Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 07:12

Suite à la publication du tract "sabotons la ségrégation"nous publionsun texte donné à lire par Mondialisme.org

 

Circulaire pour les salariés « sans papiers » : Il n’arrive rien de bon aux gens quand ils pensent comme l’Etat.

Ecrit par des mili­tants de l’ex-Organisation poli­ti­que (des post-"maois­tes", pas du tout clairs sur le sta­li­nisme, avec les­quels nous n’avons aucune affi­nité poli­ti­que sur beau­coup de points), ce texte a le grand mérite de dég­onfler une bau­dru­che : celle de la vic­toire ou du "grand pas en avant" des onze orga­ni­sa­tions qui ont dis­cuté avec le gou­ver­ne­ment et les patrons. Quiconque côtoie des tra­vailleurs "sans papiers" sait à quel point il est humi­liant pour eux de sans cesse se jus­ti­fier des moin­dres détails de leur vie quo­ti­dienne, pro­fes­sion­nelle et fami­liale, de four­nir des "preu­ves" pour leurs "dos­siers". Cette humi­lia­tion est bien une opé­ration de l’Etat, menée par l’intermédi­aire de tous ses petits fonc­tion­nai­res zélés des préf­ec­tures et des cen­tres de réc­eption des étr­angers. (Ni patrie ni fron­tières)

Rassemblons-nous pour gagner l’abro­ga­tion du CESEDA ! Le seul critère pour régu­la­riser, c’est la vie ici !

Depuis quel­ques jours, la CGT crie à la vic­toire au sujet d’une pos­si­ble régu­la­ri­sation d’ouvriers sans papiers. Des asso­cia­tions et orga­ni­sa­tions lui emboîtent le pas, et font courir le même bruit. Qu’en est-il exac­te­ment ?

1) Déjà, le 24 novem­bre 2009, Besson, sous l’auto­rité du "Ministère de l’immi­gra­tion et de l’iden­tité natio­nale", et avec l’appui de la CGT, publiait une cir­cu­laire dont l’objet était : "la délivr­ance de titres de séjour tem­po­raire por­tant la men­tion sala­rié ou tra­vailleur tem­po­raire au titre de l’admis­sion excep­tion­nelle au séjour". Les termes de cette cir­cu­laire étaient très clairs : pour être régu­larisé il ne s’agit pas de prou­ver sim­ple­ment que tu tra­vailles ou a tra­vaillé, mais il faut des fiches de paie à ton nom depuis au moins 12 mois, et un patron qui va te faire un contrat d’au moins un an... autant dire que très peu d’ouvriers sans papiers étaient concernés par cette cir­cu­laire (Besson les chif­frait alors entre 500 et 1000). Et pour­tant la CGT par­lait déjà de vic­toire à ce moment là...

2) Que s’est-il passé pen­dant les 7 mois écoulés depuis novem­bre ? Il n’y a eu aucune régu­la­ri­sation mas­sive sur la base du tra­vail, mais par contre il y a eu des mil­liers d’OQTF (obli­ga­tion à quit­ter le ter­ri­toire) délivrées et des mil­liers d’expul­sions. Pour semer encore plus le trou­ble, la CGT a appelé à la grève des ouvriers sans-papiers, qui ont rapi­de­ment perdu leur emploi, bien sûr sans aucune indem­nité. Pour faire bonne figure, la CGT a expli­qué alors que la cir­cu­laire de novem­bre 2009 n’était pas appli­quée cor­rec­te­ment par les préf­ec­tures et que Besson devait les obli­ger à trai­ter tous les dos­siers sur les mêmes critères. C’est l’objet de ce que la CGT et ses amis prés­entent par­tout comme une grande vic­toire, et qui n’est en vérité qu’un ajout à la cir­cu­laire de novem­bre 2009 (un adden­dum).

3) Que dit de nou­veau cet ajout daté du 18 juin 2010 ? La seule chose vrai­ment nou­velle, c’est que les dos­siers ne pour­ront plus être déposés indi­vi­duel­le­ment ou par des col­lec­tifs, mais seu­le­ment par l’intermédi­aire des syn­di­cats : la CGT va donc faire partie offi­ciel­le­ment des orga­nis­mes qui trient et choi­sis­sent les ouvriers, dans le sens de la poli­ti­que mis en place par le gou­ver­ne­ment : poli­ti­que de "l’immi­gra­tion choi­sie et non subie". Pour le reste, c’est comme en novem­bre 2009, le gou­ver­ne­ment ne parle pas de régu­la­ri­sations mais de critères, limités dans le temps, qui sont à peu de chose prés iden­ti­ques et res­tent inac­ces­si­bles à la plus grande partie des ouvriers sans-papiers : 12 mois de fiches de paie dans les 18 der­niers mois, et un contrat de tra­vail d’au moins 12 mois ! Avec cet « adden­dum », le sort de l’ouvrier dépend offi­ciel­le­ment non seu­le­ment de la préf­ec­ture et du patron, mais main­te­nant aussi de la CGT !

4) En fin de compte, comme nous l’avons dit dès le départ de cette affaire, il y a deux ans, tout cela n’est qu’une opé­ration de la CGT et du Gouvernement, unis pour casser les affir­ma­tions des col­lec­tifs d’ouvriers, qui leur ont fait si peur. Affirmations sur les­quel­les nous conti­nuons à nous battre : le tra­vail compte, l’ouvrier compte, le tra­vail doit ouvrir à des droits, il faut les droits pour tous. ABROGATION DU CESEDA.

5) Leur manoeu­vre a été pos­si­ble car des ouvriers et des col­lec­tifs ont choisi de suivre la CGT et d’aban­don­ner la bataille pour la régu­la­ri­sation et les droits pour tous. Beaucoup ont décidé de ne plus parler de la loi qui met tous les ouvriers, étudiants, famil­les sans-papiers dans la main de la police. Ils se sont dit qu’il fal­lait jouer sa carte indi­vi­duelle et essayer de prou­ver chacun de son côté qu’on est le "bon" ouvrier, celui que le gou­ver­ne­ment, la CGT et le patron vont choi­sir.... En fai­sant ça, ils ont accepté de penser comme l’Etat, ils ont perdu leur auto­no­mie de pensée et d’orga­ni­sa­tion. Pour quels rés­ultats ? Côté papiers, rien ; côté cou­rage et confiance, rien ; côté dignité et res­pect, rien. Le bilan est lourd. Mais il faut le faire si on veut avan­cer.

• Tout d’abord, il faut dén­oncer cette cir­cu­laire qui n’a rien à voir avec une régu­la­ri­sation sur la base du tra­vail. Il faut que le gou­ver­ne­ment reconnaisse très sim­ple­ment notre tra­vail passé ou actuel pour régler cette ques­tion, et nous donner les droits qui vont avec ! Les droits doi­vent être pour tous !

• Ensuite, repren­dre l’offen­sive, et cesser de se jus­ti­fier de tout (tra­vail, étude, mala­die, exil..) On n’a pas à avoir honte devant l’Etat : c’est au gou­ver­ne­ment à avoir honte de nous mettre dans une telle situa­tion de persé­cution poli­cière. Nous tra­vaillons, nous étudions, nous élevons nos enfants...nous vivons comme chacun. Le seul critère pour régu­la­riser, c’est la vie ici ! Qui vit ici, est d’ici, du pays. Le pays, c’est nous tous ! • Il faut refu­ser la logi­que du tri, de « l’immi­gra­tion choi­sie ». On n’est pas des pro­duits de super­mar­ché, on est des habi­tants du pays, on y vit, on y tra­vaille. On fait partie du pays, et l’état doit nous comp­ter comme les autres.

• Il faut s’atta­quer clai­re­ment à la loi CESEDA, loi de misère, de persé­cution, de haine et de mépris des gens, pour blo­quer son appli­ca­tion et exiger son abro­ga­tion ! Les cir­cu­lai­res, et adden­dum à la cir­cu­laire ne ser­vent qu’à dis­traire l’atten­tion du CESEDA et de son dur­cis­se­ment dis­cuté au par­le­ment en Septembre !

Sur ces bases, nous pro­po­sons à chacun, avec ou sans-papiers, français ou étr­anger, de nous ras­sem­bler, et de pré­parer ensem­ble pour fin sep­tem­bre un ras­sem­ble­ment-débat.

Le Rassemblement des ouvriers sans-papiers, gens d’ici, et leurs amis

http://ouvriers­gens­dici.free.fr/

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog