Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog lelaboratoire
  • : Le blog du laboratoire anarchiste est un blog actif a propos de l'actualité sociale
  • Contact

Pour nous contacter

Le laboratoire Anarchiste
8 Place st Jean
26000 Valence

envoyer vos suggestion

sur:

new:c.l-v@hotmail.fr

rappel envoie aucun message à

le laboratoire@no-log.org


 


Bibliothéque  de prêt

infokiosques
le mercredi de  16h30 - 19h

Accueil/infos SIAD-AIT
vendredi toutes les deux semaines

de  17h30à19h

Emission radio Labo
sur radio Mega
99.2FM
lundi en direct
18h15 - 19h
rediffusion:
jeudi de 9h à  9h 45
http://radio-mega.com
04 75 44 16 15

Recherche

Texte Libre

La tyrannie la plus redoutable n'est pas celle qui prend figure d'arbitraire, c'est celle qui nous vient couverte du masque de la légalité." Albert Libertad

Archives

le blog du laboratoire anarchiste

File:Wooden Shoe.svg
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 14:55

 

lon a lu sur des nouvelles du front :dndf.org

http://datacide.c8.com/author/datacide/

Voici un article en anglais  paru dans la revue « datacide », dont nous avions déjà publié l’excellent texte sur OSAKA, et qui aborde une question, le fascisme comme possibilité de sortie de crise et sa non prise en considération par les partisans de la communisation.

L’auteur tout en ne se réclamant pas de la communisation souligne :

« Cela fait maintenant plus de cinq ans depuis le début de la crise financière, sans aucun signe de répit dans l’austérité et dans l’insécurité croissante. Ni la vieille gauche des syndicats et des partis ou des mouvements sociaux de protestation et d’action directe les plus récents semblent être à la hauteur d’offrir une voie à suivre.

Dans la recherche de nouveaux plans pour naviguer en temps de crise et les possibilités de la vie au-delà du capitalisme, le concept de «communisation» est devenu une attention croissante pour la discussion. »

Mais c’est une vision pessimiste de sortie de crise qui ressort de ce texte, puisque en fin de l’article, on peut lire que :

« Même une communisation racialisée partielle est envisageable, dans lequel une partie de la communauté établit des relations internes de l’égalité et le partage des ressources, tout en «nettoyage ethnique» des personnes définies comme des étrangers. » 

L’article commence par noter qu’aujourd’hui, cette notion de la communisation est utilisé de différentes manières,  sans doute y-a-il deux pôles principaux :

« Ceux qui peuvent être définis par un concept «volontariste » de la communisation associé à des gens influencés par la revue Tiqqun et des publications attribué au « Comité invisible» comme «The Call» (2004) et «L’insurrection qui vient » (2007)

et

Les «structuralistes» ( oû l’auteur classe Théorie Communiste, la revue SIC et Bruno Astarian) qui mettent beaucoup plus l’accent sur la façon dont la possibilité de la communisation découle des contradictions structurelles d’un stade particulier du capitalisme. Ces partisans parlent de «La production historique de la révolution» et «communisation comme le produit historique de la contradiction capital-travail» (Woland, « La production historique de la révolution de la période courante, 2010).

Par exemple Bruno Astarian soutient que «Lorsque la crise capitaliste éclate, le prolétariat est contraint de se lever afin de trouver une autre forme sociale capable de restaurer sa socialisation et la reproduction immédiate» (Bruno Astarian, «activité de crise et communisation», 2010) .

Toutefois, la revue note :

D’autres dans le camp pro-communisation sont plus réfléchis sur les mutations possibles de la société capitaliste. Dans Sic. 1, BL réfléchit que «La révolution elle-même pourrait pousser le mode de production capitaliste à développer de manière imprévisible, de la résurrection de l’esclavage à l’auto-gestion» («Le pas suspendu de la communisation», 2011). On peut supposer que le fascisme est une de ces possibilités, mais en général, le principal danger posé par les théoriciens de communisation est une sorte de radical autogestion démocratique qui réintroduit le capitalisme par la porte arrière.

Cependant , le texte insiste sur les réactions non communiste à la crise et «  la montée du nationalisme populiste, le racisme et / ou le fondamentalisme religieux, intégrant des éléments d’un réactionnaire «anti-capitalisme». »

Suit tout un développement sur l’ultra-gauche et la montée du fascisme

La crise et la réaction

« Je doute que les théoriciens de la communisation  nieraient la possibilité de générer du capital meurtrières, des mesures racistes, voire génocidaire de la tête sur le remplacement de la révolution. Mais la question n’est pas seulement la façon dont l’État et le capital pourrait répondre sous la menace, mais la façon dont la dynamique de l’antagonisme social et la crise pourrait donner lieu au fascisme ou une version 21ème siècle par le bas.

S’il est vrai que l’incapacité du capitalisme à assurer la reproduction sociale ne peut susciter toutes sortes de tentatives collectives pour garantir une vie digne d’être vécue, il n’ya pas de raison immédiate pour laquelle ces tentatives doit prendre une expansion, la direction internationaliste. L’expérience historique suggère que c’est juste probable que beaucoup de gens pourraient se rabattre sur une sorte de nationale limitée, religieuse, raciale ou la famille élargie / l’identité clanique et cherchent à assurer la survie et la reproduction de leur auto-définie groupe – si nécessaire, à aux dépens des autres….

