Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 08:05

Uni contre les expulsions le samedi 20 mars à 15h place des Terreaux !

Affiche "un toit c'est un droit"





Alors que chaque année l’Etat organise l’expulsion de 100000 logements, l’arrivée en fin de droit de près d’un million de chômeurs, les laissés pour compte de la crise, ne va que renforcer cette situation absurde : d’un côté de plus en plus de personnes qui ont du mal à se loger (600.000 foyers en situation d’impayé), 100000 personnes qui dorment dans les rues, de l’autre un nombre écrasant de logements vides. La multiplication du nombre de logements laissés vides permet, par effet de contrepoids (moins de logements disponibles), de garantir la flambée des loyers et par là de multiplier les gains des propriétaires. 136 000 logements vides (10,3% du parc), 16000 logements vides sur Lyon, la situation est d’autant plus insupportable lorsqu’on connait la violence des expulsions pour lesquelles collaborent de plus en plus les forces de police (8850 ménages expulsés par la police en 2005 contre 4866 en 1999).

Avant même le fait de se nourrir, le logement est la première source d’inquiétude et de dépense des travailleurs et travailleuses, en activité ou non. En vingt ans les loyers ont doublé dans le privé, et ont augmenté de 50 % dans le public. Pour toutes et tous il est de plus en plus difficile de se loger décemment.

Face aux locataires les plus précaires, l’Etat fait miroiter la possibilité de certains recours individuels (loi Dalo…) qui leur permettraient d’accéder à un réel logement. Ces dispositifs ne sont en réalités que des impasses poussant les travailleur-euse-s à chercher des solutions individuelles et ainsi renoncer aux ressources collectives acquises par la lutte. Car seule la lutte paie, seule la mise en place d’un rapport collectif nous permettra de rompre avec la situation actuelle où règne le chacun pour soi et où les propriétaires ne font que s’enrichir, aidés pour cela par l’Etat. Se loger doit passer avant le droit de propriété, que l’on soit précaire ou non, nous sommes tou-te-s concerné-e-s.

Les tentes de mal-logé-e-s et les campements de locataires expulsés n’ont pas eu raison de ces logiques globales d’expulsions, ni ne nous permettront de sortir de cette machine précarisant toujours plus les travailleuses et travailleurs allant jusqu’à leur retirer la satisfaction des besoins nécessaires : celles de se loger dans des conditions dignes. Rappelons que la lutte autour des campements lancés par les Enfants de Don Quichotte a entrainé la mise en place en 2007 de la loi Dalo permettant aux mal-logé-e-s d’attaquer l’Etat pour obtenir un logement. Celle-ci a été peu appliquée si bien que, deux ans plus tard, les associations (Droit.Au.Logement…) tiraient la sonnette d’alarme. Pour imposer le respect de tous et toutes et la dignité de chacun, il est nécessaire d’opposer aux propriétaires et à l’Etat qui expulsent, un rapport de force réel, seule alternative pour imposer l’égalité et garantir la justice sociale. Cela passe par la réunion et l’organisation des locataires du privé ou du public, des surendetté-e-s et des sans-bail, en comités de logement dans les quartiers où ils vivent. Cela passe par l’organisation de la grève des loyers, l’occupation des logements vides pour affirmer le refus que certains ne puissent se loger sous prétexte de ne pouvoir engraisser davantage les propriétaires.

Alors que les mairies font des cadeaux aux propriétaires pour les pousser à louer les logements vides (paiement des loyers par la mairie comme à Toulouse), il ne tient qu’à nous d’ opposer nos propres règles face à ces exploiteurs et imposer que le logement devienne une condition collective minimum pour chacun-e. Seules l’expropriation de tous les logements et leur réquisition comme à Saint Denis en 2009, nous permettra d’organiser leur répartition et poser les bases d’une société égalitaire. Ne restons pas seul-e-s, face aux problèmes de logement nous sommes tou-te-s concerné-e-s !

Pour une réelle solidarité entre habitant-e-s, précaires ou non, organisons nous en Comités de quartier !

CGA : source : Rebellyon.info

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog