Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 13:18
on a reçu par mail on transfère.
Centre de détention de neuvic (dordogne) : ça chauffe au mitard mi-juin 2013 ***************************************************************** Voilà quelques infos qui nous sont parvenues du centre de détention de Neuvic sur l'Isle (Dordogne) et témoignent du climat tendu qui y règne au mitard (QD ou quartier disciplinaire) et au QI (quartier d'isolement). Selon plusieurs prisonniers, comme des observateurs associatifs extérieurs, les prisonniers de Neuvic seraient en grande partie cachetonnés et défoncés. C'est une manière bien pratique de gérer une détention et d'y avoir la paix. De plus, la plupart des détenus y ayant des peines relativement « courtes » (même si évidemment une peine d'enfermement sera toujours trop longue), ils attendent pour la plupart leur sortie prochaine, sans faire de vague. La direction semble donc n'avoir que peu l'habitude de faire face à des conflits avec des prisonniers. Ceci dit, il y a aussi à Neuvic quelques prisonniers qui y sont envoyés de loin. Voilà leur punition : perdus au milieu d'une population carcérale avec laquelle ils ne partagent pas la même situation, éloignés de leurs proches et de prisonniers avec qui ils partageaient leurs expériences, notamment leurs insoumissions régulières. Face aux quelques détenus qui ouvrent leur gueule, réclament, ne se laissent pas faire, pètent parfois les plombs par désespoir, la direction emploie la manière forte et met de l'huile sur le feu. Pour une broutille à la base, les conflits entre détenus et surveillants et/ou AP s'enflamment. Cercle vicieux : la stratégie de la direction face aux tensions semble être de taper toujours plus fort. Ainsi, parallèlement à une détention « normale » tenue au calme en grande partie par les cachetons, le mitard et le QI sont peuplés des détenus considérés comme problématiques, et matés par la manière forte. Avec grand mépris pour ce qu'ils ont à dire et aucune considération pour les situations qui les font monter en pression, des situations désespérées qui font qu'ils s'énervent contre l'AP. Quelques exemples... Ainsi, un détenu « longue peine », arrivé à Neuvic il y a quelques mois, a tout de suite compris que ce serait l'enfer pour lui ici : il a immédiatement demandé un transfert en maison centrale, et demandé lui
même à être placé au mitard pour accélérer son transfert, il a « bloqué » le mitard pendant des semaines, jusqu'à être placé au quartier d'isolement, avec la « promesse » néanmoins qu'il allait obtenir son transfert en centrale. Ainsi, Benjamin Darcos, détenu au mitard depuis trente jours, à bout, multiplie les altercations avec des surveillants et personnels de direction. Nous ne savons pas ce qui en est à l'origine. Mais nous savons qu'il a été jugé en comparution immédiate mi-juin pour avoir craché sur le directeur, et a écopé de 8 mois de prison supplémentaires dont 4 fermes. Nous savons surtout que maintenant, les surveillants, notamment une équipe, interviennent dans sa cellule avec l 'équipement « anti-émeute » (boucliers...), et lui ordonnent de se coucher sur le lit à plat ventre, mains dans le dos et en regardant le mur, pour obtenir son repas. Il refuse : « je ne suis pas un chien », et réclame qu'on lui apporte la gamelle normalement. Ces gardiens déclarent alors qu'il a refusé le repas et s'en vont sans le lui servir. Ainsi, tant que cette équipe est en place, il ne mange pas. Pourtant, Benjamin semble ne pas se laisser abattre. Ce qu'il réclame, c'est d'être transféré. Ainsi, Nabil Chakik, arrivé suite à un transfert disciplinaire avec la volonté délibérée de l'éloigner au maximum de ses proches, a immédiatement demandé à être transféré. Le ton ayant monté entre lui et la direction suite à un conflit à la base anodin avec un surveillant, il a été puni de 20 jours de mitard en tout. Puis il a été placé au quartier d'isolement à cause d'une lettre véhémente écrite au directeur et d'une lettre adressée à un collectif de soutien aux prisonniers dans laquelle il raconte ses conflits.
Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 23:37

côte à côte pour la liberté

Turquie: brève mise à jour sur la répression

Dimanche 16 Juin 2013, la ville d’Izmir était calme. Les gens se rassemblaient à Alsancak, à la place Gündoğdu, mais les forces de répression n’ont pas réagi. C’est probablement la stratégie policière en cours. Ils attaquent avec des forces considérables à Istanbul et à Ankara, mais « laisse les autres villes » pour le moment.

Place Taksim le 15/06

Place Taksim le 15/06

Les flics ont dispersé le commune de Taksim Gezi. La quatrième attaque de la police sur le parc Gezi a été la plus brutale. Les escadrons anti-émeutes, ainsi que de nombreux policiers en civil (certains d’entre eux des flics, d’autres des partisans de Tayyip Erdogan), ont attaqué dans la soirée alors que le parc était bondé, et qu’il y avait aussi des enfants et des personnes âgées dans le secteur.

Maintenant, au lieu d’énormes escadrons de police, de nombreux flics en civil attendent à l’intérieur de nombreuses rues pour capturer les gens. Les manifestants qui vivent dans les quartiers environnants sont pris au piège dans leurs maisons et cherchent des moyens pour se rassembler à nouveau dehors. Le dimanche soir, Twitter a été inondé de messages qui appelaient les gens à se réfugier dans leurs maisons.

Le 15 Juin, ils ont coupé une partie des arbres du parc Gezi tandis que le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan faisait un discours public. Les médias de masse (notamment NTV et Habertürk) ont manipulé les faits. Habertürk a diffusé le discours de Tayyip avec comme sous-titre « Premier ministre s’exprime devant 1 million de personnes. » L’endroit où il a prononcé son discours a la capacité de 250.000 personnes (4 personnes par mètre carré), et la moitié de la place était vide – bien sûr , cela n’a pas été montré dans les médias. Peu après, lors de la répression violente à Taksim, le message du sous-titre était «la police dégage les provocateurs du parc Gezi. » (Ils utilisent le mot «provocateurs» pour décrire les personnes qui poussent d’autres personnes à la violence, étiquetant chacune d’elles comme terroristes, en tant que personne à blâmer. Pendant ce temps, beaucoup de gens ne savent pas ce que signifie vraiment le mot.)

Dans les jours précédents, la police avait arrêté 29 personnes les accusant pour leurs messages sur Twitter (certains d’entre eux sont très naïfs). Selon le ministre de l’Intérieur, les personnes qui étaient actives dans les médias sociaux seront pourchassées aussi dans d’autres villes, et de nouvelles lois de l’Etat seront appliquées à propos d’Internet).

Arrestations à Taksim le 15 juin

Arrestations à Taksim dimanche 16 juin 2013

Dimanche (16/06), un total de 455 personnes ont été arrêtées dans toute la Turquie – 193 à Istanbul, 105 à Ankara. 22 d’entre eux, y compris des membres de Çarşı et quelques médecins, sont accusés d’être « organisateurs ». Le département du crime organisé de la police turque va enquêter sur ces personnes, et ils seront interrogés pendant 4 jours.

Barricade à Sisli (Istanbul)

Barricade à Sisli (Istanbul)

Ce lundi 17 juin 2013, les syndicats de travailleurs sont en grève, à savoir le DISK (Confédération des syndicats des travailleurs révolutionnaires), KESK (Confédération des syndicats des travailleurs du secteur public), TMMOB (Union des chambres des ingénieurs et architectes turcs), TTB (Association médicale turque) et le TDB (Association des Dentistes turcs).

Traduit par Le Chat Noir Emeutier / Contra-info, 18 juin 2013

____________________________

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 13:12

lu dans non fides, je diffuse bien volontier .

 Le renard sait beaucoup de choses.
Le porc-épic n’en sais qu’une, mais une grande. »

Archiloque.


Le fascisme est un mot à sept lettres qui commence par F.
Les gens aiment jouer avec les mots, qui en dissimulant en partie la réalité, les déchargent de toute réflexion personnelle ou de toute prise de décision. Le symbole agit à notre place en nous fournissant un drapeau et un alibi.

Et placer « anti- » devant le symbole n’équivaut pas à être absolument contre tout ce qui nous dégoûte. Nous nous sentons à l’aise de ce côté-ci, avec le sentiment du devoir accompli. Avoir recours à ce « anti- » nous donne une conscience claire, nous enfermant dans un domaine bien gardé, et très fréquenté.

Pendant ce temps, les choses évoluent. Les années passent, tout comme les relations de pouvoir. De nouveaux patrons prennent la place des vieux et le cercueil tragique du pouvoir passe d’une main à l’autre. Les fascistes d’antan ont observé le jeu démocratique et ont laissé leurs drapeaux et leurs croix gammées à quelques têtes brulées. Et pourquoi pas ? Après tout, nous parlons là d’hommes de pouvoir. Les bavardages vont et viennent, le réalisme politique est éternel. Mais nous, qui ne voulons savoir que peu ou rien de la politique, nous demandons à nous-mêmes, embarrassés, qu’à-t-il bien pu se passer pour que les chemises noires, les fascistes à barres de fer que nous avons combattus avec résolution, disparaissent de la scène ?
Ainsi, comme des poules sans têtes nous cherchons un nouveau bouc émissaire contre lequel nous pouvons lâcher notre prêt-à-haïr, alors que tout autour de nous, tout tend à devenir plus subtil et plus mûr et que le pouvoir nous invite à entrer en dialogue avec lui : Mais marchez vers l’avant je vous prie, en avant, dites ce que vous devez dire, ce n’est pas un problème ! N’oubliez pas, nous vivons en démocratie, chacun a le droit de dire ce qu’il veut. D’autres écoutent, sont d’accord ou ne sont pas d’accord, mais les purs décident du jeu. La majorité gagne et il ne reste plus à la minorité que le droit de continuer à n’être pas d’accord. Tout cela, aussi longtemps que la totalité se réduit à la dialectique du « choisir son camp ».

Si nous devions réduire la question du fascisme à de simples mots, nous serions forcés d’admettre que tout cela n’ait été qu’un jeu, ou peut-être un rêve.
« Mussolini, un honnête homme, un grand politicien. Il a fait des erreurs. Mais qui n’en fait pas ? puis il est devenu hors de contrôle. Il a été trahi. Nous avons tous été trahis. De la mythologie fasciste ? Laisse tomber ! Il n’y a aucun intérêt à penser à de telles reliques du passé. »

« Hitler », se souvient Klausmann, en faisant le portrait sarcastique de la mentalité de Gerhart Hauptmann, le vieux théoricien du réalisme politique, « mes chers amis ! ... sans rancune ! Essayons d’être... Non, si vous me permettez, ... permettez moi ... objectif ... Voulez vous que je vous serve un autre verre ? Ce champagne... vraiment exquis - Ce Hitler là, je veux dire ... le champagne aussi, d’ailleurs, quelle grande évolution ... la jeunesse allemande... environ 7 millions de votes ... comme je le dis souvent à mes amis juifs... ces allemands... incroyable nation... vraiment mystérieuse ...des impulsions cosmiques... Goethe ... la saga de la dynamique ... des tendances élémentaires et irrésistibles... »

Non, que cesse le papotage. Les différences s’atténuent autour d’un verre de bon vin, et tout devient une question d’opinion. Parce que, et c’est là la chose importante, il y a des différences, pas entre le fascisme et l’anti-fascisme, mais entre ceux qui veulent le pouvoir et ceux qui se battent contre le pouvoir et le refusent. Mais quelles sont les bases de ces différences à déchiffrer ?
Peut être en ayant recours à analyse ? Non, je ne pense pas.

Les historiens sont la catégorie la plus utile d’idiots au service du pouvoir. Ils pensent connaitre énormément, mais plus ils étudient furieusement des documents, plus ils ne connaissent rien d’autre. Les documents qui certifient indéniablement ce qui est arrivé procèdent de la volonté de l’individu emprisonné dans la rationalité de l’événement. L’équivalent de la vérité et du fait. Considérer qu’autre chose est possible devient un vague passe-temps littéraire. Si l’historien a la moindre lueur vacillante d’intelligence, il se dirige immédiatement vers la philosophie, s’immergeant dans l’angoisse commune, dans les contes de fées et de châteaux enchantés. En attendant le monde autour de nous se voit emprisonné entre les mains des puissants, et leur culture du livre de révision d’examens est incapable de souligner la différence entre un document et une pomme de terre cuite. « Si la volonté de l’homme était libre », écrit Tolstoï dans Guerre et Paix, « toute l’histoire serait une série d’événements fortuits... Si au lieu de cela il y a une loi dirigeant seule les actions de l’homme, alors le libre arbitre ne peut exister, parce que la volonté de l’homme doit être soumise à ces lois. »

Le fait est que les historiens sont utiles, particulièrement pour nous fournir des éléments confortables, des alibis et des béquilles psychologiques. Quel courage ces Communards de 1871 ! Ils sont morts comme de braves hommes, dos au mur du Père Lachaise ! Et le lecteur est excité et se prépare à mourir aussi si nécessaire, dos au prochain mur des communards. Attendre des forces sociales qu’elles nous mettent dans la condition du mort héroïque nous traverse alors quotidiennement, souvent au seuil de la mort sans même que cette occasion ne se présente. Mais les tendances historiques ne sont pas si exactes. Donnez ou prenez une décennie, nous pourrions manquer cette occasion et nous retrouver les mains vides.

Si vous voulez mesurer l’imbécillité d’un historien, faites lui raisonner sur les choses qui arrivent aujourd’hui plutôt que dans le passé. Cela vous ouvrira l’esprit.

Non, pas d’analyse historique non plus : la discussion peut-être politique ou politico-philosophique, du genre que nous nous sommes habitués à lire ces dernières années. Le fascisme est quelque chose une minute et quelque chose d’autre la minute suivante. La technique nécessaire pour en arriver à cette analyse est vite vue. Prenez le mécanisme hégélien d’affirmation et d’infirmation simultanées, extrayez-en une affirmation pure à propos de ce qui vous vient à l’esprit. Cela ressemble à ce sentiment de déception que l’on a lorsqu’après avoir couru pour attraper un bus, on réalise que le chauffeur, même s’il nous a vu, a accéléré au lieu de s’arrêter.

Bien, dans ce cas on peut démontrer, et je pense qu’Adorno l’a fait, que c’est précisément une vague de frustration inconsciente - causée par la vie qui nous échappe et devient insaisissable - qui déferle en nous, nous donnant envie de tuer le conducteur. Tels sont les mystères de la logique Hégélienne ! Ainsi, le fascisme devient progressivement moins méprisable. Parce qu’à l’intérieur de nous, se cachant dans un coin sombre de notre instinct animal, le rythme du cœur s’excite. Pourtant inconnu de nous-mêmes, un fasciste se cache en nous. Et c’est au nom de ce potentiel fasciste que nous venons à justifier tous les autres. Pas d’extrémistes, bien entendu ! Tant de gens sont-ils morts ?
Plus sérieusement, au nom d’un sens bancal de la justice, des personnes qui étaient pourtant dignes de respect mettent les non-sens de Faurisson en circulation. Mais non, mieux vaut ne pas s’aventurer le long de cette route.

Quand les connaissances sont rares et que le peu de notions que nous avons semblent sautiller sur place dans une mer orageuse, il est facile de devenir la proie d’histoires inventées par ceux qui sont plus intelligents avec les mots que nous le sommes. Dans le but d’éviter une telle éventualité, les Marxistes, gracieux programmeurs d’esprits qu’ils sont, ont entretenu l’idée que le fascisme était l’équivalent de la matraque.

A l’opposé, même des philosophes comme Gentile [1] ont suggéré que la matraque, en agissant sur la volonté, est aussi un moyen moral en ce qu’elle construit la symbiose future entre État et individu dans cette unité supérieure où l’acte individuel devient collectif. Là nous voyons à quel point les Marxistes et les fascistes sont originaires d’un même stock idéologique, avec toutes les conséquences pratiques qui s’ensuivent, camps de concentration inclus. Mais continuons. Non, le fascisme n’est pas juste la matraque, il n’est pas non plus juste Céline, Mishima, Pound [2] ou Cioran. Il n’est pas un seul de ces éléments, ni aucun autre pris individuellement, mais tous, lorsqu’ils sont réunis. Ce n’est pas non plus la rébellion d’un individu isolé qui choisit sa propre lutte personnelle contre toutes les autres, en incluant de temps en temps l’État, et qui pourrait même attirer cette sympathie humaine que nous ressentons pour tous les rebelles, même les plus inconfortables. Non, cela n’est pas le fascisme.

Pour le pouvoir, le fascisme brut comme celui qui a pu exister sous des dictatures à des périodes diverses de l’histoire n’est plus un projet politique praticable. De nouveaux instruments apparaissent aux cotés des nouvelles formes de gestion du pouvoir. Alors laissons cela aux historiens pour qu’ils puissent mâcher autant qu’ils le veulent. Le fascisme est démodé même en tant qu’insulte politique ou accusation. Quand un mot en vient à être instrumentalisé de façon désobligeante par ceux qui sont au pouvoir, nous ne pouvons pas l’ignorer. Et parce que ce mot et le concept lié à ce mot nous dégoûtent, il serait bien de mettre l’un et l’autre loin dans le grenier avec toutes les autres horreurs de l’histoire et l’oublier.

Oublier le mot et le concept, oui, mais surtout pas ce qui s’y dissimule. Nous devons garder celà à l’esprit pour nous préparer à agir. La chasse aux fascistes pourrait en effet être un sport plaisant de nos jours, mais il pourrait aussi représenter ce désir inconscient d’éviter toute analyse plus profonde de l’existant.

Je peux comprendre l’anti-fascisme. Je suis un antifasciste aussi, mais mes raisons ne sont pas semblables à celle des anti-fascistes ! J’en ai entendu par le passé et j’en entend toujours aujourd’hui qui se définissent comme tel.
Pour beaucoup, il fallait combattre le fascisme il y a vingt ans lorsqu’il était au pouvoir en Espagne, au Portugal, en Grèce, au Chili, etc. Mais pourtant, lorsque les nouveaux régimes démocratiques ont pris leurs marques dans ces pays, l’anti-fascisme qui possédait tant de féroces adversaires s’est éteint. C’est là que je me suis rendu compte que l’anti-fascisme de mes vieux camarades de lutte était différent du mien. Pour moi rien n’avait changé. Ce que nous avons fait en Grèce, en Espagne, dans les colonies portugaises et en d’autres endroits pourrait avoir continué même après que les nouveaux États démocratiques aient hérité des succès passés du vieux fascisme.
Mais beaucoup n’étaient pas d’accord.

Il est nécessaire de savoir écouter les vieux camarades qui nous racontent leurs aventures et les tragédies qu’ils ont connu, lorsqu’ils nous parlent de tous ceux qui furent assassinés par les fascistes, de la violence et de tout le reste. Mais, comme disait Tolstoï, encore lui, « l’individu qui joue un rôle dans des événements historiques n’en comprend jamais vraiment la signification. S’il essaye de la comprendre, il devient un composant stérile ».
Je comprends moins ceux qui un demi-siècle plus tard et n’ayant pas vécu ces expériences (ne se trouvant donc pas prisonniers de ces émotions) empruntent des explications qui n’ont plus aucune raison d’exister et qui ne sont souvent rien de plus qu’un simple écran de fumée derrière lequel se cacher confortablement.

« Je suis anti-fasciste ! », vous jettent-ils à la figure comme une déclaration de guerre, « et vous ? »

Dans un tel cas, ma réponse quasi-spontanée est - Non, je ne suis pas un antifasciste. Je ne suis pas un antifasciste de la façon dont vous l’êtes. Je ne suis pas un antifasciste parce que je suis allé combattre les fascistes dans leurs pays pendent que vous restiez au chaud dans votre démocratie. Je ne suis pas un antifasciste parce que j’ai continué à me battre contre la démocratie qui a remplacé ces innombrables versions du fascisme dans ce véritable feuilleton mélodramatique. La démocratie utilise des moyens de répression bien plus modernes, elle est, si cela vous fait plaisir, plus fasciste que les fascistes eux-mêmes. Je ne suis pas un antifasciste parce que j’essaye encore d’identifier ceux qui détiennent le pouvoir aujourd’hui et je ne me laisse pas aveugler par des étiquettes et des symboles ; tandis que vous, vous continuez à vous appeler anti-fascistes uniquement dans le but d’avoir une justification pour parader dans les rues à vous cacher derrière votre banderole « à bas le fascisme ! ». Bien sûr, si j’avais eu plus de huit ans du temps de la « résistance », peut-être aurais-je été moi aussi exalté par tant de jeunes mémoires et d’antiques passions et surement que je n’aurais pas été si lucide. Mais je ne pense pas. Parce que si l’on examine soigneusement les faits, même dans le conglomérat embarrassé et anonyme de l’anti-fascisme des formations politiques, il y en eut qui ne se sont pas conformés, qui sont allés plus loin, ont continué et ont porté leurs convictions bien au-delà du « cessez-le-feu ! ». Parce que la lutte vitale n’est pas seulement contre les fascistes en chemises noires [3] du passé et ceux du présent, mais aussi et fondamentalement contre le pouvoir et tous ses éléments d’appui qui nous oppriment, même lorsqu’il porte la figure laxiste et tolérante de la démocratie.

« Dans ce cas la, vous auriez du le dire plus tôt » pourrait-on me répondre - « vous êtes un antifasciste aussi ».

« Et comment pourrait-il en être autrement ? Vous êtes anarchiste... donc vous êtes anti-fasciste ! Arrêtez de vous couper les cheveux en quatre et de nous emmerder. »

Mais je pense qu’il est utile de faire des distinctions claires, je suis anarchiste et je n’ai jamais aimé les fascistes, ni leur projet. Pour d’autres raisons (mais qui après examen s’avèrent être les mêmes), je n’ai jamais aimé les démocrates, les libéraux, les républicains, les Gaullistes, les travaillistes, les Marxistes, les communistes, les socialistes ou n’importe lequel de ces projets. Contre eux, je n’ai jamais vraiment opposé mon anarchisme mais plutôt ma différence : Tout d’abord mon individualité, ma propre compréhension de la vie, ressentir des émotions, chercher, découvrir, expérimenter et aimer. Je permets seulement l’entrée à ce monde qu’aux idées et aux gens qui m’attirent ; le reste je le garde généralement à bonne distance de moi, poliment, ou autrement.
Je ne me défends pas, j’attaque. Je ne suis pas un pacifiste et je n’attends pas que les choses aillent au-delà du niveau de sécurité limite. J’essaye de prendre l’initiative contre ceux qui pourraient -même potentiellement- constituer un danger pour ma façon de vivre la vie. Et une partie de cette façon de vivre est aussi le besoin et le désir des autres - pas comme des entités métaphysiques, mais comme des autres clairement identifiés, ceux qui ont une affinité avec ma façon d’être et de vivre. Et cette affinité n’est pas quelque chose de statique et gravée à jamais dans la pierre. Il s’agit d’une affinité dynamique qui change et continue à se cultiver et à s’élargir, en révélant encore d’autres personnes et d’autres idées et en tissant un réseau de relation immense et divers, mais où la constance de ma façon d’être et de vivre avec toutes ses variations et évolutions, n’est pas menacée.

J’ai voyagé aux quatre coins du royaume des hommes et je n’ai pas encore trouvé d’endroit précis où satisfaire ma soif pour la connaissance, la diversité, la passion, les rêves : un amant amoureux de l’amour.
Partout j’ai vu d’énormes potentialités se laisser écraser par l’inconvenance, et de maigres capacités fleurir au soleil d’une constance de l’engagement. Mais tant que fleurit l’ouverture vers ce qui est différent [4], l’affinité est possible ; c’est possible de rêver à un engagement commun, perpétuel et au-delà du contingent, telle est l’approche humaine.

Et plus nous nous éloignons de tout cela, plus les affinités commencent à s’affaiblir et finalement, à disparaître. Et alors nous les retrouvons là, tous ceux qui portent leurs opinions comme des médailles, qui montrent leurs muscles et qui font tout ce qu’ils peuvent pour apparaître fascinants. Et au-delà, la domination du pouvoir, ses lieux et ses hommes, la vitalité obligatoire, la fausse idolâtrie, le feu sans chaleur, le monologue, le bavardage, le tumulte, toutes ces choses qui peuvent être pesées et mesurées demeurent.

C’est tout cela que je souhaite éviter, voici mon anti-fascisme.

Alfredo Bonanno.


Titre original : Che ne facciamo dell’antifascismo ?, publié dans la revue italienne Anarchismo N°74. Réedité en anglais avec d’autres textes de Bonanno dans le recueil Dissonances en 2000 par Elephant Editions, coll. Work in Progress, à Londres.
Traduit par nos soins, juillet/aout 2009, Extrait de la brochure L’Anarchisme contre l’antifascisme.

Pour commander cette brochure à prix libre, écrivez nous.


Téléchargements :
PDF - 24.6 Mo
L’Anarchisme contre l’antifascisme
PDF Version page-par-page lisible à l’écran.
Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 12:42

Dortmund

Solidarité avec les insurgés (en allemand)

 

Le 4 juin, une nouvelle manif anarchiste non autorisée est partie du Katharinentreppen, juste en face de la gare centrale de Dortmund pour prendre ensuite la rue commerçante du centre, Westenhellweg.

Environ 80 personnes ont participé à la manif sauvage qui a commencé comme prévu à 19h. Trois textes ont été lus : un tract distribué à des milliers d’exemplaires avec le parcours de la manif, un texte revenant sur la révolte et les violences policières en Turquie, mais faisant aussi référence à la répression au cours du mouvement de protestation Blockupy à Francfort (quelques jours auparavant) ; la dernière contribution portait, en général, sur la révolte et les possibilités d’activité anarchiste, posant clairement que la violence provient d’abord de la domination et pas des révolté-es. Nous avons consciemment décidé de mener cette action sans sono pour pouvoir être plus mobiles en cas d’attaque policière, et afin de créer un esprit combatif différent.

Il est aussi motivant pour nous que seuls un drapeau turc et deux du Parti Piraten soient apparus lors du rassemblement pour ensuite disparaitre au cours de la manif. Après la lecture des textes, celle-ci a bruyamment porté sa solidarité dans les rues du centre jusqu’à la Reinolidkirche.

A part les tacts distribués, les slogans étaient par exemple : “İsyan, Devrim, Anarşi (Révolte, Revolution, Anarchie)”, “Amore, Anarchia, Autonomia (Amour, Anarchie, Autonomie)”, “Istanbul, c’était un meurtre ; résistance partout”, “No Justice, No Peace, Fight the Police » et “Taksim est partout, Taksim est ici”.

Ne serait-ce que pour un moment,la manif a brisé la normalité capitaliste dans le centre ville commercialisé de Dortmund et les réactions positives ont été nombreuses. Les compagnon-nes se sont dispersés alors que les gyrophares des voitures de police apparaissaient au loin, à Westenhellweg. Quelques minutes après, des dizaines de patrouilles sont arrivées à la recherche de personnes suspectes. A notre connaissance les flics n’ont procédé qu’à quelques contrôles d’identité dans le parc près de la gare.

Nous considérons que cette manif est un succès. Particulièrement à Dortmund (où tout ce qui est vu comme ne serait-ce que proche de la « gauche radicale” est supprimé par tous les moyens) nous avons “fait ce que nous avions à faire ” ; avec autodétermination y sans flics autour. Il y a longtemps qu’une manifestation anarchiste ou même de la gauche radicale n’avait pas eu lieu sans qu’on la fasse chier. Espérons que nous avons posé un signal, non seulement de solidarité avec celles et ceux qui luttent en Turquie, mais aussi au niveau local, à Dortmund. Nous sommes conscients que ce succès est dû à défaillance de la police. Quoi qu’il en soit, nous pensons qu’à l’avenir il peut y avoir une culture de manifestations plus confiante et que le mouvement anarchiste de la région de la Ruhr gagnera en force.

¡Pour davantage d’actions autodéterminées ! Soyons imprévisibles pour les organes répressifs !
¡Liberté pour tou-tes les prisonnier-es en Turquie !
¡Qu’ils continuent avec la révolte !

İsyan, Devrim, Anarşi ! ¡Revolte, Revolution, Anarchie !

Des anarchistes de la région de la Ruhr


Berlin : Kreuzberg salue les insurgé-es en Turquie

Traduit de l’allemand de linksunten, 08.06.2013 - 13:23

Depuis la fin de la semaine dernière, des personnes descendent tous les jours dans les rues de Berlin pour exprimer leur solidarité avec les combats qui se poursuivent en Turquie. Hier soir, il y a de nouveau eu une brève manif sauvage dans le centre du quartier de Kreuzberg. A 22h30, une cinquantaine de personnes se sont retrouvées devant la porte de Kottbuss en gueulant des slogans accompagnés de feux d’artifices. En peu de temps, la circulation a été bloquée par du matériel de chantier dans presque toutes les directions. Les flics qui, à ce moment là étaient en train de procéder à des contrôles de drogue, ont été attaqués à coups de pierres et d’engins incendiaires. Ensuite la manif s’est éparpillée.

Juste auparavant, des tracts sur la révolte en Turquie, circulant depuis quelques jours déjà en Allemand et en Turc, avaient été distribués dans le quartier. Des banderoles avec « Berlin salue Istanbul - pour la révolte sociale partout dans le monde » et "Özgürlük için omuz omuza ! (côte à côte pour la Liberté)" avaient aussi été accrochées. Selon la presse, les flics qui se trouvaient alentours avec plusieurs camionnettes auraient arrêté deux personnes. Notre solidarité va aussi vers elles, qui se voient maintenant exposées à l’arbitraire de la police et de la justice berlinoises.

Nous reviendrons au moment, à l’endroit et de la manière que nous choisirons. Pour participer aux manifs, faire des actions et montrer aux insurgé-es que nous luttons à leurs côtés, ici aussi à Berlin.

Nos pensées vont aux ami-es et aux proches de Mehmet Ayvalıtaş, Abdullah Cömert et Ethem Sarısülük, qui sont morts au cours de la révolte.
Liberté pour les prisonniers !

Le tract :

Solidarité avec les insurgé-es

Les gens se précipitent dans les rues, érigent des barricades, brûlent des voitures, balancent tout ce qui n’est pas fixé au sol sur la police. Le ciel est rempli de gaz lacrymogènes, un cri de liberté se fraie son chemin à travers le brouillard.

Alors qu’il y a quelques jours, un des derniers espaces verts publics d’Istanbul devait être dévasté au profit d’un centre commercial, cela a été l’étincelle qui a fait descendre des milliers de personnes dans la rue pour opposer une résistance. Cette révolte s’est entre-temps répandue comme une trainée de poudre dans tout le pays.
Même si les motivations et les raisons de se bouger peuvent être différentes selon les individus, ce sont de nouveaux espaces qui s’ouvrent dans cette rupture avec l’existant, des espaces où l’auto-organisation, la solidarité et la confrontation deviennent possibles.

Autant de choses qui ne trouvent que rarement leur place dans le monde que nous connaissons. Entre l’école, le travail, le loyer à payer, la famille à nourrir etc., il semble qu’il n’y ait plus guère de temps pour s’intéresser à la destruction de ce qui nous entoure.

Nous nous réjouissons que partout dans le monde il reste des gens qui, malgré tout, continuent de le faire. Comme on peut le voir, les petites luttes du quotidien peuvent parfois déclencher une révolte généralisée.

Nous pouvons reconnaître les signaux de fumée provenant des villes et y retrouver les luttes que nous menons ici - contre la gentrification, l’humiliation et la violence policière. C’est pourquoi nous appelons à la solidarité avec les insurgé-es, afin que jusqu’au Bosphore, ils puissent voir qu’ils ne sont pas seul-es...

Côte à côte pour la Liberté !

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 12:38
reçu par mail d'un coompagnon.

Petite séance de rattrapage pour celleux qu'ont pas pu venir au festoch y
> a deux semaines, de nouveau des concerts, mais cette fois-ci au Suc, là > haut sur la colline, on va avoir les oreilles qui sifflent! et du coup, > comme c'est la veille de mon vrai départ, bein voilà, c'est fun si vous > pouvez venir! > > Les groupes c'est: > > * Presque maudit (math-rock-noise-blabla-truc) > * Frayss Gââl (noise-rock-bidule-chouette) > * John Makay (math-rock-machin-bordel) > > On se dit 20h pour commencer les réjouissances... > Y'a un p'tit dortoir-sleeping collectif mah... pensez à chausser votre > tente si vous en avez ! > > Et si jamais y'a du bonus - c'est entrée-bouffe-glouglou à prix libre - ce > sera en soutien au camp européen de Reclaim The Fields qui s'organise en > Allemagne (à Rheinland) du 23 août au 6 septembre 2013 pour la fermeture > des mines de charbon à ciel ouvert - et fortiori contre le terrifiant > agrandissement prévu^^ > Pour plus d'infos à ce sujet, n'hésitez pas à cliquer... et hop la liane : > http://www.reclaimthefields.org/
Partager cet article
Repost0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 12:55
On a lu ensemble , on a décidé de le publier sur le blog du laboratoire .Bien qu'au collectif libertaire personneà notre connaissance  soit adhérent à l'organisation communiste libertaire, on publie celui-ci car c'est un texte complet, qui permet de construire la solidarité ici.
Le soulèvement d’Istanbul,le côté pile de la lutte anticapitaliste

 

Il semblait que le monde était entré dans l’âge des émeutes contre l’austérité. Et puis vint Istanbul. Qu’il n’y ait pas de méprise, Istanbul ne peut pas être confondue avec Athènes, Barcelone, Lisbonne ou New York. Ce qui se passe en Turquie est le côté pile de la lutte anticapitaliste. C’est un soulèvement contre le développement. C’est une bataille de la rue pour des villes qui appartiennent aux gens et pas au capital. C’est une résistance contre un régime autoritaire enhardi par un boom économique.

Ce qui se déroule sous nos yeux dans les rues d’Istanbul est la convergence entre d’une part, une petite, mais croissante gauche anti-capitaliste qui a organisé diverses campagnes à caractère social ces dernières années, et d’autre part une large part de la population urbaine loyale aux idées kémalistes de modernisme, sécularisme et nationalisme. Cela étant dit, la situation en Turquie est extrêmement complexe et nécessite une compréhension de nombreuses situations politiques différentes qui ont été développées durant la dernière décennie.

Taksim

Comme beaucoup le savent déjà, l’origine du soulèvement actuel prend sa source dans la proposition de développement d’un parc près de la place Taksim, au cœur d’Istanbul. Le développement du parc de Gezi est seulement une partie d’un important projet de rénovation urbaine que le premier ministre truc, Recep Tayyip Erdogan, a prévu tant pour la ville que pour le pays tout entier. Il inclut des schémas de gentrification pour les quartiers les plus pauvres des villes comme Tarlabasi, la construction d’un troisième pont pour relier les deux continents qu’Istanbul couvre et même un énorme projet pour ouvrir un troisième canal reliant la Mer noire à la mer Marmara, afin de faciliter le passage de bateaux containers. Ce plan a été dénommé le « projet fou » d’Erdogan.

Le quartier de Taksim est l’endroit où un grand nombre de projets de développement urbain se développent et où il existe une riche tradition de rébellion et de protestation. Pour placer les événements dans leur contexte, il est utile d’examiner l’importance de la place Taksim comme point de rébellion et de convergence.

Le 1er mai 1977, un demi-million d’ouvriers et de révolutionnaires affluèrent vers la place Taksim pour l’une des manifestations les plus épiques jamais connues à ce jour. Cette manifestation survint six ans après le sanglant coup d’État au cours duquel trois étudiants turcs révolutionnaires, accusés d’être des ennemis de l’État, furent pendus par un tribunal militaire. Leur mémoire immortalisée, la gauche turque s’est relevée durant les années 70, de l’endroit même où les révolutionnaires avaient été exécutés. Elle l’a fait avec force, et se multipliant en nombre. Durant cette année de manifestations, 34 personnes furent tuées sur la place. Certains furent abattus par ce qu’on pense être des tireurs paramilitaires qui étaient placés sur les toits. D’autres furent abattus dans la panique qui suivit.

En plus d’être la porte d’entrée sur Beyoglu, la partie culturelle la plus dynamique d’Istanbul, avec sans doute plus de bars et de café au mètre carré que n’importe quelle autre ville d’Europe, la place Taksim porte aussi ce souvenir tragique et particulier depuis le massacre de 1977.

À chaque premier mai, les émeutes qui ont pris place durant les sept dernières années se sont toutes centrées autour de manifestants essayant de rejoindre la place Taksim. Le premier de ces affrontements s’est produit en 2007, lorsque la gauche turque a voulu célébrer le trentième anniversaire du massacre. L’État l’en a empêché et des militants d’extrême gauche ont répliqué dans les rues avec des cocktails Molotov et des pierres. La situation est restée la même jusqu’il y a deux ans, en 2011, lorsque le gouvernement a finalement reconnu son erreur et a autorisé la gauche à disposer de la place pour ce jour.

Mais les choses ont évolué depuis deux ans et le gouvernement AKP d’Erdogan a décidé d’introduire un plan important de rénovation urbaine pour Istanbul qui incluait aussi une révision de la place. Prétextant transformer la place en zone piétonnière, le gouvernement d’Erdogan (qui a aussi en charge la municipalité d’Istanbul) a adopté des plans, sans consulter les habitants, pour démanteler des larges parts de Taksim et y construire à la place divers centres commerciaux et autres projets pour les riches. La bataille pour tenir des manifestations sur la place Taksim le 1er mai a donc pris fin cette année alors que le gouvernement a décidé d’utiliser la rénovation de la place comme un prétexte pour empêcher les manifestations qui devaient avoir lieu.

Le parc de Gezi est le point de mire de la rébellion. Sa démolition a été prévue pour construire à la place la réplique d’une caserne militaire de l’ère ottomane, Topçu Kışlası, qui sera surtout utilisée à des fins commerciales. Ce n’est pas une coïncidence pour le gouvernement AKP et ses racines islamiques : ces casernes étaient à l’origine le lieu d’un important soulèvement islamique en 1909. Ceci se rajoute à la décision d’appeler le troisième pont du nom du sultan Yavuz Selim, tristement célèbre pour avoir assassiné en masse la population alévie d’Anatolie.

Ceux qui ont défendu le parc de Gezi y sont depuis longtemps. En plus de grands syndicats, beaucoup de participants viennent d’une relativement nouvelle gauche indépendante, avec des générations plus jeunes embrassant des tendances écologiques plus antiautoritaires qui mettent l’accent sur des activismes du genre « droit à la ville ». Elles convergent toutes sous la bannière de la plate-forme Taksim Solidarity dont le principal cheval de bataille est d’empêcher la transformation de la ville en un terrain de jeu capitaliste encore plus élaboré, construit en lieu et place des espaces publics. Ce n’était pas leur première campagne contre la rénovation urbaine. Il y a deux mois, des affrontements ont éclaté entre des cinéastes et la police qui a déployé les gaz et les canons à eau. Les cinéastes essayaient de sauver un célèbre cinéma turc, Emek, condamné à devenir lui aussi un énième centre commercial.

Il est important de noter que certains des protagonistes qui sont impliqués dans la bataille pour le parc de Gezi sont aussi derrière les manifestations de solidarité avec les immigrés et des actions telles qu’offrir des repas aux immigrés ou organiser des manifestations devant les centres de détentions d’immigrés à Istanbul.

La bataille pour sauver le parc de Gezi n’était pas portée à la conscience du public turc jusqu’à ce que la police organise des raids deux matins d’affilée les 29 et 30 mai. L’outrage de la brutalité policière a été l’étincelle qui a embrasé le pays tout entier et qui a transformé la bataille en une rébellion nationale contre l’actuel gouvernement.

Néolibéralisme islamique

L’AKP, le parti au pouvoir, devrait être observé à la lumière du paysage géopolitique du Moyen-Orient qui est en pleine mutation. Il a des racines fortes dans l’islam politique et perpétue la tradition d’autres partis politiques issus des années 90 qui avaient été réprimés par l’armée, parfois alors qu’ils étaient au pouvoir. En fait, Erdogan lui-même a d’abord été emprisonné pour avoir incité publiquement à une « sédition islamique ». L’aspiration avouée d’Erdogan et de ses cadres est le « projet néoottoman » qui tend à faire de la Turquie la principale puissance économique et politique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Les coups de force politique d’Erdogan en Syrie et en Libye doivent être contextualisés avec ces aspirations.

À la différence de l’Union européenne et des États occidentaux, la Turquie a connu ces dernières années un important boom économique (avec une croissance annuelle de presque 10 %). Bien que le déficit commercial et le taux réel de chômage soient élevés, bien que ce qui restait dans les mains publiques soit bradé au travers de privatisations massives, la crise est contenue en Turquie et le gouvernement actuel a le vent en poupe sur ce plan. C’est ce qui fait de la révolte d’Istanbul une révolte à part. C’est une révolte contre le développement du boom économique, contre les projets destructeurs de rénovation urbaine et l’hyper modernisation des villes. Le soulèvement d’Istanbul illustre le pôle opposé dans la lutte permanente contre le capitalisme, et complète les combats menés contre l’austérité ces dernières années.

La Turquie a été l’une des premières cibles de la restructuration néolibérale des années 80, durant laquelle le premier ministre Turgut Özal a facilité des privatisations massives portant sur ses usines, ses mines et de manière générale, sur toutes les infrastructures du pays. Le gouvernement AKP, et Erdogan en particulier, a réussi à faire entrer ce régime néolibéral dans le 21e siècle, recouvert d’un populisme islamique. De plus, sur le marché mondial, il a réussi à promouvoir en tant que forces néolibérales les entreprises qui avaient une base islamique. Ceci peut être notamment observé dans le nord de l’Iraq où la majeure source de capitaux est en réalité turque. Nous devrions nous rappeler que le modèle turc a été proposé par les puissances occidentales comme une issue possible pour les soulèvements qui ont marqué les printemps arabes. Grâce aux combats menés ces derniers jours dans les rues de Turquie, ce modèle de néolibéralisme islamique est maintenant remis sérieusement en question.

Erdogan et la lutte kurde

Les aspirations d’Erdogan n’ont pas totalement été épargnées par la contestation. Il y a eu des menaces variées contre son régime, notamment de la part d’un cadre de généraux et d’intellectuels qui se voient comme des défenseurs de la Turquie en tant qu’État-nation séculaire. Ils ont envoyé à Erdogan plusieurs signaux d’avertissement ces dernières années. La contre-réaction d’Erdogan la plus significative est survenue lorsqu’il a lancé une opération policière dans plusieurs villes contre une douzaine de membres de l’armée, d’intellectuels et de figures publiques alléguant qu’elles préparaient un coup d’État. Ces opérations de police ont débouché sur des affaires criminelles connues sous le nom d’Ergenekon qui sont toujours en cours. Il est impératif de réaliser tout l’impact de ces arrestations et des procédures judiciaires qui ont suivi. Il s’est produit quelque chose sans précédent dans cette nation qui a connu des coups d’État militaires successifs : les arrestations et les procès d’officiers militaires de haut rang et d’autres personnes ont rencontré des ralliements et des manifestations autour de la Turquie alors que des foules immenses qui se sont trouvées mêlées à la montée de l’AKP ont défendu l’élite de l’ancienne garde séculaire. Ces arrestations et ces emprisonnements expliquent aussi pourquoi il n’y a toujours pas eu de réponse de l’armée turque à la situation actuelle, alors qu’elle est traditionnellement un acteur majeur dans la politique turque.

La prolifération du sentiment nationaliste turc dans l’actuel soulèvement est une conséquence directe d’événements menés ces dernières années. Les partis de centre gauche nationalistes avaient organisé des « flag-demos » ou des « Rassemblements pour la république » contre l’actuel gouvernement AKP. À ce moment précis de la rébellion, nous sommes donc témoins de l’opportunisme de ces forces politiques qui essaient d’influencer ce qui apparait de loin comme un véritable soulèvement populaire.

N’importe quelle analyse de l’actuel soulèvement turc doit prendre en considération la relation avec le mouvement kurde de libération. Le point central des politiques turques ces dernières années a été indubitablement la guérilla kurde pour l’autonomie lancée par le PKK en 1978. Au cours des derniers mois, Erdoğgan a effectivement négocié un accord de paix avec le chef du PKK, Abdullah Öcalan, qui a croupi dans une île-prison turque depuis 1999. Erdogan tente de se positionner comme le leader qui a résolu le problème le plus urgent dans le pays. Ça ne lui a pas seulement fourni une carte blanche pour les politiques turques (son régime a brutalement oppressé et emprisonné de nombreux gauchistes et autres figures de l’opposition ces dernières années), mais ça l’a aussi amené à se présenter comme un pacificateur entre deux ethnies. La convergence récemment redynamisée entre une large part de la gauche turque et le mouvement kurde est devenue plus fragile du fait de l’accord conclu par Erdogan. Les gens se demandent toutefois quelle part joue le processus de paix dans ses desseins néoottomans.

C’est sans doute l’une des principales questions du moment : comment le mouvement dans les rues va-t-il se figer et quel type de relations aura-t-il avec la lutte kurde ? La grande majorité de ceux qui ont initié l’occupation du parc de Gezi et qui ont combattu la vision d’Erdogan sur le développement d’Istanbul sont en totale solidarité avec le peuple kurde. Mais pour les masses qui ont inondé les rues avec des drapeaux turcs, c’est une autre histoire. Au mieux, elles critiquent le fait qu’Erdogan utilise le processus de paix pour renforcer son emprise. Au pire, ce sont des gros racistes qui voient les Kurdes comme des terroristes. Malgré le danger, les récents développements dans la rue sont prometteurs. Des gens rapportent avoir été les témoins de déploiement de drapeaux mêlant l’étendard turc et le portrait d’Ocalan ou de l’imbrication de chants qui d’un côté souligne la fraternité entre les différentes ethnies et de l’autre célèbre l’identité nationale turque.

L’insidieux conservatisme social

Le soulèvement contre Erdogan est nourri par un insidieux conservatisme social poussé par l’AKP en vue de cultiver sa base. Ces politiques conservatrices se sont manifestées dans différents domaines : accès coupés à des cliniques d’avortement, contrôle plus strict sur Internet et les communications, restrictions et taxes sur la consommation d’alcool et amplification des vacances islamiques parrainées par l’État. Ces mesures politiques ont rencontré des manifestations soutenues par des milliers de participants qui ont défilé dans les mêmes rues que celles où se concentre l’actuelle rébellion. Elles ont précédé le mécontentement actuel.

Le style personnel d’Erdogan en tant que premier ministre est un facteur majeur qui influence la colère viscérale observée dans les rues. Dans presque tous ses discours publics, que ce soit dans un rassemblement politique ou lors d’une interview télé, Erdogan attaque, menace et se montre condescendant envers tous les segments sociaux-politiques, excepté le sien. Cela va de l’insulte flagrante au renvoi proféré avec le ton énervé d’un chien enragé de la politique. Ces dernières déclarations durant le soulèvement étaient exemplaires et n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu alors qu’il désignait de manière arrogante les personnes descendues dans la rue comme « une poignée de pillards et d’extrémistes ».

Le lien crucial entre la politique culturelle conservatrice de l’AKP et sa politique économique néolibérale doit être révélé. De cette manière, la classe moyenne kémaliste qui a massivement participé au soulèvement réalisera qu’elle ne peut pas repousser le conservatisme culturel sans se confronter aux politiques économiques. Si elle réussit, elle pourra être ralliée par les classes plus pauvres qui sont actuellement enclines à soutenir l’AKP sur sa base culturelle.

Le premier jour de ce soulèvement populaire a été totalement spontané et hors du contrôle de n’importe quel parti politique. Toutes les contradictions, par exemple celle entre la gauche radicale et les nationalistes turques, ont été momentanément mises de côté pour combattre la police et construire des barricades qui permettraient de tenir les places et les boulevards d’Istanbul. Ce qui reste à voir, c’est si oui ou non c’est grands espaces publics tels que le parc de Gezi ou la place Taksim seront le théâtre où les contradictions entreront dans un dialogue révolutionnaire pour donner naissance à un mouvement que nul ne pourra arrêter en Turquie.

Ali Bektas

publié en anglais dans Counterpunch : http://www.counterpunch.org/2013/06...

Partager cet article
Repost0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 12:32

par souci d'apporter une possibilité de prise de contact  à des personnes désireuses de rejoindre des gropes déjà constitués. les oubli ne sesont pas volontaires.
Ain 01
. C.L.A : Coordination des Libertaires de l’Ain
Site : http://www.cla01.org/

Aisne 02
. FA : Groupe Pierre Kropotkine, Merlieux et Fouquerolles, de la Fédération Anarchiste
Groupe Pierre Kropotkine c/o Athénée libertaire, 8 rue de Fouquerolles, 02000 Merlieux
Permanences les 1er 3eme 5eme jeudis du mois de 18h à 21h
blog : http://kropotkine.cybertaria.org/

Allier 03
. FA : liaison Montluçon de la Fédération Anarchiste
thierry08@yahoo.fr

Hautes Alpes 05
. FA : groupe GEL 05 de la Fédération Anarchiste
BP 111, 05003 Gap Cedex, gel-05@wanadoo.fr

Alpes Maritimes 06
. CAAM : Collectif Anarchiste des Alpes-Maritimes
blog : http://caam.over-blog.com/
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, Grasse
passer par le CAam pour contact.
. OLS : liaison Offensive Libertaire Nice
olrik@no-log.org

Ardèche 07
. FA :
. Groupe d´Aubenas de la Fédération Anarchiste
Groupe d´Aubenas c/o CESA, BP 15, 07170 Villeneuve-de-Berg

Aube 10
. FA : liaison Liaison de Troyes de la Fédération Anarchiste
c/o Le Monde Libertaire
troyes(a)federation-anarchiste.org

Aude 11
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Liaison Carcassone
secretariat@c-g-a.org

Aveyron 12
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Liaison Rodez
secretariat@c-g-a.org
. FA : liaison du Sud-Aveyron de la Fédération Anarchiste
liaison du Sud-Aveyron c/o SAP, BP2, Montlaur, 12400 Saint-Affrique
. No Pasaran :
.groupe No Pasaran 12
nopasaran12@hotmail.fr
http://www.nopasaran12.new.fr/
adresse : No Pasaran 12 c/o grain de sel, 12100 Millau
.liaison SCALP Rodez
nopasaran12@hotmail.fr
. OLS, Offensive Libertaire et Sociale, réseau libertaire
E-mail : walden12@free.fr
. SEL : "Solidaires, Ecologistes et Libertaires", réseau libertaire sud aveyron
SEL c/o librairie Plume(s), 16 rue Saint Martin, 12100 Millau
graindeselmillau@hotmail.fr, site : http://www.graindesel.fr.gd/

Bouches-du-Rhône 13
. AL :
. Collectif Alternative Libertaire de Marseille
marseille@alternativelibertaire.org
blog : AL Aix-Marseille : http://almarseille.blogspot.com/
. Collectif Alternative Libertaire d'Aix-en-Provence
aix@alternativelibertaire.org
blog : AL Aix-Marseille : http://almarseille.blogspot.com/
. Collectif Alternative Libertaire d'Arles
contacts@alternativelibertaire.org
. FA :
. Liaison Germinal de Marseille c/o Mille Bâbords, 6 rue Consolat 13001 Marseille
contact@fa-marseille-fr-eu-org
. Liaison La Ciotat
c/o Mille Bâbords, 6 rue du Consulat, 13001 Marseille
contact@fa-marseille-fr-eu-org
. OLS : Offensive Libertaire et Sociale Marseille,
« Leï Chapacans » c/o Mille Bâbords, 61 rue Consolat , 13 001 Marseille
chapacans [AT] riseup [DOT] net

Calvados 14
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Liaison Caen
elquicosabate@c-g-a.org
. FA : Groupe de Caen de la Fédération Anarchiste
fa-caen@no-log.org, facaen.zeblog.com
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, Caen
CRAS, B.P. 5164 , 14075 Caen Cedex
ocl-caen@orange.fr

Cantal 15
. AL : Collectif Alternative Libertaire d'Aurillac
aurillac@alternativelibertaire.org

Charente 16
. AL : Collectif Alternative Libertaire d'Angoulème
contacts@alternativelibertaire.org

Charente-Maritime 17
. FA : Groupe Nous Autres de la Fédération Anarchiste
Groupe Nous Autres c/o ADIL, BP 3, 17350 Port-d´Envaux

Cher 18
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Bourges
bourges@alternativelibertaire.org
blog : http://libertaire18.over-blog.com/
. FA : Liaison Bourges c/o Le Monde libertaire

Corrèze 19
. FA : groupe "José Fortuni" de la Fédération Anarchiste
relations-interieures@federation-anarchiste.org

Côte-d’Or 21
. FA : groupe La Mistoufle de Dijon de la Fédération Anarchiste
groupe La Mistoufle c/o les Voix sans maître BB 8, 2 rue des Corroyeurs 21000 DIJON
Permanence tous les mercredis de 20 heures à 23 heures 6 impasse Quentin.
. No Pasaran : groupe SCALP Dijon
maloka.distro@free.fr
http://scalp21.blogspot.com/
adresse : SCALP c/o Maloka Bp 536, 21014 Dijon Cedex

Côtes-d'Armor 22
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Côtes-d’Armor
cotesdarmor@alternativelibertaire.org
. FA : Groupe Jean-Souvenance (Saint-Brieuc) de la Fédération Anarchiste
Groupe Jean-Souvenance c/o CEL, 1 rue Yves Creston, 22 000 Saint-Brieux
souvenance@no-log.org
. Collectif Treger Disuj de Guingamp
mail: treger.disuj@no-log.org
Ce collectif fait partie de la Coordination Bretagne Indépendante et Libertaire.
. Groupe anarchiste Jes Futuro, Lannion
sergej68@no-log.org
Blog : http://groupeanarchistejesfuturo.over-blog.com/

Creuse 23
. FA : Groupe Arthur LEHNING de la Creuse de la Fédération Anarchiste
alayn.dropsy@yahoo.fr
site : http://anarchie23.centerblog.net/

Dordogne 24
. Collectif libertaire Marius Jacob
blog : http://www.collectif-libertaire.net/
. FA :
. Groupe Emma Goldman de Périgueux de la Fédération Anarchiste
c/o Emma Pavillon 10, 44, rue Léon-Félix, 24000 Périgueux
emma.goldman@no-log.org
. Drapeau Noir Périgord de la Fédération Anarchiste
DNP, c/o ADCS 24, Le Bourg, 24 290 St-Amand de Coly
dnp@no-log.org
site : http://www.dnp.lautre.net/
. No Pasaran : groupe No Pasaran 24
nopasaran@samizdat.net

Doubs 25
. AL :
. Collectif Alternative Libertaire de Besançon
besancon@alternativelibertaire.org
. Collectif Alternative Libertaire de Sochaux
sochaux@alternativelibertaire.org
. FA : Groupe Pierre-Joseph Proudhon de Besançon de la Fédération Anarchiste
Groupe Proudhon, c/o CESL, BP 121, 25014 Besançon Cedex
groupe-proudhon _chez_ federation-anarchiste.org
Site : http://www.lautodidacte.lautre.net/
Librairie associative L’Autodidacte, 5 rue Marulaz, 25000 Besançon
tel/fax : 03 81 82 14 94, Heures d’ouverture : le mercredi de 16h à 19h et le samedi de 15h à 19h
. No Pasaran :
.groupe SCALP-No Pasaran Besançon
scalpbesak@gmail.com
http://scalpbesak.wordpress.com/
.groupe SCALP Montbéliard
scalp.montbelfort@gmail.com

Drôme 26
. FA : Groupe La Rue Râle St Marcellin-Royans : voir au 38- Isère
. OCL : Organisation Communiste Libertaire
c.l-v@hotmail.fr

Eure 27
. FA : liaison Evreux de la Fédération Anarchiste
evreux.fa@gmail.com
http://fagroupedevreux.monsite-orange.fr/
. Groupe autonome libertaire : G-A-L[at]mailoo[dot]org

Eure-et-Loir 28
. FA : Groupe Libertaire de Chartres de la Fédération Anarchiste
fa.chartres@free.fr
Permanence aux abbayes de Saint-Brice à Chartres, le 1er et 3ème vendredi du mois de 20H30 à 22H00.

Finistère 29
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Quimperlé
quimperle@alternativelibertaire.org
. Collectif Strollad Lochu de Brest
strolladlochu@no-log.org
Ce collectif fait partie de la Coordination Bretagne Indépendante et Libertaire.
. FA : liaison Finistère de la Fédération Anarchiste
c/o Le Monde Libertaire
finistere(a)federation-anarchiste.org
. No Pasaran :
.groupe C.R.A.B.E.S Quimper
crabes.kemper@no-log.org
http://crabes.webnode.com/
.groupe SCALP Brest
scalp.29@wanadoo.fr

Gard 30
. AL : Collectif Alternative Libertaire d'Alès
ales@alternativelibertaire.org
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Liaison Cévennes
cga_cevenol@no-log.org
. FA : groupe Gard-Vaucluse de la Fédération anarchiste
http://www.fa-30-84.org/ fa-30-84@no-log.org
AGDIR BP 25018 30903 Nîmes cedex 2
. No Pasaran : groupe SCALP/No Pasaran 30
nopasaran30@effraie.org
http://nopasaran30.over-blog.com/

Haute-Garonne 31
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Toulouse
toulouse@alternativelibertaire.org
Blog : http://alternativelibertaire-toulouse.over-blog.org/
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Groupe "Albert Camus"
c/o Athénée Albert Camus 36, rue de Cugnaux 31300 Toulouse
Permanences le Mardi de 18H 30 à 19H 30
groupe-albert-camus@c-g-a.org
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, Toulouse
OCL, C/O Canal Sud, 40 rue Alfred Duméril, 31400 Toulouse
ocltoulouse@sfr.fr

Gers 32
. AL : Collectif Alternative Libertaire du Gers
auch@alternativelibertaire.org
. CGA : Groupe "Les Fédérés"
c/o Secrétariat de la CGA : secretariat@c-g-a.org
. FA : liaison Gers c/o Le Monde Libertaire

Gironde 33
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Bordeaux
bordeaux@alternativelibertaire.org
blog AL33 : http://alternativelibertaire33.over-blog.com/
. GAB : Groupe Anarchiste Bordelais, CGA, 7 rue du muguet, 33000 Bordeaux.
gabbx@no-log.rog
. FA : Cercle Jean Barrué de la Fédération Anarchiste
Cercle Jean Barrué, c/o Athénée Libertaire, 7 rue du Muguet, 33000 Bordeaux.
cercle-jean-barrue@federation-anarchiste.org
. No Pasaran : liaison Bordeaux
nopasaran@samizdat.net

Hérault 34
. AL :
. Collectif Alternative Libertaire de Montpellier
montpellier@alternativelibertaire.org
site : http://al-montpellier.over-blog.com/
. Collectif Alternative Libertaire Ouest Hérault Beziers
montpellier@alternativelibertaire.org
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Groupe "Un Autre Futur"
groupe-uaf@c-g-a.org
Groupe "Un Autre Futur"c/o La Mauvaise Réputation, 20 rue Terral, 34000 Montpellier
Permanences le Samedi de 15H à 19H
. FA : groupe de Montpellier-Hérault de la Fédération Anarchiste
c/o AGDIR BP 25018 30903 NÎMES cedex 2
montpellier(a)federation-anarchiste.org
. No Pasaran : liaison SCALP/No Pasaran Montpellier
nopasaran@samizdat.net

Ille et Vilaine 35
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Rennes
rennes@alternativelibertaire.org
. FA :
. groupe La Sociale de la Fédération Anarchiste
contact@farennes.org
Groupe La Sociale de la FA c/o local la commune, 9 rue malakoff 35 000 Rennes
Tel/Rep : 02 99 67 92 87, Permanences au local "La Commune" tous les mercredis et Samedis de 15h à 19h
site : http://www.farennes.org/
. groupe "La Digne Rage" de la Fédération Anarchiste
site : http://anartoka.com/la-digne-rage/portal.php
. Huch!: Collectif anarcho-indépendantiste breton de Rennes
HUCH C/O CBIL BP 70402 22200 Gwengamp cedex
mail : huch@no-log.org
site : http://www.cbil.lautre.net/
Ce collectif fait partie de la Coordination Bretagne Indépendante et Libertaire.

Indre et Loire 37
. AL: Collectif Alternative Libertaire de Tours
alternativelibertaire37@gmail.com
blog : http://alternativelibertaire37.over-blog.com/
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, liaison de Tours :
cga.tours@gmail.com
. Groupe Electron Libre : groupe.electron.libre@gmail.com
. "les amis-es de Demain Le Grand Soir" association
demainlegrandsoir@gmail.com
site : http://demainlegrandsoir.org/
. No Pasaran : liaison Tours
nopasaran@samizdat.net

Isère 38
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Grenoble
contacts@alternativelibertaire.org
. FA :
. Groupe La Rue Râle (St Marcellin-Royans) de la Fédération Anarchiste
Groupe La Rue Râle c/o Le Groupe Jules Vallès de la FA, 15 rue Georges Jacquet, 38100 Grenoble
laruerale@no-log.org
. Groupe Vercors de la Fédération Anarchiste
Groupe Vercors C/O Ultimatum, BP 3 38250 LANS EN VERCORS
Blog : http://fa.vercors.free.fr/
. No Pasaran : liaison Grenoble
nopasaran@samizdat.net

Jura 39
. FA : Groupe Lucio de Saint-Claude de la Fédération Anarchiste
Groupe Lucio c/o La Maison Du Peuple, 12 rue de la Poyat, 39200 Saint-Claude
groupelucio@altern.org

Loir-et-Cher 41
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Vendome
vendome@alternativelibertaire.org

Saint-Etienne 42
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Liaison "CGA 42"
c/o Secrétariat de la CGA
. FA : Groupe Nestor Makhno de la Fédération Anarchiste
Groupe Nestor Makhno c/o FA, salle 15 bis, Bourse du Travail, cours Victor-Hugo, 42028 Saint-Etienne cedex 1
. No Pasaran : groupe Saint-Etienne
nopasaran@samizdat.net

Haute-Loire 43
. AL: Collectif Alternative Libertaire Le-Puy-en-Velay
lepuy@alternativelibertaire.org
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Liaison Haute Loire
secretariat@c-g-a.org

Loire Atlantique 44
. AL: Collectif Alternative Libertaire de Nantes
nantes@alternativelibertaire.org
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Groupe de Nantes
cga.nantes@gmail.com
. FA :
. liaison de Nantes de la Fédération Anarchiste
c/o Local « la Commune », 17 rue de Châteaudun 35 000 Rennes
liaisonnantesfa(a)hotmail.fr
. liaison de Saint-Nazaire de la Fédération Anarchiste
c/o Local « la Commune », 17 rue de Châteaudun 35 000 Rennes
saint-nazaire(a)federation-anarchiste.org
. Front Libertaire, St Nazaire : f.libertaire@no-log.org
. No Pasaran : groupe SCALP Naoned
scalpnaoned@samizdat.net
adresse : c/o Cered BP 322, 44803 St-Herblain cedex
. OCL : Organisation Communiste Libertaire
. Nantes, Clé des champs (ne pas mentionner OCL), BP 20912, 44009 Nantes Cedex 1
oclnantes@free.fr
. Saint-Nazaire : ocl.st-nazaire@wanadoo.fr
. Collectif nantais de la Coordination Bretagne Indépendante et Libertaire.
mail: cbil_nauntt@riseup.net

Loiret 45
. AL : Collectif Alternative Libertaire d'Orléans
orleans@alternativelibertaire.org
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Liaison Orléans
orleans@c-g-a.org
. FA : Groupe Gaston Couté de la Fédération Anarchiste
gastoncoute@no-log.org
blog : http://www.groupegastoncoute.blogspot.com/
. OCL : Organisation Communiste Libertaire loiret
oclibertaire@hotmail.com

Lot 46
. FA : Groupe de Figeac de la Fédération Anarchiste
c/o Le Monde Libertaire
figeac(a)federation-anarchiste.org
. OCL : Organisation Communiste Libertaire
oclibertaire@hotmail.com

Lot-et-Garonne 47
. AL : Collectif Alternative Libertaire d'Agen
AL, 148 rue Gérard-Duvergé 47000 Agen
agen@alternativelibertaire.org
. No Pasaran : groupe Alliance Antifasciste Agenaise
http://www.agenantifa.fr

Maine-et-Loire 49
. AL : Collectif Alternative Libertaire d'Angers
angers@alternativelibertaire.org,
AL Angers c/o L’Etincelle, 26 rue Maillé, 49100 Angers,
blog : http://libertaires49.over-blog.com/
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Liaison Saumur
secretariat@c-g-a.org
. No Pasaran : groupe SCALP/REFLEX Angers
reflex-angers@no-log.org
adresse : c/o L’Etincelle, 26 rue Maillé, 49100 Angers

Manche 50
. FA : Liaison de Cherbourg de la Fédération Anarchiste
c/o Le Monde Libertaire
cherbourg(a)federation-anarchiste.org

Marne 51
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Reims
reims@alternativelibertaire.org
. FA : liaison Fédération Anarchiste de la Marne
fa51@no-log.org
. No Pasaran : liaison Epernay
nopasaran@samizdat.net
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, Reims
oclibertaire@hotmail.com
OCL C/O Egregore B.P. 1213, 51058 Reims cedex

Haute-Marne 52
. No Pasaran : groupe SCALP/No Pasaran de Chaumont
nopasaran@samizdat.net

Meurthe-et-Moselle 54
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Nancy
nancy@alternativelibertaire.org
. FA : Liaison Nancy c/o Le Monde libertaire

Morbihan 56
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Lorient
lorient@alternativelibertaire.org
. FA :
. Groupe libertaire Francisco Ferrer de la Fédération Anarchiste (Lorient)
Cité Allende Boîte 19, 56100 LORIENT, fedeanar56@yahoo.fr
.groupe libertaire René Lochu de la Fédération Anarchiste (Vannes)
6 rue de la Tannerie , 56000 VANNES, fedeanar56@yahoo.fr
blog anars 56 : http://anars56.over-blog.org/
. Collectif Ti an dispac'h du pays vannetais
mail: ti.an.dispach@free.fr
Ce collectif fait partie de la Coordination Bretagne Indépendante et Libertaire.
. Collectif Kailh du de Lorient
mail: kailh_du@no-log.org
Ce collectif fait partie de la Coordination Bretagne Indépendante et Libertaire.
. association Liber-Terre : Liber-Terre, B.P. 101, 56303 Pontivy - liber.terre@wanadoo.fr

Moselle 57
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Metz
nancy@alternativelibertaire.org
. FA :
. groupe de Metz de la Fédération Anarchiste
Association culturelle libertaire, BP 16, 57645 Noisseville
. Liaison Voline de Sarrebourg de la Fédération Anarchiste
liaison-voline c/o Le Monde libertaire

Nièvre 58
. AL : Collectif Alternative Libertaire de la Nièvre
nievre@alternativelibertaire.org
. No Pasaran : liaison SCALP Nevers
nopasaran@samizdat.net
adresse : c/o Kollectif Y’en a Marre, 10 rue Mademoiselle Bourgeois, 58000 Nevers

Nord 59
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Lille
AL c/o CCL, 4 rue de Colmar 59000 Lille, lille@alternativelibertaire.org
. GDALE/CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Groupe D’Anarchistes de Lille et Environs
1groupeanarlille@no-log.org. Permanence tous les lundi au CCL de 19h30 à 20h.
Site : http://lille.cybertaria.org/
. No Pasaran : liaison SCALP Lille
scalplille@no-log.org
adresse : c/o CCL, 4 rue de Colmar, 59000 Lille
. Turbulences Sociales : Turbulences Sociales, Centre Culturel Libertaire 4, rue de Colmar, 59000 Lille
turbulences-sociales@riseup.net

Oise 60
. FA :
. groupe Alexandre Marius Jacob de la Fédération Anarchiste
c/o Le Monde Libertaire
fa-oise-somme(a)no-log.org
. Liaison de Beauvais de la Fédération Anarchiste
c/o Le Monde Libertaire
scAlp60(a)laposte.net

Orne 61
. AL : Collectif Alternative Libertaire de l'Orne
al61@alternativelibertaire.org

Pas de Calais 62
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, Boulogne sur mer
OCLB C/O La mouette Enragée B.P. 403 62206 Boulogne sur mer cedex
. No Pasaran : groupe SCALP Arras
nopasaran@samizdat.net

Puy-de-Dôme 63
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Clermont-Ferrand
contacts@alternativelibertaire.org
blog AL jeunes 63 : http://alternative-libertaire.brancheje ... -blog.org/
. FA : groupe Abel Paz de la Fédération Anarchiste
abelpaz.fa@laposte.net

Pyrénées Atlantiques 64
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, Mauléon
Acratie, B.P. 23, 64130 Mauléon
ocl-eh@orange.fr

Pyrénées-Orientales 66
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes
. Groupe "Mata Negra", Cerdagne et Capcir,
secretariat@c-g-a.org
. Groupe de Perpignan
Librairie INFOS 2, rue Théodore Guiter 66000 Perpignan Ecrire à : c/o CES, BP 40233 66002 Perpignan cedex
Permanences tous les samedi de 15H à 19H
Mail: antich@wanadoo.fr
. FA : liaison John Cage de la Fédération anarchiste
john-cage(a)federation-anarchiste.org

Bas-Rhin 67
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Strasbourg
Strasbourg@alternativelibertaire.org
blog : http://mapage.noos.fr/alalsace/
. FA :
.Groupe Juillet-1936 de Strasbourg de la Fédération Anarchiste
Groupe de Strasbourg, c/o ACLS, c/o Lucha y fiesta, BP 41017, 67027 Strasbourg Cedex 01
groupe-strasbourg@federation-anarchiste.org
Site : http://fastrasbg.lautre.net/
. Groupe Bas-Rhin de la Fédération Anarchiste
Groupe Bas-Rhin, c/o REMON, BP 35, 67340 Ingwiller
groupe-bas-rhin(a)federation-anarchiste.org
. No Pasaran : groupe SCALP Strasbourg
nopasaran67@no-log.org
adresse : c/o Lucha y fiesta, BP. 41017, 67027 Strasbourg cedex
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, Strasbourg
oclstrasbourg@gmail.com

Haut-Rhin 68
. No Pasaran : groupe SCALP Mulhouse
scalp68@hotmail.fr

Rhône 69
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Lyon
lyon@alternativelibertaire.org
site : http://al.lyon.free.fr/
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, groupe de Lyon c/o la Plume Noire 19, rue Pierre Blanc 69001 Lyon
Ouverture de la librairie: du Mercredi au Vendredi de 17H à 19H, le Samedi de 15H à 19H
Ouverture du café libertaire: tous les Vendredis de 21H à 1H, Tél: 04 72 00 94 10
groupe-lyon@c-g-a.org
Toile: http://www.laplumenoire.org/
. FA : Groupe Vivre libre ! de la Fédération Anarchiste
Vivre Libre c/o La maison des Passages 44, rue Saint Georges 69005 Lyon (métro vieux Lyon - Cathédrale St Jean)
groupe@vivre-libre.org
site : http://www.vivre-libre.org
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, Lyon
Courant Alternatif, C/O La maison de l’ecologie, 4, rue Bodin, 69001 Lyon
ocl-lyon@laposte.net
. No Pasaran :
.liaison Lyon
nopasaran@samizdat.net
. groupe affilié R.A.F.A.L (Riposte AntiFasciste Autonome Libertaire)
projet.rafal@gmail.com
http://projet-rafal.c.la/

Saône-et-Loire 71
. FA : Groupe La Vache Noire de Chalons-sur-Saône de la Fédération Anarchiste
Groupe La Vache Noire c/o ADCLSL, BP 516, 71322 Chalons-sur-Saône Cedex
a.d.c.l@voila.fr
site : http://libertaire71.monsite.wanadoo...
. OCL : Organisation Communiste Libertaire, liaison Macon
oclmacon@gmail.com

Sarthe 72
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Groupe du Mans
cga72@no-log.org
Permanences au 4 rue d'Arcole le 3ème Samedi du mois de 14h30 à 17h, au 3ème étage de la maison des associations
. FA : Groupe Lairial de la Fédération Anarchiste
http://fa.federation-anarchiste.org/
Contact et accueil le samedi à 18 heures à l’Epicerie du Pré / Café-Cantine (31 rue du Pré - Le Mans).
Café libertaire le premier samedi du mois à 16 heures.

Savoie 73
. FA : Groupe de Chambéry de la Fédération Anarchiste
Groupe de Chambéry C/O La Salamandre Maison des associations Rue St Francois de Sale Boite X/33 73000 CHAMBERY
FA73@no-log.org
site : http://fa73.lautre.net

Haute-Savoie 74
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Haute-Savoie
haute-savoie@alternativelibertaire.org
. FA : liaison de la Fédération anarchiste
haute-savoie(a)federation-anarchiste.org

Paris 75
. AL : Alternative Libertaire
contacts@alternativelibertaire.org
site : http://www.alternativelibertaire.org/
. FA : Fédération Anarchiste
relations-interieures@federation-anarchiste.org
site : http://www.federation-anarchiste.org/
. No Pasaran : groupe SCALP-REFLEX Paris
scalpreflex@samizdat.net
http://scalp-reflex.over-blog.com/
adresse : 21 ter rue Voltaire - 75011 Paris
. OCL : Organisation Communiste Libertaire
oclidf@gmail.com
. OLS : Offensive Libertaire et Sociale
ols.paris [AT] no-log [DOT] org
site : http://offensive.samizdat.net/

Seine-Maritime 76
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Rouen
rouen@alternativelibertaire.org
. FA :
. groupe de Rouen de la Fédération Anarchiste
farouen@no-log.org , site : http://federation-anarchiste.org/fa...
Groupe de Rouen c/o Librairie L’Insoumise, 128 rue St-Hilaire, 76000 Rouen
ouverture : mercredi de 16h à 18h, vendredi de 17h à 19h, samedi de 11h à 18h
. Groupe Zéro de conduite de la Fédération Anarchiste, Le Havre
relations-interieures@federation-anarchiste.org
. groupe libertaire Jules Durand du Havres
site : http://www.lelibertaire.org/
. No Pasaran : liaison Rouen
nopasaran@samizdat.net

Seine-et-Marne 77
. FA :
. Groupe Sacco et Vanzetti de Chelles de la Fédération Anarchiste
Groupe Sacco et Vanzetti c/o GRELE, 1bis rue Émilie, 77500 Chelles
. Liaison Melun c/o Le Monde libertaire

Yvelines 78
. AL : Collectif Alternative Libertaire Yvelines-Nord
al95@alternativelibertaire.org
. FA : groupe Gaston Leval
gaston-leval(a)federation-anarchiste.org

Somme 80
. FA : Groupe Alexandre Marius Jacob d'Amiens de la Fédération Anarchiste
fa-amiens@no-log.org
. No Pasaran : groupe SCALP 80
le.scalp.80@gmail.com

Tarn 81
. AL : Collectif Alternative Libertaire d'Albi
albi@alternativelibertaire.org
. FA : Groupe Les ELAF de la Fédération Anarchiste
relations-interieures@federation-anarchiste.org

Vaucluse 84
. AL : Collectif Alternative Libertaire du Vaucluse
vaucluse@alternativelibertaire.org
. FA : Groupe Gard-Vaucluse de la Fédération Anarchiste
Groupe Gard-Vaucluse c/o AGDIR, BP 5018, 30900 Nîmes
fa30-84@no-log.org
blog : http://www.fa-30-84.org/
. No Pasaran : groupe No Pasaran Avignon
http://nopasaranvaucluse.over-blog.com/
nopasaran.vaucluse@gmail.com

Vendée 85
No Pasaran : groupe SCALP/No Pasaran Vendée
nopasaran@samizdat.net

Vienne 86
. FA : Groupe Pavillon Noir.
pavillon-noir [arobase] federation-anarchiste.org
blog : http://fa86.noblogs.org/
. No Pasaran : groupe affilié SCALP 86
http://scalp86.positifforum.com/portal.htm

Haute Vienne 87
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Limoges
limoges@alternativelibertaire.org
. FA : groupe le Cri du Peuple
limoges (arobase) federation-anarchiste.org
. No Pasaran : groupe affilié SCALP Limoges
scalp87@gmail.com
http://www.scalp87.altern87.org/
. OCL : Organisation Communiste Libertaire
ocl.Limoges@voila.fr

Vosges 88
. AL : Collectif Alternative Libertaire d'Epinal
epinal@alternativelibertaire.org

Yonne 89
. FA : liaison Auxerre
auxerre (arobase) federation-anarchiste.org
. OCL : Organisation Communiste Libertaire
oclsens@yahoo.fr

Essonne 91
. FA :
. Groupe Groupe Jean Meckert de Corbeil-Evry de la Fédération Anarchiste
accueil@essonnelibertaire.org
. RAT (Réseau pour l'abolition de la télévision)
relations-interieures@federation-anarchiste.org

Hauts-de-Seine 92
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Paris-Sud
paris-sud@alternativelibertaire.org
. FA : Groupe Idées-Noires (Paris Sud) de la Fédération Anarchiste
ideesnoires.fa@noos.fr
blog : http://www.ideesnoires.fr.nf/
Vente du "Monde libertaire" tous les dimanches au marché de Malakoff de 11 heures à 12h30.

Seine-Saint-Denis 93
. AL :
.Collectif Alternative Libertaire de Seine-Saint-Denis
al93@alternativelibertaire.org
blog : http://libertaires93.over-blog.com/
. Collectif Alternative Libertaire de Saint-Denis
saint-denis@alternativelibertaire.org
. CGA : Coordination des Groupes Anarchistes, Groupe cga93
Présence régulière à l'entrée du marché d'Aubervilliers.
liaison93@c-g-a.org
. FA :
. Groupe Henry-Poulaille de la Fédération Anarchiste
groupe-henry-poulaille@wanadoo.fr
. Groupe de Saint-Ouen de la Fédération Anarchiste
saint-ouen-93 (arobase) federation-anarchiste.org
. Groupe Albert Camus de la Fédération Anarchiste
relations-interieures@federation-anarchiste.org

Val-de-Marne 94
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Paris-Sud
paris-sud@alternativelibertaire.org
. FA :
. Groupe Tous les maquis de la Fédération Anarchiste
touslesmaquis@voila.fr
. Groupe Elisée Reclus d'Ivry de la Fédération Anarchiste
faivry@no-log.org
http://fa-ivry.forlogaj.net/
. liaison l'Avenir, Vincennes
nosotros36(a)free.fr
. Liaison Fresnes-Antony
fresnes-antony@federation-anarchiste.org

Val-d’Oise 95
. AL : Collectif Alternative Libertaire du 95
contacts@alternativelibertaire.org
blog : http://libertaires95-val-de-seine.over-blog.com/
. FA : Groupe Makhno de Cergy-Pontoise de la Fédération Anarchiste
makhno-cergy@tele2.fr


Guyane
. AL : Collectif Alternative Libertaire de Guyane
guyane@alternativelibertaire.org

Martinique
. AL : liaison Alternative Libertaire de Fort-De-France
matinik@alternativelibertaire.org

Mayotte
. No Pasaran : groupe No Pasaran Mayotte
nopasaran@samizdat.net


Image


Belgique francophone
. A Voix Autre, avoixautre@no-log.org, http://www.avoixautre.be/
Centre libertaire, centrelib(at)anarchie.be, http://www.anarchie.be/centrelib/
. Collectif Anarchiste Namurois
collectifanarchistenamur@gmail.com
site : http://collectifanarchistenamur.blogspot.com/
. FA : groupe Ici et Maintenant de la Fédération anarchiste
groupe-ici-et-maintenant@federation-anarchiste.org
blog : http://www.ici-et-maintenant.org/maintenance.html
. Groupe Anarchiste du Hainaut, Tournai
mail: groupe@anar-hainaut.net
site: http://www.on6kb.net/groupe-anar/

Suisse francophone
. OSL: Organisation Socialiste Libertaire,
site : http://www.rebellion.ch/

Quebec
quelques adresses de contact de groupes francophones au Québec :

. Collectif La Nuit (Union Communiste Libertaire), Ville de Québec
ucl.quebec[a]causecommune.net http://voixdefaits.blogspot.com/
http://www.causecommune.net

. Librairie sociale autogérée La Page Noire, Ville de Québec
265 rue Dorchester, Quartier Saint-Roch
Téléphone : (418) 977-1955
http://blogpagenoire.blogspot.com/
http://www.facebook.com/group.php?gid=7976931796

. Collectif local de l'UCL de Montréal
ucl.montreal[a]causecommune.net http://nefacmtl.blogspot.com/
http://www.causecommune.net

. La Pointe Libertaire, Montréal, Quartier Pointe Saint-Charles
lapointelibertaire[a]yahoo.ca http://www.lapointelibertaire.org/

. Collectif Emma Goldman (Union Communiste Libertaire), Saguenay
ucl.saguenay[a]causecommune.net http://ucl-saguenay.blogspot.com/
http://www.causecommune.net

Partager cet article
Repost0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 12:17

 

Soirée de soutien aux camarades emprisonné-e-s

suite au contre sommet de Gênes 2001

 

Mardi 18 juin à 19h

au Laboratoire anarchiste

8, place St jean

Valence

 

ceux qui oublientles prisonni-e-s de la guerre sociale,

oublieront immanquablement la guerre elle -même

 

le 18 juin à 19 h nous organisons une soirée pour parler des journées duG8 de Gênes 2001

et auto financer la solidarité pour faire face aux frais de ce procès. 5 personnes ont éte condamnées en juillet 2012. 3 personnes sont actuellement en prison

 Francesco Puglisir arrêté le 5 juin à Barcelone. un mandat européen a éte lancé contre lui par l'italie qui le réclame. son adresse actuel en prison c'est lisible là

 

plats vegan

et quelques boissons

discussion

lecture de textes

atelier d'écritures aux

emprisonnè-e-s

Partager cet article
Repost0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 20:47

le mouvement no tav 26 apporte une solidarité  au mouvement qui est née depuisle 29 30 mai au parc GEZI contreun projet de gentrification près de la place Taskim . cette place a été le théatre d'affontement cette année.La politique du premier ministre RecepTayyip Erdogan pensait que les négociations avec le PKK pouvaient  donner une stature internationale suffisante pour justifier la répression actuelle  au niveau international.  Comme dans le val de Susa le mouvement autour du parc GEZI est une conjonction d'oppositions à la politique conservatrice linbérale. Erdogan s'appuyant sur les coups de force politique en Syrie et en Libye et la négociatiation avec le PKK, conjugué à la puissance économique de la Turquie avec une croissance annuelle de presque 10% pensait devenir un leader politique du Moyen Orient  et de l'Afrique du Nord,

source du texte ci -dessous secours rouge international

Quelques heures après que le premier ministre ait ordonné la fin de l’occupation du parc Gezi, les forces anti-émeutes sont intervenues. Après avoir violemment évacué la place Taksim accompagnées de bulldozers, les officiers sont entrés dans le parc, tirant du gaz lacrymogène et des jets d’eau. Plusieurs personnes ont été blessées. Les manifestants ont rapidement quitté le parc pour aller ériger des barricades dans les rues adjacentes et y allumer des feux. La police a immédiatement bloqué le Pont du Bosphore pour empêcher les manifestants de rejoindre la place Taksim. Les policiers et les manifestants se sont opposés toute la nuit à Istanbul alors que plus de mille personnes se réunissaient en soutien à Ankara. Selon des témoins, les affrontements entre policiers et manifestants se poursuivaient ce dimanche matin autour de la place alors que les bulldozers sont toujours en action dans le parc Gezi. De source médicale, depuis le 31 mai et le début du mouvement de contestation, environ 50000 personnes ont été blessées et quatre autres tuées dans les heurts avec les forces de l’ordre.

Evacuation du parc Gezi

Partager cet article
Repost0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 18:02
Samedi 15 juin 2013, pour la quatorzième fois, le 9ème collectif des
sans-papiers manifestait à Bastille contre les rafles, et pour demander le
déblocage des dossiers, l’abrogation de la circulaire Valls, la
régularisation de tous les sans-papiers et le droit de manifester.

Alors que la manifestation était, comme chaque semaine, bloquée par un
dispositif de police considérable, encagée par plusieurs cordons de CRS et
de gendarmes, à 16 heures était signifiée une interdiction de manifester
et sept personnes ont été embarquées, pour être placées en garde à vue au
commissariat central du XXème arrondissement, après la dispersion de la
manifestation.

Rappelons que cette manifestation était déclarée en bonne et due forme
depuis plusieurs jours. Loin d’être interdite, la manifestation de ce
samedi 15 juin était annoncée, ainsi que l’ensemble des manifestations
autorisées, dans Le Parisien du jour.

A 14h30, des centaines de militants Solidaires du syndicat Sud-santé et de
la Fédération anarchiste, qui participaient à une manifestation pour un
grand service public de la santé passant par la Bastille, se sont
solidarisés de la manifestation des sans-papiers, ainsi que des militants
du RESF (Réseau éducation sans frontières) et de nombreux passants,
scandalisés par l’énormité du dispositif policier. Danièle Simonnet, élue
Front de gauche au Conseil de Paris est intervenue pour protester contre
ces entraves au droit de manifester.

Placés en garde à vue jusqu’à 1 heures du matin, les personnes interpelées
auront été l’objet d’un « rappel à loi ».

Le 9ème collectif rappelle au Préfet de Police, Bernard BOUCAULT, que si
la loi lui permet d’interdire une manifestation, ce n’est que de façon
régulièrement motivée. Or les sans-papiers manifestent pacifiquement pour
un objet légitime, et les seuls désordres publics provoqués par ces
manifestations le sont du fait du comportement abusif des forces de
l’ordre.

Le 9ème collectif tient aussi à souligner le fait que, depuis le début de
ces manifestations à proximité du domicile du ministre de l’Intérieur
Manuel Valls, l’ensemble des dossiers de régularisation présentés à la
Préfecture de police sont systématiquement bloqués, y compris lorsqu’ils
correspondent à tous les critères pourtant extraordinairement restrictifs
de la nouvelle circulaire Valls.

Le 9ème collectif remercie toutes les personnes qui se sont rassemblées
devant le commissariat rue des Gatines, jusqu’à la libération tardive de
ses militants, dans la nuit.

9ème collectif des sans-papiers
www.9emecollectif.net
9eme_collectif@no-log.org
Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet