Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 08:41

Jeudi 30 juin à 11h, môssieur le maire et une cohorte de costumes-cravates viendront inaugurer une placette à Paris. Situé au carrefour de l’avenue Reille et de la rue Sibelle (14e), ce triangle de béton portera désormais le nom de Mohamed Bouazizi. Bouazizi est ce jeune vendeur à la sauvette harcelé par les flics qui s’est immolé le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid... déclenchant le soulèvement tunisien qui conduira à la chute de Ben Ali le 14 janvier.

RENDEZ VOUS SUR LES LIEUX DE L’INAUGURATION A 11H, AU CROISEMENT DES RUES REILLE ET SIBELLE (14eme)

RENDEZ VOUS SUR LES LIEUX DE L’INAUGURATION A 11H, AU CROISEMENT DES RUES REILLE ET SIBELLE (14eme)

texte ci dessous et en pj

Les Tunisiens, Delanoë les préfère morts, riches ou expulsés Jeudi 30 juin à 11h, môssieur le maire et une cohorte de costumes-cravates viendront inaugurer une placette à Paris. Situé au carrefour de l’avenue Reille et de la rue Sibelle (14e), ce triangle de béton portera désormais le nom de Mohamed Bouazizi. Bouazizi est ce jeune vendeur à la sauvette harcelé par les flics qui s’est immolé le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid... déclenchant le soulèvement tunisien qui conduira à la chute de Ben Ali le 14 janvier. Les Tunisiens, Delanoë les préfère riches Un des arts de la domination réside dans le pouvoir de nommer les choses, afin de mieux les neutraliser. Ainsi, décider du nom des rues et des places où nous vivons, nous, est typiquement un apanage des puissants. Quel que soit leur bord, cette proposition de « place Bouazizi » a fait l’unanimité entre le PS et l’UMP au Conseil de Paris en mars 2011. Cette union sacrée sur le dos d’un mort qui n’en demandait pas tant, sonne d’ailleurs un peu faux, comme si tous avaient justement quelque chose à se faire pardonner. Sans vergogne, n’ont-ils pas tous fait pendant des décennies de bonnes affaires avec le désormais infréquentable Ben Ali ? Ce despote éclairé offrait des places de jet privé à Michèle Alliot-Marie et, en tant que membre de l’Internationale Socialiste, il festoyait avec Delanoë, Moubarak et Gbagbo... Et le banquet est loin d’avoir pris fin, vu qu’en Tunisie, la plupart des bons amis de Môssieur le maire sont restés en place. On a pu en croiser de biens cossus au « village du Jasmin » le 22 mai sur le parvis de l’Hôtel de Ville, puis au « Salon de l’immobilier tunisien » le 11 juin, deux vitrines opulentes sponsorisées par la mairie. Les Tunisiens, Delanoë les préfère expulsés Le maire de Paris, ce grrrand ami des Tunisiens, met lui-aussi en œuvre le savoir-faire français en matière de maintien de l’ordre : le 4 mai, il fait expulser 128 harragas tunisiens d’un immeuble vide de la ville, au 51 avenue Bolivar (19e), les livrant ainsi à la police et aux centres de rétention. Début juin, il fait couper l’eau au square de la porte de la Villette, où des centaines d’entre eux se sont réfugiés, puis les fait virer manu militari. Aux Buttes-Chaumont, il fait fermer les grilles du parc pour aider les flics à les traquer. Fin mai, il avait déjà repris de force le gymnase de la rue de la Fontaine-au-Roi, occupé depuis le 7, avec une trentaine de gros bras : 100 places dedans, et tous les autres dehors, à la rue. En réalité, la mairie a tout fait pour empêcher tout regroupement et toute auto-organisation des harragas en lutte. Ses propositions se sont résumées lors de rares négociations à quelques places provisoires dans un foyer carcéral géré par une annexe du constructeur de prisons Vinci (l’association « Aurore »). Pour ceux qui ont refusé, c’est l’expulsion directe des lieux occupés puis le centre de rétention. Pour tous, la chasse quotidienne dans les rues de la capitale continue. Môssieur le maire a trouvé des solutions de relogement : plus de la moitié des places du centre de Vincennes sont occupées par des Tunisiens. Les Tunisiens, Delanoë les préfère morts... Delanoë s’intéresse à d’autres vendeurs à la sauvette que Mohamed Bouazizi. Rénovant Paris pour réaliser son rêve d’une ville propre, vidéosurveillée et si possible sans pauvres, il aimerait bien virer tous les biffins qui survivent en vendant des bricoles à Couronnes, au pont de Bagnolet, à la porte de Montreuil ou à la porte de Clignancourt... Ces pauvres qui, comme les Bouazizi du monde entier, sont harcelés quotidiennement par la police à coups de matraques, de gaz lacrymogène et parfois de flash-ball. Les flics piétinent leur gagne-misère, parce qu’ils ne disposent pas d’une patente en bonne et due forme. Môssieur le maire supplie le préfet de faire « nettoyer » ces zones, ce qui a conduit fin janvier à la création d’une brigade spécialement musclée de quartier à Belleville, la BST.

Pour les charognards de la mairie, un vendeur à la sauvette tunisien n’a de valeur que mort, lorsqu’on peut le récupérer pour faire oublier qu’en haut, le grand business continue, et qu’en bas, les harragas d’ici, bien que pourchassés, sont bien vivants. Pour faire oublier que la « révolution », ce sont eux qui l’ont faite, et contre les amis de Delanoë et consorts de surcroît..

Des complices du soulèvement tunisien, avec ou sans papiers


J
Des complices du soulèvement tunisien, avec ou sans papiers



يفضل رئيس بلدية باريس برتران ديلانويي أن يكون التونسيون يا إما ميتين أوأغنياء أو
مرحلين ! يوم الخميس 30 يونيو سيدشن رئيس بلدية باريس برتران ديلانويي وطاقم من
الشخصيات المرموقة ساحة في مدينة باريس ستحمل اسم محمد بوعزيزي هذا البائع الذي أضرم
النار بنفسه وكان مشعل شرارة الثورة التونسية التي أدت إلى سقوط بن علي يتاريخ 14
جانفي. يفضل رئيس البلدية التونسيين الأغنياء أجمع كل الأطراف السياسية سواء كان الحزب
الاشتراكي أو التجمع من أجل الأغلبية الرئاسية على مشروع الساحة في مجلس لبلدية باريس
في مارس 2011. غير أن هؤلاء خلال عقود كانت لهم علاقات صداقة مثمرة مع بن علي وعصابته
الذين أصبحا بين ليلة وضحاها غير مرغوبين. ألم يستقبل أحد مقربي بن علي على متن طائرته
الخاصة الوزيرة "ميشال آليو ماري" ؟ ألم يشارك بصفته عضوا في المنظمة الاشتراكية
الدولية إلى احتفالاتها إلى جانب رئيس بلدية باريس ديلانوي ومبارك وكباكبو (رئيس ساحل
العاج السابق)؟ ولا تزال الوليمة مستمرة إذ أن معظم أصحاب رئيس بلدية باريس في تونس لا
يزالون في مناصبهم. قد رأينا البعض منهم في " قرية الياسمين" التي انعقدت أمام قصر
البلدية يوم 22 مايو أو خلال "صالون العقار التونسي" المنعقد في 11. يفضل رئيس البلدية
التونسيين المرحلين رئيس البلدية الذي أطلق على نفسه لقب " الصديق العزيز للتونسيين"
خبير في الشؤون الأمنية : على سبيل المثال أمر بتاريخ 4 مايو الماضي طرد 128 حراقة
تونسيين من مبنى غير مسكون عنوانه 51 شارع بوليفار( مقاطعة 19) وسلمهم إلى الشرطة
ومراكز الاحتجاز. كما أنه قطع الماء في مطلع شهر يونيو من حديقة "La Villette" حيث
التجأ إليها مئات الحراقة قبل أن يأمر بطردهم. أما في حديقة "Buttes Chaumont" ساعد
الشرطة على مطاردة التونسيين بإغلاق مداخل الحديقة. في نهاية شهر مايو تمكن رئيس
البلدية من الاستيلاء على" الجيمناز " الواقع في شارعLa Fontaine au Roi الذي احتله
التونسيون يوم 7 مايو باللجوء إلى قوات الأمن. حصيلة العملية المعادلة التالية : 100
مكان داخل " الجيمناز" والبقية خارج المبنى أي الشارع ! في الحقيقة بذلت البلدية قصارى
جهودها من أجل منع أي تجمع أو تنظيم للحراقة المناضلين. اقتصرت البلدية على اقتراحات
منح أماكن مؤقتة أشبه ما يكون إلى السجن خاصة وأن جمعية "Aurore" المسؤولة عنها ليست
إلا فرعا لشركة Vinci التي تقوم ببناء سجون. ولمن رفض هذا الاقتراح فمصيره الطرد
فالمطاردة حتى المكوث في مراكز الاحتجاز ! ها هي مبادرة بلدية باريس لإعادة إسكان
التونسيين : تخصيص أكثر من نصف مركز احتجاز Vincennes لهم.. يفضل رئيس بلدية باريس
التونسيين الميتين على الأحياء ! يودّ رئيس البلدية ـ الذي يسعى لتحقيق حلمه بمدينة
نظيفة وتحت رقابة ودون فقراء لو أمكن الأمرـ أن يطرد كل الباعة المتجولين الذين يأمنون
لقمة عيشهم في Couronnes أو Pont de Bagnolet أو أماكن أخرى. يتعرض هؤلاء الفقراء
لمطاردة الشرطة اليومية ومعاملتها الخاصة. قد حث رئيس بلدية باريس المحافظ على تنظيف
هذه الأحياء الأمر الذي أدى إلى إنشاء قوة خاصةBST في حي Belleville في نهاية شهر
جانفي. بالنسبة للبلدية البائع المتجول غير الشرعي لا قيمة له إلا ميّتا إذ أن الأحياء
مصيرهم اليومي المطاردة والملاحقة. غير أن هؤلاء هم صناع الثورة التونسية وأعداء رئيس
البلدية وأصحابه.. أصحاب الانتفاضة التونسية مع أو بدون أوراق

__._,_.___
__,_._,___

Partager cet article

commentaires

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog