Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 13:59

lu  sur le blog de la revue temps critique et copié. Ceci pour  continuer toutes les discussions en cours à Romans et Valence, chacune et chacun peuvent se saisir de la théorie

 

Pour rendre immédia­te­ment lisi­bles les rap­ports entre les thèses d’Invariance et notre propre appro­che, nous pla­ce­rons entre cro­chets nos remar­ques (avec, le plus sou­vent, un retrait).


 

Jean-Louis Darlet nous a adressé une lettre à propos du capi­tal fictif. Son propos nous a conduits à reve­nir sur son apport à la revue Invariance à laquelle il a par­ti­cipé acti­ve­ment entre 1970 et 1975 (séries II et III de la revue). Dans le texte qui suit, nous confron­tons notre propre appro­che à ce qu’à développé la revue Invariance durant cette même période.

Brève présentation de la revue Invariance1

1 La revue Invariance est issue de la frac­tion de gauche du parti com­mu­niste ita­lien (PCI) qui s’est affirmée au début des années 1920. Elle est regroupée autour d’Amadeo Bordiga pre­mier diri­geant du PCI avant que Gramsci ne le rem­place avec l’appui de Moscou. Le PCI, à l’ori­gine, se dis­tin­gue des 21 condi­tions d’adhésion à la IIIe Internationale par son refus du par­le­men­ta­risme et par son rejet d’une ligne anti­fas­ciste. La Fraction devient, de fait, la « Gauche ita­lienne ». Lénine englobe la gauche ita­lienne et la gauche ger­mano-hol­lan­daise dans sa cri­ti­que du gau­chisme comme « mala­die infan­tile du com­mu­nisme ».

2 Au congrès du PCI à Lyon, en 1926, la frac­tion de gauche présente ses thèses, mais elle est mise en mino­rité et quitte le parti. Bordiga qui y avait présenté ses posi­tions prin­ci­pa­les, élabore, en les dévelop­pant, une théorie de l’inva­riance. Pour lui, ce qui définit le Parti ce sont le Programme et la Théorie qui sont inva­riants. Cette inva­riance débute en 1848 avec Le Manifeste du Parti Communiste et court tout au long des œuvres de Marx publiées de son vivant, même si le VIe cha­pi­tre inédit du capi­tal sera ensuite intégré dans « l’inva­riance » à cause de l’impor­tance des notions de domi­na­tion for­melle et domi­na­tion réelle du capi­tal2.

3 À partir de là, toute nou­velle décou­verte théorique est sus­pectée au mieux d’oppor­tu­nisme ou de moder­nisme, au pire de tra­hi­son. Et pour éviter cela le Parti doit être le garant sans faille de l’inva­riance. Il est à la fois parti-classe (en établis­sant une différence entre parti his­to­ri­que — « le parti-Marx » qui peut se réduire à deux indi­vi­dus comme après la dis­so­lu­tion de la Première Internationale — et parti formel d’avant-garde et non de masse) et parti-com­mu­nauté (cen­tra­lisme orga­ni­que et non démocra­ti­que, absence de leader, ano­ny­mat des textes). Cette posi­tion inva­riante sera faci­litée par le fait qu’elle est défendue en exil et que le parti n’a pas à se salir les mains sur le ter­rain. L’inva­riance est donc davan­tage tena­ble que pour la gauche ger­mano-hol­lan­daise qui vit révolu­tion et contre-révolu­tion sur le ter­rain en Allemagne, en prise directe avec le risque de l’immédia­tisme.

4 « L’inva­riance » ne sera pas ébranlée par la révolu­tion espa­gnole réduite par la revue Bilan à une guerre anti-fas­ciste, ni par la Seconde Guerre mon­diale puis­que Bordiga en tire la leçon que si les démocra­ties ont gagné au niveau mili­taire, poli­ti­que et idéolo­gi­que, le fas­cisme a gagné plus pro­fondément en tant que forme domi­nante de la contre-révolu­tion. New Deal et dévelop­pe­ment de l’État-pro­vi­dence des trente glo­rieu­ses ne sont que des varian­tes des poli­ti­ques des États fas­cis­tes. Elle n’est pas entamée non plus par des contacts avec l’autre « Gauche » qui ne com­men­cent que dans les années 1960 à la suite de l’implo­sion des grou­pes bor­di­guis­tes et du « Parti com­mu­niste International » (PCint). Lucien Laugier issu de la gauche ita­lienne et Carsten Juhl de la gauche ger­mano-hol­lan­daise pren­nent contact3 et « l’inva­riance » va perdre de sa cohérence. En 1966, cri­ti­quant les orien­ta­tions mili­tan­tes et les régres­sions théori­ques du PCint, Jacques Camatte et Roger Dangeville le quit­tent. Le pre­mier fonde la revue Invariance, le second la revue Le fil du temps.

5 Le titre de la nou­velle revue Invariance res­sem­ble un peu à une pro­vo­ca­tion, même si dans la série I il s’agit plutôt d’exhu­mer des textes anciens des deux Gauches plutôt que d’ouvrir des voies nou­vel­les, ce qui sera seu­le­ment effec­tif à partir du no 8 (fin 1969) de la série I dont l’inti­tulé « Transition » indi­que bien de quoi il s’agit. La revue passe de la res­tau­ra­tion du pro­gramme prolétarien dans les numéros précédents à l’énoncé de sa cadu­cité ainsi que celle de tout parti formel bientôt assi­milé à « la forme racket ». Avec la série II puis la série III, s’amorce une remise en cause pro­gres­sive de concepts marxis­tes deve­nus inadéquats pour décrire les trans­for­ma­tions du capi­tal. C’est à partir de là qu’inter­vient publi­que­ment, dans la revue, J.-L. Darlet. Nous allons exa­mi­ner son apport, sa différence d’appro­che par rap­port à J. Camatte et l’influence et la résonance entre ces thèses et notre propre par­cours théorique4.

Le cheminement de l’invariance

6 – Dans le no 1 de la série II (1971) et dans l’arti­cle « À propos du capi­tal » (arti­cle non signé), le com­mu­nisme est encore défini comme un mode de pro­duc­tion.

7 Le capi­tal domine la cir­cu­la­tion dans la domi­na­tion réelle du capi­tal5 et aussi la valeur par l’intermédiaire des prix. Le capi­tal est dépas­se­ment de la valeur donc de la mar­chan­dise et de l’argent.

8 Le capi­tal tend à n’être plus qu’une forme dont le contenu est la dévalo­ri­sa­tion (auto­ma­tion, moin­dre impor­tance du tra­vail vivant). Il devient évanes­cent6. Il pénètre dans la fic­ti­vité et le capi­tal fictif cons­ti­tue le triom­phe de la spécula­tion.

[C’est très réduc­teur par rap­port à nos der­niers dévelop­pe­ments sur la finan­cia­ri­sa­tion et la capi­ta­li­sa­tion. Cf. par exem­ple, le rôle du capi­tal fictif dans l’inno­va­tion tech­no­lo­gi­que et les dévelop­pe­ments des NTIC].

Par ailleurs, le capi­tal n’est plus vu que comme puis­sance domi­na­trice et com­mu­nauté matérielle et non pas aussi comme rap­port social. Or les hommes sont bien derrière tout ça, mais ils ont été réifiés. En fait leur com­mu­nauté matérielle serait l’abou­tis­se­ment de la révolu­tion anthro­po­lo­gi­que7 comme nous l’avons analysé depuis une dou­zaine d’année].

 

9 – Dans le no 2 de la série II (1972) et dans l’arti­cle « Au-delà de la valeur ; la sur­fu­sion du capi­tal » (arti­cle non signé), la dis­tinc­tion est faite entre le dévelop­pe­ment chao­ti­que du capi­tal [cf. notre arti­cle dans le no 15 de Temps cri­ti­ques] qui inclut la pos­si­bi­lité de son dépas­se­ment ou l’intério­ri­sa­tion de ses limi­tes ; et le fait qu’il puisse être gros d’une catas­tro­phe insur­mon­ta­ble.

10 Marx représente le capi­tal à la fois comme mou­ve­ment dia­lec­ti­que du concret (la forme pour sujet) et modèle mathémati­que de la loi de la valeur (la sub­stance).

[Une revue comme Krisis cher­che encore le com­pro­mis entre ces deux ten­dan­ces en rabat­tant la forme sur la sub­stance, au moins dans son ana­lyse de la crise actuelle].

 

11 Dans le capi­ta­lisme moderne, le tra­vail néces­saire n’est plus celui de la pro­duc­tion de valeurs d’usage, mais celui de la seule valo­ri­sa­tion du capi­tal. Il se pro­duit une désub­stan­cia­li­sa­tion du capi­tal.

[La valeur devient évanes­cente et il y a ines­sen­tia­li­sa­tion de la force de tra­vail tandis que tout le tra­vail devient pro­duc­tif pour le capi­tal. Un point sur lequel la revue Théorie com­mu­niste insiste aussi depuis long­temps].

 

12 Ainsi, la propriété foncière ne cons­ti­tue plus un sec­teur para­si­taire ; elle n’est qu’une forme de rente parmi les autres au sein de la concur­rence mono­po­lis­ti­que. Il en va de même pour l’éduca­tion, la for­ma­tion, la santé, la recher­che qui sont des ins­ti­tu­tions et des réseaux for­mant les piliers de la capi­ta­li­sa­tion, [même si, sui­vant les pays, ces ins­ti­tu­tions-réseaux échap­pent tout ou en partie au pro­ces­sus de mar­chan­di­sa­tion qui est inclus dans la capi­ta­li­sa­tion, mais à une échelle moins large]. Dans cette mesure aussi, études de marché et son­da­ges, infor­ma­tion et com­mu­ni­ca­tion, ne sont pas sim­ple­ment des ponts entre pro­duc­tion et consom­ma­tion, mais sont les signes de l’unité du procès du capi­tal [et de ce qui est appelé aujourd’hui « la chaîne de valeur »]. Le capi­tal a unifié sa domi­na­tion en niant les clas­ses dans une « classe uni­ver­selle » [cf. notre cri­ti­que de cette notion dans Après la révolu­tion du capi­tal, p. 108-112]

13 La forme dernière prise par le capi­tal est celle du capi­tal fictif, quoi­que le terme de « capi­tal ima­gi­naire » serait peut être plus juste [non jus­te­ment, le capi­tal fictif n’est pas une fic­tion, il est bien réel].

14 Pour Marx, le capi­tal fictif était formé des catégories du capi­tal finan­cier. Pour Invariance, le capi­tal fictif signale une trans­for­ma­tion du capi­tal dans le sens où seule la forme sub­siste, c’est-à-dire une valeur se valo­ri­sant. La valeur n’est plus qu’une représen­ta­tion.

[Nous sommes d’accord sauf que nous pou­vons ajou­ter qu’il n’en a jamais été autre­ment. Il apparaît là une différence. Pour Invariance, la loi de la valeur reste expli­ca­tive du fonc­tion­ne­ment en « domi­na­tion for­melle » du capi­tal. Elle a donc une matérialité et une vérité qui est cadu­que en « domi­na­tion réelle ». Pour nous, elle a tou­jours été une représen­ta­tion et la loi de la valeur a tou­jours été une approxi­ma­tion basée sur des pos­tu­lats dis­cu­ta­bles pour ne pas dire faux : la force de tra­vail n’est pas vrai­ment une mar­chan­dise car elle n’a pas été pro­duite (cf. K. Polanyi et aussi Marx qui parle par­fois de « quasi-mar­chan­dise »). En conséquence de quoi, la force de tra­vail n’a pas de « valeur » objec­tive et elle n’est donc jamais payée à sa « valeur ». Le salaire n’est donc pas le prix de la force de tra­vail, mais le pro­duit d’un rap­port de force entre capi­tal et tra­vail qui se mesure de manière comp­ta­ble au niveau du par­tage de la valeur ajoutée. Il ne repro­duit donc pas sim­ple­ment le niveau de sub­sis­tance néces­saire comme le montre par défaut la bêtise de la « loi d’airain » des salai­res et la théorie de la paupérisa­tion abso­lue.

Cette représen­ta­tion dans la domi­na­tion for­melle col­lait aussi à la réalité d’une classe ouvrière qui sem­blait être la seule source de pro­duc­tion de richesse tout en res­tant exclue ou en lisière de la société bour­geoise8.

Comme nous l’avons montré ailleurs, le dévelop­pe­ment de la techno-science et son incor­po­ra­tion dans le capi­tal à la fois dans l’accu­mu­la­tion de capi­tal fixe et dans la for­ma­tion d’un gene­ral intel­lect bou­le­ver­sent la donne. Nous ne dévelop­pons pas davan­tage, mais cela remet en cause la divi­sion stricte entre tra­vail vivant et tra­vail mort. « Le mort saisi bien le vif » dans la sub­sti­tu­tion capi­tal/tra­vail caractéris­ti­que du capi­ta­lisme moderne, mais le mort s’en trouve vivifié… et source de valeur alors qu’il n’était censé que la trans­met­tre.

Il n’empêche que cet arti­cle sur la sur­fu­sion du capi­tal dis­tin­gue d’abord capi­tal réel et capi­tal fictif, le pre­mier étant encore gou­verné par la loi de la valeur. C’est peu clair en tout cas car plus loin on peut lire que dans son exis­tence réelle le capi­tal n’apparaît pas sous ces deux formes (ce qui est la vul­gate marxienne la plus cou­rante), mais dans son unité (la sépara­tion ne serait due fina­le­ment qu’à une faci­lité d’ana­lyse pour décryp­ter le pro­ces­sus).

Dans ce nou­veau cadre concep­tuel c’est même la notion de classe uni­ver­selle comme concept de rem­pla­ce­ment du prolétariat qui ne tient pas le choc. Cette « uni­ver­sa­lité de la nou­velle classe » n’apparaît plus que comme une pro­jec­tion prolétarienne de l’uni­ver­sa­lité bour­geoise. Le concept sera d’ailleurs aban­donné].

 

15 Le capi­tal n’est plus extérieur à la com­mu­nauté tra­vail ; il l’englobe en for­mant une « com­mu­nauté matérielle ».

16 Le capi­tal domine la valeur en affir­mant ses pro­pres catégories : prix et coûts de pro­duc­tion à la place de valeur, profit à la place de plus-value. Le procès de valo­ri­sa­tion est vidé de sa sub­stance : la plus-value et c’est alors le mou­ve­ment de la forme capi­tal qui crée l’incrément de valeur supplémen­taire que ce soit par l’intermédiaire de la publi­cité ou de la conquête de l’espace, l’orga­ni­sa­tion de la puis­sance nucléaire, etc.

[Le dévelop­pe­ment précédant sur la théorie de la valeur reste dans le cadre de l’ortho­doxie marxiste, même s’il pointe les trans­for­ma­tions aux­quel­les la théorie doit répondre].

 

17 Tous les théori­ciens du marxisme ont développé soit le thème de l’équi­li­bre du système à plus ou moins long terme [un point commun avec les clas­si­ques et sur­tout les néo-clas­si­ques] soit le thème du déséqui­li­bre [par exem­ple entre la sec­tion I et la sec­tion II du Capital comme Rosa Luxembourg l’a analysé] et de la crise finale.

18 Cela conduit à un même échec car les deux posi­tions ne conçoivent le capi­tal que sous une forme réelle et non pas aussi sous une forme fic­tive [même F. Chesnais qui accorde toute son impor­tance au capi­tal fictif, n’arrive pas à en faire un outil opératoire et in fine retourne à la crise comme crise de sur­pro­duc­tion]9 qui seule peut lui per­met­tre de dépasser ses limi­tes pro­duc­ti­ves. En conséquence, le capi­tal peut être en crise sans que cela soit une crise de pro­duc­tion et conséquence de la conséquence, une crise de pro­duc­tion ne revêt pas forcément un caractère de gravité extrême.

19 Si le capi­tal se dépasse en auto­no­mi­sant sa forme, la dévalo­ri­sa­tion est le procès dans lequel sa sub­stance rentre en dis­so­lu­tion.

[Il nous semble ici que la sub­stance est cons­tituée plus par le tra­vail mort que par le tra­vail vivant, mais le texte reste imprécis puisqu’à d’autres endroits la désub­stan­cia­li­sa­tion se signale par le déclin du tra­vail vivant dans le procès de pro­duc­tion, ce que nous appe­lons « l’ines­sen­tia­li­sa­tion de la force de tra­vail », mais dans ce cas nous ne voyons pas de rap­port direct avec une dévalo­ri­sa­tion, tout juste, si on reste dans le cadre de la valeur, peut-on parler de dif­fi­culté supérieure de valo­ri­sa­tion].

 

20 La forme capi­tal est donc main­te­nant étendue à l’ensem­ble de la société bien que le contenu du procès de tra­vail ne soit pas réelle­ment pro­duc­teur de plus-value. La sphère de la cir­cu­la­tion est une limite tem­po­relle de la valo­ri­sa­tion [d’où l’impor­tance de lever les obs­ta­cles à la cir­cu­la­tion des flux et à la liqui­dité en général], mais c’est l’échange qui a en charge de valo­ri­ser une valeur qui préala­ble­ment, dans la pro­duc­tion est encore au stade de non valeur.

21 « Que cela se pro­duise ou non, la dévalo­ri­sa­tion reste un élément du procès de valo­ri­sa­tion ne serait-ce que parce dans sa forme immédiate le pro­duit du procès n’est pas valeur puisqu’il doit d’abord entrer dans la cir­cu­la­tion pour se réaliser en tant que tel. Si le procès de pro­duc­tion crée donc le capi­tal sous forme de valeur et de valeur nou­velle, il le crée aussi et d’abord sous forme de non valeur, puis­que l’échange doit par la suite le valo­ri­ser » (Marx, Fondements de la cri­ti­que de l’écono­mie poli­ti­que, Anthropos, 1967, tome I, p. 359).

[Pour l’ins­tant (1972), Invariance reste dans l’hésita­tion puis­que, quel­les que soient leurs avancées théori­ques, les auteurs se situent tou­jours dans la pers­pec­tive de la loi de la valeur et son modèle lié à la domi­na­tion for­melle. Ils ne peu­vent donc encore théoriser le procès de tota­li­sa­tion du capi­tal même s’ils l’anti­ci­pent. La revue reste d’autant plus fixée à ce stade qu’elle se situe tou­jours dans la pers­pec­tive bor­di­guienne d’une révolu­tion pour 1975, une révolu­tion prolétarienne encore conçue, sur le mode des révolu­tions du début du siècle, donc de l’époque de la domi­na­tion for­melle].

 

22 – Dans le no 3 de la série II (1973), on démarre par un arti­cle de J. Camatte sur « l’errance de l’huma­nité ».

23 La fin de la loi de la valeur est aussi parallèlement l’époque de la fin des valeurs et codes qui empri­son­naient la dyna­mi­que du capi­tal. Ce que les indi­vi­dus vivent comme libération est en fait fixa­tion à cette dyna­mi­que qui s’accom­mode de tout type d’homme : normal/anor­mal, moral/immo­ral.

[Toutefois tout n’est pas si simple. Dire que cette nou­velle dyna­mi­que du capi­tal s’accom­mode de toutes les par­ti­cu­la­rités laisse penser qu’il n’y a plus de contra­dic­tion, qu’il n’y a plus qu’un sens uni­vo­que, ce que, d’ailleurs, la phrase qui suit laisse penser : « c’est le capi­tal qui donne sa matérialité à la com­mu­nauté ». Cela vou­drait dire qu’il y a bien totale effec­tua­tion de la ten­dance, qu’il y a d’ores et déjà com­mu­nauté matérielle, parachèvement de la domi­na­tion, etc. Mais si on y regarde de plus près, il y a certes pour­suite de la ten­dance par une sépara­tion accrue avec les dimen­sions natu­rel­les de la vie humaine : vir­tua­li­sa­tion des réalités comme on peut le voir avec toutes les nou­vel­les ques­tions bio­sexuel­les qui devien­nent « ques­tions de société », avec la mise en place d’une urba­ni­sa­tion démen­tielle aujourd’hui bien révélée, par exem­ple, par la crise immo­bilière aux États-Unis et en Espagne, mais il y a des garde-fous qui se mani­fes­tent : la crise donc et aussi, au point de vue idéolo­gi­que une « révolu­tion conser­va­trice » capa­ble d’englo­ber aussi bien des réactions vita­lis­tes que cer­tains aspects de la cri­ti­que écolo­giste.

Certes, pour le moment, beau­coup de choses conver­gent vers une domi­nante, mais on ne peut pas parler de com­mu­nauté matérielle et de parachèvement de la domi­na­tion et encore moins d’échap­pe­ment. Tout reste rela­ti­ve­ment sous contrôle à partir du moment où la dyna­mi­que n’est pas simple fuite en avant et qu’elle s’ins­ti­tu­tion­na­lise comme le mon­trent la reconnais­sance du mariage homo­sexuel, bientôt de l’adop­tion, la légali­sa­tion des dro­gues douces, etc. Il y a en fait une double ten­dance : la ten­dance ins­ti­tu­tion­nelle per­siste même si glo­ba­le­ment l’Institution tra­di­tion­nelle est « résorbée10 » comme nous l’avons dit main­tes fois, mais elle co-existe avec la ten­dance à la for­ma­tion de nou­veaux dis­po­si­tifs mis en réseaux. Il ne s’agit donc plus ici de parler — selon les termes habi­tuels du marxisme — de ten­dan­ces et contre-ten­dan­ces, mais de saisir des arti­cu­la­tions, des com­bi­na­toi­res, pour repren­dre un terme beau­coup utilisé par Invariance.

Il y a bien tou­jours société, lois (même si elles n’ont plus la force de la Loi), contrats, intérêts, par­ti­ci­pa­tion à la repro­duc­tion des rap­ports sociaux. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons choisi de parler de « société capi­ta­lisée » et non pas de com­mu­nauté matérielle du capi­tal. Entre parenthèse, ces par­ti­cu­la­rités et par­ti­cu­la­ris­mes que nous avons analysés dans Capitalisme et nou­vel­les mora­les de l’intérêt et du goût11, ten­dent à former de nou­veaux corps intermédiai­res de la société capi­ta­lisée et sem­blent rela­ti­vi­ser for­te­ment l’ana­lyse en termes d’atomes du capi­tal ou même d’indi­vidu par­ti­cule du capi­tal, notions développées par Invariance dans les années 1970. Le procès d’indi­vi­dua­li­sa­tion est beau­coup plus contra­dic­toire et com­plexe qu’on ne l’avait imaginé à l’époque].

 

24 L’auto­no­mi­sa­tion du capi­tal (son run away), son échap­pe­ment, par exem­ple, des contrain­tes natu­rel­les, lui per­met­trait de pour­sui­vre sa route même si en bout de course ces contrain­tes se dres­sent à nou­veau devant lui et à un niveau supérieur [la « crise écolo­gi­que »].

[Ces termes nous sem­blent indis­so­cia­bles de la prédic­tion bor­di­guiste de la crise révolu­tion­naire pour 1975. Pour notre part, n’ayant rien vu venir du côté de la pers­pec­tive com­mu­niste nous avons opté pour le terme de « révolu­tion du capi­tal » qui évite le caractère d’échap­pe­ment en insis­tant sur le caractère rela­ti­ve­ment contrôlé de la dyna­mi­que et sur la pos­si­bi­lité d’englo­be­ment des contra­dic­tions inter­nes au sein de ce pro­ces­sus. Nous avons aussi rompu complètement avec l’idée d’un « capi­tal auto­mate » et nous envi­sa­geons plutôt aujourd’hui le capi­tal comme puis­sance12. En par­lant de « révolu­tion du capi­tal » nous res­tons en partie fidèle à la vision de Marx d’un mode de pro­duc­tion capi­ta­liste (MPC) révolu­tion­naire ; mais sans lui accor­der le moin­dre sens pro­gres­siste et a for­tiori sans lui accor­der une portée poli­ti­que dans un pos­si­ble deve­nir-autre].

 

25 Certains voient dans cet « échap­pe­ment » une décadence, un point que Marx avait perçu en pos­tu­lant une ten­dance à l’auto-négation du capi­tal quand il cher­che à échap­per aux contrain­tes humai­nes (cf. Althusser), ten­dance contre­dite par la loi de la valeur et par l’action du prolétariat qui est jus­te­ment la seule des­truc­tion pos­si­ble du capi­tal. Cet échap­pe­ment pro­duit aussi un effet de vérité sur ce qui était mys­ti­fi­ca­tion : le ren­ver­se­ment du rap­port qui don­nait l’impres­sion que le tra­vail n’était pas le pro­duc­teur de la richesse, mais que c’était le capi­tal… est devenu réalité. On abou­tit alors audes­po­tisme du capi­tal.

[La ten­dance devient alors un advenu, une sorte de parachèvement de la domi­na­tion réelle. Ce n’est pas le cas comme nous venons de le voir. Nous en res­tons à la société capi­ta­lisée dans la mesure où nous refu­sons la notion de com­mu­nauté matérielle du capi­tal, même si la com­mu­nauté du tra­vail est aujourd’hui sans conteste détruite (d’où l’impos­si­ble affir­ma­tion de toute iden­tité ouvrière et donc de son pro­gramme « prolétarien »).]

 

26 Il ne s’agit pas de reve­nir à Marx mais de reconnaître la fin d’un cycle.

27 Le com­mu­nisme n’est pas un nou­veau mode de pro­duc­tion [rup­ture avec ce qui est dit dans le no 1 de la série II]. Il est l’affir­ma­tion d’une nou­velle com­mu­nauté. Le concept de mode de pro­duc­tion n’est vala­ble que pour le MPC de même que celui de classe n’est vala­ble que pour la société bour­geoise [et non pour la société du capi­tal]. Le com­mu­nisme n’est pas non plus une nou­velle société avec des droits et des contrats, mais une union entre indi­vi­dus, entre indi­vi­dua­lité et Gemeinwesen.

 

28 Précision sur la Gemeinwesen

[Il faut donner ici une précision : pour J. Camatte, l’indi­vi­dua­lité ce n’est pas l’indi­vidu. L’indi­vi­dua­lité est un « moment d’émer­gence et d’unité avec le phénomène-vie », alors que l’indi­vidu est un résultat, un advenu, un abou­tis­se­ment réifié. Pour Camatte, l’indi­vidu est le résultat de la sépara­tion entre l’indi­vi­dua­lité-Gemeinwesen et le phénomène vie. Dans sa théorie il n’y a pas de sépara­tion entre l’indi­vi­dua­lité et la Gemeinwesen. Il écrit d’ailleurs en un seul mot : l’indi­vi­dua­lité-Gemeinwesen. Il se dis­tin­gue par là-même de tous ceux qui insis­tent sur une oppo­si­tion indi­vidu/société ou encore Homme/Société. C’est pour la phi­lo­so­phie poli­ti­que, pour les reli­gions et pour le sens commun que les indi­vi­dus exis­tent en dehors du social puis dans les rap­ports sociaux. (Pour le chris­tia­nisme et les reli­gions monothéistes, la « créature de Dieu » existe d’abord en dehors du social dans la création divine, puis dans la société. C’est le sens du mot d’ordre évangéliste « ren­dons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». C’est aussi le cas du diktat sta­li­nien : « l’indi­vidu n’est rien en dehors du Parti, il est tout dedans », etc. Rien de tout cela chez Camatte13.

Le terme de Gemeinwesen, référence cen­trale d’Invariance prend des accep­tions nuancées entre la série I et la série V de la revue. La première référence majeure14, encore marquée par la théorie com­mu­niste, reste celle des « Manuscrits de 1844 » dans les­quels Marx pose expli­ci­te­ment l’affir­ma­tion : « Seul l’être humain est la vérita­ble Gemeinwesen de l’homme ». Commentant le texte de Marx « Gloses cri­ti­ques mar­gi­na­les à l’arti­cle : “Le roi de Prusse et la réforme sociale par un Prussien” » dans lequel se trouve cette affir­ma­tion, J. Camatte écrit : « L’impor­tance de ce texte pour la caractérisa­tion du mou­ve­ment et de la révolu­tion com­mu­niste n’est pas à démon­trer15 » et il ajoute : « Gemeinwesen (com­mu­nauté) : nous tra­dui­sons plus littérale­ment par être col­lec­tif ; le mot com­mu­nauté impli­quant des formes surannées et illu­soi­res de com­mu­nisme. Gemeinwesen est au fond la tra­duc­tion pure­ment alle­mande de com­mu­nisme16 ». Nous en avons tenu compte dans notre concep­tion d’une ten­sion indi­vidu-com­mu­nauté qui tra­verse toute l’Histoire sous différentes formes, révolu­tion­nai­res ou contre-révolu­tion­nai­res et qui se mani­feste avec des niveaux varia­bles d’inten­sité17.

Quarante années plus tard, dans le Glossaire qui figure sur le site d’Invariance, à l’entrée Gemeinwesen on lit : « Concept très utilisé par K. Marx et par G.W.F. Hegel. Il n’indi­que pas seu­le­ment l’être commun, mais aussi la nature et l’essence com­mu­nes (Wesen). C’est ce qui nous fonde et nous acco­mune, par­ti­ci­pant au même être, à la même essence, à la même nature. C’est le mode de mani­fes­ta­tion de cet être par­ti­ci­pant. Je puis ajou­ter une interprétation per­son­nelle au sujet de gemein. Ge est une par­ti­cule insépara­ble qui exprime la généralité, le commun, le col­lec­tif. Mein indi­que ce qui est indi­vi­duel : mien. Ainsi affleure sous-jacente, l’idée d’une non sépara­tion entre ce qui est commun et ce qui est indi­vi­duel ; ce qui impli­que le concept de par­ti­ci­pa­tion où l’on se perçoit soi dans un tout qui est comme consub­stan­tiel. La Gemeinwesen se présente donc comme l’ensem­ble des indi­vi­dua­lités, la com­mu­nauté qui résulte de leurs acti­vités dans la nature et au sein du monde créé par l’espèce, en même temps qu’elle les englobe, leur don­nant leur natu­ra­lité (indiquée par wesen), leur sub­stance en tant que généralité (indiquée par gemein), dans un deve­nir (wesen). »

Ces appro­fon­dis­se­ments suc­ces­sifs de la notion de Gemeinwesen et d’indi­vi­dua­lité lais­sent cepen­dant ouverte la ques­tion du rap­port entre l’être générique et l’être social de l’homme. Ouverture dans laquelle s’engouf­fre L. Dumont dans Homo aequa­lis I18, en avançant que Marx emploie Gemeinwesen pour expri­mer la nature sociale de l’homme (l’être commun), mais que le terme serait insuf­fi­sant pour tenir compte de toute l’étendue de la socia­lité humaine et Marx par­le­rait alors de gesell­schaft­li­ches Wesen (l’être social). L’expli­ca­tion la plus plau­si­ble est que cette gesell­schaft­li­ches­we­sen ferait le pont entre la Gemeinwesen et la Gattungswesen (l’être générique), les deux ne pou­vant coïncider que dans le com­mu­nisme.

Pour res­sai­sir ces éléments on peut dire que Camatte reconnaît l’ambiguïté d’une démarche qui a systématisé ce qui sem­blait encore vala­ble chez Marx dans la des­crip­tion de la domi­na­tion for­melle, en en gar­dant donc les catégories, tout en cher­chant à décrire le nou­veau de la domi­na­tion réelle. « La théorie dont nous avons pris l’inva­riance, c’est le com­mu­nisme » (avril 1973), mais on ne peut plus lier cela au prolétariat [ce résultat cor­res­pond à ce que plu­sieurs grou­pes infor­mels autour de quel­ques revues (Négation, Le mou­ve­ment Communiste, Intervention Communiste, Invariance) ont développé dans les années 1970, refu­sant par-là de réduire la théorie com­mu­niste à une pure théorie de classe, à une théorie du prolétariat. Cela ne nous semble plus pos­si­ble aujourd’hui19. Contrairement à ce que croient nombre de per­son­nes issues de grou­pes bor­di­guis­tes, « l’inva­riance » affirmée dans cette revue ne signi­fiait pas lutter contre toutes les formes de révision­nisme dans la théorie ou répéter inlas­sa­ble­ment les canons du marxisme pour user jusqu’à la corde leur valeur d’usage, mais à garder une pers­pec­tive, celle du fil rouge du temps]

 

29 – Lettres du no 1, série III (1975)

30 La conver­gence mode de pro­duc­tion capi­ta­liste/mode de pro­duc­tion asia­ti­que (MPC/MPA) va être régulièrement mise en avant par Camatte.

[Nous l’avons par­fois reprise et nous en par­lons encore dans le no 15 de la revue Temps cri­ti­ques à propos de la situa­tion du capi­tal en Chine. Toutefois, si on peut admet­tre qu’elle per­siste, il nous semble néces­saire de rec­ti­fier le sens de la conver­gence. Dans l’opti­que ori­gi­nelle d’Invariance, le sens est celui du MPC vers le MPA avec la ten­dance au capi­ta­lisme d’État qui serait com­mune aux deux formes (« le capi­ta­lisme sans capi­ta­lis­tes » de Camatte) et aussi avec la prégnance de plus en plus grande des problèmes écolo­gi­ques. Si cette dernière ten­dance demeure et devient même plus impor­tante, la première s’avère avoir fait long feu avec d’une part l’effon­dre­ment du bloc soviétique et d’autre part les poli­ti­ques néo-libérales de remise en cause de l’inter­ven­tion de l’État à partir des années 1980. De plus, l’idée que le capi­tal se développe en Chine à partir du pôle tra­vail (la Chine « ate­lier du monde ») n’est que par­tiel­le­ment vraie dans ses dévelop­pe­ments récents. La Chine s’incor­pore à la marche générale de la révolu­tion du capi­tal ne serait-ce que par sa par­ti­ci­pa­tion impor­tante aux flux mon­diaux com­mer­ciaux et finan­ciers et au niveau I de la domi­na­tion à tra­vers sa par­ti­ci­pa­tion aux ins­ti­tu­tions inter­na­tio­na­les.

Néanmoins cette com­pa­rai­son, peu utilisée en général, peut nous per­met­tre de fonder une ana­lyse du dévelop­pe­ment du capi­tal en dehors même de sa forme prin­ci­pale et la plus développée au sein du MPC, à savoir, sa forme indus­trielle.]

 

31 Puis, c’est un retour sur les contra­dic­tions du capi­tal : la barrière de la réali­sa­tion (et avec elle celle de la ten­dance à la sur­pro­duc­tion) a été dépassée, non pas par les poli­ti­ques impéria­lis­tes [comme le croyait Rosa Luxembourg], mais par une exten­sion du marché intérieur (État-Providence et poli­ti­que des reve­nus).

32 Dans une lettre de 1970, Darlet dit que la valeur n’a pas été éliminée mais sur­montée (dévalo­ri­sa­tion par infla­tion, fic­ti­vi­sa­tion) et il conclut : « À la limite, le capi­tal social et sa repro­duc­tion ne sont que l’intérêt d’un capi­tal entièrement fictif et seule sub­siste la repro­duc­tion simple de cet intérêt20 ».

[cf. notre notion de « repro­duc­tion rétrécie21 », mais c’est impos­si­ble de parler de repro­duc­tion simple quand, depuis les années 1980, tout flux de reve­nus espéré devient une oppor­tu­nité pour une capi­ta­li­sa­tion future22. Les agen­ces de nota­tion jouent d’ailleurs un rôle essen­tiel dans les prises de décisions de capi­ta­li­sa­tion23].

 

33 Réponse de Camatte : le plus impor­tant c’est la trans­for­ma­tion de la loi de la valeur en loi des prix de pro­duc­tion. À ce niveau, le capi­tal domine la valeur et c’est lui qui semble donner « valeur ». Il se pose en source à tra­vers la domi­na­tion du tra­vail mort (immense accu­mu­la­tion de capi­tal fixe).

[Mais Camatte fait ensuite marche arrière : « La solu­tion n’est pas en dehors de la loi de la valeur car le capi­tal est la valeur par­ve­nue à l’auto­no­mie ».

Non, nous pen­sons plus juste de dire alors que c’est la valeur qui devient « évanes­cente24 ». Nous y reve­nons plus bas en com­men­tant la posi­tion de Darlet à ce sujet.]

 

34 Camatte développe alors la notion d’anthro­po­mor­phose du capi­tal ». Le capi­tal devient homme car il en prend les attri­buts. Il se présente comme un être social et parallèlement l’homme devient capi­tal.

[Nous préférons en rester à l’idée d’une ten­dance à la capi­ta­li­sa­tion de toutes les acti­vités, ce que nous avons essayé de rendre par le terme de société capi­ta­lisée, mais sans repréciser le pour­quoi de notre refus des concepts d’anthro­po­mor­phose et de com­mu­nauté matérielle du capi­tal, des concepts que J. Guigou a par­fois utilisé au début de Temps cri­ti­ques, mais qui n’ont pas été repris par d’autres ni par lui-même depuis.

Par ailleurs, la fic­ti­vi­sa­tion qu’ana­lyse Camatte se situe dans un contexte de montée des taux d’intérêt, ce qui est logi­que si on estime que le capi­tal cher­che une oppor­tu­nité de gains et sa capi­ta­li­sa­tion, plus que des inves­tis­se­ments pro­duc­tifs d’une ren­ta­bi­lité incer­taine. Mais aujourd’hui, la fic­ti­vi­sa­tion conti­nue à taux d’intérêt très bas et sur une base beau­coup plus large. Nous sommes main­te­nant dans un pro­ces­sus devenu struc­tu­rel et non pas sim­ple­ment conjonc­tu­rel.

Darlet répond mais sans mar­quer la différence, à savoir que ce n’est pas le capi­tal mais la valeur qui s’auto­no­mise. Sinon, le risque est de retom­ber sur les bana­lités de base autour de l’auto­no­mie du capi­tal finan­cier, de sa domi­na­tion sur le capi­tal pro­duc­tif, etc. Aucune catégorie de capi­tal ne peut s’auto­no­mi­ser (même pas des formes moder­nes comme celle dite du capi­tal cog­ni­tif ou celle de capi­tal connexion­niste défendue par B. Pasobrola25 dans Temps cri­ti­ques) à partir du moment où ce que nous dévelop­pons depuis 2007, c’est un pro­ces­sus de tota­li­sa­tion du capi­tal.

Pour Darlet, le capi­tal ce n’est plus la valeur en procès dans la pro­duc­tion et le tra­vail, mais le propre procès du capi­tal dans lequel la valeur se perd dans un mou­ve­ment plus large (nous n’en sommes pas loin avec notre « évanes­cence »). De la même façon, le tra­vail devient tra­vail général et non plus tra­vail pro­duc­teur de plus-value (ce qui cor­res­pond à notre « ines­sen­tia­li­sa­tion de la force de tra­vail » dans la valo­ri­sa­tion). Nous disons alors que la contra­dic­tion est portée au niveau de la repro­duc­tion du rap­port social].

 

35 Dans une lettre du 16/09/71, Darlet signale bien le point de bas­cu­le­ment. La crise des années 1970 n’est pas une crise de pro­duc­tion, mais le problème de l’équi­va­lent-or se pose encore malgré le dévelop­pe­ment du capi­tal fictif.

[Ce n’est bien plus le cas aujourd’hui. C’est le dollar comme pure représen­ta­tion de la puis­sance qui colle le mieux à cette fic­ti­vi­sa­tion avec la fin du Gold Exchange Standard, la démonétisa­tion pro­gres­sive de l’or, la flot­tai­son des taux de change. On peut dire aussi que son rôle double de mon­naie natio­nale et inter­na­tio­nale, ainsi que les mani­pu­la­tions de valeur monétaire que peut réaliser le gou­ver­ne­ment américain, ren­for­cent ce caractère de représen­ta­tion par rap­port à toute notion de valeur objec­tive.

A contra­rio, la crise actuelle de la zone euro montre à quel point il est dif­fi­cile de s’oppo­ser à la fic­ti­vi­sa­tion puis­que la lutte apparaît comme à front ren­versé. Alors que c’est la poli­ti­que alle­mande, la Bundesbank et la Banque cen­trale européenne (BCE) qui vont dans le sens de la lutte contre la fic­ti­vi­sa­tion, F. Hollande, la gauche et l’extrême gauche réunis voient dans le refus de la BCE d’appuyer une relance de la demande, la marque du décro­chage entre écono­mie réelle et écono­mie fic­tive].

 

36 Réponse de Camatte : La domi­na­tion du capi­tal sur la valeur s’exprime par des prix arbi­trai­res admi­nistrés ou anti­cipés [idée que nous repre­nons dans le no 15 de Temps cri­ti­ques, à partir de l’exem­ple des luttes dans les DOM-TOM]. Les prix peu­vent conti­nuer à aug­men­ter alors que les quanta de valeur bais­sent.

[J. Camatte reste encore dans le cadre concep­tuel de la loi de la valeur. Les catégories abs­trai­tes de l’écono­mie clas­si­que et de Marx sont quan­ti­fia­bles. Très logi­que­ment donc il en déduit qu’il y a là une mys­ti­fi­ca­tion du capi­tal au détri­ment de la valeur.

Ce n’est pas ce que nous pen­sons et c’est pour cela qu’il faut se recen­trer sur les prix et non sur les valeurs parce qu’ils expri­ment la vérité de la valeur. C’est de toute façon ce à quoi les écono­mis­tes et les sta­tis­ti­ciens… et donc les théori­ciens cri­ti­ques doi­vent se rap­por­ter pour établir mesu­res et com­pa­rai­sons. Les prix sont par ailleurs un indi­ca­teur des rap­ports de force entre unités de capi­tal en fonc­tion de l’état de concen­tra­tion des marchés (cf. par exem­ple, les prix de l’auto­mo­bile, mais pour le moment cela ne semble pas être le cas dans les NTIC)].

[Remarque per­son­nelle de JW : Je viens de faire la cri­ti­que de cela dans mon der­nier texte qui est une cri­ti­que du livre Crises de Léon de Mattis, (Entremonde 2012), où je crois mon­trer que cette quan­ti­fi­ca­tion chez les marxis­tes actuels ne se fait qu’en rabat­tant les valeurs sur les prix donc comme si les valeurs ne ser­vaient à rien, mais alors pour­quoi les garder ? Le second tour de passe-passe est de dire que si on ne retrouve pas d’équi­va­lence, au niveau d’une entre­prise, entre prix et valeurs et entre plus-value et profit et bien elle se retrouve au niveau des grands agrégats.

Une des meilleu­res expres­sions de cette façon de faire se trouve chez Barrot (Dauvé) dans son livre Le mou­ve­ment com­mu­niste (Champ Libre, 1972) qui ten­tait un bilan des posi­tions com­mu­nis­tes radi­ca­les et qui eu, à l’époque, une cer­taine influence. Je le cite aussi parce que Barrot fut cri­tiqué sur un autre point par Invariance comme nous le ver­rons par la suite.

Voici ce qu’écrit Barrot : « Les capi­taux qui se ren­contrent sur le marché s’échan­gent non seu­le­ment en tant que mar­chan­di­ses, mais sur­tout en tant que pro­duits de capi­taux. À ce titre ils reçoivent une part de profit pro­por­tion­nelle à leur impor­tance, mais cette part est calculée (non pas cons­ciem­ment mais dans les faits) sur la base du profit total de la société, c’est-à-dire du capi­tal social total, et non à partir de la com­po­si­tion orga­ni­que indi­vi­duelle de chaque capi­tal » (p. 64). Comment quel­que chose peut être calculée incons­ciem­ment ou dans les faits, on ne le saura pas. Peut être le « capi­tal auto­mate » de Marx ou alors la struc­ture d’Althusser ?

Barrot conti­nue et c’est là où je vou­lais en venir : « La masse totale des prix des mar­chan­di­ses cor­res­pond à la masse totale de leur valeur : la masse totale des mar­chan­di­ses s’échange bien selon la quan­tité de temps de tra­vail moyen qu’elle contient. Cependant au niveau de chaque mar­chan­dise-capi­tal, la loi ne joue pas. Un taux de profit moyen tend à se former au niveau de la société toute entière, et chaque mar­chan­dise-capi­tal est vendue, non à sa valeur, mais à son prix de pro­duc­tion » (ibid.). Et Barrot de conclure : « C’est le triom­phe de la loi dans le capi­ta­lisme moderne, à tra­vers son appa­rente négation » (ibid.).

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce genre d’argu­tie qui ridi­cu­lise la dia­lec­ti­que en s’en ser­vant comme d’une corde de pendu.]

 

37 Camatte pour­suit en citant Marx : « Le temps de cir­cu­la­tion est le temps du capi­tal qui peut être considéré comme le temps de son mou­ve­ment spécifi­que en tant que capi­tal, à la différence du temps de pro­duc­tion en lequel il se repro­duit » (Marx, Grundrisse, vol II, Anthropos). Le capi­tal trouve sa vérité dans son mou­ve­ment auto­nome par rap­port à la pro­duc­tion. Le capi­tal dis­so­cie l’espace et le temps pour le recons­ti­tuer à sa façon. La réali­sa­tion de la plus-value est mise en sus­pens.

[Il tend ainsi à dépasser la contra­dic­tion valo­ri­sa­tion/dévalo­ri­sa­tion en met­tant l’accent sur la capi­ta­li­sa­tion des flux de reve­nus et non sur l’accu­mu­la­tion de capi­tal pro­duc­tif et de profit qui lui est direc­te­ment lié. Il ne cher­che pas à maxi­mi­ser le profit, mais à anti­ci­per un niveau de profit général (plus ou moins indépen­dant de la part pro­duc­tive, au sens tra­di­tion­nel, de l’acti­vité) qui soit à même d’assu­rer un taux de ren­de­ment du capi­tal satis­fai­sant. Du point de vue du pou­voir ou de la puis­sance, il y a un pro­ces­sus de cap­ta­tion qu’on retrouve aussi dans la résur­gence des phénomènes de rente.]

 

38 Là encore on a un rôle impor­tant du crédit, c’est-à-dire d’un capi­tal qui se trans­forme en équi­va­lent général et qui comble le hiatus espace-temps26. Pour cela, il ne peut exis­ter qu’en tant que gran­deur idéelle, comme capi­tal fictif. C’est cela que Rosa Luxembourg a négligé dans son ana­lyse de l’accu­mu­la­tion, des crises de réali­sa­tion, l’impéria­lisme, etc. Il y a bien sur­pro­duc­tion de capi­tal, mais d’un capi­tal non matériel, formel, fictif ; un capi­tal qui atteint sa pleine réalité en tant qu’être (la « com­mu­nauté matérielle du capi­tal »). Cela n’empêche pas qu’il puisse y avoir sur­pro­duc­tion de valeurs d’usage et parallèlement dévalo­ri­sa­tion.

39 Il faut dis­tin­guer la période d’ori­gine pen­dant laquelle le crédit semble à l’extérieur du capi­tal et vient com­bler le hiatus espace-temps pour assu­rer une conti­nuité, d’avec la période actuelle de matu­rité dans laquelle le capi­tal a auto­no­misé sa forme et crée du crédit pour domi­ner le futur : les dettes devien­nent l’argent qui fait tour­ner la machine [De ce point de vue là, la crise de 2008 cons­ti­tue une alerte].

40 Camatte pose aussi la ques­tion de savoir dans quelle mesure le tra­vail ne devient pas lui aussi fictif [ce que nous envi­sa­geons avec la notion d’ines­sen­tia­li­sa­tion de la force de tra­vail et la des­crip­tion de différents procédés de simu­la­tion de tra­vail (sta­gia­ri­sa­tion généralisée de la force de tra­vail « jeune », y com­pris étendue aux plus diplômés, emplois « aidés », emplois inter­mit­tents, etc. )]

 

41 – Lettres de 1971 et 1972 (no 2, série III)

42 - Remarques de Camatte (p. 23-24)

43 Les dévelop­pe­ments de Darlet ten­dent à prou­ver, une fois que le crédit a envahi tous les domai­nes de l’écono­mie, qu’il n’y a plus de contra­dic­tion interne au capi­tal. Que la des­truc­tion ne peut être qu’auto-des­truc­tion.

[Il ne précise pas si c’est du fait de la guerre ou d’une dévalo­ri­sa­tion sau­vage ou encore du dévelop­pe­ment d’une bar­ba­rie sociale. Aujourd’hui, nom­breux sont ceux qui pen­sent que des contra­dic­tions mor­tel­les ne peu­vent venir que de l’extérieur (catas­tro­phisme). C’est un effet à la fois de la perte de référence au prolétariat et de la cons­cience que les contra­dic­tions du rap­port capi­tal/tra­vail n’épui­sent pas toutes les contra­dic­tions de la société capi­ta­lisée.]

 

44 La dis­cus­sion conti­nue autour des thèmes de la polémique pos­thume Marx-Luxembourg.

45 Camatte rejette une sépara­tion rigide entre le sec­teur I des biens de pro­duc­tion et le sec­teur II des biens de consom­ma­tion. Le problème de la repro­duc­tion élargie ne se pose­rait plus.

[Nous le répétons à nou­veau, plutôt que de main­te­nir le prin­cipe d’une repro­duc­tion élargie comme nécessité pour la survie du capi­tal et donc de cher­cher à savoir s’il y a un ou des obs­ta­cles insur­mon­ta­bles ou non à cette repro­duc­tion élargie, il vaut mieux envi­sa­ger une pos­si­bi­lité de « repro­duc­tion rétrécie » dans laquelle ni la pro­duc­tion pour la pro­duc­tion, ni la maxi­mi­sa­tion du profit ne cons­ti­tuent les objec­tifs pre­miers qui sont ceux de la capi­ta­li­sa­tion. Cela présente l’avan­tage d’être plus prag­ma­ti­que et c’est d’ailleurs la méthode qu’à utilisée Keynes par rap­port à l’école néo-clas­si­que en dévelop­pant sa thèse de « l’équi­li­bre de sous emploi »]

 

46 Mais res­tons avec J.-L. Darlet et donc avec l’hypothèse de la repro­duc­tion élargie. Il montre que la dis­tinc­tion est toute théorique et que le sec­teur des biens de consom­ma­tion par­ti­cipe à l’accu­mu­la­tion du capi­tal.

[Il semble pos­si­ble d’arri­ver aux mêmes conclu­sions que Darlet à partir de ce qu’on appelle le « mul­ti­pli­ca­teur keynésien » qui indi­que qu’une aug­men­ta­tion de la demande (dépenses en inves­tis­se­ment de l’État + dépenses de consom­ma­tion des ménages) abou­tit à un redémar­rage de la crois­sance et donc de l’accu­mu­la­tion privée des entre­pri­ses. C’est la poli­ti­que préconisée par Keynes pour sortir de la crise des années 1930 (le « cercle ver­tueux keynésien ») et qui sera appliquée mas­si­ve­ment pen­dant les Trente glo­rieu­ses don­nant lieu à cette « société de consom­ma­tion » complètement incom­prise des marxis­tes pour trois rai­sons au moins : premièrement, parce que pour eux ils n’existe que des sociétés de pro­duc­tion (les MP) ; deuxièmement parce qu’elle contre­dit leur credo sur la loi d’airain des salai­res, la paupérisa­tion et la force de tra­vail payée à sa valeur (excu­sez du peu !) ; troisièmement parce que son avènement impli­que une adhésion du tra­vailleur à la dyna­mi­que du capi­tal et en conséquence sa trans­for­ma­tion de pro­duc­teur de richesse en usager du capi­tal. L’École de Cambridge et Kalecki cons­cients des apo­ries de la théorie marxiste ont essayé de créer des pas­se­rel­les ou des points de ren­contre entre marxisme et keynésia­nisme, à l’inverse de P. Mattick qui, dans son Marx et Keynes main­tient le prin­cipe d’une incom­pa­ti­bi­lité des thèses en présence.

Mais si on reste dans l’hypothèse de la repro­duc­tion élargie, ce qui semble au moins aussi impor­tant que la ques­tion de l’équi­li­bre des sec­teurs, c’est que le dévelop­pe­ment des NTIC brouille complètement les frontières entre sec­teur I et sec­teur II puis­que cer­tai­nes par­ti­ci­pent des deux comme, par exem­ple, les logi­ciels].

 

47 – Un cor­res­pon­dant nommé Gérard (lettre du 30/11/1971) apporte des éléments sur la dis­so­lu­tion des caractères du tra­vail pro­duc­tif et sur­tout sur le chan­ge­ment de nature du tra­vail dit impro­duc­tif. On pas­se­rait des impro­duc­tifs hors du capi­tal parce qu’ils ne sont pas pro­duc­teurs de plus-value [par exem­ple les tra­vailleurs des ser­vi­ces (l’exem­ple qu’il donne des petits arti­sans et pay­sans n’est pas convain­cant)] aux impro­duc­tifs du capi­tal parce que consom­ma­tion et cir­cu­la­tion sont inclu­ses dans la pro­duc­tion.

48 Camatte rajoute : ils sont impro­duc­tifs de plus-value, mais ils sont pro­duc­tifs de pro­fits.

[Le capi­tal se tota­lise en réuni­fiant son procès, en ren­dant conti­nue ce que les écono­mis­tes appel­lent aujourd’hui « la chaîne de valeur ». Mais tout ce pro­ces­sus, au niveau de l’ensem­ble des rap­ports sociaux et non plus seu­le­ment du procès de pro­duc­tion, n’est compréhen­si­ble qu’à partir du moment où on admet l’inhérence entre capi­tal et État et en l’occur­rence, à partir de la domi­na­tion réelle, tout le dévelop­pe­ment des systèmes de sécurité sociale, les poli­ti­ques de reve­nus, la « société de consom­ma­tion », toutes choses qui rejet­tent la loi de la valeur aux oubliet­tes.

Il nous semble, malgré la relec­ture, que cette ana­lyse de l’État est très peu présente dans Invariance, à ce moment et sur ce sujet. En fait, c’est une cons­tante d’Invariance puis de J. Camatte, d’être plus concernés par l’ana­lyse des « États de la première forme » et le lien qu’ils entre­tien­nent avec la nais­sance et le dévelop­pe­ment de la valeur, c’est-à-dire des États qui prédomi­nent dans le MPA, que par l’ana­lyse de l’État moderne. Aucune référence n’est faite à Braudel alors que la revue mul­ti­plie les références érudi­tes. L’étude des premières formes d’inhérence entre dévelop­pe­ment de l’État sous sa deuxième forme et capi­tal qui per­met­tent pour­tant de com­pren­dre les ori­gi­nes du capi­ta­lisme et d’en voir les arti­cu­la­tions semble négligée. Plus générale­ment on reste dans l’opti­que marxiste d’une sous-esti­ma­tion du rôle de l’État dans le capi­ta­lisme moderne. Une sous-esti­ma­tion qui s’expli­que premièrement par le main­tien d’une ana­lyse qui sépare super­struc­ture et infra­struc­ture du capi­tal alors que la domi­na­tion réelle tend à rendre cette dis­tinc­tion cadu­que ; et deuxièmement parce que la ques­tion poli­ti­que est sacrifiée au profit de l’écono­mie]

 

49 – À partir d’un arti­cle du jour­nal Le Monde sur l’École de Cambridge, Darlet signale l’impor­tance accordée par cette École au capi­tal fictif, mais sous le terme ambigu de capi­tal global27.

[C’est une cri­ti­que de la théorie marxiste de la valeur qui se situe encore dans le cadre du procès social de la pro­duc­tion matérielle et donc de la plus-value.]

 

50 Dans ses démons­tra­tions sur la valeur, J.-L. Darlet uti­lise encore les schémas marxis­tes mais dans une lettre du 8/12/1971 il déclare que le mode d’être du capi­tal étant celui du capi­tal fictif, sa représen­ta­tion ne peut plus être faite à l’aide des concepts de la loi de la valeur. On doit faire la théorie de la négation de la loi de la valeur par le capi­tal

[C’est par exem­ple ce que J. Wajnsztejn a entre­pris de faire, mais plutôt à partir de Cardan-Castoriadis28 que d’Invariance. Ce qui est para­doxal, c’est que ce tra­vail et cette posi­tion res­tent aujourd’huias­sez mar­gi­nale au sein des milieux com­mu­nis­tes radi­caux, alors pour­tant que toutes les dernières trans­for­ma­tions du capi­tal aurait dû lui donner plus de consis­tance et d’audience. On assiste plutôt, et de manière assez stupéfiante, à l’éclo­sion et sur­tout à la média­ti­sa­tion rela­tive d’un « cou­rant cri­ti­que de la valeur » autour de Krisis, Postone et Jappe qui représen­tent, par cer­tains côtés, une vérita­ble régres­sion théorique. Ils voient dans la situa­tion actuelle le triom­phe de la valeur (de la forme-valeur pour être plus précis), mais pour expli­quer la crise concrètement, ils en revien­nent à l’expli­ca­tion par la valeur-tra­vail. Ils res­tent dans le com­pro­mis entre forme-valeur et loi de la valeur, com­pro­mis incohérent puisqu’il contre­dit leur affir­ma­tion d’une cou­pure entre un Marx ésotérique et un Marx exotérique29.

Darlet pro­pose lui aussi un com­pro­mis en res­tant dans l’entre-deux : il faut conti­nuer à partir des schémas marxis­tes, mais en même temps mon­trer leur limite par le fait que s’ils étaient vrais le capi­ta­lisme ne pour­rait pas sur­vi­vre, ne suf­fi­rait même pas à assu­rer sa repro­duc­tion simple].

 

51 Le mode d’être du capi­tal n’est pas de se dédou­bler (un côté réel et un côté fictif) mais de tendre vers l’unité des deux moments, c’est-à-dire vers une iden­tité de toutes les formes de capi­tal. C’est de cette iden­tité que naît la négation de la loi de la valeur, qui elle, affirme la différence, par exem­ple entre capi­taux pro­duc­tifs et impro­duc­tifs. Il faut donc « dépasser la loi de la valeur sans la nier »

[C’est sûrement pour res­pec­ter ce com­pro­mis que Darlet et la revue Invariance ne pous­se­ront pas plus loin pour voir si la loi de la valeur n’était pas déjà fausse dans la domi­na­tion for­melle, voir si la force de tra­vail est vrai­ment une mar­chan­dise, voir si le capi­tal cons­tant ne fait que trans­met­tre sa valeur, voir si les valeurs cor­res­pon­dent aux prix, etc.

Il sem­ble­rait que ce soit un com­pro­mis Camatte-Darlet qui établit que le capi­tal ne nie pas la loi de la valeur, il la dépasse dans un nouvel espace où l’Homme n’est plus objet du capi­tal mais sujet en tant qu’il est le capi­tal fait Homme (l’anthro­po­mor­phose).]

 

52 – Lettres de Camatte, jan­vier et février 1972.

53 Les impas­ses des théories de la valeur sont res­sen­tis par tous, y com­pris par ses tenants et on assiste à une ten­dance à rem­pla­cer les théories abso­lues (valeur-utilité ou valeur-tra­vail) qui pen­sent que les choses ont des propriétés en elles-mêmes avant l’échange, par des théories rela­ti­vis­tes comme celle qui pense que le prix de pro­duc­tion rend compte d’une utilité, mais une d’utilité pour le capi­tal. En conséquence, dans la mesure où le capi­tal domine main­te­nant la valeur, il ne s’agit pas de créer une théorie rela­ti­viste de la valeur, mais plutôt une théorie rela­ti­viste du capi­tal. La limite n’est plus le temps de tra­vail que le capi­tal domine, mais l’Homme lui-même. C’est parce que le capi­tal est démesure qu’il exige cons­tam­ment d’être mesuré. Le procès de pro­duc­tion d’ensem­ble englobe le procès immédiat aussi bien en amont qu’en aval.

[C’est ce que nous dévelop­pons dans les nos 15 et 16 de Temps cri­ti­ques].

 

54 La loi de la valeur est rem­placée par la loi de capi­ta­li­sa­tion : com­ment un quan­tum de capi­tal s’accroît de façon concrète ou fic­tive, mais dans tous les cas de façon réelle (ou avec des effets réels).

[Là aussi c’est en cor­res­pon­dance avec ce que nous énonçons dans la cri­ti­que du livre de de Mattis, Crises]

 

55 – Réponse de J.-L. Darlet : il faut atta­quer la phrase de Rancière dans Lire le capi­tal (Maspero, 1965, vol I, p. 200) qui est pour­tant le texte le plus impor­tant de l’ouvrage : « Au contraire, si le capi­tal pro­duit natu­rel­le­ment du profit, s’il fonc­tionne comme un auto­mate30 […] ». Mais jus­te­ment, le capi­tal n’a jamais été un auto­mate et aujourd’hui moins que jamais. Le capi­tal s’est intériorisé l’intel­li­gence des Hommes.

[« Le mort saisi le vif » comme disait Marx, mais le capi­tal (cons­tant ou le tra­vail mort) peut-il être considéré comme « mort » s’il a cette capa­cité ? Cela ren­voie à notre ques­tion­ne­ment déjà évoqué sur le fait que le capi­tal cons­tant ne ferait que trans­met­tre sa valeur et non en créer par sa com­bi­nai­son avec le capi­tal varia­ble (ou tra­vail vivant).]

 

56 Darlet main­tient l’idée que le capi­tal est un rap­port social. Il s’oppose à Camatte en disant que c’est la valeur qui est sujet du dévelop­pe­ment. En conséquence c’est bien d’une théorie rela­ti­viste de la valeur dont nous aurions besoin et non pas d’une théorie rela­ti­viste du capi­tal, ce der­nier ne représen­tant qu’une forme de la valeur [c’est nous qui sou­li­gnons]. Une forme qui s’exprime dans un dis­cours [« le dis­cours du capi­tal », for­mule que nous uti­li­se­rons fréquem­ment].

57 Puis il perçoit l’oppo­si­tion ou la contra­dic­tion avec ce que dit Camatte et il précise : fina­le­ment, le problème et l’erreur c’est de vou­loir fonder une théorie rela­ti­viste de n’importe quoi. Or il faut chan­ger de ter­rain et retrou­ver celui des Manuscrits de 184431.

58 Le seul moyen de nier le capi­tal ce n’est pas d’être révolu­tion­naire32, mais d’être com­mu­niste.

[Nous ne pou­vons pas aujourd’hui être d’accord avec cela et nous avons abordé ce point dans la conclu­sion de notre arti­cle-édito du no 16 de Temps cri­ti­ques et aussi dans différents pas­sa­ges où nous cri­ti­quons la notion de « com­mu­ni­sa­tion33 ».]

 

59 Camatte rajoute, mais dans le même sens : à la fic­ti­vité du capi­tal (moment d’affir­ma­tion posi­tif), il faut oppo­ser le négatif du com­mu­nisme.

[Idée de rup­ture abso­lue qui nous semble datée aujourd’hui où se dis­cu­tent les liens entre alter­na­ti­ves et révolu­tion, où l’insur­rec­tion­nisme se mani­feste comme pro­ces­sus et où, malgré ses limi­tes, il ques­tionne le concept de Révolu­tion]

 

60 Darlet pour­suit : la loi de la valeur n’est qu’une représen­ta­tion des Hommes à une époque donnée (celle de l’écono­mie clas­si­que), mais Marx a cherché à en faire un système struc­tu­ral, une vérita­ble com­bi­na­toire qui ne laisse plus aucune place à la dia­lec­ti­que. À partir des schémas marxis­tes (synthèse p. 88), il abou­tit au fait que pour qu’elle fonc­tionne encore, il fau­drait intégrer poten­tiel­le­ment (en théorie) de plus en plus de tra­vailleurs pro­duc­tifs… et encore bien plus de tra­vailleurs impro­duc­tifs or, en pra­ti­que seul le nombre des tra­vailleurs impro­duc­tifs aug­mente vrai­ment, ce qui entraîne nor­ma­le­ment la dévalo­ri­sa­tion. Or, pour Marx, une situa­tion comme celle où on trou­ve­rait un plus grand nombre de tra­vailleurs impro­duc­tifs que de tra­vailleurs pro­duc­tifs devait abou­tir à la révolu­tion. Statistiquement, cette situa­tion semble atteinte, par exem­ple aux États-Unis, depuis 1956.

[Darlet ne dit pas que c’est la défini­tion même des caractères pro­duc­tifs et impro­duc­tifs des tra­vailleurs ou du type de tra­vail qui est deve­nue impro­pre dans le cadre des trans­for­ma­tions du procès de pro­duc­tion et de tra­vail. Par contre il fait référence au fait que Marx a perçu dès son époque l’avènement d’une science deve­nue force pro­duc­tive quand le capi­tal s’incor­pore le capi­tal fixe qui devient lui-même force pro­duc­tive (cf. supra nos remar­ques sur le « tra­vail mort » bien vivant) et fait que les Hommes ten­dent à n’être plus que des usa­gers du capi­tal (des consom­ma­teurs fina­le­ment).]

 

61 Le pas­sage à la domi­na­tion réelle est en effet affran­chis­se­ment par rap­port au référen­tiel humain (temps de tra­vail, besoin) et il conduit à un chan­ge­ment des men­ta­lités34.

[Dès 1975, Pasolini par­lait, dans ses Écrits cor­sai­res35, de révolu­tion anthro­po­lo­gi­que, terme que cer­tains d’entre nous uti­li­sent aussi depuis quel­que temps, mais sans aspects nos­tal­gi­ques contrai­re­ment à nombre de thuriféraires actuels de Pasolini (cf. Longchampt, par exem­ple, pro­mo­teur d’un site éponyme). Camatte ou Invariance citaient aussi par­fois ce terme de Pasolini.]

 

62 Même Keynes reste dans la référence à l’humain avec ses dévelop­pe­ments sur le plein emploi ou l’État-pro­vi­dence. Mais ces poli­ti­ques keynésien­nes condui­sent à une aug­men­ta­tion for­mi­da­ble des tra­vailleurs impro­duc­tifs de plus-value, du moins si on reste dans le cadre de défini­tion du tra­vail pro­duc­tif propre à la loi de la valeur. Parallèlement, on a la fin de l’étalon-or et sa démonétisa­tion à partir de 1971 ; pas de révolu­tion du prolétariat mais une révolte de la jeu­nesse dont toute une partie est exclue du procès de pro­duc­tion.

[Le plein emploi de la période des Trente Glorieuses s’achève avec un chômage qui atteint quand même les 600 000 indi­vi­dus au prin­temps 1968 en France (d’après les syn­di­cats) ou ne se définit plus essen­tiel­le­ment par rap­port à lui. Il y a un problème de représen­ta­tion et crise de l’idéologie du tra­vail (avec dévelop­pe­ment de pra­ti­ques anti-tra­vail aussi bien aux États-Unis qu’en Europe qui culmi­ne­ront en Italie avec le pic de 1977).]

 

63 La révolu­tion que Marx prévoyait quand le nombre de tra­vailleurs impro­duc­tifs dépas­se­rait celui des tra­vailleurs pro­duc­tifs se déroule en fait dans le cadre du dévelop­pe­ment des forces pro­duc­ti­ves par sub­sti­tu­tion capi­tal/tra­vail [c’est un caractère de ce que nous appe­lons « la révolu­tion du capi­tal »], l’auto­ma­tion ne conduit pas à la com­mu­nauté humaine [contrai­re­ment à ce que croyait l’IS36].

64 Camatte parle « d’échap­pe­ment du capi­tal37 ». La loi de la valeur n’est donc plus une représen­ta­tion adéquate ; mais dès l’ori­gine elle a été une vision réduc­trice qui ne voit pas dans le capi­tal, et a for­tiori dans son échap­pe­ment, la réali­sa­tion d’un projet humain [« l’utopie-capi­tal » pour repren­dre une expres­sion cen­trale chez Giorgio Cesarano38.]

65 Avec le capi­tal, les hommes pen­sent avoir échappé à la nature, à l’ani­ma­lité.

[Invariance par­lera ensuite d’une « deuxième nature » pro­duite par le capi­tal. C’est quel­que chose d’encore plus actuel avec le dévelop­pe­ment des bio-tech­no­lo­gies et aussi avec la mul­ti­pli­ca­tion de nou­vel­les expérien­ces trans-genres et l’essai de dépasser toutes les limi­tes sym­bo­li­ques de l’ancien ordre patriar­cal non pas pour y oppo­ser une autre sym­bo­li­que, mais afin de créer pra­ti­que­ment un homme nou­veau.

Toute la dis­cus­sion Camatte-Darlet est encore centrée sur le procès de pro­duc­tion, donc sur une crise à ce niveau (d’où encore la cen­tra­lité de la ques­tion de la valeur) et non pas sur le fait que la contra­dic­tion est en train d’être portée au niveau de la repro­duc­tion. Processus qu’on perçoit bien mieux aujourd’hui. Le para­doxe de la dis­cus­sion, c’est que Darlet semble aller le plus loin dans la remise en cause de l’ana­lyse marxiste clas­si­que, mais sans appréhender cette crise au niveau de la repro­duc­tion, alors que Camatte qui paraît recu­ler devant cer­tai­nes conséquen­ces de la remise en cause du cadre tra­di­tion­nel, perçoit peut être mieux les conséquen­ces des trans­for­ma­tions en cours, leur sens général].

 

66 – Remarques de J. Camatte rajoutées en 1975.

67 Camatte cri­ti­que Barrot (Dauvé) et son livre Le mou­ve­ment com­mu­niste (Payot, 1972) en ce qu’il affirme l’auto­no­mi­sa­tion de la valeur d’usage (VU) sans voir que ces VU sont main­te­nant celles du capi­tal. Tout natu­rel­le­ment, il en reste à une vision des débuts du com­mu­nisme comme répar­ti­tion de ces VU par l’intermédiaire des bons de tra­vail.

[Solution envi­sagée par Marx dans sa Critique du pro­gramme de Gotha, puis reprise par les com­mu­nis­tes de conseils hol­lan­dais (GIK) en 1946, mais il n’est pas vrai que Barrot en reste là. Il cite ces bons de tra­vail (p. 104-105) pour caractériser le Programme du temps de Marx, c’est-à-dire du temps de la phase de tran­si­tion. Mais pour lui elle n’est plus néces­saire. Il y a déjà chez lui l’esquisse d’une théorie de la com­mu­ni­sa­tion.]

 

68 Dans la fic­ti­vi­sa­tion, le capi­tal crée ses pro­pres valeurs d’usage ; il bou­le­verse ses pro­pres présup­po­si­tions. Par exem­ple, dans le capi­tal por­teur d’intérêt, un capi­tal est prêté pour sa VU, valeur d’usage d’inves­tis­se­ment en l’espèce. Il y a présup­po­si­tion.

[On pour­rait même dire : auto-présup­po­si­tion si on tend vers une uni­fi­ca­tion des frac­tions de capi­tal. Le capi­tal ne passe plus forcément par les cycles M-A-M ou A-M-A’, mais tente le cycle rac­courci A-A’. C’est pour cela qu’il paraît peu adéquat de partir de la mar­chan­dise comme biais d’atta­que cri­ti­que, ce que pro­pose Darlet aujourd’hui dans sa lettre à nous adressée39. Mais cela ne veut pas dire que la cri­ti­que-en-acte des mar­chan­di­ses ne puisse pas être un biais d’atta­que dans le cas de pra­ti­ques de survie, de révolte ou dans l’émeute.

La dualité du Capital entre ses deux pôles (capi­tal et tra­vail) tend à dis­paraître sous l’unité du Capital, mais ce der­nier n’a pas encore triomphé car l’Homme n’est pas réduc­ti­ble à une force de tra­vail et c’est pour cela qu’il veut se faire être humain, êtres-humains-capi­tal ; les immer­ger dans sa com­mu­nauté matérielle. Cette métamor­phose, Camatte la nomme anthro­po­mor­phose du capi­tal. Bien qu’elle ne soit pas réalisée, tant s’en faut, les récents et les actuels dévelop­pe­ments des bio-tech­no­lo­gies, les gref­fes de prothèses infor­ma­ti­ques sur le corps humain, les tech­ni­ques de procréation arti­fi­ciel­les, la ges­tion de la « res­source humaine » par le mana­ge­ment, et bien d’autres formes de capi­ta­li­sa­tion des êtres humains confir­ment la réalité de cette ten­dance à l’anthro­po­mor­phose du capi­tal].

 

69 Or le main­tien d’une dualité capi­tal/tra­vail ramène à la loi de la valeur… et à la mar­chan­dise [cf. à nou­veau la posi­tion de Darlet aujourd’hui comme hier].

70 Mais problème : le capi­tal peut-il rester un rap­port social en dehors de cette dualité ? Darlet semble en douter alors que pour Camatte la ques­tion est réglée puisqu’il développe le concept de « com­mu­nauté matérielle du capi­tal ». Camatte cri­ti­que encore Barrot en disant qu’il a choisi de reve­nir à la dualité, au cycle de la valeur40 et donc à sa crise plutôt que d’insis­ter sur la valeur en procès puis sur le capi­tal en procès. Or il n’y a pas de crise de la valeur.

[C’est congruent avec ce que nous disons de l’évanes­cence de la valeur d’une part et avec notre oppo­si­tion au cou­rant cri­ti­que de la valeur autour de Krisis qui voit dans la crise actuelle le triom­phe de la valeur (en fait, de la catégorie ésotérique forme-valeur) parce que la loi de la valeur (de la valeur-tra­vail, donc, qu’ils jugent pour­tant exotérique) condui­rait à la crise écono­mi­que finale.]

 

71 La théorie de la valeur de Marx serait déjà une réduc­tion de ce que les hommes visaient [cf. la polysémie du terme]. Camatte conclut sur l’exem­ple du mar­chan­dage comme signe de « sur­va­leur » de la valeur. Et il émet l’hypothèse que le prix, dans la société capi­ta­lisée — encore bien plus que sous la domi­na­tion for­melle où on se préoccu­pait du rap­port valeur/prix de pro­duc­tion, avec référence cen­trale à la pro­duc­tion au sens strict du terme (au sens pro­duc­tif pour­rait-on dire) — représente une gran­deur qui enre­gis­tre un maxi­mum d’écart à la « valeur ».

[À tra­vers la mode, la publi­cité, le phénomène des mar­ques, la consom­ma­tion de concepts et non seu­le­ment de pro­duits, le prix retrouve le sens d’une « valeur », exprime une richesse, certes aliénée, des signes.]

 

72 La mul­ti­pli­cité des valeurs dans la société capi­ta­lisée cons­ti­tue­rait un phénomène nou­veau dans l’his­toire du capi­ta­lisme.

[Il nous semble que notre concept « d’évanes­cence de la valeur » accom­pa­gne bien ce mou­ve­ment]

 

Temps critiques
septembre/novembre 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet