitler dans les mois qui suivirent. Même à Nuremberg, le mystère ne put être entièrement éclairci, bien que l'on possède assez de preuves pour affirmer avec une quasi-certitude que c'étaient les nazis qui avaient préparé l'incendie et qui l'avaient exécuté à des fins politiques. »

Pour Gilbert Badia, 1983, il est impossible qu'un homme isolé comme van der Lubbe, dépourvu de tout soutien ait seul perpétré l'incendie, notamment compte tenu du fait qu' « on trouva dans le Reichstag assez de matériel incendiaire pour remplir un camion » et d'une déclaration de Göring au général Hadler lors de laquelle il affirme : « le seul qui connaisse bien le Reichstag, c'est moi ; j'y ai mis le feu ».

Serge Berstein, L'Allemagne de Hitler - chapitre : La prise de pouvoir par Adolf Hitler, Éditions du Seuil, collection Points, 1991 : « Dans la nuit du 27 février, le Reichstag flambe et on arrête sur les lieux un jeune Hollandais, à demi idiot, Van der Lubbe, qui se déclare communiste. Goering fait aussitôt incarcérer les dirigeants du parti communiste, 4 000 permanents et le Bulgare Dimitrov, secrétaire général du Komintern présent en Allemagne. Leur procès, qui a lieu à Leipzig après les élections, leur permet de prouver sans peine leur innocence et de fortes présomptions laissent supposer que l'incendie est l'œuvre des nazis eux-mêmes.

Rappelons que Fritz Tobias a soutenu la thèse d'un Van der Lubbe seul responsable de l'incendie du Reichstag sans complicités extérieures. Selon Tobias, les nazis auraient simplement saisi cette opportunité pour museler l'opposition communiste. Notons que les résultats de l'enquête de Fritz Tobias furent publiés dans le journal "Der Spiegel" dès 1959 avant de paraître sous la forme d'un livre "Der Reichtagsbrand", Rastadt, 1962. »

Pierre Milza, Les fascismes, Éditions du Seuil, collection Points, 2001 : « On sait que l'attentat contre le siège du parlement allemand avait été commis par un jeune chômeur d'origine néerlandaise, van der Lubbe, qui avait appartenu au parti communiste et souffrait de troubles mentaux. Bien que toute la lumière ne soit pas encore faite aujourd'hui sur cette affaire (la plupart des témoins ayant "disparus" au cours des premières années du régime), il est à peu près acquis que le pyromane était manipulé par les nazis - les hommes de Göring auraient laissé van der Lubbe allumer un petit feu dans le palais du Reichstag tandis qu'eux-mêmes inondaient le sous-sol d'essence - et qu'il y a eu provocation de leur part. »

En 2001, en se basant à la fois sur les circonstances matérielles de l'incendie et sur des archives de la Gestapo conservées à Moscou et accessibles aux chercheurs depuis 1990, Bahar et Kugel reprennent la thèse selon laquelle le feu a été mis au Reichstag par un groupe de SA agissant sous les ordres directs de Göring.

François Delpla adopte la thèse de l’attentat nazi, disant des travaux de Tobias :

« Cependant, si on examine ce travail avec une parcelle de l’esprit critique dont lui-même accable la plupart de ses devanciers, on est vite intrigué par des curiosités méthodologiques. Il s’intéresse assez peu aux faits, et bien plus aux failles des théories adverses. Il écarte ce qui gêne sa démonstration avec une brutalité radicale : ainsi, tous les témoignages sont récusés, au motif que tous auraient été pollués par les théories en vigueur, et le corpus des sources se voit drastiquement réduit aux documents écrits. Ceux-ci consistant essentiellement en rapports de police, la démonstration s’en trouve fort simplifiée : il y a d’un côté des professionnels consciencieux, qui recueillent les aveux de van der Lubbe et lui font reconstituer ses gestes d’une façon qui cadre à peu près avec les horaires présumés, de l’autre des nazis surpris par l’événement mais doués d’excellents réflexes propagandistes. » (3)

Citons également l’analyse que Nicolas Bernard nous a livrée sur le forum www.39-45.org :

« S'il est vrai que ces deux auteurs [Tobias et Mommsen] ont sérieusement mis à mal la version traditionnelle de l'événement, qui voulait que "les nazis" aient envoyé un commando brûler le bâtiment et aient imputé le crime à un innocent (le très falot Van der Lubbe) en compagnie d'autres leaders communistes tels que le Bulgare Dimitrov, ils n'en ont pas moins été contestés par d'autres chercheurs, tels qu'Edouard Calic (Le Reichstag brûle !, Stock, 1969), qui, malgré quelques faiblesses dans l'argumentation démontre bel et bien que la place avait été préparée pour Van der Lubbe, lequel n'a pu que bénéficier de complicités nazies. »

Des faits têtus

Les citations d’historiens d’un coté comme de l’autre, laissent penser à l’auteur de cet article que les fonctionnalistes ont, une fois de plus, raté une marche dans cette affaire. Mais revenons maintenant aux sources primaires telles que glanées chez Jacques Delarue, François Delpla et quelques autres :

· La piste du souterrain avait été soufflée à la presse par Göring. La piste du commando, c’est les nazis qui la suggèrent, en esquissant non seulement son itinéraire, mais son équipement, puisque le même Göring parle d’un apport massif de matériaux inflammables. On peut d’ailleurs se demander, avec F. Delpla, si l’homosexualité, totalement imaginaire, de van der Lubbe, n’aurait pas été également suggérée par quelque fuite gestapiste, et remarquer qu’en tout cas cette prose servait merveilleusement les nazis en fournissant une rampe de lancement à leur manœuvre suivante, l’exécution de Röhm motivée par un ensemble de griefs où la moralité figurait en bonne place.

· Hitler Goering et Goebbels sont très rapidement sur les lieux et y restent. Étrange pour les dirigeants d’un pays qui serait sous la menace d’une révolution communiste.

· Otto Strasser s’interroge dans ses Mémoires sur la présence, dans le palais de Goering, du Gruppenführer S.A. Karl Ernst accompagné de quelques hommes triés sur le volet. Que faisaient-ils dans le souterrain construit pour faire passer les canalisations de chauffage central qui vont du palais au bâtiment du Reichstag ? Bref, pour Strasser, il y a eu préparation de l'opération, van der Lubbe n'étant que le bouc émissaire, manipulé comme agent provocateur. Il présente aussi une savoureuse anecdote : « Je me trouve au même instant à la gare d'Anhalt, je vois des lueurs dans le ciel ; je demande à mon chauffeur de taxi ce qui se passe. - Les nazis, me répond-il, indifférent, ont incendié le Reichstag. »

· Observez les photos de Marinus van der Lubbe et comparez celle de la reconstitution à celles prises pendant le procès. Que lui a-t-on fait entre temps pour qu’il ait l’air « abruti » et ne réponde aux questions que par monosyllabes ? « […] cette hébétude dans laquelle certains médecins crurent reconnaitre les symptômes produits par la scocpolamine. » (4)

· Le 22 février, soit 5 jours avant l’attentat, Goering transforme par décret les SA en auxiliaires de la police d’ordre, ce qui permet d’avoir à disposition les effectifs nécessaires pour déclencher l’énorme vague d’arrestations qui suit l’incendie.

· L’incendie a lieu pendant une campagne électorale d’une extrême importance pour le Parti National-socialiste (NSDAP). Le programme de Hitler est très chargé, épuisant même. Le calendrier diffusé par Goebbels dés le 10 février prévoit plusieurs réunions par jour, certaines fort éloignées les unes des autres et nécessitant des déplacements par avion. Or, de manière étrange et apparemment inexplicable, aucune réunion n’est prévue les 25, 26 et 27 février et il est même précisé que le Führer ne peut assister à aucune réunion publique le 27 février, jour de l’incendie. Hitler se trouve donc à Berlin ce jour-là alors que ses partisans l’attendent avec impatience partout dans le pays. Géniale intuition hitlérienne ou plan soigneusement planifié ?

· Les premiers rapports de police, peu utilisés pendant le procès de Leipzig ou par Tobias, montrent que les policiers arrivés très rapidement sur les lieux sont frappés par le nombre de foyers d’incendie (60 à 65 selon eux), leur dispersion dans tout le bâtiment et le fait qu’ils semblent avoir été déclenchés par des produits incendiaires.

· Le docteur Bell, qui a de nombreux amis nazis, raconte que van der Lubbe était en relation avec des SA et ajoute d’un air entendu qu’il sait ce qui s’est réellement passé ce soir là. Une de ses relations en fait rapport à plusieurs membres du Parti Populiste. L’une des lettres arrive à la Gestapo. Bell, alerté, s’enfuit en Autriche où il est assassiné le 5 avril. Le docteur Oberfohren, Président du groupe national-allemand au Reichstag, est lui aussi bien renseigné et a l’imprudence d’en faire rapport par écrit. Un des rapports parvient à l’étranger et est publié par la presse. Le 3 mai, on trouve Oberfohren mort dans son appartement. Ses papiers personnels ont disparus. Des membres du commando incendiaire SA parlent un peu trop : le chef SA Ernst se vante après boire de son « exploit ». Le SA Rall, arrêté après l’incendie pour un délit de droit commun, tente de s’en tirer à bon compte en faisant des révélations à son juge d’instruction. Il raconte tout le périple des incendiaires, cite Goering et Goebbels, révèle les noms des autres membres du commando et tous les détails. Il précise même qu’ils attendirent environ 2 heures dans le tunnel allant du Reichstag à la résidence du Président, donc Goering, avant d’avoir le signal de démarrage. Rall ne le sait pas mais il est clair que Ernst attend l’arrivée de van der Lubbe pour déclencher l’opération. Le greffier Reineking, SA et nazi convaincu, en fait rapport à son chef SA.
La gestapo bloque tous les comptes-rendus d’interrogatoire, fait transférer Rall à Berlin. Son cadavre est découvert quelques jours après dans un champ. Outre Rall, la quasi-totalité des SA suspectés d’avoir fait partie du commando est assassinée par la Gestapo, certains pendant la Nuit des Longs Couteaux.

Mais méfions-nous de ses morts suspectes. L'intérêt de Hitler, selon François Delpla, n'est pas d'être insoupçonnable, mais d'être soupçonné (pour que le nazisme apparaisse capable de tout contre le communisme, et que ceux qui s'en réjouissent perdent peu à peu toute moralité) sans qu'on puisse rien prouver et en faisant piétiner l'enquête sur des fausses pistes : faire porter par la rumeur le chapeau à Ernst puis le trucider pour de tout autres raisons, cela fait partie du « b, a, ba » ; et cela accrédite les rumeurs, stratégiquement vitales, de la division permanente et gravissime du nazisme contre lui-même, ainsi, dans le cas particulier, que la présentation de la Nuit des Longs Couteaux comme un coup de balai salubre débarrassant le régime de sa pègre.

Conclusion

Comme cela est très souvent le cas dès que l’on parle du nazisme, ces polémiques sur l'identité des incendiaires du Reichstag ont été initiées par des historiens, amateurs et professionnels, appartenant à l’école fonctionnaliste qui, malgré les notables et louables avancées que leurs recherches ont permises, restent empêtrés dans une sous-évaluation des capacités manœuvrières réelles du nazisme en général et de Hitler en particulier. L’explication des épouvantables succès du nazisme par toute une série de hasards fort opportuns est non seulement fausse mais elle est dangereuse dans la mesure où elle masque la réalité de la capacité hitlérienne à convaincre, à mentir avec succès et à manipuler effrontément. Par conséquent, elle limite la possibilité d’analyser avec finesse tout autant le nazisme que ses conséquences sur la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Il serait temps d’en finir avec cette « querelle des historiens » et d’en revenir à la réalité, à savoir que le nazisme, s’il fut un phénomène totalement inédit à l’époque, a profondément marqué son siècle au point de déborder sur le suivant, le tout absolument pas « par hasard » mais de manière tout à fait préméditée et habilement planifiée.

(1) Jacques Delarue, Histoire de la Gestapo, Fayard, Paris, 1962, p.31.
(2) François Delpla, Le terrorisme des puissants : de l’incendie du Reichstag à la nuit des Longs couteaux, Guerre et Histoire no. 7, septembre 2002.
(3) http://www.delpla.org/article.php3?id_article=62
(4) Jacques Delarue, op. cité, p.96

Bibliographie
Marinus van der Lubbe, Carnets de route de l’incendiaire du Reichstag, présentés par Yves Pagés et Charles Reeve, Verticales, 2003.
François Delpla, Le terrorisme des puissants : de l’incendie du Reichstag à la nuit des Longs couteaux, Guerre et Histoire no. 7, septembre 2002. http://www.delpla.org/article.php3?id_article=62
Pierre Milza, Les fascismes, Seuil, 2001.
François Delpla, Hitler, Grasset, 1999.
Ian Kershaw, Hitler, Flammarion, 1999.
François-Georges Dreyfus, Le IIIe Reich, Éditions de Fallois, 1998.
Enrique Leòn et Jean-Paul Scot, Le nazisme des origines à 1945, Armand Colin, 1997.
Serge Berstein, L'Allemagne de Hitler - chapitre : La prise de pouvoir par Adolf Hitler, Seuil, 1991.
Gilbert Badia, Feu au Reichstag. L'acte de naissance du régime nazi, Messidor, Éditions sociales, 1983.
Otto Strasser, Le front noir contre Hitler, coécrit avec V. Alexandrov, Marabout, 1972.
Edouard Calic, Le Reichstag brûle !, Stock, 1969.
Hans Mommsen, Der Reichstagsbrand und seine politischen Folgen, Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 12 (1964), S. 351-413.
Fritz Tobias, Der Reichsbrand Legende und Wirklichkeit, Rastatt, 1962, précédé d’un article dans Der Spiegel en 1960.
William Shirer, Le Troisième Reich des origines à la chute, Stock, 1963.
Alan Bullock, Hitler ou les mécanismes de la tyrannie, Marabout, 1962.
Jacques Delarue, Histoire de la Gestapo, Fayard, 1962.
Remerciements :
Un grand merci à Francis Deleu qui, grâce aux comptes-rendus de lecture et aux citations sur le forum Livres de Guerre http://www.livresdeguerre.net, m’a permis d’utiliser des sources dont je ne disposais pas personnellement.

 

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet