Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 22:37

tout est à discuter

Une idée reçue à la vie dure, en particulier dans les médias, mais aussi dans certains rangs militants: l’antifascisme serait une lutte viriliste, dominée par la violence. Voici notre réponse.

Cette question de la violence est toujours mal posée, car souvent associée à un comportement viril et dénoncé comme tel : or, cela peut certes se justifier dans certains cas (les comportements sexistes sont une réalité, dans la lutte antifasciste comme ailleurs) mais c’est pourtant bien la fascination de l’extrême droite pour la violence qui est au cœur du problème, et non celle de certains antifascistes « mâles ». Reflet de sa vision du monde dominée par l’image de la guerre entre groupes « naturellement » antagonistes, la violence de l’extrême droite est un élément constitutif de son identité (et de son folklore), car c’est dans l’exclusion voire l’élimination des éléments « allogènes » qu’elle construit son discours identitaire. Bien que cette violence de l’extrême droite soit peut-être surestimée en France, le danger est réel, et de nombreux faits divers sont malheureusement là pour le montrer.
Aussi, si le recours à la violence est l’une des préoccupations des militants antifascistes, c’est qu’il est un mal nécessaire dans le cadre d’une lutte qui se veut autonome. D’abord, parce qu’il faut signifier à l’extrême droite qu’on ne lui laissera pas installer un climat de peur dans les rues ou ailleurs. Ensuite, parce que face aux agressions de groupes qui font de la violence l’alpha et l’oméga de leurs interventions publiques, il n’y a pas d’autre choix que d’organiser l’autodéfense ou de s’en remettre à l’État (et donc à sa police) pour se protéger. Les antifascistes radicaux ont choisi, et se donnent les moyens de se défendre eux-mêmes. L’action violente n’est donc pas, comme dans les groupes d’extrême droite, une fin en soi, mais une forme d’auto-organisation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet