Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 07:58
APPEL A MOBILISATION:
En empêchant les expulsions des retenus de Nîmes, en organisant la
solidarité avec les inculpés du CRA du Canet, affirmons de l'extérieur
notre
soutien à cette révolte de l'intérieur!
- Rendez vous Jeudi 17 mars au Palais de justice de Nîmes, rue des
arènes, Cour d'appel du JLD, pour l'appel des personnes passées au JLD le
15/03. Les audiences auront lieu à partir de 9h00, et ensuite à partir de
14h00.
- Réunion vendredi 18 mars à 18 h à la Chrysalide (14 rue Bénédit, à
Marseille, entre la Friche et le palais Longchamp), pour discuter du
soutien aux 6 inculpés de l'incendie du CRA du Canet (actuellement en
détention provisoire aux Baumettes).


Le JLD(Juge des Libertés et de la Détention) de Nîmes statuait mardi 15
mars sur les requêtes de remise en liberté déposées par des retenus
transférés à Nîmes suite à l'incendie mercredi 09/03 au Centre de
Rétention Administrative (CRA) de Marseille.

Le procès concernait 18 personnes, une quinzaine de personnes était
présente en soutien. Les avocats se sont mis d'accord avec le juge et
avant le procès pour faire un jugement COLLECTIF, c'est à dire de ne pas
prendre le temps de ne pas plaider pour chaque retenu !!!!
Les deux plaidoiries avancées par les avocats étaient :
- Sur le fond : les conditions de transfert ne respectaient pas le "droit
des personnes", l'exercice effectif des droits des étrangers en rétention
est compromis : attente du transfert dehors de 17h00 à 23h00 et sans
qu'ils aient pu récupérer leur manteau, les retenus étaient menottés, et
ils n'ont pas eu accès aux soins (au-delà des premiers secours) ni au
téléphone et aux traducteurs. A ce jour, ils n'ont toujours pas récupéré
leurs effets personnels. Le juge a refusé d'entendre les retenus sur les
conditions de transfert !!! Deux retenus présents dans la salle avaient
manifestement besoin de soins, de plus, aujourd'hui encore, certains
crachent noir.
- Sur la forme : l'administration doit donner un avis de transfert au JLD
et à la préfecture du lieu de départ et d'arrivée avant ou pendant le
transfert. Or pour l'ensemble des détenus, au moins un de ces avis a été
transmis après leur arrivée à Nîmes. Et pour 4 d'entre eux, il manquait
des avis. Par ailleurs, la durée du transfert (qui pour certains plus de
12 heures) a été très longue et ce qui s'est passé pendant ce laps de
temps reste très opaque : hospitalisation ? garde à vue ? Aucun papier ne
l'indique.

Lors d'autres épisodes de transferts collectifs à Nîmes (Afghans de
Calais, retenus de l'incendie de Vincennes, retenus de Marseille suite à
la fermeture du Canet pour légionellose), les retenus avaient été libérés,
nous espérions la même chose aujourd'hui. Les circonstances
exceptionnelles et les vices de procédure avancés par la défense n'ont pas
été considérés par le JLD qui prétexte au contraire une mise à l'abri des
personnes transférées, et a refusé la libération de 14 des 18 retenus
présents ce matin - 4 d'entre eux ont eu la "chance" d'avoir un dossier
trop plein de vices de forme pour être maintenus en rétention-. 12 ont
fait appel de leur maintien en rétention. 3 personnes ont été libérés 4h
plus tard, et le 4ème, est repassé au JLD (le même juge !!) l'après midi
même et il a été de nouveau décidé de sa libération. La préfecture a fait
appel et il est toujours enfermé au CRA de NImes.

De quelle mise à l'abri parle-t-on? trimbaler comme un troupeau des
personnes entravées et les laisser 5 jours sans soin ni vêtements de
rechange, pour finir par refuser leur demande de libération au vu des
circonstances... En termes de mise à l'abri, à notre connaissance, aucun
exercice d'alerte incendie n'a eu lieu depuis l'ouverture du CRA de
Marseille, et si l'incendie avait eu lieu deux heures plus tard, les
retenus seraient probablement morts intoxiqués car enfermés dans
leurs cellules.
Les personnes de la Cimade et de Resf présentes aux audiences nous avaient
prévenues: le JLD de perm 2 semaines par mois est réputé pour être le plus
sévère... il plaisantait effectivement avec le représentant de la
préfecture tout au long des 2 audiences, le rejoignant dans son
argumentaire... D'ailleurs lors des audiences du même JLD l'après midi, la
totalité des personnes entendue (10) ont été maintenues en rétention.

"Notre volonté n'est pas de réclamer l'amélioration des CRA. Il n'y a
aucun aménagement possible de ces lieux sinon leur destruction" (Feu au
centre de rétention, ed. Libertalia, 2008). Un centre cramé c’est de
nombreuses cellules d’enfermement en moins et autant d’arrestations et
d’expulsions qui n’auront pas lieu.
Feu aux centres de rétention. Ni papiers, ni frontières. Liberté de
circulation et d’installation.

_______________________________________________

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet