Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 07:18

 Heureusement que le fils de la mairesse du Chambon sur lignon, Laurent Wauquiez a déclaré à Europ n°1 qu'il était indigné par la récupération du meurtre de la petite Agnés.  Je lutte depuis déjà de nombreuses années contre l'enfermement des enfants . La coordination rhones Alpes  a manifesté lors de l'ouverture du CEF de valence. Mais le combat n'a pas eu le souffle suffisant.

Depuis petits, déjà...

 

Petits déjà, on nous apprenait que nous avions cinq sens. Il y avait la vue, stoppée de toute part à 50 mètres par les immeubles de béton et les usines ; l’ouïe, qui permet d’entendre des nuées d’abeilles après avoir travaillé sur un marteau piqueur ; l’odorat, pour sentir les fumées des voitures et des centrales ; le goût, pour manger des boîtes  ; le toucher enfin, pour bien sentir l’outil, le paquet de pâte, le journal gratuit, ou tout autre objet permettant de « gagner sa vie ».


Cette vie, elle nous est volée. Nous sommes comme produits, pour produire des richesses, pour quelques uns. Et ces cinq sens, dont on pourrait se servir pour contempler la splendeur de la nature, pour partager avec les autres, pour saisir le monde et soi même, symbolisent par la somme de sensations désagréables qu’ils nous transmettent quotidiennement, ce vol insensé de nos existences, qui appartiennent aux riches, et à leurs dociles défenseurs.

Que voulez vous ? Le monde est tel qu’il est. Et tel qu’il est, pour quiconque désire ne serait – ce qu’encore voir des abeilles, des lucioles, des papillons, il est à mettre à terre, à mettre à sac, à jeter aux poubelles d’une Histoire qui aura vu, depuis si longtemps, des individus en exploiter d’autres pour leur profit.

Nous sommes dépossédés de nos vies par des patrons qui nous épuisent et nous volent notre temps, des flics qui nous privent de nos amis, des baveux qui choisissent notre défense à notre place, des fachos déclarés ou non qui nous oppressent pour nos particularités physiques ou autre...

On est dépossédés depuis petits déjà, quand à 7h du matin on nous réveillait pour aller se faire enfermer et gaver de force dans des écoles sordides pour nous apprendre à nous taire et à obéir.

Depuis petits déjà... L’imposition des normes, cachée sous des notions foireuses comme le « respect »... La bouffe de merde, les connards autoritaires qui règnent grâce à la force dans la cour, les pions qui se mêlent de ce qui les regardent pas, les balances déjà (les « rapporteurs »), les profs tout puissants, leurs cours abrutissants, les horaires imposés, la violence institutionnelle et sanctifiée de droite à gauche, par le monde des grands qui savent mieux que les enfants ce qui est bon pour eux, et qui n’écoutent jamais.

Depuis petits déjà, et jusqu’à la mort dans un Ehpad sordide où on te colle un bracelet électronique pour pas que tu te fasses la malle, on nous vole notre existence et ce qui fait qu’elle pourrait être douce et belle : nos sensations, nos rapports aux autres...

C’est ce qu’un économiste ne comprendra jamais : la violence de la faim et la nécessité de mettre fin à la misère n’empêche pas de vouloir mieux qu’une assiette remplie mais de saloperies, et qu’on peut désirer mieux que « pas de misère ». On peut désirer la Joie pour chacun, pas seulement l’absence de pleurs. Il faut récupérer nos vies, nous exproprier nous même. Quand voir un coucher de soleil, une étoile, la lune même, nécessite des frais, et du temps, pour sortir de la ville, qui peut trouver ce monde habitable ? Dans les grandes villes, le ciel la nuit n’est qu’un plafond noir. Ils nous ont volé le ciel. Reste à nous de partir à son assaut.

Extrait de Même pas Peur N°1.

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog