Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 07:40

Présentation des principaux groupes nationalistes français

À quoi ressemble l’extrême droite aujourd’hui ? Quelle est la place du Front national ? Combien de groupes y a-t-il à sa marge, et que représentent-ils vraiment ? Pas facile aujourd’hui de répondre. Face à une extrême droite en perpétuelle évolution, cherchant de plus en plus souvent à brouiller les cartes pour mieux se refaire une virginité et apparaître plus forte qu’elle ne l’est, il vaut mieux connaître les histoires, les alliances et les positionnements de ces différents mouvements pour mieux anticiper leurs actions et leurs politiques. Le schéma que vous trouverez aux pages suivantes, ainsi que les repères historiques ci-dessous,  permettent d’y voir plus clair.
L’extrême droite à l’automne 2011 apparaît comme extrêmement morcelée, avec un nombre de groupuscules et des alliances parfois contre-nature entre certains courants ou groupes politiques. Cela s’explique par une grande confusion idéologique qui règne dans le milieu nationaliste. À travers  cet organigramme, qui ne peut qu’être éphémère, nous avons tenté de dresser le bilan de cette extrême droite, en terme d’alliance et de positionnement, afin de permettre à chacun(e) de s’y retrouver. Avec les présidentielles de 2012, il y a pourtant fort à parier que la situation exposée ici aura évolué d’ici quelques mois, probablement avec des rapprochement inédits. Nous avons essayé d’être les plus exhaustifs possible, mais en ne nous intéressant qu’aux partis et groupuscules ayant une activité, même réduite, dans le monde réel et pas seulement sur internet, et de ce fait pouvant représenter un danger physique ou politique pour les militants. Ainsi, nous avons volontairement mis de côté les sites internet comme François de Souche, à l’audience proche de certains grands sites d’info, mais dont l’activité se limite finalement au relais d’informations sur des faits divers glanés ici et là et à la libre expression d’un racisme qui trouve là son exutoire.
Mais pour bien comprendre la situation actuelle, il est nécessaire de replacer cette distribution des rôles dans une perspective historique : car si la très grande majorité des groupes nationalistes ici présentés sont nés dans les années 2000, ils sont tous, de par l’histoire de leur formation ou celle de leurs dirigeants, ancrés dans l’histoire contemporaine de l’extrême droite telle qu’elle s’est construite à partir des années 1980, avec l’émergence du FN.

La suite sur http://scalp-reflex.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 00:15

Elles sont en France, jusqu’au 29 septembre, si elles passent près de chez vous, ne les ratez pas.

Déjà 80 personnes à Millau, 120 personnes à Albi et Toulouse, toutes et tous séduits par l’humanité et l’originalité de leur témoignage.

Montpellier lundi 19 septembre, Marseille, 21 septembre, Lyon, 22 septembre, Nancy, 24, 25 et 26 septembre, Paris, 27 et 28 septembre.


Tournée en France d’objectrices Israéliennes opposées à l’occupation de la Palestine, du 9 au 30 septembre 2011 organisée par le COT.*

*Collectif Tarnais de réflexion et d’opposition à la militarisation de la société.

 

Filles, garçons de 18 à 20 ans, Israéliens, ils disent non à l’occupation de la Palestine. Quand ils ou elles( les filles doivent aussi faire leur service militaire en Israël) sont appelés à accomplir leur service militaire, ils refusent. Ce refus peut entraîner la prison pour eux. .

Depuis plus de 5 ans le COT, relaie via son site (www.cot81.com), les actions de soutien aux objectrices et objecteurs Israéliens emprisonnés. Le COT a décidé cette année, d’inviter trois de ces jeunes Israéliens en France au mois de septembre 2011 pour leur permettre de témoigner. Ces trois jeunes ont payé par la prison la fidélité à leurs convictions pacifistes. Ils dénoncent la militarisation de la société israélienne en général et celle de l’éducation en particulier. Tous trois s’opposent aussi à l’occupation de la Palestine par l’armée israélienne. Bien que minoritaires, ces jeunes sont porteurs d’un message d’espoir qu’il est important d’écouter et faire connaître.

Idan Halilili, Sahar Vardi seront les intervenantes de cette tournée.

Idan Halili (24 ans) a été la première femme objectrice emprisonnée en Israël en 2005 pour convictions féministes. Elle milite au sein de l’association « New profile », organisation antimilitariste et féministe et dans une association pour les réfugiés et les sans papiers.

Sahar Vardi (20 ans), est signataire de la lettre 2008 des lycéens de terminale opposés à l’occupation de la Palestine. (shministins), elle a été la première de ce mouvement à être emprisonnée quand elle a refusé de rejoindre l’armée Elle aussi est membre de « New profile ». Elle participe aux actions des anarchistes contre le mur, au comité israélien contre la destruction des maisons palestiniennes, au mouvement de solidarité Shiefkh Jarrah et à Ta’ayush, mouvement d’Israéliens et de Palestiniens oeuvrant ensemble à la fin de l’occupation israélienne et voulant réaliser l’égalité civile pleine et complète par l’action directe civile non-violente. 


Les dates de tournée :

  • Lundi 12 septembre 2011 : Millau (12 Aveyron) - 20h30 salle du CREA dite René Rieu (chapelle du CREA).

  • Mardi 13 septembre : Lautrec (81 Tarn) - café Plume.

     

  • Mercredi 14 septembre 2011 : Vaour (81 Tarn) - 20h30 Hôtel du Nord.
  • Jeudi 15 septembre 2011 : Albi (81 Tarn) - Université Champollion à 20h30.

  • Vendredi 16 septembre 2011 : Toulouse (31 Haute-Garonne) - Cinéma Utopia centre ville à 20h, projection du film "Le courage de refuser", suivi du débat.

  • Samedi 17 septembre 2011 : Colomiers (31 Haute-Garonne) - Salle n°5 de l’ensemble associatif, place du canal à 15 heures. (34 Hérault) - Cinéma Diagonal à 20h, projection de "le courage de refuser", suivi du débat.

  • Lundi 19 septembre 2011 : Montpellier (34 Hérault) - Cinéma Diagonal à 20h, projection de "le courage de refuser", suivi du débat.

  •  

  • Mercredi 21 septembre 2011 : Marseille (13 Bouches du Rhône) - 20h30 au "Mille Babords" 61, rue Consolat dans le 1er arondissement.

  • Jeudi 22 septembre 2011 : Lyon - MJC Saint-Just - 19h30 à 22h30 dans le 5ème arrondissement.

  • Samedi 24, Dimanche 25 et Lundi 26 septembre 2011 : Nancy (54 Lorraine) - deux premiers jours sur le forum social de Vandoeuvre les Nancy - Présence au pôle Paix - Conférence le 25 - Conférence à la fac de lettres le 26ir.

  • Mardi 27 septembre 2011 : Paris (75) - Restaurant Le Lieu Dit - 6 rue Sorbier - Paris 20ème à 20h30

  • Mercredi 28 septembre 2011 : Paris (75) - librairie "Résistances" - 4 villa Compoint - 75017 Paris à 19h.

  • Vendredi 30 septembre 2011 : Paris - Départ

    Idan Halili (24 ans)

    idan_halili.jpg 

    Sahar Vardi (20 ans)

    Sahar_vardi.png
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 01:43

merci politis,il continue à clarifier cette droite populaire ( dignement représentéedans notre département par deux députés  Pa.....La......et He....Ma......

 

Le Bloc identitaire tient* ce week-end son « université de rentrée », en Provence. Depuis deux ans, l’organisation xénophobe multiplie les provocations. Les militants antiracistes lyonnais dénoncent même une forte augmentation des violences attribuées aux groupes d’extrême droite.

« Apéro saucisson pinard », « marche des cochons », envahissement d’un Quick Hallal... depuis deux ans les provocations se multiplient en France. Pire : dans plusieurs villes les violences à caractère raciste et contre les militants antiracistes sont en recrudescence. Un mois et demi après l’attentat d’Oslo, le Bloc identitaire, figure de proue de l’extrême droite « identitaire » tient se week-end son « université d’été » dans la région de Marignane. Et l’organisation n’hésite pas à communiquer sur l’événement, comme si ses thèses étaient devenues respectables.

C’est à ce mouvement « du combat identitaire » que nous devons notamment la marche des cochons qui aurait du se tenir au mois de mai dans les rues de Lyon, contre « l’islamisation de la France ». Annulé in extremis par la préfecture sous la pression des associations locales, la marche s’est transformée en « rassemblement pour la liberté » (sic). 500 personnes se sont réunies mêlant, pour faire le nombre, des groupes néo-nazis aux jeunes du Bloc identitaire. En fin de cortège des restaurants kebabs ont été saccagés et les participants se sont brièvement confrontés à une poignée de militants antiracistes. « Des groupes d’identitaires sont ensuite allés sur les pentes de la Croix rousse [sur les hauteurs de la ville], se souvient un militant de SOS Racisme Rhône [1]. Jusqu’à 2 heures du matin, ils ont multiplié les agressions. Nous avons recueilli des témoignages de personnes traumatisées qui ont subis des menaces de jeunes qui voulaient leur tracer des croix gammées sur la peau au couteau. »

Lyon, 14/05/2011 : « Rassemblement pour la liberté »


La nouveauté à Lyon vient du fait que des mouvements « identitaires » ont désormais pignon sur rue. Des groupes posent notamment problème parmi les supporters de l’Olympique lyonnais et plusieurs faits de violence auraient récemment impliqué des hooligans proches de l’extrême droite d’après les témoignages de militants antiracistes. La mairie de Lyon, qui peine à faire obstacle à l’implantation de ses groupes, a du recourir à des questions de normes administratives pour obtenir la fermeture - temporaire - d’un local proche du stade de Gerland.

Un autre local a été ouvert en octobre 2010 dans le vieux Lyon par le groupe Rebeyne ! une filiale lyonnaise du Bloc Identitaire. Des cours de self defense et des matchs de boxe y sont organisés. « Depuis qu’il y a ce local, un climat de peur s’est installé dans le quartier de St Jean, raconte un militant antiraciste. Nous avons constaté une très nette augmentation des violences racistes ou contre les militants antiracistes. » Sur place, les militants dénoncent la réponse trop timorée de la préfecture.


Bruno Gollnisch reprend ses cours


La ville de Lyon est coutumière de ce type d’opérations d’intimidation. Depuis plusieurs années, les identitaires ont constitué des groupes avec un petit pouvoir de nuisance. « Ils recrutent beaucoup aux alentours de la ville, comme dans les Monts du Lyonnais par exemple, où il existe un noyau de racisme très fort chez les jeunes. Beaucoup grandissent en s’identifiant aux thèses identitaires » raconte un militant lyonnais du Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite créé il y a un an et demi. Lyon a aussi ses « théoriciens » de l’extrême droite – Bruno Gollnisch et une douzaine d’universitaires d’après un rapport de 2004 [2] – qui officient notamment à l’université Lyon III. « Ils arrivent à fasciner certains de leurs étudiants », regrette Jean-Louis Touraine, député du Rhône et 1er adjoint à la mairie de Lyon. L’ex numéro deux du FN, interdit de cours pendant 5 ans, fera d’ailleurs son retour dans les amphithéâtres à compter du 12 septembre.

Lyon, 14/11/2004 : des militants des Jeunesses identitaires manifestent contre l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.


Mais les identitaires s’inscrivent dans un « niveau de discours différent » du Front National d’après Jean-Yves Camus, politologue spécialiste des extrémismes en Europe. Plus régionalistes que nationaliste, très virulent envers la classe politique y compris contre les militants frontistes, ils ne s’embarrassent d’aucun faux-semblant sur le fond xénophobe de leur pensée. « Les nouvelles générations de militants identitaires sont issues de la classe populaire. Ils ont un discours très simplificateur hérité de la culture télévisuelle dans laquelle la classe politique est décrédibilisée, explique Jean-Yves Camus. Ce sont aussi des enfants de la crise qui ont grandi dans une période compliquée vis-à-vis de la question du multiculturalisme ».

Extrême-droite décomplexée

Depuis que Nicolas Sarkozy a musclé son discours envers les étrangers, et avec l’apparition de la Droite populaire qui a, elle aussi, organisé son « apéro saucisson et pinard » dans les locaux de l’Assemblée nationale, les identitaires se sentent pousser des ailles : « Les sorties de la droite parlementaire ont décomplexés des gens qui n’étaient pas complètement racistes ou xénophobes mais qui nourrissent ce type de rancœur, analyse Jean-Louis Touraine. Ils restent peu nombreux, mais ils ont grossis leurs rangs et se sentent plus libres aujourd’hui de s’exprimer. »

Le Bloc Identitaire tente actuellement de rassembler les parrainages nécessaires à une candidature dissidente du Front National en 2012, derrière Arnaud Gouillon. Mais l’hypothèse est plus qu’improbable. Le mouvement s’est aussi éloigné de Riposte Laïque avec qui l’apéro saucisson pinard avait été organisé en juin 2010. « L’événement n’a d’ailleurs pas été reconduit en 2011, observe Jean-Yves Camus. Je ne suis donc pas persuadé que le mouvement soit dans une grande dynamique de grossissement. Le Bloc Identitaire représente 500 à 600 militants au niveau national, l’enjeu pour eux est de jouer un rôle d’aiguillon idéologique. Ils restent dans un "militantisme d’intervention" et cherchent à s’adresser à une population jeune, notamment via le cyber activisme. »

- Ajout lundi 12 septembre 10 h : Arnaud Gouillon a annoncé dimanche 11 septembre le retrait de sa candidature à la présidentielle, « pour des raisons financières ». « Nous allons poursuivre le combat sous d’autres formes démocratiques dont certaines, j’en suis certain, en surprendront plus d’un dans les mois à venir ! » promet le militant de 25 ans.


Photos : AFP / Philippe Merle, Jean-Philippe Ksiazek

Lire aussi sur Politis.fr

Le Baromètre des dérapages racistes de l’UMP (accès libre)

Là, non, billet de Sébastien Fontenelle (accès libre)

Une brillante réponse à l’islamophobie (accès abonnés)

Tout à droite de l’extrême droite (accès abonnés)

Ailleurs sur le web :

Le Festival antiraciste Melting Potage organisé chaque année dans les Monts du Lyonnais se tient samedi 10 septembre.

Des violences lyonnaises d’extrême-droite à celles de Norvège (Rebellyon.info)

L’étrange affaire de Saint-Andéol : la cour d’Assises de Lyon a jugé en février 2010 une affaire de meurtre d’un gendarme, impliquant un ancien militaire qui tentait de voler des armes dans un stand de tir à Saint-Andéol-le-Château, à 25 km de Lyon. L’enquête met au jour l’existence d’un groupuscule d’extrême droite.

Consulter l’excellente carte interactive de la blogosphère politique sur lemonde.fr. Le Monde référence 134 sites influents à l’extrême-droite, soit 12,9% des sites politiques importants. Le même pointage en 2009 et 2007 dénombrait 77 sites (7% de la blogosphère).

Le blog du Collectif 69 de vigilance contre l’Extrême-Droite

Notes

*article écris avant le week end du 10 11 septembre

[1] Il a souhaité conserver l’anonymat

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 08:54

lu sur le blog linter

Le 11 septembre aux Etats-Unis est le résultat de toute une politique qui a créé ses ennemis par sa politique impérialiste pendant des décennies,

 

Il est le prétexte de ce qui se passe aujourd'hui en Libye, ce nouvel impérialisme en marche pour la prise de contrôle de toute une nouvelle région.

 

Cette politique impérialiste que démontre de manière exemplaire cet autre 11 septembre : le coup d'Etat au Chili, dont l'article suivant montre ce qu'il laisse aujourd'hui encore de trace profonde:

 

"Le crime commis au Chili ne s’arrête pas aux événements dramatiques connus de tous. Le vrai mal est encore avec nous, dans notre vie quotidienne, dans l’injustice banalisée et acceptée comme désespoir. La vraie trahison au Chili est d’avoir empêché, que pour la première fois, ces hommes et ces femmes humbles commencent à construire leur propre dignité au travers de leurs enfants et des enfants de leurs enfants."

 

allende 1973 fr

Illustration prise sur bellaciao



Difficile de faire allusion aux évènements du 11 septembre 1973 en laissant de côté ses propres passions. Car ils ont été traumatisants pour une grande majorité de Chiliens et les conséquences se font toujours sentir aujourd’hui : le coup d’Etat d’il y a plus de trente ans n’est pas enterré. Au contraire, le présent économique, politique et culturel du Chili ne s’explique pas sans lui.

La dictature militaire a dessiné le moule d’où émerge le Chili d’aujourd’hui. Une manière particulière d’organiser l’économie, le néolibéralisme. Une manière d’administrer la politique, une démocratie de basse intensité. Un type de culture adversaire de toute forme collectiviste ou associative, l’individualisme. Ce moule reste en vigueur dans chacune des composantes du pays. Tout observateur neutre doit reconnaître que le cadre militaire n’a fait l’objet que de rares changements et seulement dans l’apparence. Il suffit de voir par exemple que la constitution militaire reste la règle générale de la vie de la nation.

Le sens de cette réorganisation militaire du Chili contemporain a été et demeure toujours de sauvegarder la tradition et l’ordre de la nation, c’est à dire comme l’affirmait Pinochet lui-même de sauvegarder la vie et la fortune des élites dirigeantes qui sentent leurs privilèges menacés.

En toute honnêteté, nous devons admettre que les voûtes maîtresses de l’ordre militaire ont tenu jusqu’à ce jour, assumant le rôle pour lequel elles furent créées, depuis la loi électorale jusqu’à la législation relative à la santé, la prévoyance sociale ou les lois sur le revenu.

En fait, la dénommée Concertation des Partis de la Démocratie n’a fait qu’administrer le modèle hérité avec le but avoué de garantir la continuité. De sorte qu’au-delà d’épileptiques bravades et de l’éculé discours démagogique, les personnages concernés ont agit plus comme émissaires de la droite économique que comme représentants du peuple. Incapables de promouvoir un projet historique alternatif, ils se sont confinés dans une atmosphère d’incapacité et de faiblesse morale, pour employer un vocabulaire élégant.

Comme dans un mauvais roman de terreur, le Chili amnésique d’aujourd’hui tourne son regard vers les vitrines illuminées de la consommation de luxe aux rutilants écrans plasma, pendant que dans la cour on déterre les ossements d’un voisin ou d’un parent. Ce sont les morts silencieuses de cette histoire macabre qui persiste encore, obstinée à cacher des cadavres dans la garde-robe.

Le 11 septembre n’est pas terminé dans notre pays, il est présent dans chaque ligne de la constitution, dans le gris opaque des casernes et des commissariats, dans le rire narquois des notables et des hommes d’affaires. Le 11 septembre continue à vivre chez ceux qui sont tellement redevables envers le Général.

Le crime commis au Chili ne s’arrête pas aux événements dramatiques connus de tous. Le vrai mal est encore avec nous, dans notre vie quotidienne, dans l’injustice banalisée et acceptée comme désespoir. La vraie trahison au Chili est d’avoir empêché, que pour la première fois, ces hommes et ces femmes humbles commencent à construire leur propre dignité au travers de leurs enfants et des enfants de leurs enfants.

Au bout du compte, Auguste Pinochet Ugarte a été la main tyrannique qui a interrompu la merveilleuse chaîne de la vie. Comme Caïn, le Général a assassiné ses frères, offensant l’esprit qui vit au fond de l’histoire de l’humanité. Ses œuvres, son héritage lamentable est bien connu : des générations de Chiliens condamnés à l’enfer de l’ignorance, de la pauvreté, du deuil et de l’indignité. Dans le Chili d’aujourd’hui, il n’y a pas de place pour les morts, pas plus que pour les vivants.
Au-delà des complicités et du mensonge pour cacher la nature de cette tragédie, malgré les efforts des faux prophètes pour exorciser les cendres en prêchant la résignation, au-delà des démagogues de dernière heure qui règnent aujourd’hui au Palais, il y a un peuple silencieux qui incarne l’avènement d’un autre monde.


Alvaro Cuadra, chercheur et professeur à l’ELAP, Ecole latino-américaine des Post gradués, membre d’Arena Pública, Plateforme d’opinion. Université des Arts et Sciences Sociales ARCIS-CHILE.

Traduction : José Gregorio, Investig’Action.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 09:19

Les affrontements ont éclaté lors d’une contre-manifestation à un rassemblement néo-nazi à Dortmund ce samedi. La police a déclaré que les officiers ont été «sévèrement attaqués » par environ 1.500 « extrémistes de gauche. » Quelque 200 personnes ont été placés en GAV.

La police auraient été attaqués avec des gaz poivré, des pierres et des pétards, et plusieurs officiers blessés légers. Ils ont répondu à ces violences par des coups de matraques et des canons à eau.

Un véhicule de police a également été attaqué. Les affrontements ont débuté quand la police a essayé de séparer les manifestants des deux bords en dehors, alors que 400 membres d’extrême-droite attendaient le feu vert pour partir.

« La violence excessive contre des policiers à Dortmund n’a absolument rien à voir avec la contestation démocratique contre les extrémistes de droite», a déclaré le chef de la police Hans Schulze.

Le nombre de personnes blessées n’a pas encore été déterminée. Quelque 4.000 policiers étaient en patrouille.

La contre-manifestation a été organisée en réponse à la manifestation d’environ 700 extrémistes de droite dans le quartier nord de la ville de Dortmund. Des milliers de manifestants pacifiques sont également descendus dans les rues autour de la ville pour protester contre le rassemblement néo-nazi.

La police attendait environ 1.000 manifestants d’extrême-droite, et quelques 10 000 contre-manifestants – parmi eux, environ 4.000 manifestants des milieux d’extrême-gauche venus de toute l’Allemagne qui pourraient potentiellement avoir recours à la violence.

Plus tôt dans la journée, plusieurs centaines de manifestants de gauche ont tenté de briser une barricade de la rue, incitant la police à utiliser un vaporisateur de poivre et en faisant plusieurs blessés.

Samedi la manifestation anti-nazi a été organisée par le ministre de l’intégration dans l’Etat de Rhénanie du Nord-Westphalie, Guntram Schneider.

Le samedi, Schneider a décrit l’afflux annuel de néo-nazis à Dortmund – organiser une manifestation qui chaque année autour de la Journée mondiale de la paix – comme inacceptable. La ville est le berceau d’une extrême-droite de plus en plus forte depuis quelques années.

En 2009, les membres de la foule d’extrême-droite avaient tendu une embuscade à une manifestation des syndicats à Dortmund lors du 1er mai en Allemagne.

Presse bourgeoise – The Local, 03/09/2011

Traduit de l’anglais par Le Chat Noir Emeutier, 03/09/2011

Polizisten nehmen einen Teilnehmer einer Sitzblockade gegen den Aufmarsch rechtsextremer Demonstranten in Dortmund fest. @ZeitOnline

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 06:46

Début juin, le site Égalité et Réconciliation se faisait l’écho du lancement d’un nouveau site, Infosyrie, présenté comme un site de “réinformation” sur les événements syriens dont la réalité serait outrageusement travestie par les media occidentaux à la solde des États-Unis et, cela va sans dire mais mieux en le disant, d’Israël. A priori rien d’étonnant : ce courant de l’extrême droite nationaliste et ses compagnons de route se sont fait une spécialité de ce type de dénonciation, de la Lybie à la Côte d’Ivoire.

Pour les mêmes raisons, il n’est donc guère surprenant de retrouver derrière ce site l’inévitable Frédéric Chatillon.

Ce n’est en effet pas la première fois que nous sommes amenés à évoquer ce tropisme chatillonesque pour le pays des Alaouites et le Proche-Orient en général. Ce fut le cas il y a quelques années à propos d’un curieux montage politico-policier. Mais cet intérêt a connu depuis quelques années un regain de vitalité dont l’administration du site Info-Syrie n’est qu’une énième manifestation et qui mélange comme toujours affinités politiques et intérêts commerciaux bien compris.

Les feux de la rampe

Sur le plan médiatico-politique, les liens entre Frédéric Chatillon et la Syrie ont connu une nouvelle visibilité avec l’implication de l’ancien dirigeant du GUD dans le rapprochement de Dieudonné avec le parti de Jean-Marie Le Pen et l’extrême droite en général. Ce rapprochement, on s’en souvient, est la conséquence de l’influence grandissante de Chatillon auprès de Dieudonné et s’est manifesté en fanfare avec quelques événements médiatisés, parfois à l’insu du plein gré des intéressés. Dieudonné, Soral, Mahé, Chatillon, Dominique Joly et les autres au Zénith Zenith, décembre 2006 : A. Soral, JM Dubois, B. Gollnish, D. Joly, Jany Le Pen, F. Chatillon, G. Mahé, Dieudonné... et les autres

La venue de Dieudonné à la Convention présidentielle Bleu Blanc Rouge organisée par le Front national en novembre 2006 dans le cadre de la candidature de Jean-Marie Le Pen à la présidentielle de 2007 en est l’élément médiatique fondateur et Chatillon en est à l’origine, même si c’est son épouse [1], Marie d’Herbais, qu’on peut alors apercevoir sur les photographies immortalisant l’événement. Mais d’autres épisodes viendront confirmer cette drôle de relation. C’est le cas en particulier du baptême d’une fille de Dieudonné en juillet 2008 par l’abbé Laguerie, ancienne figure de proue de la Fraternité Saint-Pie X et à présent en charge de l’église Saint-Eloi à Bordeaux, avec pour parrain Jean-Marie Le Pen. Chatillon semble alors avoir joué les intercesseurs, une de ses filles ayant pour parrain l’ancien président du FN. la suite iciBaptême Dieudonné - Juillet 2008 : Frédéric Chatillon et Jany le Pen Juillet 2008, baptême de la fille Dieudo : Chatillon & Jany Le Pen

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 08:36

Suite à une correspondance téléphonique avec des camarades italiens No TAV

Des jeunes manifestaient  le dimanche 21 au Mont Cenis. Cé'tait des jeunes cranes rasés habillés en noir qui manifestaient pour la savoie libre indépendante .Le sommet c'était leur slogan pour la savoie catholique  et blanche. Ces gens là manifestent contre le TGV Lyon Turin. Ne laissons pas les fascistes du troisième milliénaire envahir le combat no TAV en France. Pour celà on a mis ce petit mot d'alerte sur la page ouverte pour démasquer riposte laÏque.


 

Riposte Laïque est une organisation d’extrême droite qui a joué de la confusion idéologique en se présentant comme organisation antireligieuse de gauche. A un certain moment ce jeu de masque a trompé certains camarades de la Fédération Anarchiste trop peu vigilants, notamment lors d’une émission sur Radio Libertaire. Cette grave erreur a donné lieu à des spéculations et rumeurs sur internet, qui continuent encore aujourd’hui.
Face à cela, nous tenons à rappeler  que la situation a été clarifiée par la motion « ni racisme ni religion » adoptée à l’unanimité au congrès de Rennes en 2010 (ce qui nous a d’ailleurs valu de copieuses injures sur le site de Riposte Laïque). Riposte Laïque est et sera toujours l’ennemie de la Fédération Anarchiste qui lutte pour l’émancipation de la société contre toutes les religions, et non pour une hiérarchisation des religions cachant mal un racisme des plus primaires.
Par ailleurs, que des individus mal intentionnés cherchent à entretenir la confusion en accusant la FA de tous les maux de la terre n’est pas nouveau, et nous n’allons pas perdre notre énergie en polémiques virtuelles sans fin. C’est par notre présence dans les luttes que nous montrerons notre détermination à combattre tous les racismes et à détruire le capitalisme qui les nourrit.
Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 17:33

 

Voici tourné par TVbruitssa conférence de Toulouse le 28 avril 2011 :

Larry Portis, ancien professeur à l’université de Montpellier, étasunien et auteur de plusieurs ouvrages d’histoire sur le syndicalisme et le fascisme, a publié Qu’est-ce que le fascisme ? aux éditions Alternative libertaire. Il nous explique ses motivations et les idées clés de l’ouvrage.

Conférence Larry Portis

Conférence organisée à Toulouse le 28 avril 2011 par Le Bazar au Bazacle et l’Université populaire 31

L’intégralité de la conférence à écouter en mp3 (1h20) : http://2011.tvbruits.org/confportis.mp3

Qu’est ce que le fascisme ? L’ouvrage ne pose pas qu’une question d’histoire. Il pose une question d’une brulante actualité. Car en explorant la variété des formes qu’ont pu prendre les fascismes -italien, allemand, français...- dans le passé et en faisant l’état des lieux de l’analyse historique, l’auteur relève une constante : son lien nécessaire et systématique avec le capitalisme.

Le fascisme n’est jamais accidentel ou spontané : il est la réponse du capitalisme à la crise, lorsque parlementarisme, puis autoritarisme "ordinaire" ne permettent plus au système de se maintenir. Il est la réponse d’une oligarchie pour rester au pouvoir "quand plus rien d’autre ne marche"...  Il est donc impératif de comprendre comment le fascisme naît, grandit et s’impose...

A lire : un court entretien avec Larry Portis au sujet de son livre sur : http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article3883

Le livre "Qu’est-ce que le fascisme ?" : http://boutique.alternativelibertaire.org/produit.php?ref=LIVRE_FASCISME&id_rubrique=3&PHPSESSID=b1a9cccc00faff6f9bfb5c1923e5fb5d

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 17:23

Au printemps dernier, le gouvernement de Silvio Berlusconi a décidé d’octroyer largement des permis de séjour aux migrant·es tunisien·nes arrivant sur son territoire. Il ne s’agissait bien sûr pas d’un geste soudain d’humanité, mais d’une manière de se débarrasser de ces personnes, sans affréter nombre d’« avions à expulsions ».
En effet, avec leur autorisation en main, ces migrant·es étaient invité·es à tenter leur chance ailleurs en Europe…
Les stratégies consistant à nier la migration ne sont pas une nouveauté en Italie. Depuis plusieurs années, les autorités pratiquent par exemple l’asile forcé !
En avril 2009, Habtom Ande, originaire d’Erythrée, s’est fait arrêter en Italie. Ses empreintes ont été prises par la contrainte. Bien qu’il ait refusé de demander l’asile, il a « obtenu » la reconnaissance de sa qualité de réfugié et une autorisation de séjour de trois ans !!!
Pourquoi Habtom Ande ne voulait-il pas déposer une demande d’asile en Italie ? Il avait entendu parler du sort réservé aux réfugié·es statutaires, celui qu’il a enduré jusqu’à sa fuite vers la Suisse : pas d’accès au logement, aux sanitaires de base, aux soins médicaux ou aux droits sociaux primordiaux, et donc l’obligation de mendier.
Aujourd’hui, les autorités fédérales refusent de prendre en compte la demande d’asile de HabtomAnde, au motif qu’il a le statut de réfugié en Italie. En se basant sur les accords de Dublin2, elles entendent l’expulser vers l’Italie et l’ont donc placé sous mesures de contrainte. Il est actuellementn au centre de rétention de Frambois, à côté de l’aéroport de Genève.
Les services de la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et ceux du Conseiller d’Etat vaudois Philippe Leuba connaissent les méthodes du gouvernement de Silvio Berlusconi. Mais ils s’en lavent les mains ! Qui plus est, ils foulent même la loi sur l’asile ! Pourtant très sévère vis-à-vis des migrant·es, elle prévoit quand même de respecter le principe de non refoulement, c’est-à-dire d’accorder protection lorsque le pays vers lequel l’expulsion est prévue n’offre pas des garanties suffisantes.

Nous dénonçons la complicité vis-à-vis des mesures scandaleuses prises à l’encontre des migrant·es en Italie. Les autorités suisses se cachent derrière les accords de Dublin pour nier à leur tour la migration.

Et nous exigeons l’application du principe de non refoulement. Notamment en faveur de Habtom Ande, qui doit donc être immédiatement libéré et qui doit obtenir le statut de réfugié et le droit au regroupement familial.

Groupe « non aux expulsions », non_aux_expulsions LrP bluemail.ch

P.S. NdR pour en savoir plus sur le renvoi Dublin : « Renvoi Dublin2 », encore un brique ajoutée au mur de la Forteresse Europe. on peut enleveraussi une brique pourdéconstruire le mur de la forteresse europeLes tchéthénes qui passent par les frontières est  soit la Pologne , et  soit la Tchéquie. une fois les empreintes prisent aux  frontières il suffira que la police de l'hexagone fasseappliquer Dublin 2 pour revoyer les familles vers la Pologne à la merci des commandos du KGB

Partager cet article
Repost0
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 07:56

 

Pour la 7ème fois les neofascistes veulent marcher à Dortmund lors de la Journée de la Paix. Pour le 3. septembre ils mobilisent à Dortmund de toute l‘Europe. Après le grand rassemblement des neofascistes à Dresden qui était empêché avec succés, la „Journée nationale de la Paix" sera l‘événement le plus important pour les nommés „nationalistes autonomes" de toute l‘Allemagne.

Pendant les dernières années Dortmund est devenu une forteresse des neonazis militants. Les actes de violence brutales sur des antifascistes, des émigrants, des librairies et des bureaux gauches se multiplient.En 2009, les neofascistes ont agressé la manifestation du premier mai de la Confédération des Syndicats Allemande (DGB).

Les nazis disent que Dortmund est leur ville. Nous disons - jamais!

La police et le gouvernement local minimisent la gravité du problème. C‘est pourquoi ils sont responsables pour le renforcement de la scène droite à Dortmund.Ils ont minimisé, bien qu‘il y ait 4 meurtres commis par les neofascistes depuis 2000: trois policiers ont été tués par le nazi Michael Berger, le punk Thomas Schulz aussi était victime d‘un jeune neofasciste.Mais la police se comporte toujours à la même façon: l‘engagement antifasciste est toujours contrecarré, mais les nazis peuvent faire presque tout ce qu‘ils veulent.

La Journée de la Paix fait penser à l‘envahissement des fascistes sur la Pologne, le 1.septembre 1939.C‘était le début d‘une guerre destructive qui enflammait l‘entier monde et laissait plus que 50 mio. victimes.Déjà pendant les dernières années les nazis sont marchés à Dortmund en récitant: „Jamais plus de la guerre!". Ils ont ajouté: „Après notre victoire!", ça veut dire le victoire du national-socialisme.

Les nazis allemands suivent les traditions du Parti nazi (Parti national-socialiste des travailleurs allemands).Ils célébrent la guerre incomparable contre l‘Union soviétique avec les 17 mio. victimes et aussi les événements barbares de l‘holocauste. Ils désavouent les crimes de la Wehrmacht et la SS et ils portent les slogans comme: „Mon grand-père était un héros" en public.

Avec une démagogie sociale et anticapitaliste les neofascistes essaient de se présenter comme des „anges de la paix". Dans les temps de la crise capitaliste ils utilisent le chômage, la manque des perspectives et la peur existentielle - de qui souffrent notamment les jeunes - pour propager leur idéologie raciste et glorifiante la guerre. Répondons avec notre résistance et notre politique rationaliste et solidaire!

Empêchons le prochain rassemblement des neofascistes à Dortmund ensemble!Réclamons aussi le retrait des troupes allemands d‘Afghanistan!

Nous lançons un appel à tous les antifascistes, les syndicalistes et les opposants de la guerre et de l‘occupation d‘empêcher le marche des neofascistes le 4.septembre en le barrant décidément. En faisant ça, on ne prendra pas aucune aggravation de la violence comme point de départ.Nous nous solidarisons avec tous qui veulent s‘opposer à la propagande de guerre recrudiscente et contrer le marche des neonazis, en agissant ou à bonne distance.

Participez aux blocages et aux manifestations organisés par l‘alliance „Dortmund stellt sich quer!". Le 4.septembre est à nous!Quand les nazis marchent, résistance est obligation!

http://www.dortmundquergestellt.de

 

 

 


Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet