Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 08:11

Le 31 mars 1888, mort de Jean-Marie GUYAU à Menton.
Poète et philosophe libertaire français.
Il naît le 29 octobre 1854, à Laval (Mayenne), dans une famille bourgeoise. Elevé par sa mère jusqu'à l'âge de 12 ans, il obtient une licence de philosophie à 17 ans. A dix-neuf ans, il est lauréat de l'Académie des Sciences morales et politiques, et à vingt ans, il donne à Paris ses premiers cours de philosophie au lycée Condorcet. A l'âge de trente ans, il a déjà écrit une dizaine d'ouvrages, fruits de son intense activité intellectuelle. Mais réfugié sur la Côte d'Azur, dans d'espoir de combattre par le soleil une maladie qui le minait, il succombe prématurément dans sa 34e année.
Il nous laisse sa poésie et ses ouvrages philosophiques : "Morale d'Epicure", "Philosophie d'Epictète" où encore "Problèmes de l'esthétique contemporaine" et "l'Art au point de vue sociologique", mais c'est surtout à ses derniers ouvrages "Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction" (1884) et l'Irreligion de l'avenir" (1887) qu'il doit sa notoriété internationale et rejoint les préoccupations des anarchistes dans son approche d'une société libertaire et
d'une morale au service de l'individu.
"Aussi longtemps qu'un criminel reste vraiment tel, il se place par cela même au-dessus de toute sanction morale; il faudrait le convertir avant de le frapper, et, s'il est converti, pourquoi le frapper ?"
in : Esquisse...

Partager cet article

commentaires