On peut voir des traces de cela aujourd’hui dans le soutien populaire dans de nombreux pays pour des contrôles d’immigration plus strictes dans laquelle la classe ouvrière se trouve à demander de protéger sa situation de travailleur dans les pays les plus riches historiquement de l’impact de la misère ailleurs, même si le prix à payé par les autres sont les centres de détention et les décès en haute mer des migrants »

Bonne lecture

COMMUNISATION THEORY AND THE QUESTION OF FASCISM 

It is now more than five years since the start of the financial crisis with no sign of respite from austerity and increasing insecurity.  Neither the old left of unions and parties or the newer social movements of protest and direct action seem to be up to the task of offering a way forward. In the search for new road maps to navigate crisis and the possibilities of life beyond capitalism, the concept of ‘communisation’ has become an increasing focus of discussion.

The word itself has been around since the early days of the communist movement. The English utopian Goodwyn Barmby, credited with the being the first person to use the term communist in the English language, wrote a text as early as 1841 entitled ‘The Outlines of Communism, Associality and Communisation’.  He conceived of the four ages of humanity as being ‘ ’Paradisation, Barbarization, Civilization and Communisation’, while his wife and collaborator Catherine Barmby anticipated current debates about gender with early feminist interventions arguing for communisation as a solution to women’s subordination (Goodwyn Barmby is discussed in Peter Linebaugh, ‘Meandering on the semantical-historical paths of communism and commons’, The Commoner, December 2010).

The Barmbys’ use of the term to describe the process of the creation of a communist society is not a million miles away from its current usage, but it has acquired a more specific set of meanings since the early 1970s when elements of the French ‘ultra-left’ began deploying it as a way of critiquing traditional conceptions of revolution. Communism has often been conceived of by both Marxists and anarchists as a future state of society to be achieved in the distant future long after the messy business of revolution has been sorted out.  For advocates of communisation on the other hand, capitalism can only be abolished by the immediate creation of different relations between people, such as the free distribution of goods and the creation of ‘communal, moneyless, profitless, Stateless, forms of life. The process will take time to be completed, but it will start at the beginning of the revolution, which will not create the preconditions of communism: it will create communism’ (Gilles Dauvé & Karl Nesic, ‘Communisation’, 2011).

Today this broad notion of communisation is used in various different ways, but arguably there are two main poles in current debates – albeit with many shades in between. [Read more →]

A.Nonime
27/11/2012 à 14:57 | #1

cette question d’une réponse contre révolutionnaire « fascisante » n’est pas complèment oublié par les « communisateurs » puisque dans le texte » l’émergence du (non-) sujet » des camarades grecs Blaumachen ont peut lire :

Any prediction is dangerous, since the condensation of historical time contains an element of unpredictability and the creation of multiple ruptures. The momentous turn towards the ‘national question’ presented as necessary for the reproduction of the current structuring of capital raises the possibility of a left or fascistoid ‘national’ counter-revolution, which of course cannot enjoy the stability (national-socialist integration into the reproduction of capital within the bounds of a national social formation) of the fascisms of the past. This can be produced as necessary when the moment of last resort comes from the vantage point of capital, which is forced to function under a ‘political economy of risk’.

Repost 0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 14:35

contre les portes conteneurs géants et les super port et  qui vont accueillir ces portes conteneurs géant:contre ce monde .il n'y a pas capitalisme à visage humain, le capitalisme :c'est: la barbarie

Soudain un inconnu vous offre un conteneur
transport maritime et production mondiale

premier cahier - automne 2012.

" Plus de 80% des marchandises prennent la mer entre leur production et leur distribution. Mais que peuvent bien raconter de la bonne marche du monde les matafs philippins, les dockers grecs, les prolos chinois et les pirates somaliens ? "




sommaire :

vogue la galère
Environ 50000 navires composent la marine marchande. Plus d’un million de marins font circuler ces bateaux. Les nouveaux porte-conteneurs transportent jusqu’à 14000 boîtes. Le conteneur a bouleversé la logistique mondiale nécessaire au mode de production capitaliste.

sur les docks
Car c’est plus du côté des quais que se renforce continuellement l’efficacité du transport maritime – il ne faut lire les dernières réformes portuaires que dans ce sens. Et c’est principalement sur les épaules des dockers que la pression s’effectue.

la crise sur le bateau
La crise économique mondiale a chamboulé l’ensemble du transport maritime. Un indicateur parmi d’autres: les fluctuations des taux de fret, depuis 2008. Un secteur est particulièrement affecté par la crise: la construction navale.

transport, production, conflits de classes
Le transport maritime est crucial dans l’organisation du capitalisme: sans bateau, point de marchandises. Mais pour le capital, la flotte mondiale ne navigue qu’au service de la production, et aujourd’hui cela se joue de plus en plus dans les usines asiatiques.

abordages
Il arrive que des pirates perturbent le train-train des affaires, dans le golfe de Guinée ou au large de la Somalie, par exemple. La spectaculaire militarisation du golfe d’Aden parvient-elle à garantir entièrement l’acheminement des marchandises?

isbn : 978-2-914791-05-2 - - 6 € - en librairie

achat en ligne
1 exemplaire, 6 € port compris : cliquez ici

téléchargement au format pdf
Repost 0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 13:08

Aujourd'hui malheuresement  trop tard, l'enjeu  de la manifestation rassemblement no tav à lyon le 3 décembre apparait clairement, le pourquoi de la répression hallucinante contre ce  rassemblement de lutte qui avait une allure de kermesse populaire., avec son vin chaud très bon, et ses feux d'artifice dirigés vers le ciel uniquement.

Ce jour là ce n'était pas seulement le problème du L yon Turin. Pourquoi la cordination contre le lyon turin n'a pas dit au cade( qui ontorganisé avec d'autre la manifestaion de 18000 personnes à Bayonne ) la gravité de l'enjeu . Le cade est signataire comme la coordinationcontre le Lyon Turin de la charte d'Hendaye . Si jamais la résistance contre le tronçon Lyon Turin s'arrête c'est aussi la ligne Bordeaux Hendaye et le pays Basque sud et la liaison avec Madrid, Barcelonne et la France( avec la voie qui remonte déjà jusqu' à Montpellier )qui couteront des milliards d'euros et détruirons des milliers d'hectares de terre agricole..Ne laissons pas isoler des collectifs de luttesoit le cade et les no TAV du val de Susa) dans la luttecontre ces projets monstrueux lien vers le communiqué qui a été signé conjointement par tous les collectifs contre les projets inutiles(?)

Pour justifier mon propos, je fais part aux lectrices et lecteurs du blog le laboratoire de l'article d'un membre du CADE

(Collectif des Associations de défense de l’Environnement).

 

Depuis juillet personne ne répond au Conseil scientifique de l’observatoire des trafics

30/11/2012

M. LAVICTOIRE / Membre du CADE

Comme chacun sait l’Observatoire des trafics et des évolutions économiques à la frontière franco-espagnole côté Atlantique a été créé par le préfet de région en fin 2011 et le Conseil scientifique en est l’atelier de travail au sein duquel toutes les données de trafic et les hypothèses de définition de la LGV Bordeaux-Hendaye doivent être élaborées.

Plusieurs réunions de travail se sont tenues jusqu’en juillet 2012 et, au jour de la rédaction de ce document, aucun autre avis de réunion n’a été publié.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser ce n’est certainement pas le remplacement du sous-préfet de Bayonne qui peut expliquer ce silence car, d’une part, on sait fort bien que les éléments de travail et de discussion sont contrôlés par la Dreal et, d’autre part, le fonctionnement d’une administration ne souffre pas du changement d’un de ses cadres, aussi éminent et compétent soit-il.

À quoi peut-on donc attribuer sérieusement ce silence ?

Si on analyse les sujets et travaux fondamentaux abordés dans les réunions du Conseil scientifique et contribuant à l’approfondissement des hypothèses justificatives de la LGV Bordeaux-Hendaye on peut récapituler les suivants :

La présentation par des travaux qui sont en cours pour l’amélioration des voies existantes,

Les différents temps qui ont été consacrés à la présentation de l’étude faite par la société CITEC puis à sa critique faite par RFF,

Les premiers résultats de l'Enquête Transit PL 2010 faite par le CETE du Sud Ouest,

Et enfin la présentation par RFF de la méthode de prévision des trafics marchandises ainsi que l'impact de la mise en place de trains accélrés.Or, depuis plusieurs réunions nous attendons la discussion sur les hypothèses et résultats des différents travaux de projections des trafics faits par RFF, analysés par le CGEDD et récapitulés dans les documents qu’il a émis en 2011. En particulier nous attendons de comprendre comment RFF prend en compte les nouvelles donnes économiques des pays concernés par le projet de LGV Bordeaux-Hendaye, car celles prises en compte en 2010 par RFF l’étaient avec prévisions d’évolution des PIB correspondants totalement utopiques, PIB qui, depuis, ont été réduits à leur plus simple expression pour la France et fortement négatifs pour la péninsule ibérique.

Ne serait-ce donc pas cet aveu d’erreur qui, impossible à accepter sans beaucoup d’humilité, serait à l’origine du décalage incompréhensible des réunions de l’Observatoire ? Mais décaler ad vitam aeternam ces réunions n’est guère possible sans reconnaître le refus de concertation sur le bien-fondé de cette LGV Bordeaux-Hendaye.

Si on ne peut les annuler comment RFF pourrait-il modifier le contenu de ces réunions ?


La “Lyon-Turin” pour exemple

Le sort réservé par le Premier ministre à un référé que le premier président de la Cour des Comptes lui a adressé, concernant la liaison ferroviaire Lyon-Turin est intéressant et peut, peut être, représenter un moyen dialectique pour modifier totalement la présentation des GPSO.

Aidons RFF en ce sens et rappelons tout d’abord les éléments de la correspondance des services du Premier ministre en réponse au référé de la Cour des Comptes.

La Cour des Comptes souligne tout d’abord l’augmentation importante des coûts des études et programmes préliminaires estimés à 98 M d’euros en 1998, coûtant réellement 321 d’euros, augmentation que les services du Premier ministre ne trouvent pas anormale compte tenu d’une “sous-estimation initiale et des difficultés géologiques rencontrées”.

Pour toute personne connaissant quelque peu ce domaine cette partie de la réponse du Premier ministre consiste à découvrir que les ingénieurs des Ponts se sont trompés ou ont mal fait leur boulot mais que cela n’est pas grave. Autrement dit aucune étude initiale n’a été entreprise pour lancer les études préliminaires. Pour un projet devant traverser les pré-Alpes et les Alpes françaises de tels manquements, ne présagent pas d’un avenir serein en ce qui concerne les prévisions budgétaires associées.

La Cour des Comptes fait ensuite remarquer que les prévisions de trafic se sont heurtées à la réalité des crises et qu’elles n’ont pas été réactualisées, ce à quoi les services du Premier ministre répondent en mentionnant que comme toute prévision ces prévisions ont leurs limites mais qu’en ce qui concerne celles faites pour la liaison ferroviaire Lyon-Turin elles ont été faites dans “les règles de l’art”. Comprenons les prévisions sont fausses mais ont été effectuées dans “les règles de l’art” !

Plus spécifiquement la Cour des Comptes rappelant que le trafic concernant les Alpes franco-italiennes a diminué, les services du Premier ministre, en réponse, avancent l’augmentation annuelle de trafic de 3,3 % pour l’ensemble des Alpes. La géographie élémentaire à l’appui, les règles de l’art consistent donc, en matière de prévisions de transport entre Lyon et Turin, à prendre en compte d’une part le trafic de la Suisse avec ses voisins c’est-à-dire la France, l’Allemagne, l’Autriche et le Liechtenstein et, d’autre part, en ce qui concerne l’Italie, indépendamment du trafic avec la France, à prendre en compte le trafic avec la Suisse comme précédemment rappelé mais également avec l’Autriche et la Slovénie. Autrement dit quand une analyse de trafic ne donne pas de résultat convenable sur une voie entre deux pays élargissons l’analyse à une portion géographique qui n’a rien à voir avec celle en cause de manière à trouver un meilleur résultat.

La Cour des Comptes s’appuyant sur une analyse socio-économique faite par RFF qu’elle qualifie de faible pour en faire la remarque aux services du Premier ministre, ceux-ci répondent en indiquant que ce type d’évaluation reste toujours imparfait et que les instructions en vigueur “laissent certains effets non monétarisés”!

Convenant enfin que la réalisation d’un projet important tel que la nouvelle LGV nécessitera un budget important au moment où le niveau des dépenses publiques doit être maîtrisé, les services du Premier ministre mentionnent qu’une participation importante de l’Union Européenne sera nécessaire mais que la part nationale sera de l’ordre de 60 %. En fait la réponse des services du Premier ministre permet d’affirmer que l’on ne sait pas combien ce projet va coûter ni combien la Commission européenne va y allouer mais qu’un projet au qualificatif habituel de pharaonique va être lancé !

Cet épisode du traitement de l’analyse effectuée par la Cour des Comptes du projet de LGV Lyon-Turin par le chef du gouvernement peut être considéré comme un article jurisprudentiel qui va permettre à RFF de traiter tous les projets de LGV et en particulier le projet de LGV Bordeaux-Hendaye avec une plus grande liberté.

Il n’est donc pas impossible que nous apprenions rapidement que les différentes prévisions de trafic attribuées au projet de LGV Bordeaux- Hendaye, issues des modèles économétriques échafaudées par RFF en 2010 et rappelées dans les documents du CGEDD comme étant basées, de 2009 à 2025, sur des prévisions de PIB de la France à 1,46 % et de l’Espagne à 2,52 %, (alors que depuis 2009 le PIB de l’Espagne n’a été positif [0,4 %] qu’en 2011) et n’est pas prévu de redevenir positif avant 2014 auront été effectuées “dans les règles de l’art” alors que la réalité têtue nous apprend malheureusement tous les jours que ces prévisions sont fausses.


Une aubaine pour RFF

De plus, fort subterfuge utilisé dans le document du Premier ministre en réponse au référé de la Cour des Comptes pour considérer non pas uniquement le trafic entre la France et l’Italie mais le trafic sur tout le massif alpin, il n’est pas impossible que RFF, dans le cas de la liaison Bordeaux-Hendaye considère maintenant non pas uniquement le trafic entre la péninsule ibérique et la France mais celui de la péninsule avec toute l’Europe des 27.

Quant à la question épineuse du coût des projets GPSO l’utilisation de l’argument du recours à la Commission européenne avec des crédits qui pourraient, comme dans le cas de la LGV Lyon-Turin, être mis en œuvre avec participation à hauteur de 40 % arrivera sans nul doute sur la table lorsque la réalité des énormes budgets d’investissements sera abordée.

En conclusion, on ne comprend vraiment pas pourquoi les réunions de travail n’ont pas repris sous l’égide de cet Observatoire sinon que le principal intervenant, RFF, n’a pas encore pu assimiler l’aubaine que représente la réponse du Premier ministre au référé de la Cour des Comptes.

RFF participant à la réponse au référé de la Cour des Comptes n’aurait pas pu rédiger un meilleur levier pour poursuivre sa course vers le projet inutile qu’est la LGV Bordeaux-Hendaye.

 



Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:15

 

émission de radio sur 99.2 écoutable en streaming  sur radio mega .com en direct exceptionelement ce jour là, car jeudi nous étions à Lyon

 Jeudi  6 à partir de 9h jusqu'à 9h45

jeudi 6 à partir de 19h

- comment continuer la lute contre leTGV Lyon Turin

- commrent préparer la réunion du 13 décembre du collectif valentinois de  soutien à la lutte contre l'aéroport et son monde

vendredi 7 décembre:

débat discussion à partir de 20 h discussion :

 Face à la montée des luttes sociales  et la volonté des anarchistes en grèce , le patronat utilisent les vielles méthodes:les milices et les parti politique d'extrême droite( Aube Dorée)

-soirée de rencontre avec un activiste grec qui viendra nous parler de la montée de l’extrême droite avec Aube Dorée et de son utilisation par l’Etat...

Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:01

Aujourd’hui, 4 décembre 2012 : Action de solidarité avec la résistance contre l’Ayrault-port de Notre Dame des Landes, à côté de Nantes en Bretagne. Tout çà devant la Mairie (PS) de Carcassonne. / Accion de solidaritat amb la resiténcia contra l’Ayrault-pòrt de "Notre Dame des Landes", a costat de Nantes en Bretanha. Tot aquò davant l’Ostal de la Comuna (PS) de Carcassona

contact audois (11) pour le soutien à la résistance à l’Ayraul-port de Notre Dame des Landes : nddlopposition11 vUi gmail.com

tel : 06 85 23 46 00

http://comites-ndl.blogspot.fr/sear...

JPEG - 395.5 ko
JPEG - 379.7 ko
JPEG - 391.3 ko
JPEG - 345.7 ko
JPEG - 354.7 ko

 

Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 09:49

lu sur indymedia.grenoble

 

Décembre 2012 : 7 mois après les présidentielles, c’est toujours la même politique d’asile et d’immigration, les dossiers de demande de séjour continuent d’être rejetés en masse, les Obligations de quitter le territoire s’abattent chaque jour, des centaines de milliers de personnes sans papiers tentent toujours de survivre sans aucun droit, une rétention de 16 heures est sur le point d’être instituée en vue de placer les étrangers dans les centres de rétention et de les expulser plus facilement… TROP, C’EST TROP ! Nous manifestons ce 8 décembre pour exiger :

- La régularisation globale de tous les sans-papiers avec une carte de 10 ans,
- La suppression du CESEDA (Code d’entrée et de séjour des étrangers) et de toutes les lois et décrets sur l’immigration,
- La fermeture des centres de rétention et de tous les lieux d’enfermement,
- L’arrêt des contrôles au faciès et des expulsions,
- Le respect intégral du droit d’asile,
- Le droit au logement pour tous, alors qu’aujourd’hui dans notre région Rhône-Alpes des milliers de personnes – étrangers et français – sont à la rue ; arrêt des expulsions des squats, application du droit de réquisition,
- Un statut de droit – enfin ! – pour les Roms (droit au logement, au travail, à la formation…),
- Le dessaisissement du Ministère de l’Intérieur, qui ne doit plus régir les politiques d’asile et d’immigration,
- L’arrêt immédiat du racket d’État (taxes exorbitantes imposées pour les démarches administratives des étrangers),
- La liberté de circulation et d’installation,
- Le droit de vote pour tous les résidents étrangers, au minimum aux élections locales.

Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 00:24

ci dessous le communiqué d u mouvement no tav du val de susarecopié sur rebellyon.infos

 

D’un côté il y avaient les gou­ver­ne­ments des crises économiques, de l’autre l’Europe des peu­ples, des citoyens en lutte. Les pre­miers ont signé l’énième pro­to­cole vide de contenu et inu­tile, puis­que sans finan­ce­ment. Les seconds ont tenté de mani­fes­ter leur pensée, leur oppo­si­tion à ces choix.

Les pre­miers, Monti et Hollande, avec toute leur géné­ro­sité, ont convaincu les jour­naux et la TV - qu’eux même gou­ver­nent - que tout allait désor­mais filer droit, sur le Lyon-Turin, sur les répon­ses à donner à la crise, et sur bien d’autres choses encore. Protégés par des mil­liers de poli­ciers ils ont signé, parlé, pho­to­gra­phié, mangé aux frais des citoyens qui étaient tenus à des kilo­mè­tres.

Les NO TAV, les véri­ta­bles citoyens, ceux qui payent les choix de ces gou­ver­ne­ments, ont été escor­tés, et blo­qués pen­dant au moins 4 heures à la fron­tière, puis encore blo­qués aux portes de Lyon, et grâce à leur téna­cité, ont fina­le­ment rejoint la place concé­dée pour mani­fes­ter.

Partis à 6h du matin, arri­vés à Lyon à 15h30. Puis arrive la sur­prise : sur la place, les liber­tés s’arrê­tent à la des­cente du bus. Ici, à Lyon, c’est la police du gou­ver­ne­ment Hollande qui com­mande, et tout cor­tège est inter­dit, comme il est inter­dit à chaque per­sonne de s’éloigner de la place. Interdit de quit­ter la place ! Ce sont les ordres.

Puis vers 18h il fait nuit, et pour la police il est l’heure de faire ren­trer les NO TAV à la maison, et pour cela hommes et femmes, vieux et enfants sont char­gés et matra­qués, gazés aux lacry­mo­gè­nes vers les bus. Puis les bus sont réqui­si­tion­nés pas les agents qui mon­tent, frap­pent tous ceux qui se lèvent de leur siège. Dans un cas le chauf­feur est rem­placé par un CRS qui conduit le bus vers la fron­tière. Dans un autre cas, les agents montés dans le bus gazent au lacry­mo­gène pro­vo­cant des malai­ses chez pra­ti­que­ment tous les pas­sa­gers. Chaque bus est ainsi escorté, sous la menace, sur l’auto­route, puis encore blo­qués vers 20h30.

Deux faces d’un même pro­blème ? Non, abso­lu­ment pas. D’un côté, dans les palais de la répu­bli­que, des bour­reaux-bureau­cra­tes qui, au nom des ban­ques et de la crise, sont dis­po­sés à passer sur le corps des per­son­nes, au point de faire couler le sang.

De l’autre, l’Europe des peu­ples, des sim­ples gens, des citoyens qui, malgré les vio­len­ces et les injus­ti­ces qu’ils subis­sent depuis des années, conti­nuent et conti­nue­ront à se battre. Ce n’est pas un pro­blème qui sup­pose une média­tion, c’est que la partie saine doit avoir raison de la partie malade.

Mouvement NO TAV
www.notav.info/

Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 22:01

 

 un petit récapitulatif de la situation et des appels de la ZAD autour de la lutte contre le projet d’aéroport de Nantes et son monde.


Opération policière en préparation ?
Différents signes laissent penser qu’une opération policière de grande ampleur serait prévue dans la semaine à venir sur la ZAD : arrêtés préfectoraux interdisant le transport de carburant, d’explosifs, de produits inflammables, et de feu d’artifices entre le 3 et 10 décembre sur les communes de Vigneux et Notre-Dame et permettant la fouille des véhicules ; bruits sur une intervention policière qui « commencerait le 5 décembre au petit matin et s’étalerait sur deux ou trois jours » et « pourrait reprendre le lundi 10 décembre en cas de résistance ». Ces bruits de précisent pas quelle serait la cible de cette opération entre les nombreux lieux expusables, de la Gare de Vigneux et le Phare Ouest, peut-être bientôt rejoints par la Châteigne.


Procès de la Châtaigne demain

Demain mardi 4 décembre au tribunal de Saint-Nazaire, la Préfecture va tenter de s’arroger le « droit » de détruire immédiatement l’ensemble des cabanes reconstruites à la Chat-teigne depuis la manifestation de réoccupation du 17 novembre. Un rendez-vous pour un rassemblement à été donné à 10h du matin devant le tribunal de Saint-nazaire. Un covoiturage est prévu à 9h place de la Poste à Notre-Dame-des-Landes et à l’arrêt de tram Beauséjour à Nantes.

Suivant les résultats du référé et des recours que nous mettons en œuvre, les agressions policières pourraient se concentrer sur la zone de la Chat-teigne ou sur d’autres lieux occupés ou ré-occupés dans la zone est de la ZAD, voire d’autres lieux…


Appel à actions décentralisées

Pour tous les comités locaux et groupes qui ne pourraient se rendre rapidement sur la ZAD en cas d’expulsion, un appel à action décentralisées et notamment à occuper leurs lieux de pouvoir (mairies, sous-préfecture…) a été lancé par l’assemblée d’organisation de la manifestation du 17 novembre : « Contre l’aéroport et son monde : s’ils détruisent nos lieux d’organisation, nous occuperons les leurs ! »


Appels à la résistance à la Châtaigne

La Chat-teigne invite par ailleurs à 10 jours de résistance et les chat-teigneux ont lancé un appel à faire vivre ce lieu d’organisation de la lutte dans la durée : « 10 jours de résistance à la Chattaigne et appel des chat-teigneux ».

Un des groupes de constructeurs-trices y a répondu avec des propositions : « Nous ne laisserons pas la Chat-teigne se faire envahir une nouvelle fois ! »

De son coté l’ACIPA appelle à se tenir prêt : « Le jugement de demain à Saint-Nazaire sera déterminant ! Tenons-nous prêts à réagir là où nous sommes et pourquoi pas à venir sur la zone si l’information se confirme ! »

N’oublions pas qu’il y a toujours de nombreux autres lieux expulsables, des chantiers de reconstruction sur toute la ZAD et des lieux collectifs à mettre en place avec leur vie quotidienne.


À savoir en venant sur la ZAD

Quels que soient les barrages policiers, avec un peu d’inventivité, de détermination, de patience et une bonne paire de bottes, il est toujours possible d’atteindre la ZAD. Donc ne vous laissez pas décourager par les arrêtés et les barrages. Pour savoir où se rendre une fois sur place, il y a un point d’info permanent sur le campement “Hors Contrôle” établi le long de la D81 entre le lieu dit Les Domaines (la Vache-Rit) et la Rolandière.

Consultez le flash infos de la journée sur notre site web et la page d’infos à savoir avant de partir.

Une fois sur la zone, il est possible d’écouter radio Klaxon – 107.7 FM, si vous avez pris le soin de vous munir d’un récepteur radio.

Toutes les bonnes volontés sont bienvenues, pas seulement pour tenir des barricades ou reconstruire, mais aussi pour participer à la logistique, faire la bouffe, et autres tâches quotidiennes pour permettre la résistance dans ces conditions difficiles.


À propos des dons

On est hyper touchés par toute la solidarité qui se met en place depuis le début des expulsions. Pour tout vous dire on commence même à crouler sous certains dons : nourriture, matériel médical, vêtements. On a encore des besoins spécifiques. Du coup merci ne ne ramener que les articles mentionnés dans notre liste. On vous tiendra informés pour d’éventuels nouveaux besoins.


Rencontre des comités locaux

Quelle que soit la situation, des rencontres nationales des comités locaux auront lieu les 15 et 16 décembre : « NDDL – Appel aux rencontres inter-comités locaux/nationaux des 15 et 16 décembre ».


En savoir plus

Des précisions sur la situation et nouveaux appels suivant les circonstances seront donnés sur le site de la zad  (voir notamment le fil d’infos quoitidien).

À chaque fois qu’ils nous attaquent, le mouvement s’étend !

De nouveaux kystes se développent ici et ailleurs et leur détermination est contagieuse.

Alors on va continuer à construire, occuper et résister !


---------------

mercredi 5 décembre 2012, par zadist

Appel des Chats Teigneux
(Depuis la Châtaigneraie, la Châtaigne, la Castagne, Premier Presidio, les Souches, le Kyste)

Du 4 au 15 décembre : Continuons de résister, tenons-nous prêts.

Le 17 novembre, 40.000 personnes, très diverses et déterminées, se sont rassemblées sur la ZAD pour reconstruire. Un geste de riposte après un mois d’expulsion, de destruction et de résistance. Depuis, le mouvement n’a jamais cessé de s’amplifier.

L’opération César, pour ce qui est de vider la zone de ses habitants, a échoué lamentablement. Nous sommes tristes de nos maisons détruites, de nos amis blessés, de nos camarades emprisonnés. La colère a rempli les bocages et nous n’avons jamais été aussi nombreux, la ZAD, bien qu’assiégée, n’a jamais été aussi vivante. Malgré les tentatives de division, la réoccupation a engendré des complicités fortes et inédites, qui ne demandent qu’à s’intensifier. Un nouveau lieu est né.

Dans ce nouveau lieu de réoccupation, des collectifs d’ici et d’ailleurs ont construit un village : une manufacture, une NO TAVerne, une salle commune, une cuisine collective, deux dortoirs, une infirmerie et un black-block sanitaire avec baignoire chauffante. En trois jours, tous ces bâtiments sont sortis de terre grâce à la joie d’être là tous ensemble, à se donner les moyens de la lutte dès maintenant et pour les temps à venir. Planter un clou participe du même mouvement que défendre une barricade, empêcher les arbres de la Forêt de Rohanne de tomber, être 8.000 devant une préfecture, saboter Vinci et le PS ou ravitailler en nourriture et en matériel.

Après une semaine de vie et de construction, la Castagne a été occupée, pillée et saccagée par la flicaille. Mais on n’éteint pas un volcan à coup de Manitou. Ce soir, la Castagne est plus belle que jamais : 45 tracteurs enchaînés la défendent, plusieurs centaines de personnes se déchaînent à renforcer des barricades, à reconstruire et ravitailler. La procédure d’expulsion a été précipitée pour ce terrain prêté par un paysan, il appartiendrait désormais à Vinci. Chaque retrait des flics, chaque recours juridique posé, c’est du temps de gagné pour organiser la vie et la défense des lieux. Nous en sommes là. Et, dès le 5 décembre, la démolition de la Châtaigne pourrait être permise.

De notre côté, nous avons une autre vision de ce qui se passe ici. Le terme sécession, utilisé pour rebaptiser les routes barricadées secession road, prend un sens bien concret désormais. Tout ce que notre enfance a rêvé, que l’organisation de la société avait brisé ou entravé, se trouve ici ravivé. Quand le gouvernement a rasé des maisons, détruit des ca banes dans les arbres et des potagers, il a suscité une rage profonde, qui vient de loin. Malgré la violence et la peur, les moments de joie sont précieux et nombreux. A chaque fois, c’est spontanément que les uns et les autres transportent les voliges, les taules et les palettes. C’est comme si le travail n’existait plus. On ne se sent plus obligé de quoi que ce soit, c’est autre chose, d’une substance plus magique, qui nous rend notre souffle. Il est de coutume que l’argent ne fait pas force de loi entre les habitants. Aujourd’hui, dans un village aux allures de petite cité de chercheurs d’or, certains paysans et occupants discutent de collectiviser les terres. Ces nouveaux usages de la zone nous portent déjà au-delà de cette histoire d’aéroport. Nous voulons prolonger ce mouvement de sécession. L’occupation de la Chataigneraie en est une base, avec elle, tout est possible.

C’est pourquoi nous appelons à dix jours de résistance du 4 au 15 décembre à la Châtaigne. Pour renforcer et défendre les lieux, continuer à habiter ce vaste territoire, reprendre les routes et les champs, les forêts et le bocage. Ensemble, empêchons la présence et la pression de la police. Nous ne voulons plus les voir diriger nos déplacements, nos faits et gestes. Nous ne voulons plus être contrôlés. Soyons nombreux à les chasser, que Notre-Dame-des-Landes devienne leur calvaire !

Nous savons aussi que la force des vendredi 23 et samedi 24 novembre tient à la réactivité des comités de soutien de toute la France. C’est pourquoi ces dix jours de résistance doivent aussi être l’occasion que partout aient lieu des actions d’occupation, de blocage, de sabotage, etc. On sait déjà qu’il ne s’agit plus de soutien. Chaque geste est un moment de vie partagé entre ici et là. Que se répande l’esprit de la ZAD dans les métropoles !

Ces dix jours de résistance se prolongeront les 15 et 16 décembre par le rassemblement des comités et collectifs impliqués dans la lutte (voir l’appel sur le site zad.nadir.org). Ce sera l’occasion d’organiser à plus long terme les présences sur ce lieu. Nous appelons à venir avec des propositions. Des idées surgissent déjà : des moments d’ateliers (forge, vélo, radio, cartographie, menuiserie...), des semaines de chantier, des discussions thématiques, des rendez-vous réguliers rejoignables. D’ores et déjà, nous vous invitons à venir manger, cuisiner et discuter tous les midis.

Étonnamment, envisageons la victoire et pensons à l’avenir sans l’aéroport…

Infos pratiques et plans d’accès sur : zad.nadir.org.

Venez équipés : tentes, sac-de-couchage, équipement de pluie, masque-à-gaz, etc.
                                                                 h
ttp://zad.nadir.org/spip.php?article761

 
Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 15:19

 

post — 4 dicembre 2012 at 11:50  

 

Odissea No Tav al vertice italo-francese

Ci sono volute nove ore, per i 600 NoTav, partiti lunedì mattina dalla Valsusa, per percorrere i 400 km fino a Lione. La polizia francese ha bloccato, due volte, il convoglio dei manifestanti per effettuare identificazioni e controlli. I 12 bus di attivisti avevano come obbiettivo il vertice italo-francese sull’alta velocità svoltosi ieri mattina nella città d’Oltralpe. Arrivati nel primo pomeriggio, i valsusini si sono uniti con un gruppo, di circa 300 militanti francesi contro l’alta velocità. La polizia ha impedito ai manifestanti di lasciare la piazza dove era stato autorizzato il presidio. Ma quando  hanno tentato di inscenare un piccolo corteo, le forze dell’ordine hanno utilizzato i gas urticanti per “placare gli animi”, surriscaldati e frustrati dalle lunghe attese. Sono dopo diverse ore i valsusini si sono potuti allontanare, la polizia ha scortato il convoglio e su ogni bus erano presenti agenti in tenuta antisommossa. Tutti i manifestanti francesi sono stati identificati e con essi la stampa  di Cosimo Caridi

traduction plus tard mais la réunion no tav 26 maintenue jeudi soir à 20h au laboratoire anarchique

 

Repost 0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 23:59

on a assité tout au long du week end le plus grand show médiatique lors de la signature de l'accord Monti Hollande ,toute la presse en a parlé à des degré divers..le pire pour nous c'est les militants qui reprennent la désinformation  gouvernementale italienne.on dit non   le tunnel  du côtédu val de susa n'est pas commencé.Si les militants lisaitent le blog du laboratoire , ils elles ne raconteraient pas cette énormité. qui met en doute les comité no TAV d du val deSusa le monde et des personnes qui ont distribué un tractqui reprend la désinformation de l'état italien: " Aujourd'hui , les opposants organisent des assauts  contre le chantier qui a déjà commencé", alors qu'on était encerclé par les CRS. par contre on met en lien un article paru sur idymédia.grenobleNo/TAV/ réponse à philippe Ridet. on note toutefois que la répression actuelle  contre les anarchistes dans le val de Susa et dans toute l'italie. meredi 28 des perquisitions et des arestationsà l'encontre de deux compagnons accusé d'avoir agressé deux journalistes web , l'action  incriminée a eu lieu ors des blocages après la tetative d'assassinat contre luca Abbà., car dans leurvouture de travail il yavait un gyrophare de flics  en état de foctionement . Aujourd'hui lors du rassemblement place des Broteaux, un jeune cagoulé a été pris à parti par un individu haineux. tout celà parce qu'un cameraman menaçait de quitter la place sous le prétexte du jeune empucachoné.

collectif le laboratoire

Repost 0

Articles Récents

Agenda

    dimanche 30 juin

15h à 16 h

accueil de familles de prionnier-e-s

discussion , infos et peites recettes

pour les proches de détenu(E)s...

- aides juridique

-participation à l'émission de radio Mega

du 22 juillet