Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 08:31


 Salut,
> Apres un an de non parution le journal du SCALP lyon ressort, BOUM !! 3
> est enfin sorti, photoco-pillage à volonté toujours de vigueur.
> voici le sommaire :
> - Prostitution : liberté sexuelle ou consommation de sexe ?
> - le langage du maitre
> - 1905
> - Indigènes
> - Rocé : métèque
> - Poster BD antifa
> - la coca, la plante sacrée de nos peuples andins
> - Manifeste anarchiste concernant la feuille de coca
> - Derrière les lignes ennemies
> - Rapaces, le communiqué
> et une couverture et une 4eme de couverture concept
> Il est en telechargement sur le blog du scalp lyon en page d'accueil
> http://scalp-69.blogspot.com
> pour les plus impatientEs telechargement direct
> http://scalp69.free.fr/BOUM3bis.pdf
> Bonne lecture
> Salutation Antifa
Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 08:21


Manchester, Angleterre - les vandales ont détruit un mémorial de marbre à la'police. Les morceaux de marbre servent à  jeter  contre  les voitures de police( Une dizaine de voitures); Ce mémorial installé là, pour marquer l'assassinat à coup de couteau par un présumé terroriste d'Al Qa¨da. Tony Blair a "condamné cette acte ignoble"
Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 08:06

Police charge rioters


note: A la différence des événements de  novembre 2005
de nombreux passagers ont pris part à la protestation ( 200 300 personnes) exédés par le controle policier et par la présence de l'armée en arme dans la gare. solidarité avec les émeutiers, aujourd'hui comme en novembre.que sont ils devenus les 4 jeunes de Romans ( attaque contre le commissairiat de la Monaie et de l'église) et celui de Valence. Mystère!!!!!

La police a pris plusieurs heures à chassé les émeutiers dans la gare ( témoignage de la BBC)
compte rendu du procès en comparution immédiate
paru dans

Petit compte-rendu à l'arrache sur les quatre de Gare du Nord du 29 mars


L'après-midi avait mal commencé, avec pas mal de ferme qui était tombé ; situation banale, à vrai dire, pour les comparutions immédiates. Après une suspension de séance (à je ne sais quelle heure : 17 heures ?) commence les comparutions de ceux de Gare du Nord.

Le premier, c'est Abdoukarim, dans la vingtaine. Il est sans-papier, il dit qu'il n'a jamais fait de démarche de régularisation. Dans la version du juge, il a été désigné par un chef de service aux flics comme ayant déjà jeté des projectiles, puis mis sous surveillance. Les flics l'aurait alors vu, à leur tour jeter des projectiles métalliques de grosse taille (genre des trépieds de panneau d'indication,etc.). De son côté, Abdoukarim nie les faits, affirme qu'il ne faisait que passer. La salle peut voir qu'il a l'air assez tranquille. Le proc' se sent obligé de dresser le portrait de l'émeutier redoutable, à double-face : « d'un côté, il est doux ; de l'autre, il peut être très violent ». Puis il a cette image à propos du rôle de la police et des militaires au sein de la Gare : que cette dernière ne soit pas « une cage de faraday » dans laquelle l'électricité lié au contrôle ou aux interpellations ne se condense et se maintienne. L'avocat commis d'office se contente presque uniquement de dire qu'il s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Le proc' demande six mois ferme et le dépôt. Il fera finalement quatre mois de taule, à partir de ce soir.

Le second se nomme Brice, il a un peu plus de vingt ans. Il est étudiant en première année d'économie à Paris-X Nanterre. Comme Abdoukarim, son casier est vierge. Lui aussi a été désigné, puis surveillé, puis interpellé, cette fois en dehors de la gare, rue de Dunkerque, vers 23h15. Il affirme qu'il avait jeté une canette sur la foule, vers des potes, et non vers les flics. Pour son avocat, il s'agit de la maladresse d'un enfant de 19 ans, récupérables, qui mériterait surtout des TIG car les « faits qui lui sont reprochés sont graves » (je rappelle qu'il ne s'agit que d'une cannette...). Le proc' a à peu près dit la même chose, reprochant cette fois à Brice de mentir et de raconter n'importe quoi. Il s'interroge sur l'existence de passant à 23h à Gare du Nord le soir, lui qui n'a jamais dû poser son cul dans les transports en commun de toute sa vie. Il demande six mois ferme, avec mandat de dépôt. Ce sera finalement, comme pour Abdoukarim, quatre mois, et dès ce soir.

Sofiane arrive en troisième. Il a dix huit ans, fait tout jeune. Il s'est fait choper avec une paire de pompe volée dans son sac. Il est en BEP d'électricité, sa famille est là dans la salle, il a toutes les garanties de représentation. Le proc' l'accuse de saccage, même si, selon Sofiane (par l'intermédiare de son avocat), les films de la gare du Nord, devraient pouvoir démontrer qu'il n'a pas participé au pillage du Foot Locker. Sa personnalité, ces belles personnes du tribunal croient pouvoir l'énoncer facilement : il serait d'une « immaturité certaine » et, bien qu'apparemment très « gentil », il peut devenir très « hostile » pendant l'émeute. Sofiane refuse la comparution immédiate : l'enjeu est donc, pour le tribunal, de déterminer si oui ou non on peut le laisser libre jusqu'à son procès. L'avocate demande aussi un complément d'information pour avoir la vidéo du pillage du Foot Locker. Ce sera le dépôt pour Sofiane en l'attente de son procès, qui aura lieu le 23 avril. Surement un début de casier pour lui aussi.

Le dernier, c'est Mohammed. Il a un peu plus de 25 ans, avec une formation de boulanger. On lui reproche d'avoir jeté des chaussures contre les flics, sans qu'aucun de ces derniers n'ait été touché (la même chose pour les autres, d'ailleurs : pas de plainte spécifique de flics cette fois-ci....). En relisant le document de GAV, le juge relève le jugement porté par Mohammed sur l'usage disproportionné de la force par les flics, alors qu'il y a des enfants, de simples passagers. Le juge s'étonne d'un tel jugement alors qu'il ne devait pas y avoir grand monde puisque les « force de police sécurisaient la zone ». Il lui demande alors : « qui êtes-vous pour avoir une approche critique ou une réflexion sur l'action de la police ? ». L'avocate est pas mal cette fois : sa plaidoirie essaie de rendre compte du contexte émeutier, de la permanence de la stigmatisation et des contrôles. Elle justifie ce « geste de colère » (selon l'expression de Mohammed) et refuse le qualificatif évidemment stupide du proc' qui parle de geste imbécile. À la différence des autres, Mohammed a reconnu les faits, tout en les justifiant. Il affirme qu'il regrette. C'est lui qui s'en sort le mieux, avec quatre mois avec sursis.

Une journée bien pourrie, à vrai dire, avec des journalistes qui bourdonnent comme des mouches autour d'une bouse, avec leurs grosses caméras et leurs petits airs visqueux. Une journée violente aussi, dans laquelle la moitié des prévenus de gare du nord se sont pris du ferme pour rien du tout, et un troisième se retrouve au dépôt en attente de procès. Et toujours cette théâtralité stérile, ces jugements psychologisants complètement foireux et ces juges qui vivent dans des bulles de classe.


Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 07:57
¬ Le Réseau "Sortir du nucléaire" refuse de rencontrer M. Sarkozy samedi à Paris

Le Réseau "Sortir du nucléaire" ne participera pas à la rencontre organisée samedi entre M. Sarkozy et les organisations de protection de l’environnement. En effet, comme il l’a fait en signant le pacte de Nicolas Hulot, M. Sarkozy se donne ainsi, à peu de frais et de façon indue, l’image d’un candidat attaché à la protection de l’environnement.

La réalité est tout autre car, exactement comme Jacques Chirac, M. Sarkozy est un fidèle soutien des plus grands pollueurs : l’agriculture productiviste, les transports routiers, et bien entendu l’industrie nucléaire. C’est d’ailleurs M. Sarkozy, lorsqu’’il était ministre de l’économie en 2004, qui a présenté aux parlementaires la loi sur l’énergie imposant la construction du réacteur nucléaire EPR.

Il avait aussi accompagné Mme Lauvergeon (PDG d’Areva) en Chine pour essayer d’y vendre des réacteurs, et c’est au retour de ce voyage qu’avait été prise la décision de faire l’EPR en France à Flamanville, pour en faire une "vitrine" commerciale et non pour répondre à des besoins réels.

Depuis, M. Sarkozy n’a cessé de promouvoir l’industrie nucléaire, n’hésitant pas à prétendre de façon absurde que le nucléaire protégeait la France du réchauffement climatique et de la montée du prix de l’énergie, alors que les canicules 2003 et 2006, et le doublement de la facture énergétique française en 3 ans, prouvent l’inverse.

Par ailleurs, M. Sarkozy prétend que le nucléaire est une énergie "propre", ce qui est risible lorsque l’on veut bien considérer la production de déchets radioactifs qui vont durer des millénaires, les rejets radioactifs et chimiques massifs opérés par les installations nucléaires dans leur environnement, la contamination des régions où est extrait l’uranium (Limousin en France, région d’Arlit au Niger), etc.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle que plus de 60 000 personnes ont manifesté le 17 mars contre la construction du réacteur nucléaire EPR : c’est, de très loin, la plus grosse mobilisation de toute la campagne présidentielle. Par ailleurs, différents sondages montrent que 80% des français, y compris ceux qui s’accommodent des réacteurs actuels, s’opposent à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires.

M. Sarkozy soutient les multinationales du nucléaire et n’a que faire de la protection de l’environnement. Ce fait doit être rappelé avec force, et les citoyens doivent en tirer les conséquences au moment de voter.

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 765 associations
Communiqué du jeudi 29 mars 2007 - Contact : 06.64.100.333


Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 07:52

paru dans



GlobalMeeting

[ ita ] | [ eng ] | [esp]

(((((((Make multitude, make autonomy, make worlds
Hacer multitud, construir autonomia, crear mundos))))

Venice- ITALIE - 30, 31 Mars et 1 avril | 2007
Centro Sociale Rivolta - Piazzale Carlo Giuliani -
Marghera

Organisateur: Globalproject en collaboration avec Ya Basta et Uninomade

Trois jours de rencontre et débat pour construire collectivement connaissance, pensée et réflexion à l'intérieur et contre l'Empire.

Presentation

L'espace productif, social et politique dans lequel nous vivons, nous bougeons et nous luttons, a aujourd'hui un caractère immédiatement global. Aussi bien l'organisation planétaire et interdépendante des réseaux d'exploitation du travail, le cours de la bourse et des marchés financiers, et le déploiement de la communication, confirment cette idée. Mais, de fait, avec un langage compréhensible, rebel, de libération aux quatre coins du monde, d'autres évènements nous ont aussi convaincu de cette première analyse: le soulevement zapatiste du premier janvier 1994, la révolte de décembre 1999 ou les journées de luttes à Genèves en 2001, les mobilisations contre la guerre de février 2003 ou les multiples conflits traversés actuellement. Depuis nos territoire du Noreste de l'Italie, c'est le même air de révolte que nous respirons aujourd'hui, et qui s'exprime contre la nouvelle base militaire étatunienne dans la ville de Vicenza, de la défense de nos biens communs à la lutte collective contre la guerre global.

La défaite du Coup d'Etat. De l'unilatéralisme à la gouvernance

La forme de commandement de l'unilatéralisme etatuniens, théorisé par les Néo-Cons et incarné par l'admnistration Bush, doctrine mise en pratique avec « la guerre préventive », est arrivé à son terme. Ce vrai coup d'Etat dans l'Empire a été mis en déroute par de multiples résistances: du mouvement de lutte contre le modèle néolibéral jusqu'aux insurrections, parfois armées, des populations qui vivent les attaques et l'occupation militaire.

Toutefois, cela ne signifie pas que la plus grande puissance politico-militaire de la planète ne poursuit pas des actes de guerre à caractère unilatéral: autant l'escalade guerrière en Irak que les interventions en Afrique le prouvent. Mais, de nos jours la stratégie « bushiste » se trouvent isolés, aussi des autres élites mondiales.

C'est à partir de cela que se développe le concept de « gouvernance », une nouvelle forme d'autorité plus articulé et flexible: un système de relations de pouvoir de nature multilatéral et multipolaire. La crises des mécanismes de la souverainté impérial et sa légitimité se transforme dans ce contexte de manière irreversible et permanent, posant sur la table les nouveaux dispositifs destinés à affronter et contrôler l' irréductible désir de liberté des multitudes.

Nous ne parlons pas de l'actualisation et de l'illusion des nouvelles propositions réformistes , au moment où dans l'actuel niveau de dévellopement capitaliste les espaces matériels de médiations sont minimes, sinon d'un modèle dans lequel nous rencontrons les mêmes éléments des cycles précédents, recylcés de manières différentes: politiques redistributives et répression, compromis et guerre présentée comme opérations de police internationale, « intervention humanitaire », y compris, « mission de paix »
.
Continents, zones stratégiques, territoires: des espaces de la géopolitique du commandement aux laboratoires de la lutte pour la libération.

La « gouvernance » multilatéral s'articule en grandes zones regionales qui correspondent aux vieille et nouvelles puissance économiques, politiques et militaires qui se déploient sur la scène impériale: Europe et Russie, Chine et Inde, Amérique du Nord et Amérique Latine. D'autres lieux sur la planète représentent aussi des zones stratégiques, les terrains d'affrontement et de conflit pour la conquète des ressources et des pouvoirs, particulièrement visibles au Moyen Orien, Asie Central et certaines parties de l'Afrique. Les contradictions ouvertes dans chacune de ces différentes zones reposent les thèmes et les problèmes d'importance et aux valences complexe.

Le premier objectif du Global Meeting, à partir du cadre de référence que nous avons esquissé, est de reconstruir collectivement cette cartographie des luttes et de la domination. Cependant nous ne voulons pas nous conformer à une simple « photographie de l'existant »: nous pensons que nous pouvons rechercher et identifier également les caractéristiques qui peuvent être articulé à partir des multiples formes de conflit social qui se développent à l'échelle planétaire. Chaque résistances aux formes vieilles et nouvelles du pouvoir contenue en soi-même évoqués collectivement, dessinent un horizon possible de libération et de transformation radicale, de manière embrionnaire ou pleinement déployée, construisant des relations sociales au delà de l'existant.

Certains de nous résumons tout ce bagage politique et analitique dans la relation entre « rupture » et  « exode constant », d'autres préfèrons faire référence à ce que les zapatistes ont définis comme « l'autre Campagne »: le rapport entre le refus de l'exploitation et la pratique matériel du droit de résistance, pour une partie armée, avec le développement d'expériences d'autonomie locale, la croissance des réseaux chaque fois plus importante de coopération entre égaux et l'affirmation de l'irreductible autonomie des lutte de la multitude au sujet d'une dimension politico-institutionnel que essaye en permanence de les reconduire à la jaule du pouvoir souverain.

C'est précisement dans cet espace d'investigation sur les nouvelles formes d'organisation des multitudes à l'intérieur et contre le système de domination impérial de la « gouvernance », que peut prendre corps un nouveau projet de démocratie radicale et absolue.
Cette perspective ne peut pas reprendre vie avec des formules de synthèses politique générale qui se situent aujourd'hui en dehors de l'histoire, mais peut et doit marcher pour tracer une voie concrète et précise de lutte et d'organisation.

Pour cela, avec l'esprit de discussion ouverte qui le caractérise, nous proposons que le Global Meeting se transforme en lieu d'élaboration de propositions et de partage, par et pour tous ceux et toutes celles qui le traversent et le construisent. Dans cela, nous pensons autant à la discussion des initiatives de lutte qui pourront être activé avec l'occasion de la rencontre du G8 qui sera célébré en Allemagne le prochain mois de juin, que la construction d'un réseau d'études militant sur la composition sociale et politique des multitudes des migrants en Europe et au sein de ses frontières.

Ces propostions sont directement reliés avec la nécessité de repenser radicalement l'espace politique européen, pour nous autres qui vivons et luttons dans les territoires de ce continent, à partir d'une dynamique constitutive sur le pouvoir d'agir au centre de la scène continental sur la question de la guerre et de la paix, de la défense des biens communs, de la dette et des conditions de vie de nos communautés, le combat des femmes et des hommes de Vicenza, la pratique des multitudes mouvements et luttes sociales qui seront la tension et l'expression du désir d'autonomie, d'autodetermination et d'autogestion.

C'est sur cela et d'autres proposition que nous nous rencontrerons pour construir à partir de la constribution de tous et de toutes.


Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 07:40

note aujourd'hui c'est aussi le jour anniversaire de Sabaté et la date de l'arrestation de Ravachol

Le 30 mars 1900, naissance de Nicolas FAUCIER, à Orléans.
Militant anarchiste, syndicaliste et pacifiste français.
A 18 ans, il s'engage dans la marine. En février 1919, il est sanctionné pour avoir pris part aux manifestations de solidarité avec les "Mutins de la Mer Noire". Démobilisé en 1921, il travaille comme ouvrier mécanicien dans des usines automobiles et milite un temps à la CGTU. En 1927, il est administrateur du "Libertaire" et gérant de "La librairie sociale".
En 1934, il devient correcteur d'imprimerie. En 1936, la révolution espagnole éclate. Avec Louis Lecoin, il crée le "Comité pour l'Espagne libre" qui se transforme, lors du congrès de l'U.A en 1937, en
"S.I.A" (Solidarité Internationale Antifasciste), et aide les révolutionnaires espagnols en leur faisant parvenir vivres, médicaments et armes.
Le 31 juillet 1939, Nicolas Faucier est condamné par défaut (contumace), pour "
incitation de militaires à la désobéissance", à deux ans de prison (pour la publication d'articles antimilitaristes dans la revue S.I.A). Dès la déclaration de guerre, encore en liberté, il participe avec Louis Lecoin à la sortie du premier manifeste contre la guerre, le tract "Paix immédiate". Arrêté le 8 octobre 1939, il est en outre condamné à trois ans de prison pour insoumission, (il avait écrit, le 3 septembre, au gouverneur de Paris pour l'informer de son refus d'obéir à l'ordre de mobilisation). Il sera alors interné dans divers camps de travail forcé, avant de parvenir à s'évader en décembre 1943. Il restera alors caché jusqu'à la libération. En septembre 1944, il reprend son métier de correcteur ainsi que son militantisme syndical et pacifiste, et sera de 1956 à 1959, secrétaire du Comité inter-entreprises de presse du quartier du Croissant. Il intègre le "Cercle Zimmerwald" qui édite la revue "La Révolution Prolétarienne" et fera également partie de la coopérative "Les Editions Syndicalistes". Il collabore aussi à : "Défense de l'Homme" , "Le Monde Libertaire", etc. En 1977, il témoignera encore en faveur des objecteurs de conscience en procès. Il meurt le 20 juin 1992.
Il est l'auteur de : "La Presse quotienne. Ceux qui l'inspirent. Ceux qui la font" (1964), "Les ouvriers de St Nazaire" (1976), "Pacifisme et antimilitarisme dans l'entre-deux guerres" (1983), "Dans la mêlée sociale, itinéraire d'un anarcho-syndicaliste" (1988).

 

 

Repost 0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 20:34
Concernant l'initiative des sounds systems autonomes européens pour la création d'une zone autonome temporaire prés du G8, voici le lien, toute initiative est la bienvenue :
Resistant Art Festival {ART} : http://www.free4alter.org/
Repost 0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 16:47

note: solidaire avec tous les combattants  contre le projets du réacteur Iter  !!!;  CNT AIT NO Pasaran valence et le collectif du laboratoire.


Manifestation contre le réacteur ITER le 30 mars lors de l’inauguration à Nîmes de "l’exposition mondiale ITER"

Le Réseau "Sortir du nucléaire", l’association Médiane et de nombreuses associations du Sud-est de la France manifesteront le vendredi 30 mars à 18h devant le site Nîmes-Métropole qui accueille, du 28 mars au 21 avril 2007, l’ "exposition mondiale ITER".

Cette exposition ne vise qu’à abuser la population à propos du réacteur ITER (fusion nucléaire) dont la construction est prévue à Cadarache (Bouches-du Rhône). Pourtant, plusieurs physiciens DONT DEUX PRIX NOBEL de Physique - Matatoshi Koshina (Japon) et Pierre-Gilles de Gennes (France) ont clairement condamné ITER et assuré que ce projet n’avait quasiment aucune chance d’aboutir.

En réalité, s’il est construit, le réacteur ITER ne produira jamais d’électricité mais en consommera énormément, très peu d’emplois seront créés au vu de l’immensité des sommes englouties dans ce projet. Par ailleurs, le centre nucléaire de Cadarache, lieu choisit pour la construction d’ITER, est situé dans une région qui a connu le plus grave séisme jamais enregistré en France (Lambesc 1909).

De plus, le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle que les pays concernés n’ont pas tous ratifié le traité international sur la construction d’ITER, qui reste donc pour le moment virtuelle. Il est donc encore plus choquant que la France se prépare a défigurer la Provence, en particulier avec un "intinéraire grand gabarit" prévu pour apporter jusqu’à Cadarache les différents éléments du réacteur.

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire" il est encore temps d’empêcher ce projet absurde et anti-écologique, et d’investir massivement dans les plans d’économie d’énergie et de développement des énergies renouvelables.

Réseau Sortir du nucléaire - Fédération de 765 associations Communiqué du jeudi 29 mars 2007
Contacts : 04 90 07 30 92 (Médiane) ou 06 64 10 03 33 (Réseau "Sortir du nucléaire")


Repost 0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 16:41


Repost 0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 15:43
STOP AUX RAFLES




Le 9ème Collectif des Sans-Papiers se rassemble devant le syndicat de
police Alliance-Police-Nationale pour protester contre les rafles et les
expulsions, les arrestations au faciès, les violences faites aux familles
et aux célibataires dont les vies sont détruites.

La chasse à l’étranger, conséquence de la politique du chiffre voulue par
Nicolas Sarkozy, a atteint des extrêmes : on n’hésite pas d’aller rafler
les parents qui attendent leurs enfants à la sortie de l'école, les
personnes qui viennent aux restos du coeur, qui vont travailler, qui vont
se faire soigner…

Comment peut-on dire que les policiers ont fait preuve de discernement et
d'humanité le mardi 20 mars dernier comme Alliance-Police le prétend dans
son communiqué du 24 mars ?

La police ne doit pas céder à la pression des politiques qui l’exercent à
des fins électoralistes, et ceci au détriment des droits fondamentaux.

Les Sans-Papiers sont à la Bourse du travail (3, Rue du Château d’Eau
75010 Paris Métro : République) depuis le 10 février.

9ème Collectif des Sans-Papiers
9eme_collectif@no-log.org
9emecollectif.net


note
une parution de livrequi permet d'analyser ce moment
MEDIAS et mobilisations sociales edition Sylleps




En 1995, la quasi totalité des grands médias ont soutenu « la réforme » de la Sécurité sociale. En 2001, ils ont salué « la réforme » du statut de la SNCF. En 2002, ils ont apprécié « la réforme » du statut des intermittents. En 2003, ils se sont félicités de la « réforme » des retraites (et du statut des agents de service dans l’Éducation nationale). En 2005, ils ont beaucoup aimé le « Contrat Nouvelle embauche ». Et si, en 2006, ils ont moins apprécié le « Contrat première embauche », c’est surtout parce qu’il avait été mal négocié.

Ainsi, depuis plus de dix ans, les mobilisations sociales qui contestent les réformes imposées par les gouvernements n’ont pas l’heur de plaire à la quasi-totalité des présentateurs, éditorialistes et chroniqueurs qui trônent au sommet du journalisme. Le livre analyse les discours et les pratiques qui témoignent de ce déplaisir et exhibent morgue libérale et mépris social.

A lire et à entendre les maîtres-tanceurs qui orchestrent l’information, les acteurs de ces mobilisations, quand ils ne souffrent pas de troubles mentaux, n’obéiraient qu’à des mobiles irrationnels. Les grèves et les manifestations seraient le fait de fauteurs de troubles à l’ordre public et de preneurs d’otage. Le livre démonte, sur la base d’une large documentation, ces figures du discours dominant. .

Repost 0

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet