Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
19 août 2006 6 19 /08 /août /2006 08:20

France Nature Environnement lance un appel a rassemblement national sur le theme "Le climat change, changeons de transports !"

Ce projet fait suite au debat public "politique des transports dans la vallée du Rhone et l'arc languedocien" (VRAL) qui s'est termine le 26 juillet. (http://debatpublic-transports-vral.org). Une coordination de 58 associations nationales, regionales ou locales s'est creee a cette occasion.

Le rassemblement aura lieu le samedi 16 septembre (jour de lancement de la semaine de la mobilite) a Valence.

Nous voulons par cette initiative :

 sensibiliser l'opinion publique sur la realite du changement climatique et sur la necessite de changer nos comportements dans le domaine des transports : ils sont la premiere source d emissions de gaz a effet de serre, a part egale entre voitures particulieres et transport de marchandises, et ils sont en progression constante.
 exiger une autre politique des transports, privilegiant les modes alternatifs au transport routier.

Mobilisez pour :

 participer a ce rassemblement,
 signer l'appel a rassemblement sur le site http://transportsetclimat.metawiki.com/
 diffuser l'information aupres de vos reseaux,
 inviter vos elus a y participer,
 inviter les personnalites que vous connaissez a y participer,
 soutenir financierement son organisation,
 etc...

Pour plus d'information :

Coordination FNE / Rassemblement du 16 septembre
Tel. 04 76 34 89 63 - 06 08 76 31 42
coordination.vral@fne.asso.fr
Site du rassemblement : http://transportsetclimat.metawiki.com/
Site de FNE : http://www.fne.asso.fr

Partager cet article
Repost0
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 09:45
DRÔME, CAMEROUN, CHILI, MONTREAL,BELGIQUE, les grèves de l'été.

Lu sur collectif.rto: DRÔME : grève dans le prêt à porter

Des salariés de la Drôme du groupe Manoukian ont entamés une grève illimitée depuis le lundi 31 juillet. Les salariées du groupe de prêt à porter Alain Manoukian réclament une hausse de salaire de 8% pour les salaires inférieurs à 1500 euros. D’après le secrétaire général adjoint de Force ouvrière "La totalité du personnel du centre de distribution est en grève, soit une cinquantaine de personnes". Le groupe Manoukian a proposé une hausse de 2% du salaire. Mesure "largement insuffisante" pour les représentants du personnel.

Par ailleurs un grèviste à été renversé par la voiture du PDG Alain Manoukian et est en arrêt maladie pour trois semaines en raisons d’une entorse au genoux suite à l’accident. De plus, selon le grèviste blessé le PDG aurait porté plainte ! La direction n’a pas désirée s’exprimer sur ce sujet.
Partager cet article
Repost0
30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 07:43
encore un centre de rétention ! ! !

pedant les vacances ça pousse ! !


Les travaux ont déjà bien commencé... voici un tract diffusé sur Lesquin
samedi dernier...

Ca se passe près de chez nous !
Un nouveau centre de rétention à Lesquin

Qu'est-ce qu'un Centre de rétention Administrative (C.R.A.) ? Un centre de
rétention est une prison dans laquelle les sans-papier-e-s, interpellés
sans titre de séjour, sont enfermé-e-s sur décision administrative (c'est
à dire sans jugement !) jusqu'à 32 jours, le temps de préparer leur
expulsion. Pendant ce délai des enfants, des femmes et des hommes sont à
la merci de la police des airs et des frontières et autres forces de
répressions des différents gouvernements. Les bruits des tentatives de
suicide, des violences policières et du non respect des droits ne sortent
pas de ces centres fermés. Quand sera-t'il des jugements qui s'y normalise
? Prisons qui ne disent pas leur nom, les C.R.A. symbolisent la politique
sécuritaire, répressive et carcéral des Etats européens. Le bilan des
mesures d'expulsions est affolant. Le nombre de mesures exécutées a
augmenté d'année en année, pour atteindre l'objectif de 25000 reconduites
à la frontiére en 2006.

En france 1 expulsion sur 4 se fait dans le Nord-Pas-De-Calais

En instaurant des politiques aggravant les conditions de vie dans les pays
du Sud, les Etats occidentaux créent une main d'œuvre malléable et jetable
à merci à travers les immigré(e)s avec ou sans papiers. Ainsi ils sont les
créateurs et profiteurs de la « misère du monde ». Pour ceux-celles qui
arrivent en France c'est rentre dans les critères de sélection ou accepte
le travail au noir, la vie cachée et les logements insalubres, sinon c'est
la traque, l'arrestation, l'enferment et l'expulsion.

Ici à Lesquin ?
Depuis mai 1985 existe à Lesquin un centre de rétention administratif,
dans l'anonymat de la zone de l'aéroport, uniquement signalé par un
cynique panneau mentionnant un simple « centre d'hébergement ». Mais bien
entendu cela ne suffisait pas… Depuis quelques mois un nouveau centre de
rétention se construit toujours sur la commune de Lesquin à quelques
mètres du premier. La nouvelle loi Sarkozy (réforme CESEDA) rend de plus
en plus difficile l'obtention de titres de séjour, facilite des expulsions
plus rapides, plus nombreuses. Aussi naturellement que tristement, les
centres de rétention doivent s'adapter en conséquences (augmentation du
nombre de place, surveillance accrue des « retenu-e-s »… et expulsions
plus rapide et facile). Ce nouveau centre doit être mis en fonction en
août 2006.

DEVONS-NOUS RESTER SANS RIEN FAIRE ?


- Samedi 1er juillet à 14h, Place de la République à Lille : Marche
jusqu'au Centre de Rétention de Lesquin contre l'expulsion des jeunes
scolarisés.

- Et quelles sont les entreprises qui s'enrichissent en collaborant aux
basses besognes de l'Etat ? Liste des entreprises dans le coup…
maitre d'ouvrage : sgap de lille 130 rue de rivoli 59800 Lille tel : 03 20
67 85 08 fax : 03 20 67 85 06
maitre d'ouvrage délégué : OTH nord 33 av de flandre 59705 Marcq en
Baroeul tel : 03 20 99 11 00 fax : 03 20 99 11 01
maîtrise d'oeuvre/architecture : atelier Gille Neveu 3 rue Barbieux 59100
Roubaix tel : 03 20 73 53 03 fax : 03 20 73 48 69
maitrise d'oeuvre : BEPTCE HDM 18 rue Jacques prévert 59650 Villeneuve
d'ascq tel : 03 20 41 54 74 fax : 03 20 41 54 75
bureau de controle : preventec 30/36 place aux bleuets 59000 Lille tel :
03 20 42 10 10 fax : 03 20 42 10 25
cali consulte les criades Zone industriel des dorignies Douai tel : 03 27
86 96 59 fax : 03 27 86 96 60
entreprise générale : caroni construction 274 bd Clémenceau 59700 Marcq en
Baroeul tel : 03 20 99 78 79 fax : 03 20 99 78 00



Des individu-e-s


NDLC
SI on veut commencer à y voir clair
il faut se poser la question est on prêt à voir diminuer nos acquis
qui sont gagné par le capitalisme français sur le dos des populations
qui subissent notre impérialisme en Afrique ou ailleurs, jusqu'où
peut on aller dans la lutte sans céder au pantalonade manifestation
ou cow boy et indien avec les bleus comme dit Christine;
En direct de Gavarnie
Partager cet article
Repost0
30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 07:39

Nouvelles dans les Landes

Syndicat anarcho-syndicaliste landais
12, avenue Jules Ferry
40110 Morcenx
05.58.04.17.03
interco.landes@free.fr
=========================================
En tenailles

La population du département des Landes est prise en tenailles entre
un pouvoir départemental dirigiste de gauche qui noyaute le plus grand
nombre d'institutions publiques et d'associations comme un étouffoir,
et entre la promulgation à train d'enfer, au niveau national, de lois
très favorables au libéralisme des classes possédantes autorisées à
exploiter autrui, sans vergogne, et à l'aide d'outils répressifs
puissants.

Chômage et exclusion

En 2005, dans les Landes, la volonté de ces pouvoirs de repousser
encore plus dans l'exclusion, des populations déjà lourdement frappées
par la situation, ou d'installer une pression grandissante pour
conduire les plus exclus vers des emplois hyper-précaires où
l'exploitation est aggravée, se sont faites plus arrogantes.

http://suno.club.fr/medyalandes/reportages/anpe.html

Contre les procédures de radiation

Notre syndicat anti-autoritaire dans les Landes, avec ses faibles
moyens, a décidé de s'opposer publiquement aux procédures de radiation
ANPE devenues de plus en plus grossières.

http://suno.club.fr/medyalandes/infos/radiations1.html
http://suno.club.fr/medyalandes/infos/radiations2.html

Des prises de contact et des discussions avec le public et les
chômeur-eue-s ont été organisées devant l'ANPE de Mont-de-Marsan pour
donner une dimension publique à ce que nous voulions dénoncer.

On a clairement perçu l'isolement et le vif mécontement individuel des
chômeur-euse-s qui nous ont approchés. Nos petites initiatives dans ce
département qui se veut social, ne sont cependant pas passées
inaperçues, sur ce territoire peu peuplé.

Remous

Un certain nombre de salariés de base de l'ANPE éprouvent un certain
malaise à exécuter professionnellement des instructions qui dérangent
leur conscience, dans une certaine mesure.

D'autres militant-e-s, notamment de syndicats réformistes, ou
d'associations acquises à la politique politicienne n'ont pas pu faire
autrement que d'élever leur voix de protestation à leur tour.

L'ANPE de Mont-de-Marsan, a cru bon de réagir à son tour en organisant
une convocation systématique de chômeurs inscrits, à 3 heures
d'exposé, avant entretien individuel du PAP, afin d'endiguer les
mécontentements.

Aucune « répression » dans les départements à politique sociale

Ensuite, le pouvoir mis en cause, à droite, mais notamment à gauche,
qui, de fait, relayait sans état d'âme certaines dispositions de leurs
soi-disant adversaires politiques aux affaires, se sont
particulièrement intéressés aux copains trouble-fêtes. Une attention
toute particulière leur a été "offerte" avec des pressions très
fortes. Et des menaces organisées et arbitraires contre leur logement
précaire ont été soigneusement mises en oeuvre. Manifestement, dans un
souci, de mise en difficulté et de faire taire, même si tout a été
fait sous couvert de déclaration à apporter appui, à qui veut
l'entendre.

http://arc.en.ciel.free.fr/antiarbitraire.html

A un an de la prochaine blague électoraliste, il y a des choses qui
deviennent de plus en plus insupportables aux oreilles de ceux qui se
préparent à partir à la chasse aux suffrages. Surtout quand ces voix
se propagent trop visiblement et trop bruyamment parmi un électorat
potentiel.

=======================================
Anti-CPE

Au cours des luttes anti-cpe et anti-précarité, des populations
nouvelles et jeunes, en particulier, se sont mobilisées sur le sol
landais.

Il ne fait guère de doutes que les gauches politiciennes
électoralistes, assez solidaires dans ce département, et les syndicats
réformistes ont tout fait pour hâtiser le feu contre leur ennemi
prédateur de pouvoir.

Des membres de notre syndicat se sont efforcés d'être présents dans le
mouvement et de tenter de faire entendre nos propositions pour un
projet de société, en évitant de tomber dans les pièges des chasseurs
de suffrages visant le pouvoir. Et en mettant en relief, la nécessité
de lutter de telle sorte que le pouvoir de décider reste exclusivement
entre les mains de tout-es celles et ceux en lutte. Sans être capturé
par ceux qui veulent placer leurs leaders à tout prix.

http://suno.club.fr/medylandes/opinions/mdm-x.html

=========================================

Chauffeurs « Norbert Dentressangle » : conditions de travail sur Intermarché

Quand je vois quelques films ou des livres sur le 19e siècle, je ne
peux que penser aux conditions de travail des chauffeurs sur les bases
Intermarché de Castets et St-Paul-lès-Dax dans les Landes.

Durée du travail

Une journée de travail peut durer jusqu'à 15 heures continue, les
week-end réduits à peau de chagrin, exemple, se terminer le samedi
matin et reprendre le dimanche soir à 22h00.

Bien sûr, dans le transport, on peut réduire un week-end à 36 heures
mais pas tous, comme c'est le cas sur le site Intermarché de
Saint-Paul-lès-Dax ( 40 ) où ils ne sont plus qu'à 24 heures.

Lorsqu'on est de nuit, il arrive que l'on ne dorme que 5h00, puis
ensuite, faire une tournée avec 600 km au compteur, décharger soit
même la marchandise avec un trans-palette manuel, avec des charges de
plusieurs tonnes ( bonjour la fatigue ).

C'est pour les chauffeurs du groupe Norbert Dentressangle que les
conditions sont les pires.

Norbert Dantressangle (ND) est l'un des plus gros groupes de transport
en Europe. Groupe qui fait d'énormes bénéfices et est même côté en
bourse.

Les syndicats

Quant aux syndicats chez ND dans les Landes, il y en a deux
« maison » : le syndicat national des chauffeurs routiers ( S.N.C.R. )
et la C.G.T, avec pour ce dernier un délégué syndical qui a obtenu une
promotion depuis sa nomination à ce même syndicat ( il a un langage
pro-patron ).

Puis un syndicat qui ne collabore pas vraiment mais très, très,
très..... mou, la C.F.T.C. Tous les accords signés ces derniers temps,
entre la clique syndicale et le patron, vont dans le sens d'un net
recul de nos conditions de travail.

Dégradation incessante des conditions de travail

Mais voilà ! La grogne s'est installée parmi les chauffeurs, et l'idée
fait son chemin, en se passant de ses collabos de syndicats, pour des
actions à la base ( et pourquoi pas la grève ).

Une rencontre en dehors du travail est en préparation entre nous ( les
chauffeurs ), une A.G. en clair. C'est un début, mais c'est déjà pas
mal surtout dans le transport, lieu d'auto-exploitation.

Vive la révolution sociale !

Par décision collective,
le syndicat,
Juillet 2006.

Toutes reproductions non commerciales et sans but lucratif encouragées
avec indication des sources et texte intégral.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 07:21
Compagnons,

Voici quelques informations d'un compagnon du noyau Pro-AIT du Liban, pour avoir un
peu une idee de ce que vivent les libanais actuellement et de l'etat d'esprit de
nos compagnons anarchistes la bas.

A bas les frontieres ! A bas la guerre et le capitalisme !
Vive la solidarite internationale !

******************************************

Cher ami,


Je te remercie, tout comme je remercie infiniment tous mes compagnons de la CNT-AIT,
pour votre solidarite et votre soutien qui ne font que me fortifier dans ces moments
difficiles. Comme mes parents, mes amis et moi habitions a Beyrouth, hors de la
banlieue qui est la cible principale des obus, je peux considerer, bien que nous
endurions tous quotidiennement les raids israeliens (et tout ce qui en decoule :
panique, panne d’electricite, isolement regional …), que notre situation est «
excellente » en comparaison avec celle des milliers de refugies qui ont quitte
leurs villages du Sud du Liban et qui vivent dans des conditions tres difficiles.

L’Etat israelien a reussi a nous faire plonger dans une psychose permanente. Nous
vivons le jour au jour, en esperant que se termine le lendemain de chaque journee ce
cauchemar terrifiant et terrible. A chaque moment nous nous demandons si se sera
notre tour d’etre la cible des bombes israeliennes. Mais malgre tout nous
continuerons a resister, surement pas dans le sens de la pseudo-resistance du
Hezbollah: toute resistance ne peut voir le jour qu’en refusant et de soutenir
Hezbollah et de se plier aux ambitions d’Israël (et de ses allies).

Resister consiste dans l’union, par tous les moyens possibles, de tous les reprimes
et les opprimes libanais, qui appartiennent tous, en fin de compte, a une meme
classe, au-dela de leurs differences confessionnelles, face a la barbarie
israelienne et face a la gangrene islamiste qui s’appelle Hezbollah.

Esperons que cette abominable guerre se termine le plus tôt possible et que les
degats ne soient pas si nefastes.

Vive l’anarcho-syndicalisme qui reste grave dans mon esprit et dans mon coeur pour
toujours, et qui est pour moi une source de lumiere au sein de la tenebreuse nuit de
la guerre, tout particulierement que j’ai des compagnons comme vous, sinceres,
authentiques et solidaires.

Amitie libertaire,

B.
Partager cet article
Repost0
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 15:43
L’insurrection europrécaire
Par Franco Berardi « Bifo »
Un nouveau cycle européen

La lutte des précaires cognitifs français peut être le début d’un nouveau cycle politique et culturel en Europe. Ils ont occupé les écoles avec la conscience d’être ensemble, étudiants, travailleurs cognitifs et précaires dans le cycle fluide du capital recombinant. Et cela représente un fait nouveau, qui ne s’était jamais manifesté, avec cette clarté, dans les luttes étudiantes récentes.

Que cela soit bien clair : les précaies cognitifs français posent une question qui est directement européenne, même s’il est vrai, comme dit Villepin, que le CPE est beaucoup mieux qu les règlements esclavagistes qui gouvernene td’autres pays, avant tout l’Italie. La loi Biaggi et le « paquet » Treu sont cent fois pires que le CPE que les étudiants français combattent.

Donc il est clair que s’ils gagnent, la question se posera immédiatement dans chaque pays européen.

Si les étudiants français réussisent à battre à le CPE, cela ne signifiera certes pas qu’ils auront battu la précarité, cela voudra seulement dire qu’ils auront repoussé la formalisation juridique de la précarisation. Et donc, ils auront ouvert une phase nouvelle dans l’histoire sociale européenne. Une phase de lutte et d’invention sociale qui, au-delà de l’esclavagisme néo-libéral, permettra de formuler de nouvelles règles, de nouveaux critères de régulation du rapport travail-capital.

Coeur Noir

La précarité n’est pas un élément particulier de la relation productive mais le coeur noir du processus de production capitaliste dans la sphère du réseau global dans lequel circule un flux continu d’info-travail fractalisé et recombinant. La précarité est l’élément transformateur du cycle entier de production. Personne ne restte à l’abri. Le salaire des travailleurs à temps indéterminé est frappé, réduit, taillé, la vie de tous est menacée par la précarisation.

L’info-travail digitalisé peut être fragmenté sous forme fractale comme être recombiné en un lieu séparé de celui où le travail est affecté.

Du point de vue de la valorisation du capital, le flux est continu, mais du point de vue de l’existence et du temps vécu par les travailleurs cognitifs, la prestation de travail a un caractère de fragmentation recombinable sous forme cellulaire. Des cellules pulsantes de travail s’allument et s’éteignent dans le grand tableau de contrôle de la production globale. L’info-travail est précarisé du fait, non pas d’une méchanceté contigente du patronat mais pour la simple raison que l’affectation du temps de travail peut être déconnectée de la personne physique et juridique du travailleur, océan de cellules valorisantes convoquées cellulairement et recombinées par la subjectivité du capital.

Revenu d’existence ou esclavagisme

Pour cela, il convient de reconceptualiser le rapport entre capital recombinant et travail congnitif, et convient de se doter d’un nouveau cadre de référence. Etant donné l’impossibilité, désormais, d’aboutir à une élaboration contractuelle du coût du travail en la fondant sur la personne juridique, du fait que la prestation de remps productif abstrait est déconnectée de la personne individuelle du travailleur, la forme traditionnelle du salariat est hors jeu, elle ne garantit plus rien. C’est si vrai que la redistribution du travail dépendant tend constamment à s’abaisser et que tendent à se reconstruire toutes les conditions du travail esclavagiste.

Il est vrai que les postes de travail augmentent, mais le montant des salaires total diminue.

Mais le chômage est beaucoup mieux que l’esclavage. Et c’est ce qu’on compris les rebelles du mars français, qui refutent le chantage patronal : si vous voulez du travail, acceptez l’esclavage.`

La lutte des précaires français met à l’ordre du jour le problème du salaire comme problème politique global, et réclame à grands cris une nouvelle forme : le revenu d’existence déconnecté du travail.

Naturellement, il ne sera jamais possible de parler de revenu d’existence aussi longtemps que les critères de gouvernement de la société resteront liés au cadre conceptuel de l’économie de croissance, c’est-à-dire à l’accumulation aux dépens des intérêts sociaux. Les liens de la croissance et de la compétitivité qui sont présentés comme des lois naturelles par la pensée dogmatique néo-libérale (et acceptés comme tels par la gauche incapable de pensée autonome non dogmatique) sont en réalité des règles établies sur la base d’un rapport de forces que les technologies digitales ont déséquilibrés en faveur du capital à travers la déterritorialisation du travail.

Les règles et la force

Les règles ne sont pas immuables, et il n’y a acune règle qui impose de respecter les règles.

Cela, la gauche légaliste ne l’a jamais compris. Arrêtée sur l’idée qu’il faut respecter les règles, elle n’a jamais su tenir la confrontation sur le nouveau terrain inauguré par les technologies digitales et par la globalisation du cycle de l’info-travail.

La droite l’a très bien compris et a subverti les règles qui avaient été établies en un siècle d’histoire syndicale.

Dans le mode de production industrielle classique, la règle se fondait sur un rapport rigide entre travail et capital, et sur la possibilité de déterminer la valeur d’une marchandise sur la base du temps de travail socialement nécessaire. Mais dans la forme recombinante du capital basée sur l’exploitatioin de l’info-travail fluide, il n’existe plus aucun rapport déterministe entre temps de travail et valeur.

Nous ne devons pas restaurer les règles que la droite a violées, nous devons inventer de nouvelles règles adéquates à la forme fluide du rapport travail-capital, qui ne connaît plus acun déterminisme quantitatif temps-valeur et donc ne connaît plus acune constante nécessaire dans les rapports entre grandeurs économiques.

Insurrection culturelle en Europe

Après les élections en Italie, il faudra que s’ouvre un processus d’insurrection culturelle généralisée contre la forme précarisée de l’existence. Chasser la droite servira seulement à retirer l’instrument du pouvoir politique des mains de gens dangereux mais la bataille commencera après, et nous devons réussir à la mettre sous le signe du revenu d’existence déconnecté du processus fluide de prestation cellulaire recombinant.

La lutte des étudiants français peut avoir un effet de relance du processus européen. Le NON français au référendum sur la constitution était motivé essentiellement par le refus de la précarisation et de la dévaluation du salariat.

Aujourd’hui, nous voyons la face « proposante » de ce NON.

Le processus européen née peut être gouverné par les intérêts du capital, qu’il soit protectionniste ou globaliste. Seul le travail, dans son processus de recomposition sociale peut fonctionner comme source du droit et de la culture européenne.

C’est une autre leçon du mars français.

Texte italien publié sur la liste Rekombinant.

Note du traducteur : le fait de traduire bénévolement un texte ne signifie pas qu’on adhère à ses thèses, mais qu’on le juge simplement suffisamment intéressant pour être connu. Serge Quadruppani

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet