Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 09:40
Le 14 novembre les anti IVG font le raou à Grenoble;info donné par indymedia -Grenoble:

C’est leur tournée nationale dans toute la France, mais pas de nouvelles sur la plateforme des machos isérois.

Y en a qui auraient des infos ? Si c’est comme d’habitude, cela veut dire 14h30 devant le centre d’ivg de La Tronche. soyons nombreux pour que toute la clique des anti ivg ne soient pas visibles...

No pasaran.



Compléments d'informations :

c’est ça, 14h30 la tronche, si on en croit leur site : http://www.sos-tout-petits.org/pub....







Texte d'un tract bordelais (collectifeministe33@no-log.org):
Les intégristes imposent l’avortement comme un problème moral et fondent leur doctrine sur une double argumentation : la protection de toute vie de son début embryonnaire à sa fin, et la soumission aux lois de la nature comme expression de la volonté divine.
Ils partent d’un fait scientifiquement fondé : il existe des cellules vivantes, des organismes vivants, mais ensuite, par une pirouette intellectuelle, cet amas de cellules devient une personne humaine dotée d’une âme et, l'âme appartenant à Dieu, toute liberté de choix de vie disparait au profit de la soumission à la volonté divine."
Au nom du respect de la « vie », ils véhiculent un modèle de société où la personne ne décide de rien, femme-réceptacle, homme « chef de famille », enfants « don de Dieu ». Hors de la famille point de salut, nulle place pour d’autres modes de vie.
L'église institue la famille dans le cadre « sacré du mariage » comme pivot central pour contrôler les individu.es :
La cellule familiale est sous l’autorité du chef de famille.
La femme, mère au service de tous.
Les enfants éduqués à la soumission, relais des valeurs et traditions, ont pour seule fonction de les pérenniser.

Ce schéma réactionnaire et patriarcal, de fait homophobe, lesbophobe, et transphobe condamne la monoparentalité, l’union libre, etc.

NOUS NOUS REVENDIQUONS COMME SUJETS A PART ENTIERE :

Respect de nos choix de vie : vie amoureuse sous le même toit ou pas, pour un jour ou pour la vie, avec un-e seul.e ou avec plusieurs, célibat, enfant ou non …
Abolition du genre : le sexe biologique ne détermine plus la place des individus, les catégories hommes - femmes cessent d’être la norme de référence pour l’organisation de la société.
Libre choix de nos sexualités à condition qu'elles reposent sur le libre consentement entre les individu.es:pratiques sexuelles entre femmes, entre hommes, entre hommes et femmes, avec ou sans pénétration, où on veut quand on veut…
Droit à une éducation sexuelle.
Droit à une éducation non sexiste
Possibilité de décider de mettre fin à sa vie.
Contraception et IVG libres et gratuits. Pour l'IVG, nous revendiquons l'allongement des délais, la gratuité totale sans condition de nationalité, une information claire et un accès simple aux services hospitaliers, l’abrogation de la loi de 1920 (pénalisation de l’avortement). Pour la contraception : accès libre et gratuit, développement de la recherche y compris pour les hommes.

NOTRE CORPS NOUS APPARTIENT
NOUS NE LAISSERONS PERSONNE REMETTRE EN CAUSE LES DROITS ACQUIS.
NOUS NE LAISSERONS PERSONNE DECIDER DE NOS VIES.
NE LAISSONS PAS LES TENANTS DE L’ORDRE MORAL DIRIGER NOS VIES !

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_
Présentation du collectif Ovaires et contre tout
-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Le patriarcat – système social qui organise la domination des hommes sur les femmes – reste la réalité dans tous les systèmes économiques et sociopolitiques.
L’histoire est masculine, comme les droits de l’Homme, le chef de famille, le médecin, le mécanicien ; et au contraire de la femme au foyer, la femme de ménage, l’infirmière…
Même si aujourd’hui, en Europe, nous avons le droit de voter, de choisir à peu près le métier qui nous plaît, de prendre la pilule, de conduire une voiture et d’ouvrir un compte en banque…la lutte féministe n’est pas terminée.
Nous avons donc conçu un abécédaire pour nous réapproprier cette lutte, en donner une vision qui nous corresponde, et la diffuser largement. Il servira de base à nos actions et pourra être enrichi à tout moment de nouvelles définitions et revendications.
Ce n’est qu’un début, la lutte continue !

Ovaires et contre tout revendique :
Abolition du genre
Conservation et application des droits acquis
Égalité des salaires
Accès à l’éducation non sexiste !
Abandon des comportements sexistes dans le public comme dans le privé
Respect des choix de vie : célibat, orientation sexuelle, enfant ou non …
Respect de l’autonomie des luttes féministes
Intégration des revendications féministes aux projets de société des organisations politiques
Contraception et IVG libres et gratuites

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 12:16

Le 5 novembre il ya eu un débat au conseil municipal qui a vu se déchainer la droite du capital.

Nous vivons  dans le systhème capitaliste  et cette droite  outrancière    va chercher son argumentation dans les  vieux tiroirs  du populisme de droite.


La  municipalité actuelle (la gauche du capital ) souhaite construire des logements sociaux, la demande existe, notamment chez les jeunes qui démarrent dans la vie et qui ont besoin d'être soutenus. N'oublions pas que ces catégories sociales sont en situation d'évolution, qu'ils sont les consommateurs de demain et qu'ils rajeuniront, redynamiseront la ville à terme.

La droite du capital locale préfère "construire" des résidences privées qui peinent un peu à se vendre aujourd'hui, à des personnes qui en ont les moyens, donc plutôt d'âge avancé.
La ville doit être ouverte à tous donc il semble équilibré d'une part de continuer à proposer des logements privés car la demande va repartir à la hausse, une fois le stock actuel écoulé, et d'autre part de proposer en même temps une offre locative aidée en ville pour les jeunes, les étudiants, les salariés à revenus faibles à moyens. Voilà ce que la majorité actuelle propose. A mes yeux c'est un schéma bien plus complet et cohérent que ce que propose la droite qui ne favorise qu'un seul type de construction destiné aux catégories les plus favorisées. La droite ne souhaite pas voir d'autres catégories s'installer en ville car elle craint pour son avenir électoral, bien évidemment.


Je remarque aussi que si l'on ne fait rien dans 10 ans, la proportion de personnes âgées de plus de 60 ans à Valence sera une des plus importantes de la région. Je sais que cette population est plutôt favorable à l'UMP mais elle n'est pas gage de dynamisme. Si l'on continue sur ce chemin, le vieillissement et la perte d'attractivité, de dynamisme donc (car Valence ne se trouve pas sur la Côte d'Azur), guettent la ville.
De plus, phénomène qui n'inquiéte pas les élus de droite, on s'aperçoit que Valence n'attire pas d'habitants, que les jeunes couples, les cadres, les professions intellectuelles, scientifiques, artistiques et culturelles ne s'y installent pas assez. Le solde migratoire de la ville est négatif sur la période 2001-2006 et la ville n'a pas connu un gain de population important ou au moins égal proportionnellement à d'autres villes du quart sud-est.

Voici l'évolution de la population Valentinoise depuis 1975.
On voit que la Ville est redevenue attrayante et qu'au lieu de perdre des habitants, elle en gagne depuis 1990.

1975

1982

1990

1999

2006


68 604

66 356

63 437

64 260

65 263



  Et ce alors que la période était plus favorable économiquement. Personne n'en parle car cela a l'air d'être tabou à Valence mais je ne connais pas de ville prospère qui ne voit pas sa population augmenter par l'accueil de nouveaux habitants. La politique menée par la droite n'a pas eu d'effet sur la démographie de la ville.

. Au moins la gauche désire voir la ville bouger et se régénèrer et la politique de la nouvelle municipalité essaie de contredire le déclin démographique. Personnellement  je l'invite à ne pas baisser les bras, à poursuivre sur cette voie et à ne pas laisser la droite raconter des carottes aux Valentinois.

La mairie de gauche souhaite privilégier la mixité sociale. C'est une politique plus ouverte et qui n'est en rien dogmatique.  La droite locale préfère, on dirait, isoler les pauvres dans un seul endroit, certes en leur offrant l'opportunité de se rendre acquéreurs de leur logement. Mais qui a envie de s'acheter un appart à Fontbarl ? Tant que ce quartier, pour le prendre en exemple, n'est pas ouvert sur la ville, qu'il n'est pas rénové personne ne souhaitera s'y installer. La droite a un réflexe politique négatif de fermeture et d'isolement qui n'est pas à la hauteur des enjeux de la ville. La vision de la droite est limitée et ne propose pas d'alternative au déclin démographique : c'est la politique de l'autruche.

Toujours sur le sujet des logements sociaux, les élus de l'opposition  font semblant d'ignorer qu'il existe déjà des logements sociaux disséminés dans toute la ville dont personne ne parle car ils ne créent aucun problème particulier dans les quartiers concernés. Ces logements n'ont en rien destructuré la morphologie sociologique de ces quartiers. J'en tire la conclusion qu'il n'y a pas de danger à conduire cette politique de "dissémination" comme vous dîtes, dans la mesure où elle favorisera la cohésion sociale, qu'elle permettra au contraire de réguler les tensions au lieu de les accentuer. Cette politique présentera aussi l'avantage au passage de soutenir l'activité dans le BTP.

Les 41 logements de l'avenue victor Hugo permettra au moins de terminer ces immeubles en construction

Il y a bien évidemment des enjeux politiques et électoraux.
L'ancienne majorité préfère conserver en état ce qui n'a pas réellement fonctionné, et ce même si la zone franche est un succès. La frilosité et le manque d'ouverture de la droite sont dangereuses pour l'avenir de la ville.

Pour moi, le débat est là .. Tout le reste ne sont que de vaines polémiques un peu déplacées venant de ceux qui, en deux mandatures n'ont rien construit , il faut le noter, aucun logement social et qui n'ont pas, d'ordinaire, pour philosophie de prendre la défense des plus défavorisés.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 08:44
Surprise ce matin le journal le dauphiné libéré fait la promotion d'une nébuleuse organisation anti fasciste 26-07.
Est ce enfin une rennaissance anti fasciste  dans le 26-07? On a reçu un texte au Laboratoire signé par cette organisation .
voici le texte  qui fait référence à des lois anti homophobe;  nous au  collectif le laboratoire on a pas besoin de loi pour nous expliquer le bon chemin. Voir plus proche de notre point de vue le Collectif  libertaire Anti Sexiste.

SIZZLA, le chanteur de reggae jamaïcain connu pour ses appels au meurtre racistes et homophobes, est l’affiche du be bop bleue café à Saint Marcel Lés Valence ce mercredi 28 octobre le collectif anti facsiste 2607 déplore que ceux genre protagoniste puisse ce produire sur scéne encore aujourd’hui. Et condanne très fortements les propos homophobes et rasciste que ce chanteur a tenu a nombreuses reprises,ainsi que les incitations aux meurtre que contiennent certaine de c’est propre parole de chanson. En voici un exemple :

« Brûle les hommes qui ont du sexe par derrière avec d'autres hommes... Bute les pédés, mon gros flingue va tirer...
Pan ! Pan ! Les pédés doivent être mis à mort... »

Le chanteur et quelques autres artiste de ragga ont fait déjà parler d’eux dans certaines villes lors de sa tournée prévu en 2005 France (Lille, Clermont-Ferrand, Reims, Paris…)les dirigeants des salles devant accueillir les concerts ont immédiatement annulé la tenue de ceux-ci.
A Montpellier, les responsables du Rockstore ont laissé passer plusieurs semaines avant d’annoncer l’annulation du concert de Sizzla (prévu le 30 juin 2005). Tournée egalement interdit dans d’autres pays d’ Europe

Sizzla, comme Capleton et d'autres, a signé le Reggae Compassionate Act, une charte de bonne conduite pour chanteurs haineux, le 15 avril 2007. Mais si le second semble la respecter, le premier l'a enfreint dès le 13 juin 2007.

En fait, les propos racistes ou homophobes sont déjà des actes racistes ou homophobes - et il ne suffit pas que notre pays se soit doté de lois contre de tels propos, contre de tels actes ; il faut encore que l'esprit des lois soit respecté.

La loi n° 2004-1486[1], dite « loi Nouchet », est votée le 30 décembre 2004 et publiée au Journal officiel le 31 décembre. Elle a pour objet de condamner la diffamation et les injures envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle, de leur sexe ou de leur handicap.

le collectif anti fasciste 2607 fait un appel annulation du concert de sizzla (mercredi 28 octobre) a Saint Marcel Les Valence comme le pour reste de la tournée francaise de l’artiste jamaicain.

Nous invitons tous personnes a demander l’annulation en téléphonant à la mairie de Saint Martcel Les Valence au 04 75 58 70 03 du lundi au vendredi 9h à 12h et 13h30 à 17h ainsi que la salle de concert « be bop bleue café »au

 

Le collectif anti-fasciste 2607

.



SIZZLA, le chanteur de reggae jamaïcain connu pour ses appels a
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 15:38
 Le 17 octobre 2009 ides grenoblois ( 20 associations , syndicats, parti politiques)  appellent à commémorer le 17 octobre 1961 , alors que  pour empêcher la commémora tion  du  19  Mars 1962 , Valence a vu défiler des milliers de personnes  ( manifestation nationale). Nous saluons l'initiative prise par les grenoblois qui   manifestent  pour ce jour  du 17 octobre 1961 . ,
voici le communiqué de Maurice Papon du 5 octobre 1961 :
"Dans le but de mettre un terme sans délai aux agissements criminels des terroristes, des mesures nouvelles viennent d'être décidées par la préfecture de police. En vue d'en faciliter l'exécution, il est conseillé de la façon la plus pressante aux travailleurs algériens de s'abstenir de circuler la nuit dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne, et plus particulièrement de 20h30 à 5h30 du matin. (...)
D'autre part, il a été constaté que les attentats sont la plupart du temps le fait de groupes de trois ou quatre hommes. En conséquence, il est très vivement recommandé aux Français musulmans de circuler isolément, les petits groupes risquant de paraître suspects aux rondes et patrouilles de police. Enfin, le préfet de police a décidé que les débits de boissons tenus et fréquentés par les Français musulmans d'Algérie doivent fermer chaque jour à 19 heures
"




Cette photo a déjà publié sur ce blog, nous au Laboratoire loin des batailles politiciennes
vous pouvez constaté lors de cette manifestation des personnages publics.
Bonjour,

Comme toutes les années, nous rendrons hommage aux manifestants algériens massacrés lors de la répression de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris. Ce jour-là, à l'appel des organisations du FLN, des milliers d'Algériens manifestèrent contre un couvre-feu de fait raciste et pour affirmer le droit à l'indépendance de l'Algérie. La manifestation était pacifique, avec femmes et enfants. Cela n'empêcha pas les policiers de réprimer avec la plus grande brutalité, causant plus de 300 morts. Pendant plus de 30 ans, cela fut étouffé et c'est l'action opiniâtre d'associations et de militants qui a permis à la vérité  de se faire connaître.

Depuis plus de 15 ans, nous organisons à Grenoble une manifestation le 17 octobre, avec un appel qui fait le lien entre la mémoire et le présent, car la connaissance de l'Histoire doit servir à éclairer le présent. Ces dernières années ont été marquée par un retour en force des nostalgiques de l'Algérie française, aidés par des responsables politiques de tous ordres, jusqu'au sommet de l'Etat. Il est plus que jamais nécessaire de garder vivante la mémoire de toutes celles et tous ceux qui voulurent résister à l'ordre colonial français, que ce soient les manifestants du 17 octobre 1961 à Paris ou des personnes comme Francis Jeanson ou Simon Blumental décédés cet été.

Comme vous le verrez dans l'appel joint, une vingtaine d'associations, syndicats, organisations politiques ont accepté de soutenir cet appel. Qu'elles soient grandement remerciés pour leur prise de position qui ne va pas de soi.

Le rendez-vous est le samedi 17 octobre 2009 à 18h, place Edmond Arnaud (en face de Sainte Marie d'en bas, rue Très Coître à Grenoble, arrêt tram B place Notre-Dame). De là, après une intervention et des chansons chantées par la chorale Barricades, nous manifesterons jusqu'à la passerelle Saint Laurent jeter des fleurs dans l'Isère en hommages aux victimes du 17 octobre 1961.

Merci de diffuser largement l'information autour de vous, pour faire de ce rendez-vous un succès.

Cordialement

         Mariano Bona

-- 

"Quiconque oublie son passé est condamné à le revivre" Primo Levi


Partager cet article
Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 05:49

 

 

lu dans sur le site de l'organisation communiste libertaire

Il était l’un des grands témoins connus d’un monde disparu : le Yiddishland presque totalement anéanti par les Nazis. Il était aussi un des derniers survivants d’un parti de masse, le Bund, dont les positions politiques sont plus que jamais d’actualité.

Marek Edelman a été en 1943 le commandant en second de l’insurrection du ghetto de Varsovie. Au moment de l’assaut final, il a pu fuir par les égouts et continuer la lutte dans la résistance polonaise. Combattant héroïque face au nazisme, il a gardé la même intransigeance après guerre. Il est resté en Pologne. Il était et s’affirmait polonais. Opposant résolu au sionisme, il a régulièrement dénoncé la politique israélienne. Et il a courageusement combattu le stalinisme.

Sa mort nous rappelle quelques vérités historiques.

En Europe de l’Est où vivaient des millions de Juifs, le sionisme a été minoritaire jusqu’à la guerre face aux différents courants socialistes dont le Bund. Le Bund était un parti ouvrier révolutionnaire qui liait l’émancipation des Juifs face à la ségrégation raciale, antijuive, à celle du prolétariat. Le Bund était laïque et prônait la liberté et l’égalité des droits pour les Juifs là où ils vivaient, sans territoire spécifique. Les Bundistes étaient farouchement antisionistes : refuser la lutte et partir coloniser un autre pays était pour eux une trahison et une utopie messianique dangereuse.

Le souvenir de Marek Edelman nous rappelle que la résistance juive au nazisme a été essentiellement bundiste ou communiste. Et pourtant, absurdité de l’histoire, en Israël, l’instrumentalisation du souvenir de l’antisémitisme européen et du génocide nazi est devenue le principal moyen pour faire accepter par l’opinion les crimes de guerre à Gaza ou la destruction de la Palestine. Edelman n’a jamais reçu aucune décoration ou aucune marque d’honneur de la part d’Israël. Il était banni de facto.

Après la guerre, il y a eu un consensus mondial pour faire partir en masse les survivants du génocide en Israël et pour faire en sorte que le crime européen soit payé par les Palestiniens. Marek Edelman a été un des rares à refuser. Il y a eu la résurgence de l’antisémitisme en Pologne, marquée par le massacre de Kielce (1946) et l’épuration organisée en 1968 par le général Moczar. Marek Edelman est resté en Pologne et a continué de se battre pour la liberté et la démocratie.

Enfin Marek Edelman n’a jamais cessé de dénoncer la politique des gouvernements israéliens. Il a été solidaire des Palestiniens. Lui qui a lutté contre la destruction de son pays les considérait comme des « partisans » face à l’occupation.

Pour toutes ces raisons, sa disparition est une perte immense, au-delà de l’Union Juive Française pour la Paix, pour les internationalistes du monde entier.

L’UJFP salue sa mémoire et continuera à promouvoir son combat internationaliste contre l’oppression et pour l’émancipation des peuples.

Bureau national de l’UJFP le 5 octobre 2009

Voir en ligne : UJFP

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 13:29

prochain concert  de la merguez

Partager cet article
Repost0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 02:57
En cettte année  huitiéme année de la guerre mondiale  permanente.
http://libertesinternets.files.wordpress.com/2009/04/affiche-anti-communisme-1be4e.jpg
Les logiciels-espions de la police, introduits à distance dans l’ordinateur d’une personne sans son consentement, inquiètent. Dans un avis qu’elle devait rendre public vendredi 24 juillet - appliquant ainsi pour la première fois la loi du 12 mai sur la clarification du droit -, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) réclame des garanties sur leur utilisation. En utilisant l’image d’un “coffre-fort logique”, elle suggère de limiter l’usage de ces outils pour qu’ils ne soient pas à la disposition d’un trop grand nombre de fonctionnaires sans l’autorisation d’un juge.

La reconnaissance légale de ces logiciels figure dans le projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi II). Il doit être débattu à l’Assemblée nationale à la fin de l’année et définit, pour la période 2009-2013, les moyens alloués à la police. Ce texte ajoute dans le code pénal dix nouveaux articles sur la “captation des données informatiques en matière de criminalité organisée”. Sous le contrôle d’un juge dans le cadre d’une information judiciaire, ces intrusions permettront aux policiers, “sans le consentement des intéressés, d’accéder à des données informatiques, de les observer, les collecter, les enregistrer, les conserver et les transmettre”. Les lieux privés ou publics, comme les cybercafés, sont concernés.

Ces logiciels sont déjà bien connus des hackers (pirates) et de certaines officines de renseignement privées, qui n’ont pas hésité à s’en servir. En témoigne l’affaire d’espionnage de Greenpeace, qui a éclaté en avril, dans laquelle EDF est soupçonnée d’être le commanditaire.

Pour la CNIL, ces dispositions présentent un “caractère particulièrement sensible”, car elles instituent “une importante exception” aux principes de la loi du 6 janvier 1978 relative à la protection des données personnelles, et doivent donc être “proportionnées au but poursuivi”. En Allemagne, relève la CNIL, la Cour constitutionnelle fédérale a limité, en 2008, les intrusions policières à des situations de “menace concrète” en matière d’enlèvement, de meurtre ou d’”atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation”. En France, l’utilisation potentielle de ces nouveaux outils est plus large.

La CNIL pointe l’impossibilité de réaliser un tri, dans la collecte des informations, “entre ce qui est utile ou non à la manifestation de la vérité”. Les logiciels-espions sont ainsi faits qu’ils peuvent tout lire, que les données empruntent ou non un réseau de communication électronique. En clair, tout ce qui apparaît à l’écran peut être capté, y compris ce qui vient d’une clé USB. La Commission souligne ainsi “la portée” du projet “qui pourrait permettre l’enregistrement, pendant une durée d’au plus huit mois, de tous les caractères saisis au clavier, et de toutes les images affichées sur l’écran de tous les ordinateurs d’un point d’accès public à Internet et ce, à l’insu des utilisateurs”.

Surtout, la CNIL s’est inquiétée de la collecte de données venant de personnes ou de lieux “habituellement” protégés, tels que les cabinets d’avocat, de médecin, d’huissier, ou les locaux d’un journal, via des ordinateurs portables notamment. La rédaction du projet de loi “permettrait de collecter des données transitant sur des systèmes utilisés par des personnes protégées par le législateur en raison des secrets particuliers liés à l’exercice de leur profession, ou de les collecter dans les lieux de travail ou domiciles de ces dernières”, écrit-elle. Sur ce point, la CNIL, selon son secrétaire général, Yann Padova, aurait obtenu des garanties du gouvernement. Enfin, l’utilisation des logiciels espions étant soumise à l’autorisation d’un juge d’instruction, la Commission “s’interroge sur l’impact éventuel ” de la réforme de la procédure pénale qui pourrait aboutir à la disparition dudit juge…

FICHIERS ÉTENDUS

Consultée sur d’autres articles de la Loppsi II, la CNIL s’est émue, en particulier, de l’extension de fichiers de police d’analyse sérielle, comme le fichier Salvac, créé en 2003 après les crimes de Michel Fourniret pour collecter et recouper les informations sur les tueurs en série, “à la petite et moyenne délinquance de masse”. La Commission a constaté que l’usage des analyses sérielles serait étendu à des infractions moins graves, encourant des peines d’une durée de cinq ans d’emprisonnement. Les vols en récidive entreraient ainsi dans cette catégorie.

En outre, le champ de la collecte des données personnelles est étendu, dans le projet de loi, à toutes les personnes dont l’identité est citée dans une procédure judiciaire, qu’il s’agisse de l’entourage de personnes mises en cause ou de simples témoins cités dans les procès-verbaux. “Les fichiers d’analyse prendront une ampleur nouvelle, qui en change la nature, car ils ne seront plus limités aux infractions les plus graves”, s’insurge la CNIL dans son avis, en se disant “extrêmement réservée sur la mise en oeuvre d’une telle extension”.”Cela revient à faire du profilage, c’est un enjeu très lourd”, explique son secrétaire général Yann Padova pour qui, cette méthode d’enquête, en vogue aux Etats-Unis, met à mal la notion de présomption d’innocence en présupposant que des individus cités, cumulant plusieurs caractéristiques, risquent de commettre un crime ou un délit. Mais là encore, selon M. Padova, le gouvernement serait revenu en arrière.

Les fichiers seront en outre ouverts à un plus grand nombre de destinataires. Au même titre que les policiers et les gendarmes, la douane judiciaire accédera aux informations des fichiers d’analyse sérielle. De même, le projet de loi envisage que l’administration pénitentiaire soit destinataire du fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais) lors de la mise sous écrou d’une personne. Il est prévu que les officiers de police judiciaire accèdent à ce fichier créé en 2004, sans le contrôle préalable d’un magistrat. Or la CNIL “ne souhaite pas voir remise en cause” cette autorisation “au regard du caractère extrêmement sensible et spécialisé de ce fichier”.

Comme elle l’avait fait au mois de janvier lors de la remise de son rapport de contrôle sur le plus gros fichier de police, le STIC (Système de traitement des infractions constatées), la Commission rappelle son souhait de voir modifier la loi pour permettre les mises à jour des fichiers et l’effacement des données qui persistent même lors d’absence d’infraction constatée ou de classement sans suite.

Isabelle Mandraud
Un avis qui ne porte que sur sept articles du projet de loi

Partager cet article
Repost0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 14:45
Est ce le retour du GAL?

Ansa Baiona

Dans une note remise au quotidien Gara, l'organisation armée ETA affirme «qu'elle n'a aucun doute, que derrière cette disparition, comme au temps du GAL, se trouvent les forces de polices et la collaboration française. Jon Anza est militant de l'organisation et la Police le savait, puisqu'elle avait découvert ses empreintes dans une cache trouvée au début de l'année. Cependant la Police cacha cette prise».

Le 18 avril, Jon Anza prit le train à Bayonne afin de se rendre à Toulouse, où il avait un rendez-vous avec ETA pour remettre une somme d'argent, informe la propre organisation. Mais il n'arrivera jamais à son lieu de destination. L'organisation armée souligne «que ce n'est pas la première fois que de tels faits se produisent et rappelle les disparitions de Pertur, Naparra, Joxi et Joxean et Popo Larre.


Les proches de Yon Anza sans nouvelles de lui depuis le 18 avril. Document : Rémi Rivière/EITB

Jon Anza, 47 ans, de nationalité espagnole, a purgé une peine de 21 ans de prison en Espagne pour appartenance à l'ETA avant de se réfugier au Pays Basque nord, à Ahetze, ou il est notamment membre d'Askatasuna.

Selon des membres de sa famille, il a disparu le 18 avril après que sa compagne l'ait accompagné dans le train qui devait le mener de Bayonne à Toulouse. Les video de la gare de Bayonne sont inutilisables

L'avocate de la famille, Maritxu Paulus Basurco, a précisé que la requête a été déposée au nom de la famille et porte sur l'article 74-1 du code pénal concernant "la disparition d'un majeur présentant un caractère inquiétant ou suspect eu égard aux circonstances, à l'âge de l'intéressé ou à son état de santé".

Maritxu Paulus Basurco a indiqué "qu'il est très difficile pour la famille de ne pas imaginer le pire", au regard des activités militantes de Jon Anza.

Le procureur de la République peut désormais requérir l'ouverture d'une information pour rechercher les causes de la disparition.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 09:49

Pourquoi les juges antiterroristes français  ne s'interressent pas aux néo fascistes italiens?

Il ya un mois Zoe a trouvé la mort dans un épisode chambérien .

Ce dramatique accident a permis à la flicaille française d'arrêter Raphou et Lucas.

Je publie ce texte ci dessous pour montrer la réalité des agissements des néo fascistes italiens sur toute l'Europe.



25/03/2009

Trente-deux ans après les événements, en novembre, le juge de la Audience Nationale espagnole Fernando Andreu a ouvert l'enquête sur la disparition d'Edouardo Moreno Bergaretxe dit «Pertur». Après avoir soupçonné pendant des années un règlement de compte entre membres de l'ETA, la Justice espagnole va examiner deux autres hypothèses. C'est pour poursuivre les recherches sur l'une d'elles que le juge d'instruction se rend à Rome, aujourd'hui.

Il se déplace pour interroger sur cette disparition trois prisonniers néofascistes condamnés à perpétuité en Italie. Effectivement, ce magistrat prend en considération cette nouvelle hypothèse, alors que pendant des années la famille de Pertur, la Garde Civile et la Police Espagnole ont pointé du doigt les Commandos Spéciaux, sous prétexte de différents au sein ETA politico-militaire. La seconde piste officielle est celle de l'implication de groupes d'extrême droite liés aux services des renseignements espagnols, qui étaient appelés Bataillon Vasco Español, Triple A ou encore Guerrilleros de Cristo Rey.

L'enquête a été rouverte à la demande de la famille de ce Donostiar dont la disparition est restée sans explications depuis 1976. En septembre 2007, un film a ramené cette affaire sur le devant de la scène. L'année de tous les démons (disponible en basque, Deabru guztien urtea) d'Angel Amigo se penche sur l'implication jamais examinée de fascistes italiens, alors qu'il laisse parler les différentes versions de l'affaire.

Dans ce documentaire, le membre historique de l'ETA Eugenio Etxebeste «Antxon» accuse les renseignements généraux espagnols d'être responsables de l'enlèvement d'Eduardo Moreno Bergaretxe à Béhobie. Une action à double effet selon lui : d'une part, il était une «personne importante» dans l'ETA, d'autre part, sa disparition engendrerait des «divergences» en son sein.

Idéologue renommé

Né en 1950 à Donostia, Pertur est déjà un idéologue renommé en 1976. On le compte parmi les dirigeants de l'organisation armée. Un des rares qui a échappé au «nettoyage» dû à l'infiltration de l'agent secret El Lobo.

Au lendemain de ce 23 juillet 1976, plusieurs partis ont dénoncé l'enlèvement, accusant «les groupes fascistes». D'après l'hebdomadaire de l'époque Punto y Hora, ANV, EHAS, ETA-pm, MCE, PSOE et le Parti communiste d'Euskadi ont publiquement condamné l'enlèvement. Quatre jours plus tard, la Triple A (Alianza Apostolica Anticomunista) le revendique et annonce la mort du militant abertzale.

Cependant, ces événements se déroulent dans une période trouble, «l'année de tous les démons» comme l'appelle Angel Amigo. L'incertitude provoquée par la mort du Caudillo, la montée du fascisme, la mort de l'industriel Orbegozo... autant d'événements contraires à l'apaisement.

_________________

Béatrice MOLLE  journal du Pays Basque.

La semaine dernière le juge Fernando Andreu de l'Audience Nationale espagnole, s'est rendu à Venise afin d' interroger Luigi Concutelli qui se trouve en liberté conditionnelle, à cause de son état de santé.

Luigi Conticelli aurait raconté à Angel Izzo, autre néo- fasciste italien, que dans les années 70, il participa à un enlèvement d'un dirigeant d' ETA. Le même juge Andreu s'était rendu à Rome il y a quelques mois pour interroger Angel Izzo et c'est ce dernier qui lui rapporta les propos de Luigi Conticelli.

En l'occurrence les dates et la manière d'opérer, présentaient de fortes similitudes avec l'enlèvement d'Eduardo Moreno Bergaretxe «Pertur», disparu le 23 juillet 1976. Il est fait état, selon les dires d'Angel Izzo, «d'une ferme près de Barcelone baptisée L'usine», dans laquelle aurait été séquestré un membre d' ETA qui fut torturé, puis que l'on fit disparaître».

Luigi Contucelli a déclaré devant le juge n'être au courant de rien, et ne pas se rappeler avoir raconté à quelqu'un une telle histoire. Pour l'avocat des proches de Pertur, Martin Auzmendi, que nous avons joint par téléphone, «cela ne signifie en aucun cas, que la piste des néo-fascistes italiens ne soit pas la bonne. Luigi Contucelli est dans un état de santé déplorable et cela semble assez logique qu'il ne raconte rien. Il est très perturbé physiquement et psychiquement. Cette absence de témoignage n'est en aucun cas une raison d'abandon de cette piste de la part du juge Andreu».

Audition de P. Mujika GarmendiaPour Martin Auzmendi, «le juge Andreu poursuit son enquête en se concentrant sur deux pistes, celle des néo- fascistes italiens aidés par les services secrets espagnols et celle de la propre organisation». Selon des sources judiciaires, il y aura d'autres comparutions prochainement de témoins, comme celle de Francisco Mujica Garmendia (Pakito) ancien dirigeant d'ETA, mais à l'époque des faits membre des commandos spéciaux d'ETA politico-militaire. Il est emprisonné depuis plusieurs années dans l'Etat espagnol. En 2007, un film documentaire ramena l'affaire sous les feux de l'actualité : «L'année de tous les démons» (Deabru guztien urtea), réalisé par Angel Amigo, Le documentaire alimentait l'hypothèse de la piste des fascistes italiens.

C'est d'ailleurs autour de ce film, qu'un groupe de travail composé d'amis de Pertur se mettra en place pour travailler cette piste. Dans le documentaire en question, le membre historique d'ETA Eugenio Etxebeste  «Antton», accuse les services secrets espagnols, d'être responsables de cette disparition.

Une action à double effet selon lui : Pertur était un dirigeant de poids dans ETA politico-militaire, d'autre part sa disparition engendrerait des divergences profondes, au sein de l'organisation.

D'autres ex-militants d'ETA ont été entendus par le Juge Andreu en novembre 2008 : J J Gurrutxaga, Simon Loyola Albizu, E.Jauregi Beloki et Lurdes Auzmendi qui fut la compagne de Pertur.

«Cela fera 33 ans le prochain 23 juillet, que Pertur a disparu. Nous aimerions savoir dans quel endroit il se trouve. Il est incroyable, que même de façon anonyme, personne ne se manifeste et ne donne cette information, tant d'années après» conclut Martin Auzmendi.

 
Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 07:07

Depuis des mois , les  diverses tendances d'extrême droite  attisent les braises sociales,
quelques éléments justifient le propos ,
-les tables de presse des supporters de Jacque cheminade à Valence, les quelques -tracts incantatoires affichés dans des lieux de passages de lutte communautaristes

Il ne suffit pas de tenir un discours  ,  retroussons les manches pour combattre cette vermine idéologique.Le discours baba coooliste fait le lit tendre à cette vermine. Les derniers événements  ( faits divers), nous inquiéte
lourdement.  ( communiqué du collectif le laboratoire) 
Ndlr  Ce n'est pas la politique municipale qui   reprend le discours sécuritaire ( le nouveau contrat local de sécurité et de prévention) qui nous rassure.


Voici ce qu'on trouve sur la liste "antisioniste" de Dieudonné, Soral et Yahia Gouasmi

une grosse majorité d'extrême-droite plus une pincée de quelques potiches soit disant venant de la « gauche » d'origine variée pour la décoration "plurielle"... La lecture des "qualités" des membres de cette liste vaut mieux que tout les discours.

Sans commentaire comme vous pouvez le voir :

Outre Dieudonné et sa compagne et son garde du corps il y a :

Alain Soral écrivain pseudo polémiste, ex membre furtif et virtuel du Pc ex « Punk » et « artiste performer » tendance mondanités, Palace, et champagne à volonté, ex chouchou médiatique de Thierry Ardisson et Taddei, sexiste et homophobe notoire apologue du viol et de la « drague » version gros lourdaud ,créateur du journal « alternationaliste » au titre de Flash entièrement dévolu a sa propre « gloire » et à sa très égotique personne, créateur de l'association Egalité & Réconciliation (E&R)

Mireille Walle : Vice-présidente du cercle "République sociale", proche du FN

Anne-Marie Hoffmann : membre de E&R

Cyrille Rey-Coquet : tête de liste FN Paris 1er en 2008

Samya Ayari : Cadre supérieurs en Ressources Humaine E&R la caution alibi-miss diversité de Soral milite dans le réseau « banlieue anti système ».

Emmanuelle Grilli : Renouveau Français groupuscule fasciste particulièrement violent

Michael Guérin : ancien des Jeunesse identitaires et FNJ rallié à E&R C.A

-on se rappelle de lui pendant la lutte contre le Cpe ou quand avec quelques un de ses amis consanguins a poils raz il avait essayé d'attaquer une manif anti Cpe aux cris de « parasite hors des facs crs avec nous » une drôle de manière de se dire « anti système » mais on est pas a un contradiction prés chez ce genre de personnage

Schepens : Fraternité franco-serbe, cadre du FN il vénère Milosevic et ses chiens de guerres qui ont massacrés a Srebrenica son assoce franco serbe a nié les épuration ethnique contre les musulmans bosniaques et affirmé que la seule épuration ethnique commise en ex-Yougoslavie fut celle subie par les serbes au Kosovo (tués selon lui par des hordes musulmanes sanguinaires) ce qui ne l'empêche pas de traiter en bon petit soldat Dieudonniste tout ceux qui critiquent le « parti anti sioniste » d'islamophobes racistes et néo colonialistes la encore a nouveau on n'est pas a une contradictions prés chez ce genre de personnage.

Ahmed Moualek : La Banlieue S'exprime, soutien du FN animateur du site du même nom grand admirateur de la Syrie et de Saddam Hussein, sa phrase fétiche se passe elle aussi de commentaires puisqu'il répète sans arrêt à la moindre interview « le lobby sioniste juifiste me pourrit la vie depuis des années »

Maria Poumier ; fondatrice de Entre la Plume Enclume (EPE) pour la défense des négationnistes et des militants nationalistes voir carrément néo nationaux socialistes européens

Ginette Hess Skandrani : présidente de EPE virée des verts pour apologie des révisionnistes et négationnistes Garaudy et Faurisson

Fatima Chekkaf : EPE

Chanta Fechtali : EPE trois négationnistes notoires elles furent toutes trois parmi les plumes les plus actives du site négationniste Arghh

Entre la plume et l'enclume est une Association pour la "liberté d'expression" fondée par Maria Poumier, présidée par Ginette Skandrani, pour "taper sur les sionistes jusqu'à plus soif", et défendre les "prisonniers d'opinion" négationnistes voire de tendances carrément néo nationaux socialistes

Yahia Gouasmi : président de la Fédération chiite de France et du parti antisioniste Raba Serbout : parti antisioniste Sandrine Haddad : Parti antisioniste Souad Sedjai : Parti Antisioniste

Christian Cotten : membre de l'omnium des libertés (po-sectes) proche

Pierre Panet : ex militant communiste exclu du Pc animateur du site Les Ogres (site de soutien à Dieudonné) un site particulièrement antisémite ex proche de la librairie négationniste de la « vieille taupe » aux cotés de Paul Rassinier, Serge Thion etc. etc.

Thomas Fraga : militant gaulliste écologiste "sans étiquette" autoproclamé, opportuniste multi vestes prétend avoir été successivement adhérent aux verts et au Modem

Ghislaine Simon ex syndicaliste de Sud démandatée depuis peu, de ses fonctions syndicales, suite a son ralliement a la liste du « parti anti sioniste »

Jean-Marie Kei : soi disant militant et délégué CGT disquaire de profession

Francesco Condemi : ex LCR Sébastien et soit disant toujours militant« libertaire » réalisateur pour la maison de production pseudo « anti impérialiste » de « Clap 36 » d'un film de propagande à la gloire exclusive de Dieudonné au titre très fayot de « Sans forme de politesse : regard sur la mouvance Dieudonné »

Ducoulombier Joseph ex « militant » de la décroissance

A propos de Egalité & Réconciliation : "Les 8 et 9 septembre 2007 à Villepreux a eu lieu la première Université d'été de l'association, organisée par Marc George et à laquelle participèrent Dieudonné, Christian Bouchet extrême droite "nationale révolutionnaire" membre de « Vox Nr », Jean-Marie Le Pen, Farid Smahi membre du bureau du FN et du DPS, que Giorgio Damiani, webmestre de vox NR, un proche des sites d'extrême droite pseudos « alters » Alterinfo de Zeniel Cekiki et tousaufsarkozy.com de Michel Schneider (un ex cadre du Fn) , et Ugo Gaudenzi, directeur du quotidien italien Rinascita. L'assistance comportait également quelques anciens militants du GUD, des JNR etc etc tels Philippe Penninque ou Gildas Mahé.

Les 1er et 2 novembre 2008 a eu lieu à Villepreux la seconde université de l'association. Alain Soral fit une intervention sur son voyage en Serbie et une intervention de clôture, aux coté de Jacques Cheminade membre du groupuscule pseudo de « gauche » Solidarité et progrès (proche de la secte de Lyndon Larouche) » qui s'exprima sur la crise économique mondiale et Christian Bouchet sur la géopolitique.

Voila ce qui se cache derrière ces « anti sionistes » paraîtraient ils « anti système » peu d'ouvriers, de bon cadres sup, des bien intégrés dans la société capitaliste et ultra libérale actuelle, il y a même dans le lot un Drh (vachement anti système ca !!!) et un chef de Pme

Voila ce qui se cache derrière ce Dieudonné et son soit disant « anti impérialisme », son soit disant « anti communautarisme » et même car il ose a le répéter jusqu'au dégout son pseudo « anti racisme ».

NON NOUS NE LAISSERONS PAS LA RUE A CES FASCISTES

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet