Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 06:58

 

nous avons décidé de mettresur le blog du laboratoire cette article du  journal CQFD. C'est une histoirede vie. il y a des conclusions à tirer de cette exemple. On vous laisse réfléchir  En tant qu'ancien proche des communautaires arcdéchois ( années 70 - 80), il existe un travail de sociologue qui a analysé cette période ardéchoise. Celui-ci est  disponible sur demande écrite au laboratoire( avec une lettre timbrée pour la réonse.

Après le béton


paru dans CQFD n°93 (octobre 2011), par Nardo

Avant, en Normandie, tout le monde bouchait ses murs avec du torchis. Et puis, blockhaus oblige, le béton est devenu à la mode, et tout le monde a oublié qu’on pouvait mélanger la terre et la paille pour faire des murs séculaires. Mais Ludivine et Jérôme ne font rien comme tout le monde.

C’est pas grand chose, le torchis : de l’argile prise sous l’humus, du sable dosé en fonction de la pureté de l’argile, et de la paille broyée. Jérôme et Ludivine, c’est le torchis qui les a choisis : ils n’ont pas les ronds pour acheter des parpaings, et leur future maison à Bosguérard-de-Marcouville (Eure) est tout en colombages de chêne. Du béton, ça aurait fait tache. Mais le torchis, même ici, plus grand monde ne se rappelle comment le faire. Ils ont donc beaucoup tâtonné. Et comme il fallait des bras et des bottes en caoutchouc, ils ont rameuté les potes et la famille pour une grosse nouba dans la boue, le 24 septembre dernier.

À 8 heures du matin, Jérôme explique aux premiers arrivés comment procéder : dans un grand abreuvoir circulaire, on jette vingt pelletées de terre, dix de sable, dix poignées de paille, un peu d’eau. « Dans certains pays, ils font ça avec de la bouse de vache, on a échappé au pire... » On piétine. « Dans l’temps, ils faisaient piétiner les chevaux. » On peste. « Mais on en a, des chevaux ! Ficelle ! Framboise ! » Les deux dogues allemands se débinent lâchement. On retourne la tambouille à la fourche et on remplit seaux et auges pour tartiner à mains nues les interstices laissés par les colombages, déjà à moitié remplis de torches – boudins de paille trempés dans la boue et coincés, quinze jours plus tôt, entre des baguettes de châtaigner. L’argile venant à manquer, on va faire le plein chez un paysan voisin qui en a gardé des tas après le chantier de l’autoroute. Il charge deux godets, à l’œil, sur le camion-plateau dégoté par un cousin. Le midi, Pierrette a déballé le casse-croûte pour trente (!) et, après le café, c’est reparti, sans un ordre, jusqu’au repas du soir. Guitares, contrebassines et percus au coin du feu, c’était pas gagné d’avance, boudiou !, avec la météo d’ici...

Des efforts collectifs, il y en eut d’autres, comme « pour le démontage de l’ancien bâtiment et pour couler la dalle ». La maison avance au gré des rentrées d’argent qui permettent d’acheter le bois, les tuiles, les fenêtres… Le porte-monnaie a poussé à l’autoconstruction : « On a découvert un monde anar, décroissant, raconte Jérôme. Avec tout ça, j’ai fait ma formation politique ! » Aux crédits prohibitifs, le couple préfère la lenteur. « Il vaut mieux prendre son temps, et ce qui nous y autorise, c’est la possibilité de vivre sur place », estime Jérôme. La caravane est accolée à une cabane qui abrite salle d’eau et chiottes sèches. « Quand je suis arrivée en 2008, il n’y avait pas le chalet, je me suis lavée à la bassine de février à novembre », se souvient Ludi, qui rejoint le chantier après ses heures de boulot. « Maison ou pas, tant que j’étais avec toi, je m’en foutais », qu’elle dit tendrement. « C’est qu’elle a des grands cheveux, faut bien les laver ! » se marre Jérôme, qui alterne petits boulots pour remplir les caisses, et périodes de chômage. « Si je n’avais pas vécu un an sur le dos de la collectivité, la maison serait encore à l’état de projet. Quand je disais que j’étais chômeur, je voyais des sourires crispés. Mais on me traite plus de feignant maintenant que la maison est debout ! »

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog