Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 07:33

"...La situation à l'issue de la restructuration est telle que l'affirmation du prolétariat en vue de libérer le travail productif perd tout sens et tout contenu. Il n'existe plus d'identité ouvrière propre face au capital et confirmée par lui. Maintenant, l'existence sociale du prolétariat est, et reste, face à lui comme étant le capital même. ..." Théorie Communiste 22

Les salariés de Schaeffler au pied du mur

  Le 20 Mai , les salariés de Schaeffler ont été appelés à quitter le site de St Siméon de Bressieux.
Une décision de Justice après 7 semaines de blocage de cet équipementier automobile. Les salariés réclament toujours de meilleures conditions de départs à leur direction. Schaeffler doit licencier cette fin mai les 92 salariés de l'usine iséroise, et proposer des reclassements sur son site de Calais dans le Nord de la France. Une médiation s'est déroulée en préfecture de l'Isère... des représentants de l'Etat ont reçu successivement des membres de la direction... mais aussi des représentants du personnel.
Rédigé par Manon Bakour dans Social le 22/05/2009 à 05h43
Partager cet article
Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 18:00

Solidaritat  avenc  trabalhador, trabalhadora de Simmons

Que volem tribalhar

E Decidir al pais

dens la dignitat!

Hier matin le cœur du village de Flaviac a bougé... au ralenti. Depuis l'annonce mercredi de la fermeture prochaine de l'entreprise de matelas Simmons, les ouvriers se mobilisent et ne veulent rien lâcher.

Photo Photo

C'est tout un village partagé entre l'incompréhension totale et la volonté d'inverser le processus de fermeture.

Parmi les 94 salariés "sacrifiés", le sentiment est partagé. Tous veulent pourtant mener le combat. Car les enjeux sont dramatiques : des familles brisées, un village dont l'économie déjà fragile qui perd "son" entreprise installée ici depuis 1936 !

« C'est toute une partie du village qui s'en va »

Aux côtés des ouvriers hier matin, Pierre Sallée, premier adjoint, représentant le maire, parti en vacances à l'étranger. Mais aussi d'autres élus, la maire voisine de Saint-Julien-en-Saint-Alban, ses adjoints, le conseiller général, Hervé Saulignac qui compte bien soutenir l'action jusqu'au bout : « Quand on a une entreprise de cette taille-là, qui sans raison ferme, on a d'autre choix que d'être là. Ce sentiment d'impuissance et de détresse est insupportable. Je n'ai jamais vu une telle brutalité de la part d'une direction. Même si je suis pessimiste, je serai aux côtés des ouvriers. Je les aiderai dans leurs démarches, s'il le faut. »

 


Arrivés sur place dès 6 heures le matin, les ouvriers et nombreux Flaviacois se sont réunis devant le site, avant de venir bloquer la départementale 304. Tout s'est passé dans le calme, les automobilistes très compréhensifs. Au bord de la route, les gens du village.

Colette, par exemple 41 ans dans l'entreprise, est sous le choc : « Je suis retraitée mais je suis à leur côté, c'est toute une partie du village qui s'en va, il n'y a même pas de mutations proposées, c'est un coup dur. »

Les élus espèrent rencontrer le PDG vendredi prochain

Du côté des élus, « On les soutiendra bien sûr, on espère encore des discussions avec la venue du PDG annoncée en fin de semaine prochaine. Les familles, les commerces, tout le monde a pris un coup. »

Alors qu'à quelques pas de la Simmons, l'entreprise de technologies nouvelles SPL vient de s'implanter, un espoir pour la commune, une usine vieille de 70 ans ferme ses portes. « Ils n'ont jamais voulu investir, confie une employée, alors notre usine part en premier ! ».

En attendant, lundi, les ouvriers vont reprendre leur poste dans une drôle d'ambiance.

Et le délégué syndical CFDT Mohamed Saidi de conclure. « Au mois d'avril nous avons touché la prime de participation au bénéfice. Notre charge de travail est encore importante avec 40 heures par semaine. Nous avons été sacrifiés pour un choix stratégique car la crise ne touche pas notre activité. La preuve : aucune mesure de chômage partiel nous a touchés. »

Leur presse

Partager cet article
Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 08:36





La 4° AG nationale de la coordination Ecole en danger des collectifs de salariés de
l’éducation et parents mobilisés, réunie le 18 avril 2009 à CHENÔVE réaffirme sa volonté de
mobilisation pour la défense et la promotion d'un service public d'éducation de qualité. Ceci
passe par le retrait de toutes les réformes qui menacent le service public d'éducation de la
maternelle à l'université.
Nous appelons à refuser :
La suppression de 13500 postes qui dégrade les conditions d'enseignement et
d'apprentissage.
La suppression des RASED et la mise en place de l'aide personnalisée en dehors du
temps scolaire.
 La mise en place d'évaluations nationales destinées à mettre en concurrence les
écoles et les établissements.
 La mise en place de structures privées et payantes pour les enfants de deux ans.
 La mise en place des EPEP qui va couper le lien entre écoles, élèves, parents, et
renforcer les pressions hiérarchiques.
Les nouveaux programmes rétrogrades et inadaptés.
 Le recours de plus en plus régulier à des personnels précaires et non formés pour
assurer les remplacements et les missions de service public (accompagnement
éducatif…) et notamment le Service Minimum d’Accueil.
 La multiplication des heures supplémentaires et des remplacements à l'interne au
détriment de l'emploi public et de la qualité de l'enseignement.
 La réforme du lycée qui n'a été que repoussée.
 La suppression du BEP qui va laisser pour compte les élèves les plus fragiles, et la
mise en place du Bac Pro en 3 ans qui va dévaloriser le diplôme.
La suppression des IUFM et la remise en cause de la formation initiale et continue.
 Le fichage systématique des élèves : BASE ELEVES, SCONET…
 La banalisation des interventions policières dans les établissements et la traque des
élèves sans papiers.
 La remise en cause du droit de grève et des droits syndicaux.
En préalable à toute discussion, nous exigeons :
 Le retrait de toutes ces mesures qui visent à terme un véritable démantèlement du
service public d'éducation.
 La levée des sanctions touchant les personnels, étudiants et lycéens en lutte.
4ème APPEL DE LA COORDINATION NATIONALE
ECOLE EN DANGER
COLLECTIFS SALARIES DE L’EDUCATION &
PARENTS MOBILISES
REUNIE LE 18.04.09 À CHENÔVE (21)
Partager cet article
Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 06:30
Pour info, occupation des usines Veaston/Ford en Grand-Bretagne en avril/mai

Depuis un accord a été signé, mais les ouvriers attendent toujours pour savoir s'il sera respêcté ou non.






cnt-ait-infos.


===================================================

Soutenez l'occupation des ouvriers de Ford-Visteon


Nous avons occupé notre usine.
Les ouvriers de Ford-Visteon ont occupé leur usine depuis le mercredi 1er
avril. La veille, lors d'une réunion qui n'a duré que 6 minutes, nous
avons été prévenu que la compagnie, qui a des usines à Belfast, Basildon
et Ponders End (à Enfield dans le nord de Londres) déposait le bilan et
que nous devions quitter les lieux, sans que nos salaires nous soient
payés. Nous devions récupérer nos affaires le lendemain, mais à 10 heures
l'usine était fermée. Les ouvriers à Belfast avaient déja occupé leur
usine.
Nous demandons ce qui nous est dû

Les 200 ouvriers qui font partie de la compagnie de sous-traitance
(Visteon) veulent le respect des conditions qui leur ont été accordées par
des contrats 'miroirs' avec la compagnie mère (Ford). Jusqu'à maintenant
ils ne savent pas quand ils vont toucher les sommes qui leurs sont dûes et
leurs retraites devront être gérées par le Fond de Protection de Pension
du gouvernement anglais. Cela signifie des conditions réduites et une
somme maximale de £9000 (10 000 euros). Parmi ces hommes et ces
femmes, certains ont 40 ans d'ancienneté!

La situation a été créee selon un emploi du temps médiatique calculé – une
annonce lors du G20 garantissait que l'affaire serait enterrée dans les
médias. Et dans une large mesure, c'est exactement ce qui s'est passé.
L'idée de Visteon est de préserver l'argent de sa filiale américaine,
Visteon USA, à nos dépens.
Mais contre toute attente, les membres du syndicat Unite ont entrepris une
action résolue et déterminée que les patrons pensaient avoir éliminé il y
a plusieurs années.

Les ouvriers veulent le respect des termes de leurs contrats. Ford Visteon
ne peut pas se dédouaner ainsi de toute responsabilité. Ils ont d'ores et
déjà eu recours à des intimidations d'ordre légal mais ont seulement
réussi à échouer une fois de plus.
Les négociations ont commencé.

Suite à l'occupation Visteon a accepté de négocier avec nous.


En plus du payement de l'intégralité de nos indemnités, il a été suggéré
que les compétences des ouvriers, qui peuvent fabriquer tout ce qui est
fait de plastique, soient utilisées pour réaliser des composants à des
fins écologiques – vélos, panneaux solaires, turbines, etc... - dont la
demande ne cesse de croître. Plutôt que de jeter de l'argent aux
banquiers, un investissement de la part du gouvernement dans ce genre de
programme pourrait être rentable et préserver des emplois sur le long
terme.

Toute forme de soutien est la bienvenue


Les ouvriers de Ford Visteon ont été ravis du soutien reçu par d'autres
usines Ford, comme celle de Southampton, qui boycotte les produits
Visteon. Des centaines de personnes se sont déja rassemblées lors de
manifestations aux abords de l'usine.
Demandez à votre syndicat de passer une résolution en soutien à notre
lutte.



Pour envoyer vos messages de soutien aux ouvriers:
visteonoccupation@googlemail.com








Partager cet article
Repost0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 07:38


1,3  milliards d'euros pour les entreprises.

- Dispositifs  "zéro charge ": il existe déjà pour toutes les embauches  réalisées dans les entreprises de moins de 10 salariés . Il sera étendu à toutes les entreprises pour le recrutement d'apprentis jusqu'en juin 2010.
- Prime de 1800euros : elle sera  versées aà toutes les entreprises  de moins de 50 salariés, qui embaucheronst des apprentis supplémentaires
- Prime exeptionnelle de 1000 euros : elle sera versée  aux entreprises  qui embauchent  un jeune de moins de 26 ans en contrat de professionalisationans son montat  sera   de 2000 euros dans le cas  où les jeunes  embauchés  n'ont pas le bac.
- prime exeptionnelle de 3000 euros : elle sera versée  aux entreprises qui embauchent  des jeunes stagiaires  en CDI. Cette aide sera ouverte  si le jeune a été en stage  avant le 1ermai  2009 et si l'embauche  est réalisée avant la fin septembre 2009.
-aide de l'état pour le développement  des CIE: l'aide de l'état à l'employeur peut aller jusqu'à près de 50% du smic.
- Financement des 30000 contrats aidés dans les collectivités locales : Il sera pris en charge à hauteur  de 90% par l'état pendant 12 mois.
C'est une politique réactionnaire  qui pousse plus loin  les réformes antérieures  ( CPE, réforme  du bac pro ....)
"Elle va contre les intêrets  des jeunes , mais aussi  de l'ensemble du monde deu travail"
"En même temps , cette politique crée des conditions objectives pour un développement  de la conscience de classe chez les jeunes".
 
Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 08:12


Dans le texte pour le rassemblement devant l'Hopital  contre la loi Bachelot.
j'ai trouvé cette phrase :
" Parce qu'il nous faut
le droit à la parole, à la critique , à la proposition
a la liberté  de penser , d'opinion
l'autonomie d'action
et d'être des citoyens dans nos services.
Lecteurs je vous laisse tirer une conclusion  de l'influence  des citoyennistes  et de la pacification sociale.Et cette influence a permis  de squizer l'idée de manifestation  devant la préfecture . Alors qu'à Privas celle a pu se tenir.

Photo
manif hopital


D'autres éléments  aménent des arguments supplémentaires.

Jeudi à 15h30 nous étions devant l'hopital  répondant à l'appel en tant qu'usagers


Nous donnons la teneur de la déclaration du camarade de la CGT  FO  devant quelques dizaines d'agents hospitaliers.

Jour  après jour , la mobilisation pour le rejet de la loi Bachelot s'amplifie.....
" le maître mot n'est plus la santé  mais la rentabilité . La préoccupation centrale  n'est plus le malade  mais le compte d'exploitation  de l'Hopital . Et les premières victimes  en seront les patients  et les soignants  écrivent  25 professeurs  chefs de service  de l'APHP à Mme Bachelot."

Ils ont raisons . Avec l'instaurationpar l'article 26 du projet de loi , des agences régionales  de santé chargées de faire respecter l'enveloppe financière  fermée  votée par le parlement  en application  de l'article  104 du traté de Mastricht , c'est la conception  même du systhème de soins "à la française ", conquis en 1945 , qui est remis en cause . Ce sont des dizaines  de milliers  de suppressions  d'emplois que  préfigurent  les 1200 à l'AHP Paris, 650 à Nancy, 400  à Nantes , 550 au Havre , plus de 1000 à Marseille . Des dizaines de millier s  de suppressions  d'emplois au moment  où des centaines  d'usines ferment .
...
C'est  cela qui est en cause .
...
Au moment même où les personnels hospitaliers , les médecins , les plus hautes sommités  médicales , demandent à Bachelot de les entendre , Claude Evin , président  de la fédération hospitalièree de France  se porte au secours du gouvernement  en déclarant à la presse  que la réforme Bachelot  est "absolument  nécessaire pour défendre l'hopital public" et qu'elle "organise  mieux les choses dans l'intérêt  des patients"


Quel est le rôle qu'assigne la contre réforme Bachelot à L'ARS en matière  médicosociale?
sqelon le gouvernement lui-même : "permettre au directeur de l'ARS  de convertir une partie  de l'activité  du secteur sanitaire  pour développer  les établissements de santé médicosociaux" , avec un taux d'encadrement médical et soignant bien inférieur!
Et cela , au moment même où le gouvernement  insiste sur un prétendu déficit de 15 milliards  de la sécurité sociale pour justifier  de nouvelles coupes claires  dans les dépenses  et le report  de l'Age  de départ à la retraite .

Les intérêts de la population , la défense de la sécurité  sociale n'exigent'ils pas  de refuser tout appui au projet Bachelot  qui démantéle le systhème national  de santé édifié par des décennies de combat ouvrier et démocratique?

Photo de  militants après son discours :
Pour la CGT -force ouvrière organisme sociaux  , la contre -réforme  Bachelot signifie la mort de la sécurité sociale et l'Hopital public.
Partager cet article
Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 08:33

les usagers

 

 


A cette date le marché de l’électricité et du gaz est ouvert à la concurrence de part la volonté de nos « dirigeants » et de Bruxelles et beaucoup de monde risque de se faire piéger.


Un premier conseil : ne cédez pas aux sirènes téléphoniques et autres démarchages commerciaux, même de la part d’EDF et/ou de Gaz de France.


Pour info:


Les fournisseurs Electricité :


- ALTERNA


- COMP. NAT. DU RHONE (SUEZ)


- DIRECT-ENERGIE SA


- EDF


- ELECTRABEL France (SUEZ)


- ELECTRICITE DE STRASBOURG


- ENDESA ENERGIA


- ENERCOOP


- GAZ DE France


- GAZ ELECTRICITE DE GRENOBLE


- OUEST ENERGIE


- POWEO


- SIGEXY


- SOREGIES


- USINE ELECTRIQUE DE METZ



Les fournisseurs Gaz :


- ALTERGAZ


- BP GAS & POWER


- DISTRIGAZ


- EDF


- ELECTRABEL

- ENI


- E.ON GROUP


- GAS NATURAL


- GAZ DE FRANCE


- GAZ DE PARIS


- HYDRO ENERGY


- IBERDROLA


- POWEO


- SOTEG


- TOTAL


- WINGAS


Listes mises à jour régulièrement à consulter sur www.cre.fr (site du Comité de Régulation de L’Energie)


La plupart de ces fournisseurs n’ont pas ou peu de moyens de production (centrales, barrages, éoliennes,…) comme POWEO par exemple !


Comment ça se passe ?


Comme en téléphonie, les structures sont là (centrales, câbles, pylônes, transfos…) ils n’ont besoin que d’ordinateurs et de téléphones (pour prendre vos réclamations) qu’ils transmettent ensuite aux opérateurs historiques (EDF–GDF) qui bien entendu, continuent d’entretenir et de développer les installations.


Il existe une bourse de l’électricité (eh oui) POWERNEXT, ou chacun fait son marché. Ils achètent A L’AVANCE de l’électricité, de X mégaWatt/h à une période de la journée où elle est la moins chère et ensuite revendent à leurs clients l’énergie avec bien sûr des gains à la clé. C’est aléatoire car le cours change entre temps ! Le bénéfice n’est pas assuré. C’est pourquoi au début, les prix sont bas, pour attirer le « pigeon », ensuite il faut faire au plus vite des plus-values sinon c’est la faillite.


Comme pour les opérateurs de renseignements téléphoniques (ex 12), des fournisseurs actuellement sur les rangs vont disparaître faute de finances suffisantes. Seuls les plus puissants resteront, quitte à perdre beaucoup d’argent au début !…



1) TARIF REGULE, ELIGIBILITE ET TARIF CONCURRENTIEL



Depuis le 1/07/07, vous avez le choix entre :

- le tarif régulé (comme aujourd’hui) où l’Etat fixe les prix (peu de fluctuation car suit en général le coût de la vie),


- le tarif concurrentiel (faire jouer votre éligibilité), c’est à dire choisir le marché, faire jouer la concurrence.


Si vous faites jouer votre éligibilité, donc que vous choisissiez de faire jouer la concurrence, vous ne pourrez plus jamais revenir au tarif régulé.


Faire surtout attention aux offres EDF ou Gaz de France car ces 2 entreprises, étant opérateur historique, sont les seules (avec Electricité de Strasbourg et de Grenoble, Usine de Metz) à conserver 2 types de tarifs, le régulé et le concurrentiel.


Alors il se peut que vous soyez contactés par EDF ou GDF (surtout GDF) pour vous entendre dire : « venez chez nous, on vous fera un contrat unique, vous n’aurez qu’une seule facture, vous aurez des avantages (diagnostiques gratuits d’installation, l’énergie moins chère, une cafetière offerte, …) et dès la signature, votre facture baissera de X %… »


Aujourd’hui, EDF et Gaz de France sont devenues des Sociétés Anonymes, avec des actionnaires à rétribuer.


Vous comprendrez donc aisément qu’elles ont intérêt à ce qu’un maximum de leurs clients quittent le tarif régulé.


Programme ou offre alléchants, mais danger, même en choisissant un contrat de type concurrentiel d’EDF ou de GDF, vous faites jouer votre éligibilité, donc, FINI le tarif régulé.


Et à titre d’exemple, si pour vous appâter on vous offre un diagnostique de votre installation et qu’on trouve des défauts, vous serez obligés d’y remédier à titre onéreux.


Qu’arrivera-t-il si vous quittez le tarif régulé ?


Un seul exemple, celui de l’hôpital de Besançon.


En 2004, le directeur, envoûté par les sirènes d’ENDESA, quitte EDF et le tarif régulé.


Première année, pas de problème :

- 10% sur la facture d’électricité, on se frotte les mains, y-a pas à dire, la concurrence et le marché c’a a du bon.


2ème année : patatras, + 70% sur la facture ENDESA (comme pour les assurances et tout le reste, il faut lire les petites lignes).


Notre directeur d’hôpital, se disant que l’on ne l’y reprendrait pas de sitôt, demande son retour à EDF.


Mr EDF lui répond : « volontiers Monsieur, nous vous faisons une offre à 10% de moins que ENDESA »


- « Quoi ? mais avant je payais tant !!! »


- « Oui mais cela, c’était le tarif régulé. Et comme vous avez fait jouer votre éligibilité, vous ne pouvez pas revenir au tarif régulé ! » donc résultat des courses, + 50% en 2 ans.


Pour la petite histoire, qui a subi les conséquences de la décision du directeur ?


- les usagers car on a du fermer des lits,


- le personnel soignant car on a du supprimer des postes suite à l’augmentation des dépenses budgétaires que l’opération a entraîné.



2) TRES IMPORTANT : LA NOTION DE POINT DE LIVRAISON



ATTENTION, jusqu’au 1er juillet 2007, un abonnement à l’électricité et au gaz était contracté par une personne physique ou morale.


Depuis le 1er juillet, c’est la notion de point de livraison qui prévaut.


Ça veut dire quoi ?


- Depuis le 1er juillet, vous décidez d’acheter une maison ou un appartement. Si le vendeur était resté à EDF et/ou GDF régulé, pas de problème. Par contre, si votre vendeur avait fait jouer son éligibilité, donc qu’il a quitté EDF et/ou GDF tarif régulé, vous ne pouvez pas prétendre au tarif régulé, car c’est la notion de point de livraison qui est prise en compte.


- Plus grave, idem pour le locatif. C’est à dire que si vous déménagez et que vous êtes en locatif (OPAC, privé…), vérifiez bien où votre prédécesseur dans le logement se fournissait car la aussi, si un locataire décide de quitter le tarif régulé, c’est le logement qui quitte définitivement ce tarif (attention encore, s’il vous dit qu’il était à EDF et/ou GDF, cela ne dit pas à quel tarif il était).


- Cela vaut pour le bailleur de logement qui risque d’avoir des difficultés ultérieures à louer ses logement qui ne seront plus au tarif régulé (d’autant plus qu’actuellement la loi sur la concurrence libre et non faussée lui interdit d’imposer à un de ses locataires de se fournir ici plutôt que la).


BONJOUR LES DEBOIRES ….



3) LES COUPURES POUR IMPAYES



Que vous choisissiez n’importe quel fournisseur et n’importe quel tarif, c’est une nouvelle entreprise, filiale commune à EDF et Gaz de France, qui s’appelle depuis 2004, EDF-Gaz de France Distribution (EGD en abrégé interne), qui est en charge de :


- la construction du réseau et du branchement pour vous raccorder,


- l’entretien et le renforcement de ce même réseau,


- le dépannage aussi bien électrique que gaz,


- le relevé des consommations, facturé au fournisseur, et toutes les interventions annexes

o l’augmentation de puissance sur les disjoncteurs,

o coupures pour impayés, facturés au fournisseur qui répercute (bien sûr sur le client) et la, on peut constater que certains fournisseurs n’y vont pas avec le dos de la cuillère envers leurs clients mauvais payeurs.



4) ET MAINTENANT, LE COUP DE CHAPEAU.



Le 1er juillet 2010 :


A compter de cette date, que vous accédiez à la propriété ou que vous changiez de résidence en locatif, vous n’aurez plus droit au tarif régulé.

Alors si vous avez prévu de faire construire ou d’accéder à la propriété, faites le avant cette date.



5) EN GUISE DE CONCLUSION



L’objectif gouvernemental Européen et Français étant de tuer le tarif régulé le plus vite possible,


CONSIGNES POUR TOUS :


- si on vous appelle (même si c’est E.D.F. ou Gaz de France) pour vous faire une offre commerciale, vous répondez : « MOI, JE RESTE AU TARIF REGULE ! »


(Si c’est les autres, je n’ose pas vous dire ce que vous leur répondez…)


- Mais surtout, pas de signature et ni même d’engagement oral, même pour le moindre changement de contrat (Par exemple un « suivi conso » pour la maîtrise de votre consommation (moyennant finance !), de souscrire au service dépannage à domicile, ou bien encore un changement de puissance,…).


- Régulièrement contrôlez vos factures car je ne vous dis pas les arnaques qu’il y a eu pour les professionnels…


- Et enfin, ne vous laissez pas berner par des désinformations du style :

- Le public Manque d'informations, il craint de voir la facture grimper…


En cas de problème ou d’incompréhension, renseignez-vous ! (vous connaissez bien quelqu’un dans votre entourage qui travaille dans le service encore un peu public (par le biais duquel vous avez reçu ce document par exemple?)

____________________________


Petite anecdote pour finir :


En 2006, devant le tollé soulevé auprès des industriels et professionnels, à l’injonction du MEDEF et de la CGPME, mais aussi de certaines communes qui avaient changées de fournisseurs d’énergie, qui elles aussi étaient dans le cas d’une augmentation de près de 70% du prix de l’électricité dérégulée, le Gouvernement Villepin a mis en place un truc malhonnête :


Pendant 2 ans, EDF rembourse, aux fournisseurs indélicats, 30% des 70% d’augmentation qu’ont subi ces patrons et clients repentis.


En clair, cela signifie que vous, petits usagers, payez, par l’intermédiaire de votre facture EDF, à des sociétés comme POWEO, Suez et autres, la différence entre les rabais qu’elles consentent à leurs gros clients pour ne pas les perdre.


ETONNANT NON ?


_________________________________________________________________________


Si ce document vous a aidé à mieux comprendre l’ouverture du marché de l’énergie, merci de le diffuser autour de vous …

DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS
Partager cet article
Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 04:20

PARIS - Un homme de 24 ans a été mis en examen vendredi soir à Paris pour "association de malfaiteurs à visée terroriste" et "destruction de preuves", après le décès d'une jeune femme qui manipulait des substances explosives à Cognin (Savoie), a-t-on appris de source proche du dossier.


AFP/Archives/Thomas Coex


Un homme de 24 ans a été mis en examen vendredi soir à Paris pour "association de malfaiteurs à visée terroriste" et "destruction de preuves", après le décès d'une jeune femme qui manipulait des substances explosives à Cognin (Savoie), a-t-on appris de source proche du dossier.


Dans l'explosion, survenue dans la nuit du 30 avril au 1er mai dans un hangar désaffecté de la banlieue de Chambéry, un homme de 25 ans avait également été grièvement blessé aux mains et au visage. Héliporté jusqu'à Lyon, il y est toujours hospitalisé.


Lui et son amie de 24 ans ont été victimes de l'explosion de produits volatiles qu'ils manipulaient. Selon une source proche de l'enquête, les deux victimes confectionnaient "un engin explosif de type artisanal".


Dès le 1er mai, le parquet de Paris, compétent en matière antiterroriste, avait ouvert une enquête préliminaire. Celle-ci a été confiée aux policiers de la Sous-direction antiterroriste (Sdat).


Le jeune homme mis en examen vendredi avait été interpellé mardi après-midi dans le squat fréquenté par les victimes, une maison située à quelques centaines de mètres du hangar désaffecté où a eu lieu l'explosion.


Selon une source proche du dossier, il est soupçonné d'avoir, le lendemain de l'explosion, détruit des preuves dans plusieurs endroits fréquentés par la jeune femme décédée.


Placé en garde à vue mardi après-midi, il a été déféré vendredi après-midi devant un juge d'instruction.

Il devait être présenté devant un juge des libertés et de la détention, qui devait statuer sur son éventuelle incarcération.


La jeune femme décédée lors de l'explosion était connue des services de police pour des faits de violence lors d'au moins une manifestation. Selon une source judiciaire, elle appartenait à la mouvance anarcho-autonome.

Source : L'Express.fr

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 07:57

Solidarité avec les ouvriers  de l'usine Schaeffler. de St Simeon


lu sur



L'équipementier automobile allemand Schaeffler, engagé dans un périlleux rachat de son concurrent Continental, va devoir supprimer "des milliers d'emplois", assure jeudi le quotidien Handelsblatt.

Des discussions entre syndicats et direction sont prévues mardi prochain, assure le journal qui cite des "sources du secteur".

Interrogé par le Handelsblatt, le patron de Schaeffler Jürgen Geissinger a seulement indiqué: "Nous sommes touchés comme toutes les entreprises de notre secteur par la crise et nous devons réagir. (...) Nous devons nous préparer pour affronter les prochaines années."

Il a assuré vouloir un "processus propre en concertation avec les représentants du personnel."

Schaeffler emploie quelque 66.000 personnes, rappelle le Handelsblatt.

Déjà malmenée par la crise du secteur automobile, cette entreprise familiale spécialiste des roulements à bille doit de plus faire face aux conséquences d'un rachat périlleux, celui de son concurrent Continental, trois fois plus lourd que Schaeffler en termes de chiffre d'affaires.

La crise financière est venue compliquer à l'extrême cette opération déjà très risquée.

De son côté Continental a déjà engagé une restructuration controversée. Il a en particulier annoncé en mars dernier vouloir fermer deux usines de pneus en Europe, qui emploient à elles deux environ 1.900 personnes.

les échos

 

 

Photo

Ils avaient décidé de faire le voyage en nombre pour soutenir l'un des leurs, hier matin. Yves Bourgarit, délégué CGT, devait répondre devant la justice du blocage instauré à l'entrée du site de l'usine Schaeffler de Saint-Siméon-de-Bressieux. Depuis l'annonce de la mise en redressement judiciaire de l'entreprise, les employés du site isérois ont établi un blocage. Depuis près d'un mois, rien ne sort des usines. Au grand dam, de la direction de l'entreprise basée à Calais. L'annonce de la fermeture du site, il y a un peu plus de deux semaines, n'a pas arrangé les choses. Au tribunal de Grenoble hier, Yves Bourgarit est revenu sur les raisons qui ont motivé, cette tentative désespérée. Il sera fixé le 13 mai prochain. En attendant, un nouveau comité central d'entreprise se tient à Calais. Les employés isérois obtiendront, notamment, des réponses de la part de la direction, aux propositions émises lors de la table ronde de la semaine dernière organisée à la Direction départementale du travail.

leur presse  dauphiné du 7 /5 /2009

 commentaires  et conclusion  partielle d'interlutte 26.

Les employés de scaeffler  de St Simeon  luttent depuis plusieurs semaines  dans l'unité

 face aux capitalistes   Ceux -ci  comme dit Paul MattickJr

" comme on pouvait supposer...... même si depuis des décennies  les signes avertisseurs - crises  de la dette , récessions, faillitte des banques, effondrement des marchés boursiers

- avaient été assez clairs....

Pour rendre possible un nouveau cycle d'investissement  en capital à une échelle permettant  de contrebalancer les charmes de la spéculation et de ses hauts rendements à court terme"

Menacé de licenciement les ouvrières et les ouvriers de l'usine loin de la rampspectacle  médiatique


En attendant la décision du tribunal le 13 mai . Les salariés occupent toujours l’usine et se relaient  résistent c'est à nous de diffuser cette infos  devenos notre prpre médias
  :

“Actuellement les employés de l’Usine Schaeffler sont dans un mouvement pour la sauvegarde de leurs emplois,
. Pour notre part, il n’y a pas d’ambiguïté et nous soutenons pleinement ce mouvement.”

.

Les salariés de l’usine organisent une journée “Portes Ouvertes” le samedi 9 mai de 9h30 à 11h30.
Partager cet article
Repost0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 12:57
Photo Photo /Stéphane Marc
 lu dans incendo n°4
brèves sauvages illimités
par exemple :le 16 avril 2009 à Flamanville blocage de l'accés routier au chantier  du réacteur nucléaire EPR
Depuis début avril  dans toute la France, les électriciens  et gaziers effectuent une grève tournante  appuyée par de nombreuses coupures de gaz et d'électricité , allant des transformateurs de quartiers entiers , à des coupures plus ciblés : radars automatiques et résidences bourgeoises , bâtiments administratifs , permanences politiques , zones industrielles. DES rétablissements sont pratiqués  "chez ceux qui ne peuvent pas payer" ainsi que des basculements  en tarifs heures creuses ( 350 000 foyers en région parisienne).
aussi ceux ci trouvé dans la provence.
Opération commando contre des véhicules de service d’EDF

Les syndicats durcissent le ton après deux mois d’une grève infructueuse.

Les gaziers et électriciens ont visiblement passé un cap. «Durci le ton» souligne même Thierry Raillon, le délégué CGT EDF-GDF de Vaucluse joint hier par téléphone.

Dans la nuit, une quarantaine de véhicules de service, les fameuses voitures bleues «siglées» EDF ou GDF stationnées durant ce long week-end au centre grand Delta de lavenue de la Croix-Rouge, a été dépouillée de leurs roues. Les pneus des fourgons d’intervention ont, eux, été dégonflés. Cette opération commando, visiblement opérée par des salariés mais non revendiquée, a bien entendu fortement désorganisé les services du centre EDF-GDF dAvignon.


Deux garagistes ont dailleurs passé leur matinée à collecter les roues rassemblées sur une pelouse ou coincées sous les véhicules et à les remettre en place. Une Renault Clio taguée en jaune fluo a été embarquée pour être remise à neuf. Le véhicule immobilisé sur une pelouse portait la mention «EDF-GDF avertissement» et «Aujourdhui on est gentil». Pour le délégué CGT, cette action non revendiquée mais imputable à des salariés mécontents, est le résultat dun conflit qui dure depuis trop longtemps.


Une plainte déposée

«Cela fait deux mois que nous sommes en grève et, depuis quinze jours, la direction a fermé la porte. Nous revendiquons le maintien du pouvoir d
achat. Mais nous dénonçons aussi labandon du service public dans certaines zones rurales et le passage au privé dune partie de notre cœur de métier.» Dans le jargon, on parle dexternalisations.

Présent hier après-midi à Avignon, le secrétaire général national CGT des mines et de l
énergie Frédéric Imbrecht rappelle que jusquà présent les salariés avaient ciblé leurs actions en direction des consommateurs notamment en basculant sept millions de compteurs en tarif nuit ou en coupant certaines administrations. «Ces actes inacceptables ont empêché les salariés dintervenir auprès des clients ce lundi 4 mai 2009. Ces agissements sont inadmissibles et ne sinscrivent en rien dans lexercice normal du droit de grève. ErDF remercie ses clients pour leur compréhension en cette période mouvementée», déclarait hier soir par voie de communiqué la direction territoriale dErDF. La direction d
ErDF a déposé plainte hier et une enquête a été ouverte.
Leur presse (Jean-Luc Parpaleix, La Provence),


Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet